Archives par mot-clé : Parfum

Une archéologie des odeurs (3/3) : « L’encens aujourd’hui »

La récolte de l’encens joue encore un rôle économique, même si celui-ci est relativement faible. Au Yémen, la récolte est effectuée par des ouvriers somalis. En Oman, les arbres appartiennent à des familles depuis des générations et sont protégés au sein de la réserve naturelle du Dhofar inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. L’arbre est incisé avec un couteau mangeb afin de faire couler la résine, qui, une fois séchée, sera revendue sur les marchés avant d’être brûlée. Ibn Battûta nous donne déjà une description similaire au XIVe siècle lors de sa visite dans le sud de l’Oman, lorsqu’il effectue une halte à khowr Hâsik :

 » Ici se trouve l’arbre qui fournit l’encens ; ses feuilles sont minces, et lorsqu’on pratique des incisions dans celles-ci il en dégoutte une liqueur semblable au lait, et qui devient ensuite une gomme ; et c’est là l’encens, qui est très abondant dans ce pays. »

(Voyages, t. II, p. 106)

De plus, l’encens reste un produit important dans la vie sociale. On peut le voir à travers la cérémonie de l’accueil, encore attestée parmi les populations de la péninsule Arabique, en particulier l’Oman, le Yémen et l’Arabie Saoudite.

Al-Masʿūdī rapporte que le calife al-Maʿmūn (r. 198/813-218/833) présidait une conférence de jurisprudence tous les mardis, à laquelle participaient des légistes et autres savants. À la fin du repas, on apportait les brûle-parfums (majāmir) afin que les hôtes du calife en respirent les arômes et se parfument[1]. Le même calife consomma beaucoup d’aromates lors de son mariage avec Būrān b. al-Ḥasan b. Sahl (192/807-271/884) en 210/825, en particulier de l’ambre gris et du bois d’aloès de qualité supérieure venant d’Inde[2].


[1] Kitāb murūj al-ahab, vol. VII, p. 38-39.

[2] Marín 1981, p. 195-198.

 

L’étude de la terminologie actuelle nous aide aussi à comprendre la fonction des différents brûle-parfums. Ainsi, en Oman, on fait la distinction entre le simple majmar, fait en céramique et destiné à brûlé de l’encens, et le mabkharah, qui comprend un brûle-parfum et un ensemble fait de palmes destiné à parfumer les vêtements. Les descriptions détaillées de ces objets sont disponibles ici.

Le mausolée de Bîbî Maryam, Qalhât. (c) S. Le Maguer
Le mausolée de Bîbî Maryam, Qalhât. (c) S. Le Maguer

 

À Qalhât, de l’encens est brûlé pour rendre hommage à Bibi Maryam et obtenir ses faveurs. Généralement, les femmes y implorent la fertilité en effectuant des circumambulations autour du mausolée et en déposant des brûle-parfums dans la crypte.

L’encens est brûlé pour parfumer la maison, mais aussi pour la protéger des djinns.

Il est aussi employé comme remède et se retrouve dans la composition de savons dans le Dhofar.

 

Parfum "Gold Woman" d'Amouage. (c) Amouage 2013.
Parfum « Gold Woman » d’Amouage. (c) Amouage 2013.

Enfin, l’actuel sultan d’Oman a tenu lui-même à ce que soit créé dans son sultanat un parfum de luxe dont les deux ingrédients principaux sont l’encens et la myrrhe. Bien que tout cela soit un peu superficiel, cela témoigne de l’importance que joue l’encens dans l’imaginaire et le désir de cette nation de s’identifier à ce produit dont l’usage est attesté dès le IIIe millénaire av. J.-C.

 

Conclusion

Les données archéologiques complètent les données textuelles concernant les usages de l’encens en apportant des précisions sur les contextes d’utilisation. Suivant le milieu social, la matière dans laquelle est réalisé le brûle-parfum, ainsi que la qualité et l’exotisme de l’encens employé varient.

Ces données, enrichies par des études botaniques et des analyses physico-chimiques, apportent des données précieuses sur les modalités de ce commerce en particulier, et sur les réseaux commerciaux en péninsule Arabique et dans l’océan Indien en général.

Enfin, l’étude de l’encens aujourd’hui montre une certaine continuité dans les pratiques et témoigne de l’importance de l’usage de l’encens à tous les échelons de la société.

En effectuant des aller-retours entre ces données, nous appréhendons ce qui était brûlé, dans quoi, où, et par qui.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn