Archives par mot-clé : études physico-chimiques

Une archéologie des odeurs (2/3) : « Les résines en contexte archéologique »

Les sites ayant livré de la résine en contexte archéologique

En péninsule Arabique, d’après ce qui a été publié, seuls 3 sites ont livré de la résine en contexte archéologique.

Il s’agit d’abord du site ancien de Qani, l’actuelle Bir ‘Ali située au Yémen. L’encens récolté dans le Dhofar était acheminé depuis Sumhuram par bateau vers les entrepôts de Qani, d’où l’encens repartait vers Shabwa, capitale du royaume de Hadramaout. Des encens brûlés et intacts ont été retrouvés dans des contextes datés entre les Ier et Ve siècles de notre ère, dans ce qui a été interprété comme les entrepôts à encens (Mouton et al. 2008, p. 202).

Vestiges de la ville marchande d'al-Balîd. (c) S. Le Maguer
Vestiges de la ville marchande d’al-Balîd. (c) S. Le Maguer

 

L’autre site est al-Balîd ou Zafâr, qui a donné son nom à la plaine littorale du Dhofar. Les fouilles menées sous l’égide de l’American Foundation for the Study of Man ont d’ailleurs livré environ 50 kg d’encens (Albright 1955, p. 39).

 

Enfin, le site médiéval de Sharma a livré des résines qui ont fait l’objet d’analyses physico-chimiques.

 

 

 

 

Le cas de Sharma

L'anse de Sharma en 2007. (c) S. Le Maguer
L’anse de Sharma en 2007. (c) S. Le Maguer

Le site de Sharma est un ensemble d’entrepôts en fonction entre 980 et 1140 environ. L’étude de la céramique retrouvée lors des fouilles effectuées par Axelle Rougeulle entre 2001 et 2005 a mis au jour de la céramique d’importation en grande quantité. Il s’agit principalement de porcelaines et de grès de la période Sung. Cette production a permis de dater l’occupation du site, et témoigne de la régularité des échanges commerciaux qui se sont maintenus entre cet entrepôt et l’Extrême Orient.

Les fouilles ont par ailleurs livré des morceaux de résine qui ont fait l’objet d’une analyse physico-chimique poussée (Regert et al. 2008). Sharma se situe dans la région d’Al-Shihr, mentionnée dans les sources médiévales comme une région productrice et exportatrice d’encens. Or ces analyses ont révélé que 84% de ces résines sont en fait du copal provenant d’Afrique Orientale (Madagascar).

Ces résultats nous permettent de mettre en évidence l’importance des liens commerciaux entre Sharma et l’Afrique orientale, en lien avec la quantité importante de céramique africaine. De plus, on voit bien que l’exportation de l’encens était l’apanage du port d’Al-Shihr situé à 50 km à l’ouest de Sharma, dans la mesure où ce commerce représentait une source de revenu importante pour le gouverneur de la ville.

Considérant l’intérêt de tels résultats, il convenait de mettre en place des échantillons de références quant à la composition chimique de ces résines, afin d’obtenir des résultats similaires sur d’autres sites. La prospection botanique menée entre les 27-29 janvier 2013 avait pour objectif principal l’établissement d’échantillons de références quand à la composition des résines issues de différentes espèces de Boswellia à différents endroits. Ces échantillons permettront, par comparaison des compositions chimiques, d’établir la provenance des résines retrouvées en contexte archéologique, afin de comprendre les modalités de circulation de ces résines.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn