Archives par mot-clé : brûle-parfums

Compte-rendu d’exposition : « Sensual Delights. Incense Burners and Rosewater Sprinklers from the World of Islam », 20 mars – 6 sept. 2015, Copenhague

L’exposition « Sensual Delights » s’est tenue à la David Collection (Copenhague) du 20 mars au 6 septembre 2015. Elle a été élaborée par Joachim Meyer.

Cette exposition avait deux objectifs : mettre en lumière deux types d’objets (brûle-parfums et aspersoirs à eau de rose) dispersés au sein de la collection et rendre tangible des « substances éthérées » à travers la culture matérielle associée à leur usage. D’où le nom de l’exposition, les sens en question étant non seulement l’odorat mais aussi la vue. L’odorat était mis en valeur, au sein de l’exposition, à travers un présentoir permettant de sentir des substances comme le musc, l’ambre gris, l’encens oliban etc. Onze brûle-parfums et dix-neuf aspersoirs à eau de rose étaient présentés suivant un ordre chronologique. Les vitrines étaient organisées de façon linéaire avec, à gauche les brûle-parfums et à droite les aspersoirs à eau de rose.

Le premier objet présenté est un encensoir en bronze datant des VIIIe/IXe siècles. Circulaire sur pied, il comporte trois anneaux permettant de suspendre l’objet à autant de chaîne afin de balancer l’objet lors du culte. Il porte un décor en bas-relief représentant des scènes de la vie du christ. Cet encensoir a donc une fonction religieuse.

Brûle-parfum cylindrique, bronze, Iran (ca. XIIe - XIIIe s.)
Brûle-parfum cylindrique, bronze, Iran (ca. XIIe – XIIIe s.)

Il s’oppose ainsi, aussi bien du point de vue fonctionnel que morphologique, aux brûle-parfums islamiques qui sont ensuite présentés. Les brûle-parfums en bronze ou en alliage de cuivre, parfois richement ornés d’incrustation en or ou en argent, illustrent le goût des élites.

IMG_0980Les formes étaient variées : récipients cylindriques à sur pieds ou brûle-parfums zoomorphes.

Trois objets portent des inscriptions : deux sont des formules de bénédiction, l’autre indique que l’objet est une donation pieuse.

Deux brûle-parfums, bois et fibre végétale, Yémen (fin XVIIIe s.)
Deux brûle-parfums, bois et fibre végétale, Yémen (fin XVIIIe s.)

Deux brûle-parfums en bois et fibre végétale ont été rapportés du Yémen par Carsten Niebuhr lors de son expédition en Arabie entre 1761 et 1767 (prêt du Musée national du Danemark).

 

Le choix des objets est particulièrement pertinent puisque avec seulement onze objets, huit types différents peuvent être distingués. Le conservateur parvient ainsi à restituer la production des brûle-parfums entre le VIIIe et le XVIIIe siècle dans des régions allant de la Sicile au Yémen en passant par le Levant ou l’Iran.

De la même façon, la présentation des aspersoirs (ou flacons) à eau de rose suit un ordre chronologique. Le premier aspersoir présenté est en bronze et date des Xe-XIe siècle. Il rappelle les productions sassanides en argent des Ve-VIIe siècle. La principale différence réside au niveau du col : celui-ci est désormais plus étroit afin de laisser passer moins de liquide. Cette évolution morphologique indique un usage comme aspersoir et non comme bouteille. Cette forme hémisphérique sur pied et terminée par un col étroit à bec ouvert est représenté par cinq autres exemplaires en métal et un en céramique glaçurée. Les décors sont très variés et le motif en relief de bosses en forme de gouttes rappelle la fonction de l’objet tout en facilitant sa préhension. Un des aspersoirs est en forme d’oiseau qui n’est pas sans rappeler un type de brûle-parfum évoqué supra : il provient d’ailleurs de la même aire géographique, l’Iran-Afghanistan, et de la même période, le XIIe siècle. Les formes des aspersoirs rappellent parfois des productions en verre et parfois ils étaient eux-mêmes réalisés dans ce matériau, bien que dans ce cas leur identification est moins assurée et il pourrait aussi bien s’agir de bouteilles. Les exemples d’aspersoirs originaires d’Inde illustrent le goût des élites indiennes pour les parfums et leur art de vivre, à l’imitation des cours des princes moghols. Les princes ottomans faisaient également un usage libéral de parfums, et deux aspersoirs faits en porcelaine chinoise et rehaussés de métal et de gemmes datent de cette époque. Quatre objets portent des inscriptions de bénédictions. Les aspersoirs présentés dans l’exposition appartenaient à des contextes princiers, à l’image des brûle-parfums exposés. J. Meyer a fait parfaitement dialoguer les deux types d’objets dont les matériaux, les décors, les inscriptions et parfois même la forme se répondent.

En outre, des miniatures conservées à la David Collection viennent illustrer les usages de ces objets dans les cours princières.

Il convient donc de saluer cette exposition qui est la première, à notre connaissance, à s’intéresser aux parfums dans le monde islamique. Si les parfums sont un thème relativement bien exploité pour l’Antiquité, le sujet a été peu étudié en ce qui concerne le monde médiéval musulman. Cette exposition, et le catalogue qui l’accompagne, participe ainsi à la mise en valeur de ce sujet qui concerne à la fois l’histoire de l’art, l’archéologie et l’histoire sociale.

 

Descriptif :

https://www.davidmus.dk/en/current_events/tidligere_saerudstilling/saerudstilling_foraar_2015

Catalogue de l’exposition :

Meyer Joachim, Sensual Delights. Incense Burners and Rosewater Sprinklers from the World of Islam, Copenhague, The David Collection, 2015

80 p. Ill. coul.

Env. 20 €

ISBN : 978-87- 88464-8-4

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Une archéologie des odeurs (1/3) : « L’étude des brûle-parfums et de leurs contextes archéologiques »

Introduction

L’usage des encens, comme l’oliban (lubān), la myrrhe, le bois d’aloès (ʿūd), est bien renseigné dans les sources écrites, que ce soient des chroniques, des récits de géographes ou des œuvres poétiques et littéraires. Généralement, ces sources nous informent sur les différents emplois de ces substances aromatiques de valeur dans les milieux aisés et de prestige.

Les données archéologiques viennent compléter notre connaissance à ce sujet, en fournissant des données importantes sur la façon dont ces aromates étaient employés au sein de populations pour lesquelles nous ne disposons pas de sources écrites.

Ainsi, les fouilles archéologiques menées à R’as al-Jins en Oman font remonter l’usage de l’encens au IIIe millénaire av. J.-C., dans un contexte d’habitat domestique.

Cet article et les deux prochains qui vont suivre sont issus de la présentation donnée dans le cadre de la table-ronde « Fragrances et pestilences : histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale » qui s’est tenue à l’Ifpo le 14 décembre 2012.

Dans cette première partie, différents sites ayant livré des brûle-parfums en contexte archéologique seront présentés afin de montrer en quoi leur étude nous renseigne sur les contextes d’utilisation des résines et bois aromatiques : religieux ou profane, riche ou modeste.

Dans une seconde partie, je présenterai les sites archéologiques ayant livré des résines, les méthodes d’analyses et les hypothèses que l’on peut formuler grâce à ces données.

Enfin, je m’intéresserai également à la vente et à l’usage de l’encens tels qu’ils sont pratiqués aujourd’hui dans le sud de la péninsule Arabique, région productrice et consommatrice d’oliban.

 

Les brûles-parfums

L’emploi de ces aromates est généralement lié, dans le monde médiéval musulman, à un objet bien spécifique : le brûle-parfum.

Nous définissons par « brûle-parfum » tout support ayant servi à brûler des résines ou des bois aromatiques dans un contexte profane. L’étude typologique des brûle-parfums a permis de mettre en place un fossile directeur, et met la lumière sur des réseaux de diffusion de ces objets, et par là-même de l’encens (Le Maguer 2011).

Les brûle-parfums sont aussi un indicateur du contexte social suivant le matériau dans lequel ils sont réalisés : alliage, chlorite ou céramique. Les brûle-parfums en alliage, généralement le bronze ou le cuivre, étaient coûteux et témoignent de la richesse de leurs propriétaires. La chlorite est, d’après certains auteurs médiévaux, réputée pour ses qualités culinaires. De fait, ce matériau était recherché et plutôt associé à des contextes aisés. Enfin, les brûle-parfums en céramique sont les plus courants et les plus faciles à acquérir.

Les brûle-parfums en bronze

Un premier type de brûle-parfums en bronze relève de techniques et de formes nées dans la Méditerranée ancienne, en particulier le monde romain puis byzantin. On les trouve surtout aux périodes Omeyyades et début de la période Abbasside.

Ce type d’objet a ainsi circulé dès l’époque pré-islamique. Dans une tombe située à Wâdî Ḍuraʾ, au nord-est d’Aden, au Yémen, a été retrouvé un brûle-parfum cylindrique tripode en bronze de 10,5 cm de hauteur. Il est doté d’un couvercle en forme de coupole ajourée et d’un manche horizontal tubulaire orné d’une tête de bélier à l’extrémité. L’objet date des premier ou deuxième siècles de notre ère, et fait parti d’un riche mobilier funéraire accompagnant la dépouille d’un guerrier. L’exécution de cet objet relève de la tradition proche-orientale. Des manches similaires sont attestés sur des palettes à encens en Egypte et en Palestine. Cependant, il s’agit d’un objet de production locale, et non pas importé, comme la plupart des objets en bronze retrouvés sur ce même site pour la même période[1]. Le long manche horizontal et le couvercle perforé seront à nouveau des éléments fondamentaux dans la réalisation des brûle-parfums communs de l’Orient byzantin puis islamique[2].

Brûle-parfum en bronze provenant des fouille de la citadelle d'Amman.
Brûle-parfum en bronze provenant des fouille de la citadelle d’Amman.

Le premier brûle-parfum présenté ici est en bronze, et ses différentes parties (corps, couvercle et manche) ont été forgées séparément. Le réceptacle se présente sous la forme d’un cylindre terminé par un disque formant un collet, sous lequel les trois pieds sont attachés. Le couvercle est en forme de dôme, ajouré par une série d’arches. La partie supérieure du couvercle est percée par trois rectangles et surmonté d’un cabochon. Le manche est un tube en bronze terminé par un protomé de lion, et attaché au réceptacle par trois rivets. Le réceptacle et le couvercle sont gravés de motifs floraux stylisés sur un fond de points. Le fond du réceptacle contenait les restes d’une substance blanche. L’objet est conservé au Musée Archéologique, à ʿAmman (numéro d’inventaire : J. 1660).

Le brûle-parfum d’Amman figure parmi les exceptions, la majorité de ces objets provenant de musées.

Brûle-parfum monumental seldjoukide conservé au Metropolitan Museum of Art.
Brûle-parfum monumental seldjoukide conservé au Metropolitan Museum of Art. (c) Le Maguer.

 

Plus tard, dans l’Iran seldjoukide, on trouve des brûle-parfums zoomorphes, généralement des lions, pouvant atteindre des tailles monumentales comme celui conservé au Metropolitan Museum of Art à New York. Les commanditaires sont le plus souvent des princes ou des gens de cour. Des brûle-parfums de ce type, aux dimensions plus modestes, sont également visibles au Louvre.

 

 

 

 

 


[1] Breton 1993, p. 49-50, Pl. 8, fig. 16 et Pl. 15, fig. 41.

[2] Invernizzi 1997.

 

Les brûle-parfums en chlorite

Le mot chlorite, équivalent dans la littérature francophone au terme « softstone » ou pierre à savon (hajjar as-saboni), est ici employé comme terme générique pour désigner un type de pierres altérées par hydrothermie, riche en magnésium et en talc. La chlorite est une pierre très peu dure (1 à 3 sur l’échelle de Moh), et donc facile à travailler.

Carte localisant les mines de chlorite actives durant la période abbasside. (c) Le Maguer
Carte localisant les mines de chlorite actives durant la période abbasside. (c) Le Maguer

Les mines de chlorite en péninsule Arabique sont localisées à l’ouest, dans une bande montagneuse nord-sud comprise entre le Golfe d’Aqaba et le Najd (Zarins et al. 1979 : 9-12), ainsi que dans les montagnes nord du Yémen (Overstreet et al. 1988 : 392).

Les centres de production d’objets en chlorite se situent dans ces mêmes régions. L’existence d’une production locale est prouvée par la présence d’éléments de taille et de manufacture, l’identification de mines contemporaines avec l’implantation de zones d’habitat, et la comparaison entre les sources géologiques et les produits finis. Wadakh et Ghuraba, dans la région de Ta’if, ont fait l’objet d’une étude qui prouve leur fonction de centres de production pour la période abbasside (Zarins et al. 1980 : 27-28). Ces mines étant localisées de façon bien précise, la chlorite est donc amenée à circuler.

Le commerce de la chlorite est très ancien et remonte au premier millénaire av. J.-C. Il connaît un renouveau sous la période abbasside, en lien avec le transfert du pouvoir de la Syrie vers l’Irak, et la création de la capitale califale à Bagdad, ce qui a pour conséquence directe le développement de routes terrestres entre la Mecque et la Mésopotamie, dont le Darb Zubayda, construit sous le règne du calife Hārūn al-Rashīd (170/786-193/809)[1]. Cette route passe notamment par ou près de centres de production de la chlorite, comme al-Rabadhah, situé à 11 km d’une mine d’extraction de la chlorite[2].


[1] Knudstad 1977, p. 41.

[2] Al-Rashid 1986.

 

Brûle-parfums en chlorite provenant de Suse et conservés au Musée du Louvre. (c) S. Le Maguer.
Brûle-parfums en chlorite provenant de Suse et conservés au Musée du Louvre. (c) S. Le Maguer.

C’est pourquoi nous retrouvons des brûle-parfums en chlorite produit en péninsule Arabique sur des sites tels que Fustat en Egypte, Suse et Sîrâf en Iran dans des proportions très importantes.

Le site de Sīrāf, situé près du village actuel de Tāhirī, s’étend sur la côte iranienne du Golfe Persique[1]. Les fouilles archéologiques dirigées par D. Whitehouse, sous l’égide du British Institute of Persian Studies, se sont déroulées entre 1966 et 1973. Les plus anciennes références sur Sīrāf se trouvent dans les écrits de Ibn al-Faqīh qui vécut au début du IXe siècle, et qui notait déjà le commerce avec l’Inde. Ibn Hawqal, qui écrit au Xe siècle, ajoute que les marchandises transitant par Sīrāf étaient : l’aloès, l’ambre gris, le camphre, des gemmes, le bambou, l’ivoire, l’ébène, le papier, le bois de santal et autres parfums, drogues et épices. Cependant, d’après al-Muqqadasī, la ville est en déclin dès la fin du Xe siècle. En effet la ville subi d’importants dommage suite au tremblement de terre de 366/977, ralentissant considérablement son développement économique.

Le site a livré un abondant matériel en chlorite. Tous les objets en chlorite proviennent de la Période 2 d’occupation du site, soit entre 825-1055 correspondant à l’apogée de la ville de Sīrāf. Les fouilles ont ainsi livré un large éventail de types de brûle-parfums en chlorite.

En effet, chaque type d’objet présent à Sīrāf est bien attesté par ailleurs sur des sites comme Samarra en Irak, Suse en Iran, ‘Aqaba en Jordanie et dans la péninsule Arabique.

Le matériel issu des fouilles de Sīrāf est en grande partie conservé au British Museum. Sur l’ensemble du matériel en chlorite issu des fouilles conservé au BM, 66% des objets proviennent du site F. Il s’agit d’un ensemble de maisons de riches marchands abandonnées à la fin du Xe ou au début du XIe siècle. 83% des brûle-parfums proviennent de ce même site. A l’inverse, le site B, correspondant à la grande Mosquée, n’a livré que 10% du matériel en chlorite, 4% des brûle-parfums mais 18% de la totalité des lampes. Ces données renforcent l’idée d’un usage domestique des brûle-parfums, et montrent bien que les objets en chlorite sont associés à des contextes sociaux aisés.


[1] Whitehouse 1968.

Les brûle-parfums en céramique

10 types différents de brûle-parfums en céramique ont été distingués.

Les brûle-parfums de forme quadrangulaires sont la forme la plus ancienne, et aussi la mieux attestée.

Brûle-parfums en céramique provenant de Suse conservés au Musée du Louvre. (c) Le Maguer.
Brûle-parfums en céramique provenant de Suse conservés au Musée du Louvre. En haut : type C3. En bas à gauche : imitation de type en chlorite. (c) Le Maguer.

La production est cependant variée. On trouve ainsi des formes glaçurées, ou encore des imitations en céramique des brûle-parfums en chlorite. L’une des raisons de ces copies peut être la possibilité d’obtenir à moindre coût un objet originellement onéreux. Cependant, aucune production massive n’est attestée, et ces objets sont finalement rares. Il faut peut-être chercher les raisons ayant motivé cette production ailleurs, pourquoi pas dans le domaine de l’affectif.

La carte de répartition des types en céramique montre leur faible diffusion. Il est intéressant de noter que 85% des brûle-parfums en céramique proviennent du sud de la péninsule Arabique, autrement dit de la région productrice de l’encens, mettant en évidence l’importance de la consommation locale de l’encens. La céramique est un matériau relativement courant, et qui, à moins de l’emploi de techniques ou de décors bien particuliers (comme la glaçure), relève généralement de productions locales.

Le type C3 fait exception, puisqu’il est attesté sur six sites du sud de l’Arabie (al-Shiḥr, Sharma, Yaḍḡaṭ, Athar, Al-Ghulayfiqah et al-Qaraw), qu’il se retrouve jusqu’à Suse, et, sous une forme un peu différente, à ʿAmman. Autrement dit, ce type, produit dès le milieu du VIIIe siècle, aurait circulé depuis le sud de l’Arabie jusqu’aux régions conquises après l’avènement de l’Islam. Cependant, les brûle-parfums du type C3 relèvent aussi de la production locale, comme semble l’attester les différentes couleurs et qualités de pâte. Le site de Yaḍḡaṭ comportait les fours de potiers qui fournissaient al-Shiḥr et Sharma[1]. Ces productions sont caractérisées par une pâte grossière de couleur brun à cœur gris/noir. A Aththar les brûle-parfums sont faits d’une pâte rouge et à Suse d’une pâte fine ou assez fine de couleur chamois.

Brûle-parfum en céramique provenant des fouilles d'Amman. Type C2. (Hardin 1951, pl. III/10).
Brûle-parfum en céramique provenant des fouilles d’Amman. Type C2. (Harding 1951, pl. III/10).

 

Enfin, en ce qui concerne la partie nord, qui regroupe principalement la Syrie-Palestine, on constate que les brûle-parfums en céramique retrouvés sont des occurrences pré-islamiques locales, généralement communes depuis la période perse et ayant pour origine la Mésopotamie. Le type C2 est une production nabatéenne qui ne circule pas au-delà du Levant.


[1] Rougeulle 2007, p. 247.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn