Podcast : « Histoire des odeurs et des parfums » 4/4, La fabrique de l’Histoire (France Culture)

Parfums et Religions

Quels sont les liens entre les odeurs, les parfums et les religions? C’est la question que nous posons ce matin à nos invités pour terminer notre semaine dédiée à l’histoire des odeurs et des parfums.

Quatrième et dernier temps de notre semaine consacrée à l’histoire des odeurs et des parfums.

Aujourd’hui nous essayons de mettre en perspective les liens entre les odeurs, les parfums, et les religions, avec trois historiennes.

L’odeur est ce qu’il y a de plus fugace pour l’historien ou l’archéologue. Pourtant il est possible, en croisant une documentation variée et abondante, d’approcher les univers sensibles de l’Antiquité ou du Moyen Âge. En particulier dans le rapport que ces cultures entretenaient au sacré. Les fleurs coupées, le sang du sacrifice animal, la viande grillée sont mentionnés dans les temples de la Grèce antique, tout comme l’huile sainte du baptême chrétien ou les encens du Proche-Orient.

Dans ce débat, nous retraçons l’histoire particulière des liens entre sacré et parfum.

Une émission co-animée par Victor Macé de Lépinay

Intervenants

  • maître de conférences en histoire byzantine à l’université de Paris-Sorbonne
  • Archéologue à l’Université Paris 1 La Sorbonne
  • Maître de conférences à l’Université de Bretagne Sud

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Compte-rendu d’exposition : « Parfums de Chine », Musée Cernuschi, Paris

L’exposition « Parfums de Chine, la culture de l’encens au temps des empereur » se tient actuellement au Musée Cernuschi à Paris jusqu’au 26 août 2018. Elle a été commissionnée par Eric Lefebvre, directeur du musée Cernuschi, et Li Zhongmou, directeur du Musée de Shangaï. Frédéric Obringer, directeur de recherche à l’EHESS, a activement collaboré à la partie scientifique. Enfin, François Demachy, parfumeur de la maison Dior, a réalisé, d’après d’authentiques recettes chinoises, les parfums que l’on peut respirer dans les bornes olfactives.

La scénographie se divise en sept parties qui nous font parcourir plus de deux mille ans d’histoire du parfum en Chine (du IIIe siècle av. J.-C. au XIXe siècle). Cette histoire est très richement illustrée par plus d’une centaine d’objets : brûle-parfums, peintures, œuvres calligraphiques etc. Si une vingtaine de ces objets est issue des collections du musée Cernuschi, les autres ont été prêtés par le musée de Shangai et sont exposés pour la première fois en France. On notera parmi eux des brûle-parfums retrouvés lors de fouilles archéologiques . Le parcours se développe au sein d’une scénographie aérée qui permet de contempler aisément les œuvres.

Vitrine présentant les substances aromatiques

L’exposition s’ouvre sur une contextualisation : outre une frise chronologique qui permettra de se familiariser avec l’histoire de la Chine impériale, l’encens est bien défini comme « tout aromate consommé par combustion ». Ainsi, la première vitrine présente diverses substances aromatiques (herbes, résines, bois, sécrétions animales) que l’on pouvait brûler ou qui entraient dans la composition d’encens et de parfums : encens oliban, styrax, bois d’agalloche, musc, ambre gris, patchouli, Lysimachia foenum-graecum etc. En chinois, c’est le terme xiang, qui signifie littéralement « senteur », qui désigne l’encens.

Brûle-parfums boshan lu

La première salle est consacrée aux pratiques rituelles et profanes de la dynastie des Han (206 av. J.-C. – 220) à celle des Tan’g (618 – 907). L’usage de l’encens est d’abord religieux. Les fumigations évoquent la communication entre la terre et le ciel. Cette analogie est développée à travers la forme des brûle-parfums dits boshan lu qui adoptent la forme d’une montagne. Le bouddhisme, qui s’implante progressivement en Chine, va favoriser l’usage de l’encens en contexte religieux en important la tradition indienne de l’encens. On peut admirer l’estampage d’un bas-relief qui ornait la grotte de Longmen (ca. 494) figurant l’Empereur Xiaowen et l’impératrice douairière présentant brûle-parfum et bâtonnets d’encens au Bouddha. À partir de la période des Six Dynasties (220-581), le commerce à longue distance se développe et les importations de nombreuses substances, dont l’encens oliban (en chinois ruxiang) croissent, permettant notamment le développement de l’usage profane de l’encens. Cet usage est illustré par un brûle-parfum à manche employé dans un contexte domestique.

Boîtes à encens en grès

La deuxième salle s’intéresse au parfum et à la culture lettrée sous les Song et les Huan (Xe – XIVe siècle). Sous la dynastie des Song, la forme des brûle-parfums atteint un haut degré de raffinement, et les formes élaborées à cette période serviront de modèles aux périodes suivantes. C’est également à cette époque que les lettrés adoptent l’usage d’encens dans leur quotidien, servant de modèle de raffinement pour leurs descendants. De nombreux traités médicaux et botaniques rappellent les usages thérapeutiques de ces bonnes odeurs. Les traités sur les parfums témoignent de l’élévation au rang d’art de cette pratique. Outre les brûle-parfums, c’est tout un mobilier en lien avec l’usage de l’encens qui se développe, comme les boîtes à encens et les vases à ustensiles pour l’encens. Dans cette salle, on peut également regarder trois vidéos qui présentent le travail de François Demachy, le regard du chercheur (Frédéric Obringer), et une démonstration de l’usage de l’encens.

Vases à ustensiles à encens

Puis nous passons à la dynastie Ming (XIVe – XVIIe siècle) à laquelle trois salles sont consacrées. Tout d’abord, le studio du lettré rappelle le lien entre usage de l’encens et hommes de lettres. Cette pratique est héritée de la période des Song. L’encens est un attribut du lettré et s’impose comme modèle social. Des peintures représentant des réunions d’hommes de lettres font figurer en bonne place brûle-parfums et ustensiles à encens.

Portrait du grand lettré Ni Zan (1301-1374)

Des brûle-parfums portatifs accompagnaient les lettrés dans leurs déplacements, preuve de leur caractère indispensable. Ensuite, l’encens joue un rôle important dans les dévotions privées. Il participe au culte des ancêtres : le brûle-parfum apparaît ainsi dans la pièce principale. Les fumigations accompagnent la méditation et éloignent les influences néfastes. Enfin, nous sommes conviés dans l’intimité de la chambre et des quartiers privés où l’encens occupe également une place importante pour ses vertus thérapeutiques, pour désodoriser et pour purifier l’espace habité. On parfumait aussi directement ses vêtements en les posant sur une cage sous laquelle on plaçait un brûle-parfum.

Brûle-parfum en forme de chimère luduan, dynastie Ming

Enfin, les deux dernières salles retracent la tradition de l’encens sous les Qing (XVIIe – XXe siècle). L’encens acquiert un statut de bien d’État : il est conservé dans des dépôts impériaux. Il occupe une place importante dans la pharmacopée. Enfin, la dernière salle s’intéresse à l’évolution formelle du brûle-parfum qui témoigne de l’apparition de nouveaux usages. Les porte-encens apparaissent alors que l’usage des bâtonnets à encens se développe.

Porte-encens en forme d’éléphant

On trouve également des objets sculptés dans la matière parfumée, comme l’illustre cette coupe à décor de chrysanthèmes et de rochers sculptée dans du bois d’agalloche. Le parcours s’achève sur une dernière borne olfactive qui est une réinterprétation d’une « Recette de poudre pour parfumer les cheveux » par François Demachy : à la recette originale, il a ajouté des plantes cultivées en Chine.

Ainsi, l’exposition « Parfums de Chine » permet d’aborder tous les aspects des usages de l’encens sur plus de deux millénaires : usages rituels, d’abord, mais aussi médicaux et esthétiques. Ces substances accompagnaient l’élite chinoise dans la vie quotidienne puis dans l’au-delà. Rigoureuse sur le plan scientifique, elle n’en est pas moins accessible à un large public.  L’exposition plaira autant aux passionnés de la Chine qui, à travers l’usage des parfums, découvriront de nouveaux aspects de cette civilisation, qu’aux amateurs de parfums dont les sens seront ravis.

Je vous conseille vivement le catalogue de l’exposition qui retrace en détail cette passionnante histoire à travers de nombreuses illustrations et livre des recettes de parfums.

Vous pouvez également écouter en podcast la ballade sonore de l’exposition avec Eric Lefebvre et Frédéric Obringer dans l’émission « La fabrique de l’Histoire »

 

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Histoire des odeurs et des parfums, « La fabrique de l’Histoire » (France Culture)

La « Fabrique de l’Histoire » consacre cette semaine à l’histoire des odeurs et des parfums

Premier temps de cette semaine dédiée à l’histoire des odeurs et des parfums.

Ce matin en première partie nous parlons des odeurs dans le monde antique, la revue Pallas consacre un dossier dans son dernier numéro aux goûts et odeurs dans l’Antiquité. Nous serons en compagnie de celui qui a coordonné ce dossier, Jean-Christophe Courtil.

En deuxième partie nous parlerons de l’odorat et de sa signification en Occident, avec la chercheuse Brigitte Munier qui a écrit un livre ce sujet.

Mardi 16 avril, l’émission parlera de l’exposition « Parfums de Chine, la culture de l’encens au temps des empereurs » qui se tient actuellement au musée Cernuschi à Paris.

Mercredi 17 avril, l’émission sera dédiée au métier de parfumeur.

Enfin, jeudi 18 avril, le thème sera le lien entre odeurs et parfums et religion.

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Exposition : « Parfums de Chine », Musée Cernuschi, Paris, 9 mars – 26 août 2018

Cette exposition au sujet inédit propose un voyage à travers la civilisation chinoise depuis le IIIe siècle avant notre ère jusqu’au XIXe siècle. Doté d’une symbolique qui s’enrichit au fil du temps, le parfum permet d’aborder de nombreux aspects de la culture chinoise. Depuis sa signification dans les pratiques rituelles jusqu’à son association à l’art de vivre des lettrés, l’encens a en effet suscité une richesse de productions artistiques et littéraires.
Des brûle-parfums aux tables à encens, l’histoire du parfum en Chine permet d’aborder les plus brillantes créations, et ce à travers une grande diversité de matières et de médiums allant de la céramique au laque, de la peinture à la calligraphie.

L’exposition présentera en particulier un ensemble de peintures signées de grands noms, comme Chen Hongshou ou Qiu Ying, mettant en scène belles dames, ermites et lettrés dans leur rapport à l’encens, qu’il soit associé à la toilette, à la méditation ou au rituel.

Source : http://www.cernuschi.paris.fr/fr/expositions/parfums-de-chine

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Colloque « Le poivre, de l’Antiquité à l’époque moderne : un luxe populaire ? », 23-15/11/2017, Paris

Le poivre, de l’Antiquité à l’époque moderne : un luxe populaire ?
Échanges, circulations et usages

Colloque international

Organisation

  • Jean Trinquier, École normale supérieure – PSL/UMR 8546
  • Pierre Schneider, Université d’Artois (Arras)
  • Federico De Romanis, Université « Tor Vergata » (Rome) – invité du labex TransferS

 

Présentation

Le poivre – dont la circulation et le commerce font l’objet du colloque – est un produit phare et un bon marqueur archéologique des échanges. Le poivre a déjà donné lieu à de nombreuses études, mais celles-ci restent le plus souvent segmentées d’un point de vue chronologique et géographique. Prenant comme point de départ la période antique, notre recherche entend s’inscrire dans la longue durée des échanges entre la Chine, l’Inde et secondairement l’Insulinde, et le monde méditerranéen, en multipliant les comparaisons entre les époques. En décloisonnant l’étude du commerce du poivre nous visons à repérer les évolutions et les déplacements significatifs et à faire progresser les connaissances et la réflexion sur des pans encore mal connus de la question. À travers le cas particulier du poivre et dans la continuité de la précédente journée d’études, qui portait sur la perle et l’écaille de tortue, nous souhaitons poursuivre la réflexion que nous avons entamée sur la nature de l’objet de luxe, ainsi que sur les formes et les enjeux du commerce à longue distance.

Programme

JEUDI 23 NOVEMBRE

Introductions

14h-14h30 – Ouverture du colloque
Présentation du cycle Ex Oriente luxuria et introduction générale du colloque

  • Federico de Romanis (Université de Rome « Tor Vergata »), Jean Trinquier (École normale supérieure – PSL/UMR 8546) et Pierre Schneider (Université d’Artois)

 

14h30-15h – Introduction botanique

  • Vladimir Dabrowski (UMR 7209, Sorbonne Universités – Muséum national d’Histoire naturelle – CNRS)

 

Thème 1 : quelques regards sur les sources

  • 15h-15h45 – Pierre Schneider (Université d’Artois), Jean Trinquier (ENS – PSL/UMR 8546) : « Ipse sacrum inrorans patinae piper (Perse, Satires, VI, 21) : le poivre dans les sources latines du début de l’Empire »
  • 15h45-16h30 – Jean-Luc Chevillard (CNRS, UMR7597) : « La richesse qui vient de la montagne : miḷaku (et kaṟi) »poivre« dans les sources tamoules anciennes »
  • 16h30-17h Pause
  • 17h-17h45 – Jean-Charles Ducène (EPHE/IVe section) : « Le poivre dans les sources arabes médiévales : origine et utilisation »

 

 

VENDREDI 24 NOVEMBRE

  • 9h-9h45 – Vladimir Dabroswki (UMR 7209, Sorbonne Universités – Muséum national d’Histoire naturelle – CNRS) : « Le poivre dans tous ses états : l’archéobotanique comme source d’information sur le commerce et la consommation du poivre durant l’Antiquité »

 

Thème 2 : usages et pratiques

  • 9h45-10h30 – Florence Bourbon (ESPE – Université Paris-Sorbonne) : « Usages thérapeutiques du poivre, d’Hippocrate à Galien »
  • 10h30-11h Pause
  • 11h-11h45 – Matthew Adam Cobb (University of Wales Trinity Saint David) : « “Haute cuisine” or staple fare ? Black Pepper’s Role as a Status Marker in the Roman World »
  • 11h45-12h30 – Aïda Kanafani-Zahar (Laboratoire d’anthropologie sociale, CNRS – Collège de France) : « Piment de Jamaïque et poivre noir : usages et représentations dans la culture culinaire libanaise »

 

 

SAMEDI 25 NOVEMBRE

Thème 3 : circuits et échanges

  • 9h-9h45 – Federico de Romanis (Université de Rome « Tor Vergata ») : « Pour une périodisation des importations de poivre de l’Inde méridionale en Méditerranée »
  • 9h45-10h30 – Marie Ménard-Jacob (CERHIO – UMR 6258) : « Le poivre : unique épice de la première compagnie royale des Indes Orientales (1664-1704) »
  • 10h30-11h Pause
  • 11h-11h45 – Dejanira Couto (EPHE/IVe section) : « Dynamiques des pimenteiros : les Portugais et la contrebande du poivre dans l’océan Indien dans la première moitié du XVIe siècle »
  • 11h45-12h30 – Ana Cristina Roque (Université de Lisbonne) : « L’or africain et le poivre indien : les sociétés de l’Afrique du Sud-Est, les Portugais et le commerce du poivre au XVIe siècle »

 

12h30-13h30 Déjeuner

13h30-14h – Conclusions

  • Grant Parker (Université de Stanford)

 

Plus d’informations : http://www.transfers.ens.fr/le-poivre-de-l-antiquite-a-l-epoque-moderne-un-luxe-populaire-echanges?artpage=2-2

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Soutenance HDR Eric Vallet, « Traversées d’Arabie. Essais d’histoire-monde de l’Islam », 28/11/2017, Colegio de Espana, Paris.

Eric Vallet soutiendra publiquement son habilitation à diriger les recherches le mardi 28 novembre à partir de 14h.

Le dossier, intitulé Traversées d’Arabie. Essais d’histoire-monde de l’Islam, comprend un mémoire de synthèse, trois ouvrages collectifs, deux recueils d’article (Pouvoir et pratiques de l’écrit en Islam, Xe-XVe siècle et Échanges et réseaux dans l’océan Indien, VIIIe-XVe siècle), ainsi qu’un mémoire inédit, L’archipel des Arabes. Jalons pour une histoire connectée de l’Arabie VIIe-XIIIe siècle.

Il sera défendu devant un jury composé de :

Anne-Marie Eddé, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, garante

Patrick Boucheron, Collège de France

Françoise Micheau, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Christian Robin, CNRS, Institut de France

Muhammad ‘Abd al-Hamîd Sa‘îd, Université de Sousse

Michel Tuchscherer, Université d’Aix-Marseille

 

Lieu : Colegio de España, Cité internationale universitaire de Paris, 7 E boulevard Jourdan, 75014 Paris (RER Cité Universitaire)

La soutenance sera suivie d’un pot, auquel vous êtes très cordialement invités.

Une confirmation de présence est souhaitée avant le 24 novembre.

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Compte-rendu de la table-ronde « L’encens : le sens du rite. Antiquité et Moyen âge » (05/09/2017)

Le compte-rendu de la table-ronde orgnisée par Béatrice Caseau à la Bibliothèque Boutruche en Sorbonne est disponible sur le carnet de recherche « Synaesthes » :

Les sens du rite: Antiquité et Moyen Âge

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Table-ronde : L’encens : le sens du rite. Antiquité et Moyen Âge

Table-ronde

L’encens: le sens du rite. Antiquité et Moyen âge

Paris, le 5 septembre 2017

Bibliothèque Boutruche

Université Paris-Sorbonne

 

 

14h Introduction B. Caseau

 

14h15 Sébastien Garnier

Identification chimique de Boswellia sp. à travers les temps, une résine utilisée pour les fumigations et le soin du corps des défunts

 

14h 45 Alice Mouton,

Les fonctions de l’encens dans les religions de l’Anatolie hittite.

 

15h15 Dominika Kurek-Chomycz

« Pleasing, appeasing, revealing, concealing, and dangerous : meanings associated with incense in the Hebrew Bible and other Second Temple Jewish literature. »

 

15h45 Sterenn Le Maguer

L’encens dans le monde islamique médiéval (VIIe – XVe siècles) : usages sacrés, usages domestiques

 

16h15 B. Caseau

Chronologie de l’introduction de l’encens dans les églises chrétiennes

 

Discussion finale

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Parution : « Human Interaction with the Environment in the Red Sea Selected Papers of Red Sea Project VI »

Human Interaction with the Environment in the Red Sea

Selected Papers of Red Sea Project VI

Edited by Dionisius A. Agius, University of Exeter / King Abdulaziz University, Emad Khalil, Alexandria University, Eleanor Scerri, University of Oxford / Jesus College, and Alun Williams, University of Exeter

Biographical note

Dionisius A. Agius, Ph.D. (1984), University of Toronto, is a Fellow of the British Academy, Professor of Arabic Studies and Islamic Material Culture at the University of Exeter and Distinguished Professor at the King Abdulaziz University, Jeddah. An ethno-linguist, he studies the life of the traditional watercraft, the people of the sea, their folklore and beliefs. Classic Ships of Islam: From Mesopotamia to the Indian Ocean (Brill, 2008) received an Honourable Mention from the Canadian Keith Matthews Prize and was Highly Commended by the British Keith Muckelroy Memorial Award.

Emad Khalil, Ph.D. (2005), University of Southampton, is Professor of Maritime Archaeology at the Alexandria University in Alexandria, Egypt. He is the founder of the Alexandria Centre for Maritime Archaeology & Underwater Cultural Heritage, and the former president of the ICOMOS – International Committee on Underwater Cultural Heritage (ICUCH).

Eleanor Scerri, Ph.D. (2013), University of Southampton, is a British Academy Postdoctoral Fellow in Archaeology at the University of Oxford and a Junior Research Fellow at Jesus College, Oxford. She has published peer-reviewed articles on and conducts extensive fieldwork in the Saharo-Arabian belt, focusing on the archaeology of human evolution. She is the director of the Senegal Prehistory Project.

Alun Williams, Ph.D. (1985), SOAS, London, lectures in medieval history at the University of Exeter. Until 2006 he had a long career as teacher and head teacher in English schools. He has been assistant editor of Al-Masãq – the Journal of the Medieval Mediterranean since 2007. His research focuses on twelfth- and thirteenth-century Iberia, medieval biblical culture and imagery in conflict narratives.

Readership

All interested in the human dimension of the environments of the Red Sea, its history and its past and present ecology.

Table of contents

Contributors’ profiles
Acknowledgements

Introduction
Dionisius A. Agius, Emad Khalil, Alun Williams and Eleanor Scerri

Part One: Environmental perspectives of the Red Sea

1. ‘On the Red Sea the trees are of a remarkable nature’ (Pliny the Elder): The Red Sea
mangroves from the Greco-Roman perspective
Pierre Schneider

2. Extreme Red Sea: Life in the Deep-Sea Anoxic Brine Lakes
André Antunes

3. Biogeographic Provincialism shown by Afro-Arabian Mammals during the Middle
Cenozoic: Climate Change, Red Sea Rifting and Global Eustasy
K. Christopher Beard, Pauline M.C. Coster, Mustafa J. Salem, Yaowalak Chaimanee and Jean-Jacques Jaeger

4. Bridges and barriers: The Late Pleistocene demography of the Saharo-Arabian Belt.
Eleanor M.L. Scerri
5. Weighing the Evidence for Ancient Afro-Arabian Cultural Connections
through Neolithic Rock Art
Sandra L. Olsen
6 THE FARASĀN ARCHIPELAGO IN THE RED SEA CONTEXT DURING ANTIQUITY
Solène MARION DE PROCÉ

PART TWO: From harbours to historical towns

7. Adulis and the sea
Chiara Zazzaro

8. The Maritime context of Mediterranean – Red Sea – Indian Ocean trade Roman era
vessels of the Red Sea – critical review and new data
Anna M. Kotarba-Morley

9. The historic towns of Saudi Arabia’s Red Sea Coast: Tourism Development and
Conservation
Aylin Orbaşlı

10. The Geographical Nature of the Red Sea Area and its Impact on the Material culture:
Case Study: Aqiq port
Ahmed Hussein Abdelrahman Adam

11. Food Globalisation and the Red Sea: new evidence from the ancient ports at Quseir
al-Qadim, Egypt
Marijke van der Veen and Jacob Moralesa

12 Jeddah and the India Trade in the sixteenth century: Arabian contexts and imperial
policy
Andrew C.S. Peacock

13 Ancient Cultural Contact between the Somali Coast and the Arabian Peninsula seen
through a folktale
Abdirachid Mohamed Abdirachid

14 The Potentials of Maritime Archaeology in the Kingdom of Saudi Arabia
Emad Khalil

Index

Source : http://www.brill.com/products/book/human-interaction-environment-red-sea

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Parution : E. Vagnon et E. Vallet (éds.), La fabrique de l’océan Indien.

Description

La fabrique de l’océan Indien. Cartes d’Orient et d’Occident (Antiquité-XVIe siècle)

Publications de la Sorbonne, collection Histoire ancienne et médiévale.

Janvier 2017
372 pages. 39€.

Richement illustré, cet ouvrage invite à un voyage à travers plus de vingt siècles de cartographie, où l’on découvre comment l’océan Indien a été imaginé et représenté, en Orient et en Occident, depuis les premières cartes babyloniennes jusqu’aux planisphères de la fin du XVIe siècle. Il ne se contente pas de décrire l’émergence d’une cartographie moderne à partir des navigations européennes du XVIe siècle ; il considère aussi les savoirs issus des grandes aires de l’Ancien monde, de l’Extrême-Orient à l’Europe, en passant par les mondes de l’Islam, pour croiser les regards et explorer les approches communes qui, au-delà des distances géographiques et culturelles, ont façonné une image progressivement unifi ée de cet espace. Par l’observation des tracés, des noms et des illustrations fi gurant sur de nombreux documents – mappemondes, schémas, cartes régionales, globes et planisphères – construits à plusieurs échelles, le lecteur est ainsi convié à parcourir et découvrir les multiples représentations d’un vaste espace maritime commun à plusieurs cultures.

Sommaire

Conventions

Remerciements

Les auteurs

Préface
Catherine Hofmann

Introduction – La fabrique de l’océan Indien
Emmanuelle Vagnon et Éric Vallet

PREMIÈRE PARTIE – DONNER FORME À L’OCÉAN INDIEN

Prélude – L’Océan vu de la Mésopotamie ancienne
Mustapha Djabellaoui

CHAPITRE 1 – L’océan Indien des Grecs, entre tradition savante et actualité maritime
Didier Marcotte

Focus – Claude Ptolémée, Cosmographia

CHAPITRE 2 – L’océan Indien dans les mappemondes latines (VIIIe-XIVe siècle)
Emmanuelle Vagnon

Focus – Lambert de Saint-Omer, Liber Floridus

CHAPITRE 3 – Formes de l’océan Indien dans la cartographie arabe
Jean-Charles Ducène

Focus – Ibn Hawqal, Kitâb sûrat al-ard

CHAPITRE 4 – La cartographie européenne de l’océan Indien à la Renaissance
Emmanuelle Vagnon

Focus – Mappemonde catalane

Encart – Explorations portugaises et cartographie
Rui Manuel Loureiro

CHAPITRE 5 – Regards est-asiatiques sur l’océan Indien
Hyunhee Park

Focus – Carte Kangnido

DEUXIÈME PARTIE – NOMMER LES RIVAGES ET LES MERS

CHAPITRE 6 – Les noms de l’Océan
Éric Vallet

Focus – Atlas Miller

CHAPITRE 7 – L’Arabie maritime : des rivages familiers ?

Mer Rouge et golfe Persique dans la cartographie, des Grecs aux Arabes
Éric Vallet

Focus – Fra Mauro, Mappemonde

Mer Rouge et golfe Persique dans les cartes occidentales
Emmanuelle Vagnon

CHAPITRE 8 – À la (re)découverte des côtes de l’Afrique orientale

L’Afrique de l’Est et Madagascar dans les sources arabes
Jean-Charles Ducène

Focus – Jan Huygen van Linschoten, Delineatio orarum maritimarum

L’Afrique orientale et le sud-ouest de l’océan Indien dans la cartographie portugaise du XVIe siècle
Thomas Vernet

CHAPITRE 9 – Les rivages de l’Inde dans la cartographie occidentale
Emmanuelle Vagnon

Focus – Diogo Homem, Carte de l’océan Indien dans un atlas nautique

Encart – Temps, espace et direction. Cartes de l’océan Indien en Inde
Lotika Varadarajan

TROISIÈME PARTIE – DESSINER ET ILLUSTRER L’OCÉAN

CHAPITRE 10 – Les espaces insulaires de l’océan Indien entre expérience et imaginaire

Des Grecs aux Arabes, une réinvention cartographique des îles de l’océan Indien
Éric Vallet

Focus – Deniz Atlâsı, « Atlas maritime »

Les îles dans la cartographie portugaise de la Renaissance
Zoltán Biedermann

CHAPITRE 11 – Parcourir l’Océan du regard : routiers et vues de ports

Ibn al-Mujâwir et les premières vues des ports de l’Arabie (XIIIe siècle)
Éric Vallet

Focus – Civitates Orbis Terrarum, Mombaza ; Aden, Arabiae foelicis emporium celeberrimi ; Quiloa ; Cefala

Dom João de Castro et les routiers nautiques portugais
Dejanirah Couto

Les vues portugaises des ports de l’océan Indien
Rui Manuel Loureiro

CHAPITRE 12 – Merveilles de l’océan Indien

Des bateaux sur des cartes : imaginaire ou réalité de l’architecture navale ?
Éric Rieth

Focus – Atlas catalan, Détail de l’océan Indien oriental

Encart – Merveilles et peuples étranges de l’océan Indien : les sources antiques
Pierre Schneider

Les merveilles de l’océan Indien sur les cartes occidentales médiévales
Christine Gadrat-Ouerfelli

Encart – Merveilles de l’océan Indien dans la géographie arabe
Jean-Charles Ducène

Entre cosmographie et cartographie : les merveilles de l’océan Indien dans les cartes persanes et turques
Éric Vallet

Conclusion – L’océan Indien, invention d’un objet cartographique global
Emmanuelle Vagnon et Éric Vallet

Chronologie

Orientation bibliographique

Index

Table des figures

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Colloque : « Oman et la navigation maritime dans l’océan Indien », 20/01/2017, Paris, IMA

Un colloque organisé par l’Ambassade du Sultanat d’Oman et l’IMA à l’occasion de l’exposition «Aventuriers des mers». Il présente les recherches les plus récentes mettant en lumière le rôle joué par les Omanais dans le développement de la navigation maritime et le commerce dans l’océan Indien.

La première partie du colloque sera consacrée à l’étude des réseaux bâtis par les navigateurs omanais dans l’océan Indien et leurs premières confrontations en mer avec les nations européennes. La seconde s’intéressera davantage à l’héritage scientifique préservé dans les traités d’Ahmad ibn Mâdjid, navigateur d’origine omanaise, rédigés au xve siècle.

Les faveurs de la géographie

La situation géographique d’Oman au sud-est de la péninsule Arabique, ses côtes étendues ouvertes sur l’océan Indien et des possibilités de mouillage confortable ont permis à ce pays, au fil des millénaires, de se développer en tant que nation maritime. Les moussons ont raccourci les distances et rapproché les Omanais des populations des rivages africains, indiens ou encore chinois, leur permettant de développer un commerce florissant, une ouverture d’esprit et une tolérance envers l’autre.

Une nécessité : la maîtrise des mers

Ces contacts transocéaniques n’auraient jamais été possibles sans la maîtrise de cet espace maritime et sans connaissances dans les domaines de la géographie et des techniques de navigation. Le mythe décrivant les Arabes comme une nation terrestre, un peuple du désert, a été mis à mal par les premières études sur les traités de navigation arabes faites par Gabriel Ferrand il y a déjà un siècle. Ces études ont été ensuite prolongées par celles de nombreux orientalistes, tels que Th. Shumovski, J. Sauvaget, G.F. Hourani, G.R. Tibbets, I. Khory. La fin du xxe et le début du xxie siècle ont été marqués par l’émergence des Indian Ocean Studies en tant que champ de recherche à part entière et par la montée d’un grand nombre de projets de recherches consacrés à l’étude des contacts dans la région de l’océan Indien.

Programme

– Sous réserve de modifications –

Chaque intervention, d’une durée de 20 à 25 minutes,
sera suivie d’une session de questions-réponses de 5 à 10 minutes.
9h45 – 10h00

Accueil des participants et du public
10h00 – 10h05

Allocution de bienvenue

Humaid al-Maani, Ambassadeur du Sultanat d’Oman à Paris
10h05 – 10h10

Allocution de bienvenue

Jack Lang, Président de l’Institut du monde arabe
10h10 – 10h20

Introduction

Olga Andriyanova, doctorante, IMAF, BULAC
10h20 – 10h55

Oman et l’Arabie dans les réseaux anciens du commerce de l’océan Indien (jusqu’au XVe siècle)

Philippe Beaujard, CNRS
10h55 – 11h30

L’Oman et l’océan Indien médiéval : pratique et savoir

Jean-Charles Ducène, EPHE

11h30 – 11h40         

Pause

11h40 – 12h15          

Aspects de la guerre maritime : le Portugal, le Oman et les puissances européennes au XVIIe siècle

Dejanirah Couto, EPHE
12h15 – 12h50  

Oman et la fondation de l’astronomie nautique

François Bellec, Académie de Marine

12h50 – 13h00     

Conclusion et mot de clôture

Olga Andriyanova

Les intervenants

☼ Philippe Beaujard

Anthropologue et historien, directeur de recherche émérite du CNRS, spécialiste de l’histoire de l’océan Indien avant le xvie siècle et des globalisations anciennes de l’Ancien Monde. Il a notamment publié Les Mondes de l’océan Indien (Armand Colin, 2012, 2 volumes) et plusieurs ouvrages d’anthropologie sur Madagascar. Il a également participé à des programmes tels que le projet ANR MeDIan « Les sociétés méditerranéennes et l’océan Indien » ou le projet « Sealinks – Bridging Continents Across the Sea. Multi-disciplinary perspectives on the prehistoric emergence of long-distance maritime contacts » (dir. N. Boivin, Oxford, R. Allaby, Warwick University, D. Fuller, UC London).
☼ Jean-Charles Ducène

Directeur d’études à la Section des sciences historiques et philologiques de l’EPHE (Paris), spécialiste de la géographie et des sciences naturelles arabes médiévales, il a édité, traduit et étudié un grand nombre de textes arabes médiévaux. Il est aussi coauteur de l’ouvrage collectif La Fabrique de l’océan Indien (dir. Emmanuelle Vagnon et Eric Vallet, Publications de la Sorbonne, 2017). J.-Ch. Ducène a participé au projet ANR MeDIan « Les sociétés méditerranéennes et l’océan Indien ». Il est responsable de la section « Geography » du Museum of History of Islamic Sciences, Halban (Oman).
☼ Dejanirah Couto

Maître de conférences habilitée à diriger des recherches à la Section des sciences historiques et philologiques de l’EPHE (Paris), elle s’intéresse surtout aux relations politiques entre les Portugais, les Ottomans, les Arabes et les Indiens au début de l’époque moderne, ainsi qu’à l’histoire maritime et l’archéologie nautique. Elle est l’auteur de nombreuses publications sur l’histoire interculturelle, la diplomatie, la cartographie, la guerre maritime, les villes portuaires, les réseaux de renseignements et de commerce dans l’océan Indien. Chercheure associée de l’IFEA-Istanbul et vice-présidente de l’International Association of Maritime Studies fondée par l’Université Piri Reis (Istanbul) en 2012, elle fait partie de plusieurs projets nationaux et internationaux consacrés à l’histoire politique et maritime et à la cartographie (notamment le projet de l’ANR MeDIan « Les sociétés méditerranéennes et les mondes de l’océan Indien »).
☼ François Bellec

Contre-amiral, écrivain et peintre, directeur du Musée National de la Marine de 1980 à 1998, membre et ancien président de l’Académie de Marine et vice-président de la Société de Géographie, il a publié une vingtaine d’ouvrages sur l’histoire des relations entre les hommes et la mer, dont le premier tome de l’Histoire universelle de la navigation (éd. J.-P. de Monza, 2016) qui rend hommage entre autres aux maîtres omanais de la navigation.

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Colloque : « L’espace habité en Dâr al-Islâm », Paris, INHA, 15-17/12/2016

Le colloque international « L’espace habité en Dâr al-Islâm » se tiendra du 15 au 17 décembre 2016 à l’INHA (Paris).

Il réunira une vingtaine de chercheurs issus de différentes disciplines (archéologie, histoire de l’art, archéobotanique, archéozoologie…) autour du thème de l’habitat dans le monde islamique. Outre les présentations orales, cinq posters seront présentés.

L’affiche est visible ici.

Pour consulter les résumer des interventions et des posters : brochure

a4_rv_coul_programme-cai-paris_page_1 a4_rv_coul_programme-cai-paris_page_2

Les organisateurs :

Pr Alastair Northedge (Université Paris 1)

Dr Sterenn Le Maguer (chercheur associé CEFAS/Laboratoire « Islam médiéval »)

Apolline Vernet (doctorante Paris 1)

Pour toute demande d’information : colloque.archeologie.islamique@gmail.com

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Compte-rendu d’exposition : « Aventuriers des mers : de Sindbad le Marin à Marco Polo », IMA, 15 nov. 2016 – 26 fév. 2017

L’exposition « Aventuriers des mers : de Sindbad le Marin à Marco Polo » se tient actuellement à l’Institut du Monde Arabe jusqu’au 26 février 2016.

Elle a été réalisée conjointement par l’IMA et le MUCEM.

Commissariat :

Nala Aloudat, chargée de collections et d’expositions
Agnès Carayon, chargée de collections et d’expositions
Vincent Giovannoni, conservateur au MuCEM
Anne Joyard, consultante en art, historienne de l’art

En guise d’invitation au voyage, un boutre omanais, le Nizwa, accueille les visiteurs sur le parvis de l’institut.

À l’intérieur, le parcours muséographique se développe sur deux étages. Il suit un fil thématique au premier étage, puis un fil chronologique s’étendant du VIIe siècle jusqu’à la fin du XVIIe siècle, c’est-à-dire depuis l’essor de l’Islam jusqu’à la fin de la domination arabo-musulmane en mer Méditerranée et dans l’océan Indien. Cette chronologie est parfaitement cohérente et divisée en deux époques principales : du VIIe au XVe siècle, puis du XVe au XVIIe siècle. Le XVe siècle apparaît en effet comme une période de changements importants aussi bien dans la mer Méditerranée (chute de Constantinople en 1453) que dans l’océan Indien (voyage de Vasco de Gama en 1497). L’exposition s’envisage comme « un grand récit maritime à travers les témoignages de voyageurs ».

"Cabine" d'Ibn Jubayr
« Cabine » d’Ibn Jubayr

Les voyageurs ou géographes sont présentés dans des cabines selon le procédé du « Pepper Ghost » apparenté à l’hologramme. Un même acteur narre les parcours d’Ibn Jubayr, de Sindbad le Marin, d’Ibn Majid, de Marco Polo, d’Ibn Battûtâ, de Vasco de Gama et, enfin, de Zheng He.

I – Le parcours thématique

"L'oiseau Rukhkh", Iran ou Deccan, Inde, début du XVIIe s. Encre, gouache et or sur papier.
« L’oiseau Rukhkh », Iran ou Deccan, Inde, début du XVIIe s. Encre, gouache et or sur papier.

L’exposition s’ouvre sur « La mer, étrange et redoutable ». Différents documents illustrent en quoi le vaste océan était source de dangers bien réels, cristallisés par les légendes. L’étendue maritime est aussi perçue comme un espace mystique, comme l’illustrent le mythique oiseau Rukhkh ou le prophète Khwaja Khizr Khan, protecteur des voyageurs et gardien des eaux.

"Le prophète Khwaja Khizr Khan", Miniatures, portraits et modèles d'écriture des Indes, Inde, c. 1760. Gouache, aquarelle, lavis, rehauts d'or et d'argent sur papier.
« Le prophète Khwaja Khizr Khan », Miniatures, portraits et modèles d’écriture des Indes, Inde, c. 1760. Gouache, aquarelle, lavis, rehauts d’or et d’argent sur papier.

Un étendard en forme de tête de poisson rappelle la peur des monstres marins.

2tendard en forme de tête de poisson (Mahi Maratib), Deccan, Inde, XVIIIe s. Alliage de cuivre, dorure, fer, corde.
Étendard en forme de tête de poisson (Mahi Maratib), Deccan, Inde, XVIIIe s. Alliage de cuivre, dorure, fer, corde.

Le récit de Sindbad le Marin illustre les récits merveilleux qu’inspiraient les dangers de la navigation en mer. Le témoignage d’Ibn Jubayr, lettré andalou qui entreprit le hajj en 1184, fournit quant à lui des exemples concrets.

La salle suivante, « Naviguer, une intelligence du monde », présente la façon dont les pilotes ont appris à maîtriser la navigation, et donc la mer. Il est rappelé que le commerce maritime s’effectue durant l’Antiquité selon un système de cabotage, c’est-à-dire de port en port en longeant les côtes. Cependant, les vents de moussons dans l’océan Indien sont maîtrisés par les pilotes dès le IIe siècle av. J.-C1. Le IXe siècle est marqué par le perfectionnement de la navigation arabe.

Instruments de mesure et de navigation.
Instruments de mesure et de navigation.

Des astrolabes, compas et autres instruments de mesure illustrent ces avancées. Cependant, l’apport de la Perse, pourtant considérable, n’est pas évoqué ici. Or les Perses dominent le commerce dans l’océan Indien avant l’arrivée de l’Islam : ils sont installés en Chine et au Yémen, ainsi que sur la côte orientale du golfe Arabo-persique. Cette domination est encore visible du XIIIe au XVe siècle alors que la région est dominée par le royaume perse d’Hormuz. Cet héritage se retrouve dans des termes de navigation comme « farskakh2 » (ou « parasange ») qui furent transmis à la langue arabe.

"Carte de la Méditerranée", Kitâb al-masâlik wa'l-mamâlik (Livre des routes et des royaumes), al-Istakhrî, Ispahan (?), Iran, 1306-1307. Encre, or, argent et gouache sur papier.
« Carte de la Méditerranée », Kitâb al-masâlik wa’l-mamâlik (Livre des routes et des royaumes), al-Istakhrî, Ispahan (?), Iran, 1306-1307. Encre, or, argent et gouache sur papier.

Le monde islamique s’est illustré dans la cartographie, science héritée des Grecs et notamment de Claude Ptolémée (IIe siècle). Son Traité de Géographie (rédigé vers 125) est la référence en matière de cartographie à l’époque islamique. Il a notamment été traduit par al-Khwârizmî (ca. 780-850). Un exemplaire de cette traduction figure en vitrine. L’œuvre la plus emblématique, présentée en détail ici, est la Géographie d’al-Idrîsî, géographe arabe au service du roi Roger II de Sicile (XIIe siècle).  On voit ensuite apparaître en Europe, à partir du XIIIe siècle, les portulans. Ibn Majid, pilote né vers 1432 et originaire du golfe Arabo-persique, a laissé un traité de navigation important. Plusieurs cartes et ouvrages illustrent le développement des techniques de navigation.

Enfin, le dernier thème abordé, au premier étage, est celui des « Marchandises et convoitises ». Les produits exotiques sont recherchés dès l’Antiquité, ce dont témoigne notamment l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien (mort en 79). Dans cet ouvrage de sciences naturelles, Pline décrit entre autres les épices, aromates, plantes et gemmes appréciés à Rome et importés de régions aussi lointaines que l’Arabie du Sud (encens oliban) ou l’Inde (lapis lazuli). Pour répondre à ces besoins, il a fallu mettre en place des circuits commerciaux sur de longues distances, notamment pour traverser l’océan Indien. Ces circuits se sont développés grâce aux progrès de la navigation présentés juste avant.

Lapis-lazuli, amphre, myrrhe, encens oliban et benjoin.
Lapis-lazuli, amphre, myrrhe, encens oliban et benjoin.

L’espace dédié à ce thème comporte une vitrine centrale contenant des produits emblématiques de ces échanges : encens oliban, camphre, lapis lazuli, gingembre, curcuma, riz, produits tinctoriaux etc. On pourra peut-être regretter l’impossibilité de sentir ces épices et aromates parfois peu connus du grand public bien que, dans le cas de l’encens oliban, son odeur soit familière aux fidèles fréquentant les églises. Enfin, une carte interactive retrace l’évolution des routes commerciales maritimes dans la mer Méditerranée et dans l’océan Indien.

II- Le parcours chronologique

La salle suivante vise à présenter l’évolution du commerce « Des grands empire califaux aux républiques marchandes italiennes (VIIe – XVe siècles) ». C’est sous l’Empire abbasside que le commerce islamique se développe de façon considérable, c’est-à-dire à partir du VIIIe siècle. Le déplacement du pouvoir en Mésopotamie à cette période a favorisé le développement du commerce dans le golfe Arabo-persique, et le port de Bassorah jouait un rôle important.

Coupelle épigraphique aux palmettes digitées, Irak, IXe-Xe s. Décor bleu de cobalt sur glaçure blanche opaque.
Coupelle épigraphique aux palmettes digitées, Irak, IXe-Xe s. Décor bleu de cobalt sur glaçure blanche opaque.

En effet, cette ville marchande était à la fois un important centre de production de la céramique, qui était ensuite exportée, ainsi qu’un port de réception des marchandises, notamment chinoises (parmi celles-ci, on trouvait bien sûr la porcelaine). Le rôle central de la péninsule Arabique est justement rappelé : carrefour entre le monde méditerranéen, l’Afrique et l’Asie, cet espace est au cœur des échanges depuis la plus haute Antiquité, notamment grâce au commerce de l’encens. Si les relations commerciales avec la Chine des T’ang (618-907) sont bien indiquées, rien n’est dit sur le rôle de la ville de Sîrâf, sur la côte iranienne, alors qu’il s’agit, avec Sohar en Oman, d’un des principaux relais entre les mondes musulmans et chinois.

En Méditerranée, les Républiques marchandes concurrencent les marchands orientaux dès le Xe siècle. Les Croisades profitent aux marchands chrétiens qui implantent durablement leurs comptoirs au Levant. Ces conflits sont source d’échanges artistiques et de transfert des techniques. Outre les Vénitiens, on trouve des Génois, des Marseillais ou encore des Catalans.

Pour illustrer les échanges commerciaux maritimes, les vestiges de deux épaves sont présentés. Celle trouvée en 1962 dans la rade d’Agay par Alain Visquis a livré du matériel provenant d’al-Andalus daté entre 929 et 1031.

Miroirs en bronze provenant de l'épave de Belitung. Chine, IXe s.
Miroirs en bronze provenant de l’épave de Belitung. Chine, IXe s.

L’épave de Belitung, retrouvée au large de l’île du même nom, en Indonésie, date du IXe siècle. Il s’agit d’un navire affrété par un marchand arabe revenant de Chine et transportant, entre autres marchandises, des porcelaines et grès chinois qu’il allait probablement revendre à Sohar, à Sîrâf ou à Bassorah.

De nombreux objets, présentés « dans un espace marchand qui rappelle un bazar traditionnel4« , illustrent plus ou moins explicitement ces échanges.

Plat à décor végétal et bol Changsha provenant de l'épave de Belitung. Chine, IXe s.
Plat à décor végétal et bol Changsha provenant de l’épave de Belitung. Chine, IXe s.

Alors que la céramique abbasside est présentée, le lien n’est pas directement fait avec la céramique chinoise, et notamment celle de type « Changsha » qui a pourtant influencé cette production. Ce transfert sera néanmoins explicité plus tard dans l’exposition.

Pièces du jeu d'échec dit de Charlemagne, Trésor de Saint-Denis, Salerne (?), Italie, fin XIe s. Ivoire, traces de dorure et de peinture rouge.
Pièces du jeu d’échec dit de Charlemagne, Trésor de Saint-Denis, Salerne (?), Italie, fin XIe s. Ivoire, traces de dorure et de peinture rouge.

Le jeu d’échecs dit « de Charlemagne » ou des objets fâtimides en cristal de roche illustrent les cadeaux diplomatiques offerts entre souverains. Le rôle central de la Sicile en Méditerranée est évoqué. Les documents de la Genizah du Caire éclairent le rôle des marchands juifs en mer Rouge et dans l’océan Indien.

Brûle-parfum sphérique. Syrie ou Égypte, XVIe-XVIIe s. Laiton et argent gravé.
Brûle-parfum sphérique. Syrie ou Égypte, XVIe-XVIIe s. Laiton et argent gravé.

Enfin, un objet en particulier aurait mérité plus d’explications. Il s’agit d’un brûle-parfum sphérique en alliage de cuivre daté ici des XVIe-XVIIe siècle. Ce type d’objet apparaît dans la Chine des T’ang avant de gagner le monde islamique via l’Iran dès le XIIIe siècle. Ces objets sont produits en Syrie et en Égypte à la période mamlouke, puis ils sont adoptés en Occident où ils sont employés comme chaufferette pour les mains3. Ainsi, cet objet illustre à la fois un transfert artistique et le commerce des aromates entre ces régions.

Un très beau théâtre d’ombres résume les voyages d’Ibn Battûtâ (né vers 1303 à Tanger), voyageur arabe emblématique qui entreprit le hajj et poursuivit son aventure sur terre et sur mer pendant 25 ans.

Le dernier espace se concentre sur « Le temps des expansions (XVe – XVIIe siècles) ».  Il témoigne de la « globalisation des échanges », notamment du fait de l’irruption des flottes portugaises dans l’océan Indien à partir de la toute fin du XVe siècle. Les échanges commerciaux se normalisent.

Plat à décor de barques aux trois grandes voiles rayées, Iznik, Turquie, vers 1700. Céramique siliceuse à décor peint sous glaçure transparente.
Plat à décor de barques aux trois grandes voiles rayées, Iznik, Turquie, vers 1700. Céramique siliceuse à décor peint sous glaçure transparente.

Le matériel présenté illustre surtout le développement de la manufacture à échelle industrielle : céramique ottomane d’Iznik et soieries indiennes de Goa, afin de répondre à une demande toujours croissante de la part des élites ottomanes et européennes.

Deux nouvelles épaves sont présentées. La première a été retrouvée en 1990 au large de l’île de Mljet (Croatie). Il s’agit du « Saint Paul » affrété par des marchands vénitiens au XVIe siècle. La seconde est celle du San Diego échoué vers 1600 au large de Manille. Elle témoigne de la percée des Espagnols dans l’océan Indien depuis le Pacifique et de leur implantation aux Philippines.

Deux vidéos illustrent les échanges dans l’océan Indien et l’empreinte laissée au sein des populations. L’une nous parle des Comores tandis que la seconde évoque Zanzibar. Dans les deux cas, on retrouve des populations dont la tradition culinaire, aussi bien que la langue et les pratiques religieuses ont été marquées par les apports arabes, indiens et africains.

Bataille de Lépante, Vénitie, 1571-1600. Huile sur toile.
Bataille de Lépante, Vénitie, 1571-1600. Huile sur toile.

Enfin, en guise de conclusion, un dernier panneau nous parle des « Prémices d’un nouveau monde ». Quelques dates clés sont fournies (chute de Constantinople, bataille de Lépante en 1571 et création de la Compagnie néerlandaise des Indes en 1602). Trois objets clôturent l’exposition : un tableau représentant la bataille de Lépante, un tissu et un canon. La chute est un peu abrupte, à l’image, peut-être, de la fin de la domination arabo-musulmane sur les mers.

Cette exposition se suit facilement et vise un très large public. Elle est richement illustrée d’objets et de manuscrits. Cependant, certains objets, comme les céramiques, auraient gagné à être accompagnés de plus d’explications. Le voyage sera utilement complété par le catalogue de l’exposition.

Informations pratiques : https://www.imarabe.org/fr/expositions/aventuriers-des-mers


1 A. Avanzini, 2008, A Port in Arabia between Rome and the Indian Ocean (3rd C. BC-5th C. AD), Khor Rori Report 2, Rome, p. 624-625. Témoignage d’après Eudoxe de Cyzique, marin grec qui aurait obtenu ces informations d’un pilote indien.

2 Il s’agit à l’origine d’une unité de mesure terrestre, très utilisée dans la navigation également.

3 J. Mouliérac, 1989, « La collection Marcel Destombes, » dans A. J. Turner (éd.), Astrolabica 5, Paris : Institut du Monde arabe/Société internationale de l’astrolabe, p. 77-126.

4 Dossier de presse « Aventurier des mers », p. 21.

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Colloque : « Oman dans les sources géographiques, les récits des voyageurs et des orientalistes », Paris, Ambassade du Sultanat d’Oman, 08/11/2016

L’Ambassade du Sultanat d’Oman à Paris a le plaisir de vous inviter au colloque

« Oman dans les sources géographiques, les récits des voyageurs et des orientalistes »

organisé avec le soutien de l’Université de Nizwa et du Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales.

Entre les étendues désertiques de Rub al-Khali et les courants impétueux de la mer d’Arabie, escale incontournable, à l’entrée du golfe Persique, des voyageurs empruntant les routes maritimes reliant l’Inde à l’Arabie, l’Afrique ou l’Europe, l’Oman semble paradoxalement avoir été peu et mal connu des géographes arabes. Sa situation exceptionnelle, à la périphérie du monde arabo-musulman, en a pourtant fait un lieu de rencontres et d’échanges unique, une contrée qui a profondément marqué tous ceux qui s’y sont rendus, comme en attestent les nombreux récits de voyageurs décrivant l’Oman avec des degrés différents de précision et de profondeur, ou encore les vastes correspondances conservées au sein des archives européennes. L’engagement croissant des Européens dans le commerce de l’océan Indien et leur volonté de dominer les contrées qui le jouxtent, puis l’intensification des contacts des Britanniques et des Français avec l’Oman au cours du XIXe siècle ont enfin favorisé la construction d’un savoir académique sur ce pays.

Au cours de cette demi-journée d’études, quatre chercheurs, spécialistes de la péninsule Arabique, tenteront d’ébaucher une réflexion commune sur les regards portés de l’extérieur sur l’Oman, en insistant tout particulièrement sur l’analyse diachronique des informations disponibles, sur l’indispensable croisement des données et sur l’estimation de la valeur historique, scientifique et culturelle des différents types de sources.

-Le colloque aura lieu le mardi 8 novembre 2016 de 09h30 à 12h45 dans les locaux de l’Ambassade, au 50 avenue d’Iéna, 75116 Paris

Programme et invitation en pièce-jointe

-Inscription indispensable sur : paris@mofa.gov.om

-Déjeuner à 12h45

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Journée d’étude : « Parfums et odeurs : une approche pluridisciplinaire », Paris, 8 nov. 2016

La première journée d’études « Parfums et odeurs. Une approche pluridisciplinaire », organisée par le CCJ et le CEIAS, s’inscrit dans le champ relativement nouveau des études culturelles et sociales liées à l’odorat. Nous nous trouvons à la croisée de nombreuses disciplines, comme l’histoire et l’anthropologie des perceptions, des sensibilités, des techniques, des objets naturels et des produits composés, des représentations symboliques, de la circulation des savoirs, des savoir-faire et des marchandises, sans oublier les neurosciences.
Cette première journée d’étude se propose d’aborder ces thèmes dans différentes aires culturelles, en mobilisant et en faisant dialoguer historiens et anthropologues.

Date : 8 novembre 2016

Lieu : Bâtiment « Le France », Salle 638, 190 Avenue de France, 75013 Paris

Livret complet (programme et résumés)

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Recherches archéologiques en péninsule Arabique