Archives par mot-clé : encens

Parution : Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale, BEO 64, 2015. Dir. J. Bonnéric

Cette publication est le résultat de la table ronde sur les odeurs en terre d’Islam au Moyen Âge organisée par Julie Bonnéric (14 décembre 2012, Ifpo Beyrouth).

L’approche se veut pluridisciplinaire : historiens, archéologues, anthropologues, linguistes et islamologues discutent ce thème. Outre les intervenants présents à la table ronde, trois contributeurs viennent enrichir l’ouvrage en abordant le champ sémantique des odeurs en hébreu, le rôle de la putréfaction en Andalousie et l’exemple de la prohibition du safran dans les hadith.s.

Pour ma part, j’y parle du rôle de l’archéologie dans la compréhension de l’usage des encens dans le monde islamique entre le VIIIe et le XIIe siècle.

Résumé de l’article :

L’usage des encens, comme l’oliban (lubān), la myrrhe (murr) ou encore le bois d’aloès (ʿūd), est bien renseigné dans les sources écrites, qu’elles soient des oeuvres lexicographiques, des traités de médecine, des récits de géographes ou des oeuvres poétiques et littéraires. Ces sources informent sur les différents emplois de ces substances aromatiques de valeur dans les milieux aisés et de prestige. Les données archéologiques viennent compléter notre connaissance à ce sujet en livrant des informations importantes sur la façon dont ces aromates étaient employés au sein de populations plus modestes pour lesquelles nous ne disposons pas de sources écrites. Différents sites ayant livré des résines ou des brûle-parfums en contexte archéologique sont présentés afin de montrer en quoi leur étude nous renseigne sur les contextes d’utilisation des résines et bois aromatiques : religieux ou profane, riche ou modeste. Enfin, dans le cadre d’une étude anthropologique complète, la vente et l’usage de l’encens seront abordés du point de vue des pratiques actuelles en Oman, région productrice et consommatrice d’oliban.

BEO 64 (2015)

Beyrouth-Damas, Presses de l’Ifpo, 2016
390 p.
ISBN 978-2-35159-800-9
ISSN 0253-1623
38 €

Sur Revues.org : http://beo.revues.org/

Sommaire

In memoriam
  • Souheil Chébat 7
  • Jean-Paul Pascual 13
Dossier thématique : Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale 
  • Liste des contributeurs 19
  • Introduction
    • Entre fragrances et pestilences, étudier les odeurs en terre d’Islam au Moyen Âge, Julie Bonnéric 21
    • L’anthropologie des odeurs : un état des lieux, Joël Candau 43

Exprimer les odeurs

  • Le lexique arabe des odeurs, Bruno Paoli 63
  • Odeurs, souffle et sacré en hébreu classique, décryptage d’un réseau sémantique, Jonas Sibony 99

Les substances odorantes

  • De la pestilence à la fragrance. L’origine de l’ambre gris selon les auteurs arabes, Thierry Buquet 113
  • Une archéologie des odeurs : identifier les encens et leurs usages au Proche et Moyen-Orient (VIIIe-XIIe siècles), Sterenn Le Maguer 135

Le rôle des odeurs

  • Des parfums et des fumées : les parfums à brûler en Islam médiéval, Jean-Charles Ducène 159
  • Fumigations et rituels magiques. Le rôle des encens et fumigations dans la magie arabe médiévale, Jean-Charles Coulon 179
  • Hommes, femmes, parfums et puanteurs dans quelques textes littéraires arabes des IVe/Xe-Ve/XIe siècles, Monica Balda-Tillier 249
  • العفونة في البيطرة الأندلسية بين المفهوم الفلسفي والواقع التجريبي 265
    سعدي شخوم وحياة قنون
Odeurs et sacré
  • Olfactory Visuals: A Case of Saffron Prohibition in Ḥadīṯ Commentary, Atanas Shinikov 227
  • Réflexions sur l’usage des produits odoriférants dans les mosquées au Proche-Orient (Ier/VIIe-VIe/XIIe s.), Julie Bonnéric 293
Varia
  • Le prince al‑Walīd et son bain : itinéraires épigraphiques à Quṣayr ʿAmr, Frédéric Imbert 321
  • La question du  cursus honorum mamelouk au tournant des XIVe‑XVe siècles, Clément Onimus 365

Source : http://www.ifporient.org/node/1799

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Compte-rendu d’exposition : « Sensual Delights. Incense Burners and Rosewater Sprinklers from the World of Islam », 20 mars – 6 sept. 2015, Copenhague

L’exposition « Sensual Delights » s’est tenue à la David Collection (Copenhague) du 20 mars au 6 septembre 2015. Elle a été élaborée par Joachim Meyer.

Cette exposition avait deux objectifs : mettre en lumière deux types d’objets (brûle-parfums et aspersoirs à eau de rose) dispersés au sein de la collection et rendre tangible des « substances éthérées » à travers la culture matérielle associée à leur usage. D’où le nom de l’exposition, les sens en question étant non seulement l’odorat mais aussi la vue. L’odorat était mis en valeur, au sein de l’exposition, à travers un présentoir permettant de sentir des substances comme le musc, l’ambre gris, l’encens oliban etc. Onze brûle-parfums et dix-neuf aspersoirs à eau de rose étaient présentés suivant un ordre chronologique. Les vitrines étaient organisées de façon linéaire avec, à gauche les brûle-parfums et à droite les aspersoirs à eau de rose.

Le premier objet présenté est un encensoir en bronze datant des VIIIe/IXe siècles. Circulaire sur pied, il comporte trois anneaux permettant de suspendre l’objet à autant de chaîne afin de balancer l’objet lors du culte. Il porte un décor en bas-relief représentant des scènes de la vie du christ. Cet encensoir a donc une fonction religieuse.

Brûle-parfum cylindrique, bronze, Iran (ca. XIIe - XIIIe s.)
Brûle-parfum cylindrique, bronze, Iran (ca. XIIe – XIIIe s.)

Il s’oppose ainsi, aussi bien du point de vue fonctionnel que morphologique, aux brûle-parfums islamiques qui sont ensuite présentés. Les brûle-parfums en bronze ou en alliage de cuivre, parfois richement ornés d’incrustation en or ou en argent, illustrent le goût des élites.

IMG_0980Les formes étaient variées : récipients cylindriques à sur pieds ou brûle-parfums zoomorphes.

Trois objets portent des inscriptions : deux sont des formules de bénédiction, l’autre indique que l’objet est une donation pieuse.

Deux brûle-parfums, bois et fibre végétale, Yémen (fin XVIIIe s.)
Deux brûle-parfums, bois et fibre végétale, Yémen (fin XVIIIe s.)

Deux brûle-parfums en bois et fibre végétale ont été rapportés du Yémen par Carsten Niebuhr lors de son expédition en Arabie entre 1761 et 1767 (prêt du Musée national du Danemark).

 

Le choix des objets est particulièrement pertinent puisque avec seulement onze objets, huit types différents peuvent être distingués. Le conservateur parvient ainsi à restituer la production des brûle-parfums entre le VIIIe et le XVIIIe siècle dans des régions allant de la Sicile au Yémen en passant par le Levant ou l’Iran.

De la même façon, la présentation des aspersoirs (ou flacons) à eau de rose suit un ordre chronologique. Le premier aspersoir présenté est en bronze et date des Xe-XIe siècle. Il rappelle les productions sassanides en argent des Ve-VIIe siècle. La principale différence réside au niveau du col : celui-ci est désormais plus étroit afin de laisser passer moins de liquide. Cette évolution morphologique indique un usage comme aspersoir et non comme bouteille. Cette forme hémisphérique sur pied et terminée par un col étroit à bec ouvert est représenté par cinq autres exemplaires en métal et un en céramique glaçurée. Les décors sont très variés et le motif en relief de bosses en forme de gouttes rappelle la fonction de l’objet tout en facilitant sa préhension. Un des aspersoirs est en forme d’oiseau qui n’est pas sans rappeler un type de brûle-parfum évoqué supra : il provient d’ailleurs de la même aire géographique, l’Iran-Afghanistan, et de la même période, le XIIe siècle. Les formes des aspersoirs rappellent parfois des productions en verre et parfois ils étaient eux-mêmes réalisés dans ce matériau, bien que dans ce cas leur identification est moins assurée et il pourrait aussi bien s’agir de bouteilles. Les exemples d’aspersoirs originaires d’Inde illustrent le goût des élites indiennes pour les parfums et leur art de vivre, à l’imitation des cours des princes moghols. Les princes ottomans faisaient également un usage libéral de parfums, et deux aspersoirs faits en porcelaine chinoise et rehaussés de métal et de gemmes datent de cette époque. Quatre objets portent des inscriptions de bénédictions. Les aspersoirs présentés dans l’exposition appartenaient à des contextes princiers, à l’image des brûle-parfums exposés. J. Meyer a fait parfaitement dialoguer les deux types d’objets dont les matériaux, les décors, les inscriptions et parfois même la forme se répondent.

En outre, des miniatures conservées à la David Collection viennent illustrer les usages de ces objets dans les cours princières.

Il convient donc de saluer cette exposition qui est la première, à notre connaissance, à s’intéresser aux parfums dans le monde islamique. Si les parfums sont un thème relativement bien exploité pour l’Antiquité, le sujet a été peu étudié en ce qui concerne le monde médiéval musulman. Cette exposition, et le catalogue qui l’accompagne, participe ainsi à la mise en valeur de ce sujet qui concerne à la fois l’histoire de l’art, l’archéologie et l’histoire sociale.

 

Descriptif :

https://www.davidmus.dk/en/current_events/tidligere_saerudstilling/saerudstilling_foraar_2015

Catalogue de l’exposition :

Meyer Joachim, Sensual Delights. Incense Burners and Rosewater Sprinklers from the World of Islam, Copenhague, The David Collection, 2015

80 p. Ill. coul.

Env. 20 €

ISBN : 978-87- 88464-8-4

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Une archéologie des odeurs (3/3) : « L’encens aujourd’hui »

La récolte de l’encens joue encore un rôle économique, même si celui-ci est relativement faible. Au Yémen, la récolte est effectuée par des ouvriers somalis. En Oman, les arbres appartiennent à des familles depuis des générations et sont protégés au sein de la réserve naturelle du Dhofar inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. L’arbre est incisé avec un couteau mangeb afin de faire couler la résine, qui, une fois séchée, sera revendue sur les marchés avant d’être brûlée. Ibn Battûta nous donne déjà une description similaire au XIVe siècle lors de sa visite dans le sud de l’Oman, lorsqu’il effectue une halte à khowr Hâsik :

 » Ici se trouve l’arbre qui fournit l’encens ; ses feuilles sont minces, et lorsqu’on pratique des incisions dans celles-ci il en dégoutte une liqueur semblable au lait, et qui devient ensuite une gomme ; et c’est là l’encens, qui est très abondant dans ce pays. »

(Voyages, t. II, p. 106)

De plus, l’encens reste un produit important dans la vie sociale. On peut le voir à travers la cérémonie de l’accueil, encore attestée parmi les populations de la péninsule Arabique, en particulier l’Oman, le Yémen et l’Arabie Saoudite.

Al-Masʿūdī rapporte que le calife al-Maʿmūn (r. 198/813-218/833) présidait une conférence de jurisprudence tous les mardis, à laquelle participaient des légistes et autres savants. À la fin du repas, on apportait les brûle-parfums (majāmir) afin que les hôtes du calife en respirent les arômes et se parfument[1]. Le même calife consomma beaucoup d’aromates lors de son mariage avec Būrān b. al-Ḥasan b. Sahl (192/807-271/884) en 210/825, en particulier de l’ambre gris et du bois d’aloès de qualité supérieure venant d’Inde[2].


[1] Kitāb murūj al-ahab, vol. VII, p. 38-39.

[2] Marín 1981, p. 195-198.

 

L’étude de la terminologie actuelle nous aide aussi à comprendre la fonction des différents brûle-parfums. Ainsi, en Oman, on fait la distinction entre le simple majmar, fait en céramique et destiné à brûlé de l’encens, et le mabkharah, qui comprend un brûle-parfum et un ensemble fait de palmes destiné à parfumer les vêtements. Les descriptions détaillées de ces objets sont disponibles ici.

Le mausolée de Bîbî Maryam, Qalhât. (c) S. Le Maguer
Le mausolée de Bîbî Maryam, Qalhât. (c) S. Le Maguer

 

À Qalhât, de l’encens est brûlé pour rendre hommage à Bibi Maryam et obtenir ses faveurs. Généralement, les femmes y implorent la fertilité en effectuant des circumambulations autour du mausolée et en déposant des brûle-parfums dans la crypte.

L’encens est brûlé pour parfumer la maison, mais aussi pour la protéger des djinns.

Il est aussi employé comme remède et se retrouve dans la composition de savons dans le Dhofar.

 

Parfum "Gold Woman" d'Amouage. (c) Amouage 2013.
Parfum « Gold Woman » d’Amouage. (c) Amouage 2013.

Enfin, l’actuel sultan d’Oman a tenu lui-même à ce que soit créé dans son sultanat un parfum de luxe dont les deux ingrédients principaux sont l’encens et la myrrhe. Bien que tout cela soit un peu superficiel, cela témoigne de l’importance que joue l’encens dans l’imaginaire et le désir de cette nation de s’identifier à ce produit dont l’usage est attesté dès le IIIe millénaire av. J.-C.

 

Conclusion

Les données archéologiques complètent les données textuelles concernant les usages de l’encens en apportant des précisions sur les contextes d’utilisation. Suivant le milieu social, la matière dans laquelle est réalisé le brûle-parfum, ainsi que la qualité et l’exotisme de l’encens employé varient.

Ces données, enrichies par des études botaniques et des analyses physico-chimiques, apportent des données précieuses sur les modalités de ce commerce en particulier, et sur les réseaux commerciaux en péninsule Arabique et dans l’océan Indien en général.

Enfin, l’étude de l’encens aujourd’hui montre une certaine continuité dans les pratiques et témoigne de l’importance de l’usage de l’encens à tous les échelons de la société.

En effectuant des aller-retours entre ces données, nous appréhendons ce qui était brûlé, dans quoi, où, et par qui.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Une archéologie des odeurs (1/3) : « L’étude des brûle-parfums et de leurs contextes archéologiques »

Introduction

L’usage des encens, comme l’oliban (lubān), la myrrhe, le bois d’aloès (ʿūd), est bien renseigné dans les sources écrites, que ce soient des chroniques, des récits de géographes ou des œuvres poétiques et littéraires. Généralement, ces sources nous informent sur les différents emplois de ces substances aromatiques de valeur dans les milieux aisés et de prestige.

Les données archéologiques viennent compléter notre connaissance à ce sujet, en fournissant des données importantes sur la façon dont ces aromates étaient employés au sein de populations pour lesquelles nous ne disposons pas de sources écrites.

Ainsi, les fouilles archéologiques menées à R’as al-Jins en Oman font remonter l’usage de l’encens au IIIe millénaire av. J.-C., dans un contexte d’habitat domestique.

Cet article et les deux prochains qui vont suivre sont issus de la présentation donnée dans le cadre de la table-ronde « Fragrances et pestilences : histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale » qui s’est tenue à l’Ifpo le 14 décembre 2012.

Dans cette première partie, différents sites ayant livré des brûle-parfums en contexte archéologique seront présentés afin de montrer en quoi leur étude nous renseigne sur les contextes d’utilisation des résines et bois aromatiques : religieux ou profane, riche ou modeste.

Dans une seconde partie, je présenterai les sites archéologiques ayant livré des résines, les méthodes d’analyses et les hypothèses que l’on peut formuler grâce à ces données.

Enfin, je m’intéresserai également à la vente et à l’usage de l’encens tels qu’ils sont pratiqués aujourd’hui dans le sud de la péninsule Arabique, région productrice et consommatrice d’oliban.

 

Les brûles-parfums

L’emploi de ces aromates est généralement lié, dans le monde médiéval musulman, à un objet bien spécifique : le brûle-parfum.

Nous définissons par « brûle-parfum » tout support ayant servi à brûler des résines ou des bois aromatiques dans un contexte profane. L’étude typologique des brûle-parfums a permis de mettre en place un fossile directeur, et met la lumière sur des réseaux de diffusion de ces objets, et par là-même de l’encens (Le Maguer 2011).

Les brûle-parfums sont aussi un indicateur du contexte social suivant le matériau dans lequel ils sont réalisés : alliage, chlorite ou céramique. Les brûle-parfums en alliage, généralement le bronze ou le cuivre, étaient coûteux et témoignent de la richesse de leurs propriétaires. La chlorite est, d’après certains auteurs médiévaux, réputée pour ses qualités culinaires. De fait, ce matériau était recherché et plutôt associé à des contextes aisés. Enfin, les brûle-parfums en céramique sont les plus courants et les plus faciles à acquérir.

Les brûle-parfums en bronze

Un premier type de brûle-parfums en bronze relève de techniques et de formes nées dans la Méditerranée ancienne, en particulier le monde romain puis byzantin. On les trouve surtout aux périodes Omeyyades et début de la période Abbasside.

Ce type d’objet a ainsi circulé dès l’époque pré-islamique. Dans une tombe située à Wâdî Ḍuraʾ, au nord-est d’Aden, au Yémen, a été retrouvé un brûle-parfum cylindrique tripode en bronze de 10,5 cm de hauteur. Il est doté d’un couvercle en forme de coupole ajourée et d’un manche horizontal tubulaire orné d’une tête de bélier à l’extrémité. L’objet date des premier ou deuxième siècles de notre ère, et fait parti d’un riche mobilier funéraire accompagnant la dépouille d’un guerrier. L’exécution de cet objet relève de la tradition proche-orientale. Des manches similaires sont attestés sur des palettes à encens en Egypte et en Palestine. Cependant, il s’agit d’un objet de production locale, et non pas importé, comme la plupart des objets en bronze retrouvés sur ce même site pour la même période[1]. Le long manche horizontal et le couvercle perforé seront à nouveau des éléments fondamentaux dans la réalisation des brûle-parfums communs de l’Orient byzantin puis islamique[2].

Brûle-parfum en bronze provenant des fouille de la citadelle d'Amman.
Brûle-parfum en bronze provenant des fouille de la citadelle d’Amman.

Le premier brûle-parfum présenté ici est en bronze, et ses différentes parties (corps, couvercle et manche) ont été forgées séparément. Le réceptacle se présente sous la forme d’un cylindre terminé par un disque formant un collet, sous lequel les trois pieds sont attachés. Le couvercle est en forme de dôme, ajouré par une série d’arches. La partie supérieure du couvercle est percée par trois rectangles et surmonté d’un cabochon. Le manche est un tube en bronze terminé par un protomé de lion, et attaché au réceptacle par trois rivets. Le réceptacle et le couvercle sont gravés de motifs floraux stylisés sur un fond de points. Le fond du réceptacle contenait les restes d’une substance blanche. L’objet est conservé au Musée Archéologique, à ʿAmman (numéro d’inventaire : J. 1660).

Le brûle-parfum d’Amman figure parmi les exceptions, la majorité de ces objets provenant de musées.

Brûle-parfum monumental seldjoukide conservé au Metropolitan Museum of Art.
Brûle-parfum monumental seldjoukide conservé au Metropolitan Museum of Art. (c) Le Maguer.

 

Plus tard, dans l’Iran seldjoukide, on trouve des brûle-parfums zoomorphes, généralement des lions, pouvant atteindre des tailles monumentales comme celui conservé au Metropolitan Museum of Art à New York. Les commanditaires sont le plus souvent des princes ou des gens de cour. Des brûle-parfums de ce type, aux dimensions plus modestes, sont également visibles au Louvre.

 

 

 

 

 


[1] Breton 1993, p. 49-50, Pl. 8, fig. 16 et Pl. 15, fig. 41.

[2] Invernizzi 1997.

 

Les brûle-parfums en chlorite

Le mot chlorite, équivalent dans la littérature francophone au terme « softstone » ou pierre à savon (hajjar as-saboni), est ici employé comme terme générique pour désigner un type de pierres altérées par hydrothermie, riche en magnésium et en talc. La chlorite est une pierre très peu dure (1 à 3 sur l’échelle de Moh), et donc facile à travailler.

Carte localisant les mines de chlorite actives durant la période abbasside. (c) Le Maguer
Carte localisant les mines de chlorite actives durant la période abbasside. (c) Le Maguer

Les mines de chlorite en péninsule Arabique sont localisées à l’ouest, dans une bande montagneuse nord-sud comprise entre le Golfe d’Aqaba et le Najd (Zarins et al. 1979 : 9-12), ainsi que dans les montagnes nord du Yémen (Overstreet et al. 1988 : 392).

Les centres de production d’objets en chlorite se situent dans ces mêmes régions. L’existence d’une production locale est prouvée par la présence d’éléments de taille et de manufacture, l’identification de mines contemporaines avec l’implantation de zones d’habitat, et la comparaison entre les sources géologiques et les produits finis. Wadakh et Ghuraba, dans la région de Ta’if, ont fait l’objet d’une étude qui prouve leur fonction de centres de production pour la période abbasside (Zarins et al. 1980 : 27-28). Ces mines étant localisées de façon bien précise, la chlorite est donc amenée à circuler.

Le commerce de la chlorite est très ancien et remonte au premier millénaire av. J.-C. Il connaît un renouveau sous la période abbasside, en lien avec le transfert du pouvoir de la Syrie vers l’Irak, et la création de la capitale califale à Bagdad, ce qui a pour conséquence directe le développement de routes terrestres entre la Mecque et la Mésopotamie, dont le Darb Zubayda, construit sous le règne du calife Hārūn al-Rashīd (170/786-193/809)[1]. Cette route passe notamment par ou près de centres de production de la chlorite, comme al-Rabadhah, situé à 11 km d’une mine d’extraction de la chlorite[2].


[1] Knudstad 1977, p. 41.

[2] Al-Rashid 1986.

 

Brûle-parfums en chlorite provenant de Suse et conservés au Musée du Louvre. (c) S. Le Maguer.
Brûle-parfums en chlorite provenant de Suse et conservés au Musée du Louvre. (c) S. Le Maguer.

C’est pourquoi nous retrouvons des brûle-parfums en chlorite produit en péninsule Arabique sur des sites tels que Fustat en Egypte, Suse et Sîrâf en Iran dans des proportions très importantes.

Le site de Sīrāf, situé près du village actuel de Tāhirī, s’étend sur la côte iranienne du Golfe Persique[1]. Les fouilles archéologiques dirigées par D. Whitehouse, sous l’égide du British Institute of Persian Studies, se sont déroulées entre 1966 et 1973. Les plus anciennes références sur Sīrāf se trouvent dans les écrits de Ibn al-Faqīh qui vécut au début du IXe siècle, et qui notait déjà le commerce avec l’Inde. Ibn Hawqal, qui écrit au Xe siècle, ajoute que les marchandises transitant par Sīrāf étaient : l’aloès, l’ambre gris, le camphre, des gemmes, le bambou, l’ivoire, l’ébène, le papier, le bois de santal et autres parfums, drogues et épices. Cependant, d’après al-Muqqadasī, la ville est en déclin dès la fin du Xe siècle. En effet la ville subi d’importants dommage suite au tremblement de terre de 366/977, ralentissant considérablement son développement économique.

Le site a livré un abondant matériel en chlorite. Tous les objets en chlorite proviennent de la Période 2 d’occupation du site, soit entre 825-1055 correspondant à l’apogée de la ville de Sīrāf. Les fouilles ont ainsi livré un large éventail de types de brûle-parfums en chlorite.

En effet, chaque type d’objet présent à Sīrāf est bien attesté par ailleurs sur des sites comme Samarra en Irak, Suse en Iran, ‘Aqaba en Jordanie et dans la péninsule Arabique.

Le matériel issu des fouilles de Sīrāf est en grande partie conservé au British Museum. Sur l’ensemble du matériel en chlorite issu des fouilles conservé au BM, 66% des objets proviennent du site F. Il s’agit d’un ensemble de maisons de riches marchands abandonnées à la fin du Xe ou au début du XIe siècle. 83% des brûle-parfums proviennent de ce même site. A l’inverse, le site B, correspondant à la grande Mosquée, n’a livré que 10% du matériel en chlorite, 4% des brûle-parfums mais 18% de la totalité des lampes. Ces données renforcent l’idée d’un usage domestique des brûle-parfums, et montrent bien que les objets en chlorite sont associés à des contextes sociaux aisés.


[1] Whitehouse 1968.

Les brûle-parfums en céramique

10 types différents de brûle-parfums en céramique ont été distingués.

Les brûle-parfums de forme quadrangulaires sont la forme la plus ancienne, et aussi la mieux attestée.

Brûle-parfums en céramique provenant de Suse conservés au Musée du Louvre. (c) Le Maguer.
Brûle-parfums en céramique provenant de Suse conservés au Musée du Louvre. En haut : type C3. En bas à gauche : imitation de type en chlorite. (c) Le Maguer.

La production est cependant variée. On trouve ainsi des formes glaçurées, ou encore des imitations en céramique des brûle-parfums en chlorite. L’une des raisons de ces copies peut être la possibilité d’obtenir à moindre coût un objet originellement onéreux. Cependant, aucune production massive n’est attestée, et ces objets sont finalement rares. Il faut peut-être chercher les raisons ayant motivé cette production ailleurs, pourquoi pas dans le domaine de l’affectif.

La carte de répartition des types en céramique montre leur faible diffusion. Il est intéressant de noter que 85% des brûle-parfums en céramique proviennent du sud de la péninsule Arabique, autrement dit de la région productrice de l’encens, mettant en évidence l’importance de la consommation locale de l’encens. La céramique est un matériau relativement courant, et qui, à moins de l’emploi de techniques ou de décors bien particuliers (comme la glaçure), relève généralement de productions locales.

Le type C3 fait exception, puisqu’il est attesté sur six sites du sud de l’Arabie (al-Shiḥr, Sharma, Yaḍḡaṭ, Athar, Al-Ghulayfiqah et al-Qaraw), qu’il se retrouve jusqu’à Suse, et, sous une forme un peu différente, à ʿAmman. Autrement dit, ce type, produit dès le milieu du VIIIe siècle, aurait circulé depuis le sud de l’Arabie jusqu’aux régions conquises après l’avènement de l’Islam. Cependant, les brûle-parfums du type C3 relèvent aussi de la production locale, comme semble l’attester les différentes couleurs et qualités de pâte. Le site de Yaḍḡaṭ comportait les fours de potiers qui fournissaient al-Shiḥr et Sharma[1]. Ces productions sont caractérisées par une pâte grossière de couleur brun à cœur gris/noir. A Aththar les brûle-parfums sont faits d’une pâte rouge et à Suse d’une pâte fine ou assez fine de couleur chamois.

Brûle-parfum en céramique provenant des fouilles d'Amman. Type C2. (Hardin 1951, pl. III/10).
Brûle-parfum en céramique provenant des fouilles d’Amman. Type C2. (Harding 1951, pl. III/10).

 

Enfin, en ce qui concerne la partie nord, qui regroupe principalement la Syrie-Palestine, on constate que les brûle-parfums en céramique retrouvés sont des occurrences pré-islamiques locales, généralement communes depuis la période perse et ayant pour origine la Mésopotamie. Le type C2 est une production nabatéenne qui ne circule pas au-delà du Levant.


[1] Rougeulle 2007, p. 247.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

L’encens en Oman : histoire et archéologie d’un produit culturel et commercial

**Ce texte reprend ma lecture donnée lors de la conférence du 2 décembre 2012 au CFO à Mascate**

L’usage de l’encens en Oman revêt une importance toute particulière, puisque ce pays est à la fois consommateur, producteur et importateur de cette résine odorante issue des arbres Boswellia.

Après une brève présentation de l’encens, je m’attacherai à montrer que l’usage et la commercialisation de l’encens sont très anciens en Oman, avant de montrer à travers divers documents (archéologiques et textuels) que le commerce de l’encens continua de jouer un rôle majeur à la période islamique.

 

I-              Définition de l’encens

Résine issue du B. sacra, Yémen. (c) S. Le Maguer
Résine issue du B. sacra, Yémen. (c) S. Le Maguer.

Par encens on entend communément toute substance dégageant une odeur lorsqu’elle est brûlée. Le mot arabe correspondant est lubān. Il désigne en fait la résine séchée issue de l’exsudation des arbres à encens ou Boswellia, de la famille des Burséracées, espèce dont la répartition est localisée entre la corne de l’Afrique, la région du Hadramaout au Yémen et le Dhofar en Oman. Il existe une vingtaine de Boswellia différents répertoriés, mais le véritable encensier est le Boswellia sacra ou Boswellia carteri. C’est seulement en 1887 que l’allemand Flückiger identifie clairement l’arbre à encens poussant au Yémen, et lui donne son nom scientifique. Depuis, quatre espèces principales d’arbre à encens sont connues. Le Boswellia sacra est l’espèce qui pousse dans le sud de l’Arabie (Hadramawt, île de Socotra, Mahra et Dhofar).

 

II-            L’encens avant l’Islam

1)    Usages

Le plus ancien brûle-parfum retrouvé à ce jour est en grès, de forme quadrangulaire quadripode. Il provient des fouilles réalisées à Ra’as al-Jinz, en territoire d’Oman. Ce brûle-parfum présentait de la matière brûlée au fond du réceptacle. L’objet a été retrouvé dans un bâtiment daté du IIIe millénaire av. J.-C. Il s’agit d’un contexte domestique, et non pas religieux ou de prestige. L’objet lui-même est fort simple et sans décor. Ce fait atteste d’un usage de l’encens au sein des couches moins aisées de la population, et d’une consommation locale, et ce dès le IIIe millénaire av. J.-C. Les rapprochements au niveau de la taille et de la forme de ce brûle-parfum avec ceux utilisés traditionnellement pour les résines aromatiques en Arabie jusqu’à nos jours suggère fortement un usage étendu dans les activités quotidiennes domestiques et rituelles.

Pyrées provenant de Khowr Rûrî conservés au musée "The land of Frankincense" à Salalah.
Pyrées provenant de Khowr Rûrî conservés au musée « The land of Frankincense » à Salalah.

L’usage de l’encens à la période préislamique est surtout religieux, comme l’attestent les nombreux pyrées retrouvés dans les temples sudarabiques jusqu’aux 4ème/5ème siècles de notre ère. Ils sont généralement en pierre et présentent des formes variées. Certains sont de forme pyramidale, d’autres cubiques, et on retrouve au niveau de leur décoration des éléments rappelant les décors architecturaux caractéristiques des temples.

 

2)    Le commerce

Dès le milieu du deuxième millénaire avant Jésus-Christ, l’Egypte tente d’exercer un contrôle sur son approvisionnement en encens. Ce fait est attesté à travers les scènes gravées retrouvées à Dar el-Bahari en Egypte, narrant l’expédition ordonnée par la reine Hatshepsout (r. 1490-1468 av. J.-C.) vers le fabuleux « pays de Punt » à la recherche de la précieuse résine. Certains chercheurs ont situé cette région en Arabie du Sud (Yémen), mais les dernières recherches tendent à situer le pays de Punt en Afrique de l’Est, au sud de l’Egypte, sur la côte de la Mer Rouge.

Le site de Khowr Rûrî, l'ancienne Sumhuram.
Le site de Khowr Rûrî, l’ancienne Sumhuram.

Depuis la côte yéménite, nous ne disposons pas des preuves matérielles attestant d’un commerce maritime vers les pays septentrionaux pour des périodes aussi anciennes. Le travail archéologique entrepris plus à l’est sur la côte du Hadramawt et du Dhofar depuis 1996 a révélé les preuves de l’existence de sites côtiers avec des contacts internationaux, dont certains pourraient dater de la Préhistoire. Un réseau portuaire par cabotage semble se mettre en place dès le IVe siècle avant J.-C., relayés par des ports comme Sumhuram (Oman) au Ier s. av. J.-C.

L’encens récolté dans le Dhofar et le Hadramawt était transporté vers le port de Qāniʾ avant d’être exporté vers la Méditerranée. L’empire romain avait une demande importante en encens qui assurait pour une grande part la richesse des royaumes sudarabiques.

Carte de l'"Arabie Heureuse" telle que la voyait les Anciens.
Carte de l' »Arabie Heureuse » telle que la voyait les Anciens.

 

III-          L’encens à la période Islamique

1)    Les usages

Durant la période médiévale, l’encens est principalement utilisé dans un contexte domestique, pour parfumer sa maison ou ses vêtements, ou encore recevoir ses hôtes.

De nombreux brûle-parfums ont été retrouvés dans des contextes archéologiques depuis les premiers temps de l’Islam, et encore aujourd’hui l’encens est brûlé dans des objets aux formes plus ou moins similaires.

Les principaux matériaux employés étaient le métal (bronze ou cuivre), la céramique et la chloritite, pierre tendre que l’on trouve communément en Oman.

Outre la documentation archéologique, nous disposons de sources historiques nous renseignant sur les contextes dans lesquels l’encens était utilisé. Ainsi al-Mas’udî nous décrit les réceptions données par le calife Al-Ma’mun qui faisait apporter des brûles-parfums pour ses hôtes après le repas donné chaque jeudi lors de la conférence de jurisprudence qu’il dirigeait.

Les bienfaits de l’encens étaient vantés par des médecins et pharmaciens comme Yohanna ben Massawayh (m. 857) et Sahlân ibn Kaysân (m. en 990) ou Al-Sûyûtî (m. 1505).

Des textes littéraires, comme les Mille et Une Nuits, nous renseignent sur les usages de l’encens, utilisé principalement dans un contexte domestique, lorsqu’on recevait des hôtes.

 

2)    Commerce de l’encens

Les sources textuelles médiévales témoignent de l’importance du commerce de l’encens durant la période médiévale.

Les vestiges archéologiques du port médiéval de Zafâr. (c) S. Le Maguer
Les vestiges archéologiques du port médiéval de Zafâr. (c) S. Le Maguer

Salalah est la capitale du Dhofar, et la ville a donné son nom à la plaine côtière qui s’étend le long de la côte de l’océan Indien, à environ 850 km de la capitale, Mascate, et 120 km de la frontière avec le Yémen. Les ruines d’al-Balīd se situent à l’est de la ville moderne, et correspondent au port médiéval de Ẓafār.

Marco Polo témoigne du commerce de l’encens blanc, de très bonne qualité, ainsi que du commerce des chevaux vers l’Inde :

« Et encore vous dit que l’encens blanc y naît fort bon, en abondance, et vous décrirai comment il naît. […] En cette cité viennent encore maints beaux destriers d’Arabie, que les marchands portent ensuite avec leurs nefs en Inde, et dont ils font grand profit et grand gain. »

De plus, Marco Polo décrit précisément la récolte de l’encens à Dhofar à la fin du XIIIe siècle :

« Je vous dis qu’il y a des arbres pas bien grands ; ils sont comme petits sapins. On en entaille l’écorce en plusieurs endroits avec des couteaux, et par ces trous s’écoule l’encens, pareil à un liquide ou à une gomme, goutte à goutte, en grande quantité. Il en sort parfois de l’arbre sans entaille à cause de la très grande chaleur qui règne là ; ensuite, cela durcit et forme ainsi l’encens. »

Ces deux activités commerciales assurent la richesse de la ville et de ses marchands. Au XIVe siècle, Ibn Baṭṭūta se rend depuis Ẓafār vers Oman, et c’est là qu’il décrit l’arbre à encens, attestant ainsi de la production et de l’usage de l’encens à Ẓafār au XIVe siècle. Les fouilles menées par Albright ont d’ailleurs livré environ 50 kg d’encens.

Ibn Baṭṭūta témoigne aussi de la récolte de l’encens en Oman au XIVe siècle. Il décrit un arbre dont les feuilles sont minces, et lorsque celui-ci est entaillé, il s’en écoule un liquide semblable au lait qui, en séchant, devient une résine. Ces entailles se font à différents endroits à l’aide d’un couteau ou mangeb, d’où s’écoule une sève épaisse. En s’écoulant, cette résine tombe au pied de l’arbre. Cette sève est laissée séchée à même l’arbre pendant sept à dix jours. On vient alors chercher les morceaux de résine séchée tombés au sol, qui se présentent sous la forme de petites boules transparentes. La récolte se fait généralement durant la saison chaude, c’est-à-dire entre juillet et août, puis les arbres sont laissés au repos durant le reste de l’année. Ces conditions de récolte de l’encens impliquent une saisonnalité du commerce de l’encens.

Au XVIe siècle, les ports de Berbera et de Zaylaʿ en Somalie importent de l’encens du Dhofar, ainsi que du poivre et des vêtements depuis le port d’Aden au Yémen.

 

 

Enfin, l’usage et le commerce de l’encens de nos jours, et la place qu’il tient dans la société omanaise, montrent l’importance de ce produit non seulement en tant que bien commercial mais aussi en tant que produit culturel, élément à part entière de l’identité omanaise.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Pourquoi une prospection botanique en Oman ?

La prospection botanique en Oman avec Margareta Tengberg (MNHN, Paris) a plusieurs objectifs. Ce travail s’inscrit dans le cadre du programme de recherche EXSUDARCH financé par l’ANR et sera explicité après une brève introduction.

L’encens désigne communément toute substance dégageant une odeur lorsqu’elle est brûlée. Plus précisément, l’encens qui nous intéresse est en fait la résine séchée issue de l’exsudation des arbres à encens ou Boswellia, de la famille des Burséracées, espèce dont la répartition est localisée entre la corne de l’Afrique, la région du Hadramawt au Yémen et le Dhofar en Oman. Il existe une vingtaine d’espèces de Boswellia répertoriées, mais le véritable encensier est le Boswellia sacra Flückiger, 1867, connu également sous le nom de Boswellia carterii Birdwood 1870.

À la fin des années 1970, des recherches botaniques sont menées au Yémen par Théodore Monod. Ces travaux sont impulsés par Jacqueline Pirenne, archéologue et grande spécialiste de l’Arabie du Sud préislamique.

Th. Monod se pose les questions suivantes : « où poussait actuellement – et sans doute où avait poussé dans l’Antiquité Sudarabique – le Boswellia sacra. L’arbre s’est-il raréfié, a-t-il localement disparu ? Où étaient les peuplements ayant alimenté la Route caravanière de l’encens ? ». En effet, à l’époque, l’opinion veut que les encensiers aient disparu.

Après une prospection poussée, Th. Monod publia ses résultats. Il définit quatre régions principales où l’encensier est encore présent et exploité à partir de l’étude de 16 stations. Il a ainsi précisé les hypothèses de distribution des arbres à encens qui, jusqu’alors, reposaient essentiellement sur les descriptions antiques telles que nous les a transmis Pline l’Ancien (Ier s.) notamment. Enfin, Th. Monod proposa des itinéraires par lesquels l’encens avait circulé, en mettant en évidence la multitude des routes qu’empruntaient les marchands depuis les zones de productions, remettant ainsi en question la thèse de la piste unique de l’encens.

Notre problématique et notre démarche sont proches de celle de J. Pirenne et Th. Monod, mais pour la période Islamique. Notre prospection botanique en Oman a trois objectifs. Premièrement, au vu des recherches précédentes, il s’agira de déterminer si oui ou non il existe différents Boswellia en Oman, s’ils se distinguent bien de ceux étudiés au Hadramaout. Dans un second temps, une base d’échantillons sera mise en place afin de déterminer les compositions chimiques de différents arbres à encens. Ces analyses serviront ensuite de référence pour permettre l’identification de résines retrouvées en contexte archéologique, et donc de déterminer leur provenance. Enfin, nous effectuerons un recensement des arbres. Cette mission présente également un but écologique, vu le risque de disparition de ces arbres. Les encensiers sont, en Oman, protégés dans un parc national dont l’accès est réglementé. Ce n’est malheureusement pas le cas partout, et un article récent publié dans le Journal of Applied Ecology met l’accent sur ce risque écologique.

Notre méthodologie est la suivante. Tout d’abord, si nous obtenons les autorisation nécessaires, nous nous efforcerons de réaliser des échantillons d’herbier. Cela pourrait se faire lors des visites de stations, au cours desquelles les arbres seront recensés et décrits. Enfin, des prélèvements de résine seront réalisés sur les arbres et dans les sûqs où les résines sont vendues.

La prospection botanique a donc pour objectif principal l’établissement d’échantillons de références quant à la composition des résines issues de différentes espèces de Boswellia à différents endroits. Ces échantillons permettront, par comparaison des compositions chimiques, d’établir la provenance des résines retrouvées en contexte archéologique, afin de comprendre les modalités de circulation de ces résines.

Sources :

MONOD Th., « Les arbres à encens (Boswellia sacra Flückiger, 1867) dans le Hadramaout (Yémen du Sud) », Bull. Mus. natn. Hist. nat., 4e sér., 1, 1979, section B, n° 3, p. 131-169.

GROENENDIJK P. et al., « Limitations to sustainable frankincense production: blocked regeneration, high adult mortality and declining populations », Journal of Applied Ecology, 49/1, 2012, p. 164-173.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn