Archives de catégorie : Lectures / Readings

Le bdellium, « la myrrhe des idiots »

Un article paru le 18 octobre 2012 dans le blog « Natural Remedies of Arabia » (http://natrem.wordpress.com/2012/10/18/almost-myrrh/, consulté le 02/11/2012) me donne l’occasion de parler du bdellium ou Commiphora foliacea Sprague. Comme la myrrhe et l’oliban, cette espèce appartient à la famille des Burseracées et, comme les Commiphora, il produit une résine odorante caractéristique lorsque l’on tord une branche de l’arbre.

C. foliacea pousse généralement dans les régions les plus arides du Dhofar (Oman), mais il est également attesté en Inde. L’article de « Natural Remedies of Arabia » liste les nombreux bienfaits de la résine séchée issue de cet arbre : antiseptique, pour combattre l’obésité, les maux de ventre, pris en tisane, elle est réputée purifier le sang et fortifier l’organisme. Le bois est également utilisé pour traiter les infections douloureuses.

La résine exsudée est utilisée comme cire dépilatoire.

Enfin, mélangée à d’autres substances aromatiques comme le musc, le bois de santal ou autres huiles parfumées, les habitants du Dhofar réalisent une pâte pour se laver le corps et les cheveux.

Les auteurs arabes médiévaux décrivent les différents types de cette résine par le terme mukul, et affirment qu’on en trouve aussi bien en Arabie qu’en Inde.

La myrrhe, en tant que produit d’importation vers l’Extrême Orient, représentait une importante source de revenus dans l’Antiquité comme à la période Islamique. L’existence de ce bdellium, moins cher et plus répandu, pouvait représenter une sérieuse concurrence au marché de la myrrhe. Quelle était la différence de prix ? D’ailleurs, on peut légitimement penser que ce produit étant vendu comme de la myrrhe, il coutait à peine moins cher, voire qu’il était aussi onéreux. Les consommateurs de base, peut être moins sensibles à la différence de qualité de ces deux produits, pouvaient aisément être leurrés.

Nous trouvons un parallèle entre ce commerce et celui de l’encens en Chine pour la période des T’ang. La confusion avec des « faux encens » issus d’autres arbres que B. Sacra (localisés en Inde par exemple) est assez récurrente. Cela s’explique par le fait que l’encens était commercialisé par des intermédiaires, qui n’hésitaient sans doute pas à vendre des faux encens provenant d’Inde ou d’Indonésie en le faisant passer pour du vrai. L’oliban se retrouvait ainsi mélangé sur les marchés à des encens de moindre qualité et surtout moins onéreux.  La myrrhe était en Chine surtout appréciée pour ses vertus médicinales et, de fait, connue quasiment exclusivement des apothicaires[1]. Ainsi, mélangée à du vin, elle était administrée pour guérir des blessures causées à l’arme blanche, ou comme analgésique pour se remettre d’une chute de cheval, ou encore pour calmer les douleurs liées à une fausse couche ou après un accouchement. Le terme chinois est une déformation du mot arabe murr, et il est aussi connu sous l’appellation « sang issu de la langue du dragon Man » dans un catalogue du Xsiècle.

Il est donc difficile, à l’heure actuelle, d’appréhender ce que représentait en terme de quantité, le commerce et l’usage de l’un et l’autre. Dans quels  contextes préférait-on utiliser du vrai oliban, et de la myrrhe véritable ? La mise en place de référents quant aux compositions chimiques des unes et des autres de ces résines, suivies de l’analyse physico-chimique des résidus brûlés retrouvés en contexte archéologique, donnerait certainement des éléments de réponse. L’étude en cours concernant les résines d’oliban vont dans ce sens et seront, il faut l’espérer, poursuivies dans l’avenir, afin de mettre la lumière sur les modalités du marché des résines aromatiques pour les périodes ancienne et médiévale.


[1] Schafer 1963, p. 158, n. 28 et p. 171.

 

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

La Chine des T’ang, grand importateur d’encens

L’Extrême Orient médiéval fait un usage abondant des parfums et des aromates, que ce soit pour parfumer le corps ou pour parfumer l’esprit. Ainsi, les aromates jouent un rôle important dans les usages domestiques, mais aussi au cours des différents rituels religieux, qu’ils soient pratiqués dans les temples ou chez soi. Les légendes taoïstes et bouddhistes sont ainsi riches de différents parfums et odeurs, qu’ils soient locaux ou exotiques (Schafer 1963, p. 155).

Pour cette période, il est d’usage d’utiliser un brûle-parfum à long manche, réalisé le plus souvent dans un alliage de bronze (Jäger 2011, p. 130). Il présente trois parties principales : un réceptacle globulaire ou circulaire où l’encens était brûlé ; un long manche permettant de déplacer l’objet ; parfois le réceptacle est surmonté d’un dôme ajouré laissant passé la fumée.

L’encens ou oliban était connu en Chine sous deux appellations (Schafer 1963, p. 170). Le premier terme est attesté dès le IIIe siècle av. n.è. et s’avère être une déformation du sanscrit kunduruka. Cette étymologie confirme donc l’origine indo-européenne du mot arabe kundur synonyme de lubān et sans doute passé dans la langue arabe par le persan. L’autre terme est une phrase descriptive, ju hsiang, signifiant « l’aromate mamelon », donné aux morceaux de résines dont la forme évoque des mamelles. On peut être tenté ici de faire le parallèle avec les propos de Pline qui estimait que le meilleur encens est, justement, celui dont la forme évoque une poitrine. Pour les alchimistes, il était plus connu sous le terme de « Lard Flottant issu de la Sainte Fleur ».

L’encens coûtait extrêmement cher et était brûlé en quantité très raisonnable. Le cas de Feng Jo-fang, un pirate du Hainan, qui brûlait de l’encens dans le seul but d’éclairer ses fêtes, est un exemple frappant pour illustrer à quel point cet homme était riche et dispendieux (Schefer 1963, p. 170).

L’encens était par ailleurs employé en médecine, dans le traitement des ulcères et des problèmes intestinaux, les médecins taoïstes le recommandaient comme substitut aux céréales pour prolonger la vie. Enfin, Chang Yen-yüan, auteur d’une histoire de la peinture, découvrit que l’adjonction de résine d’encens dans la composition de colles destinées à la réalisation de rouleaux permettait de les garder plus rigides et surtout prévenait de l’appétit des vers.

En revanche, il est intéressant de noter que la myrrhe était en Chine surtout appréciée pour ses vertus médicinales et, de fait, connue quasiment exclusivement des apothicaires (Schafer 1963, p. 171). Ainsi, mélangé à du vin, elle était administrée pour guérir des blessures causées à l’arme blanche, ou comme analgésique pour se remettre d’une chute de cheval, ou encore pour calmer les douleurs liées à une fausse couche ou après un accouchement. Le terme chinois est une déformation du mot arabe murr, et il est aussi connu sous l’appellation « sang issu de la langue du dragon Man » dans un catalogue du Xe siècle.

Au vu des usages énumérés ci-dessus, et des besoins particulièrement importants de l’aristocratie, les quantités qui circulaient devaient être phénoménales. Le marché chinois devait représenter une issue importante pour le commerce de l’encens et de la myrrhe depuis le sud de l’Arabie, en terme quantitatif et monétaire.

Ce marché se présentait ainsi comme une alternative au commerce de l’encens méditerranéen antique, et met de nouveau à mal l’idée selon laquelle l’essor du christianisme aurait freiné le commerce de l’encens. Les destinations pour ce commerces n’ont pas disparu, ou baissé : elles ont changé de place et de modalités.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn