Archives par mot-clé : Monod

Pourquoi une prospection botanique en Oman ?

La prospection botanique en Oman avec Margareta Tengberg (MNHN, Paris) a plusieurs objectifs. Ce travail s’inscrit dans le cadre du programme de recherche EXSUDARCH financé par l’ANR et sera explicité après une brève introduction.

L’encens désigne communément toute substance dégageant une odeur lorsqu’elle est brûlée. Plus précisément, l’encens qui nous intéresse est en fait la résine séchée issue de l’exsudation des arbres à encens ou Boswellia, de la famille des Burséracées, espèce dont la répartition est localisée entre la corne de l’Afrique, la région du Hadramawt au Yémen et le Dhofar en Oman. Il existe une vingtaine d’espèces de Boswellia répertoriées, mais le véritable encensier est le Boswellia sacra Flückiger, 1867, connu également sous le nom de Boswellia carterii Birdwood 1870.

À la fin des années 1970, des recherches botaniques sont menées au Yémen par Théodore Monod. Ces travaux sont impulsés par Jacqueline Pirenne, archéologue et grande spécialiste de l’Arabie du Sud préislamique.

Th. Monod se pose les questions suivantes : « où poussait actuellement – et sans doute où avait poussé dans l’Antiquité Sudarabique – le Boswellia sacra. L’arbre s’est-il raréfié, a-t-il localement disparu ? Où étaient les peuplements ayant alimenté la Route caravanière de l’encens ? ». En effet, à l’époque, l’opinion veut que les encensiers aient disparu.

Après une prospection poussée, Th. Monod publia ses résultats. Il définit quatre régions principales où l’encensier est encore présent et exploité à partir de l’étude de 16 stations. Il a ainsi précisé les hypothèses de distribution des arbres à encens qui, jusqu’alors, reposaient essentiellement sur les descriptions antiques telles que nous les a transmis Pline l’Ancien (Ier s.) notamment. Enfin, Th. Monod proposa des itinéraires par lesquels l’encens avait circulé, en mettant en évidence la multitude des routes qu’empruntaient les marchands depuis les zones de productions, remettant ainsi en question la thèse de la piste unique de l’encens.

Notre problématique et notre démarche sont proches de celle de J. Pirenne et Th. Monod, mais pour la période Islamique. Notre prospection botanique en Oman a trois objectifs. Premièrement, au vu des recherches précédentes, il s’agira de déterminer si oui ou non il existe différents Boswellia en Oman, s’ils se distinguent bien de ceux étudiés au Hadramaout. Dans un second temps, une base d’échantillons sera mise en place afin de déterminer les compositions chimiques de différents arbres à encens. Ces analyses serviront ensuite de référence pour permettre l’identification de résines retrouvées en contexte archéologique, et donc de déterminer leur provenance. Enfin, nous effectuerons un recensement des arbres. Cette mission présente également un but écologique, vu le risque de disparition de ces arbres. Les encensiers sont, en Oman, protégés dans un parc national dont l’accès est réglementé. Ce n’est malheureusement pas le cas partout, et un article récent publié dans le Journal of Applied Ecology met l’accent sur ce risque écologique.

Notre méthodologie est la suivante. Tout d’abord, si nous obtenons les autorisation nécessaires, nous nous efforcerons de réaliser des échantillons d’herbier. Cela pourrait se faire lors des visites de stations, au cours desquelles les arbres seront recensés et décrits. Enfin, des prélèvements de résine seront réalisés sur les arbres et dans les sûqs où les résines sont vendues.

La prospection botanique a donc pour objectif principal l’établissement d’échantillons de références quant à la composition des résines issues de différentes espèces de Boswellia à différents endroits. Ces échantillons permettront, par comparaison des compositions chimiques, d’établir la provenance des résines retrouvées en contexte archéologique, afin de comprendre les modalités de circulation de ces résines.

Sources :

MONOD Th., « Les arbres à encens (Boswellia sacra Flückiger, 1867) dans le Hadramaout (Yémen du Sud) », Bull. Mus. natn. Hist. nat., 4e sér., 1, 1979, section B, n° 3, p. 131-169.

GROENENDIJK P. et al., « Limitations to sustainable frankincense production: blocked regeneration, high adult mortality and declining populations », Journal of Applied Ecology, 49/1, 2012, p. 164-173.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn