Archives de catégorie : Billets

Compte-rendu d’exposition : « Aventuriers des mers : de Sindbad le Marin à Marco Polo », IMA, 15 nov. 2016 – 26 fév. 2017

L’exposition « Aventuriers des mers : de Sindbad le Marin à Marco Polo » se tient actuellement à l’Institut du Monde Arabe jusqu’au 26 février 2016.

Elle a été réalisée conjointement par l’IMA et le MUCEM.

Commissariat :

Nala Aloudat, chargée de collections et d’expositions
Agnès Carayon, chargée de collections et d’expositions
Vincent Giovannoni, conservateur au MuCEM
Anne Joyard, consultante en art, historienne de l’art

En guise d’invitation au voyage, un boutre omanais, le Nizwa, accueille les visiteurs sur le parvis de l’institut.

À l’intérieur, le parcours muséographique se développe sur deux étages. Il suit un fil thématique au premier étage, puis un fil chronologique s’étendant du VIIe siècle jusqu’à la fin du XVIIe siècle, c’est-à-dire depuis l’essor de l’Islam jusqu’à la fin de la domination arabo-musulmane en mer Méditerranée et dans l’océan Indien. Cette chronologie est parfaitement cohérente et divisée en deux époques principales : du VIIe au XVe siècle, puis du XVe au XVIIe siècle. Le XVe siècle apparaît en effet comme une période de changements importants aussi bien dans la mer Méditerranée (chute de Constantinople en 1453) que dans l’océan Indien (voyage de Vasco de Gama en 1497). L’exposition s’envisage comme « un grand récit maritime à travers les témoignages de voyageurs ».

"Cabine" d'Ibn Jubayr
« Cabine » d’Ibn Jubayr

Les voyageurs ou géographes sont présentés dans des cabines selon le procédé du « Pepper Ghost » apparenté à l’hologramme. Un même acteur narre les parcours d’Ibn Jubayr, de Sindbad le Marin, d’Ibn Majid, de Marco Polo, d’Ibn Battûtâ, de Vasco de Gama et, enfin, de Zheng He.

I – Le parcours thématique

"L'oiseau Rukhkh", Iran ou Deccan, Inde, début du XVIIe s. Encre, gouache et or sur papier.
« L’oiseau Rukhkh », Iran ou Deccan, Inde, début du XVIIe s. Encre, gouache et or sur papier.

L’exposition s’ouvre sur « La mer, étrange et redoutable ». Différents documents illustrent en quoi le vaste océan était source de dangers bien réels, cristallisés par les légendes. L’étendue maritime est aussi perçue comme un espace mystique, comme l’illustrent le mythique oiseau Rukhkh ou le prophète Khwaja Khizr Khan, protecteur des voyageurs et gardien des eaux.

"Le prophète Khwaja Khizr Khan", Miniatures, portraits et modèles d'écriture des Indes, Inde, c. 1760. Gouache, aquarelle, lavis, rehauts d'or et d'argent sur papier.
« Le prophète Khwaja Khizr Khan », Miniatures, portraits et modèles d’écriture des Indes, Inde, c. 1760. Gouache, aquarelle, lavis, rehauts d’or et d’argent sur papier.

Un étendard en forme de tête de poisson rappelle la peur des monstres marins.

2tendard en forme de tête de poisson (Mahi Maratib), Deccan, Inde, XVIIIe s. Alliage de cuivre, dorure, fer, corde.
Étendard en forme de tête de poisson (Mahi Maratib), Deccan, Inde, XVIIIe s. Alliage de cuivre, dorure, fer, corde.

Le récit de Sindbad le Marin illustre les récits merveilleux qu’inspiraient les dangers de la navigation en mer. Le témoignage d’Ibn Jubayr, lettré andalou qui entreprit le hajj en 1184, fournit quant à lui des exemples concrets.

La salle suivante, « Naviguer, une intelligence du monde », présente la façon dont les pilotes ont appris à maîtriser la navigation, et donc la mer. Il est rappelé que le commerce maritime s’effectue durant l’Antiquité selon un système de cabotage, c’est-à-dire de port en port en longeant les côtes. Cependant, les vents de moussons dans l’océan Indien sont maîtrisés par les pilotes dès le IIe siècle av. J.-C1. Le IXe siècle est marqué par le perfectionnement de la navigation arabe.

Instruments de mesure et de navigation.
Instruments de mesure et de navigation.

Des astrolabes, compas et autres instruments de mesure illustrent ces avancées. Cependant, l’apport de la Perse, pourtant considérable, n’est pas évoqué ici. Or les Perses dominent le commerce dans l’océan Indien avant l’arrivée de l’Islam : ils sont installés en Chine et au Yémen, ainsi que sur la côte orientale du golfe Arabo-persique. Cette domination est encore visible du XIIIe au XVe siècle alors que la région est dominée par le royaume perse d’Hormuz. Cet héritage se retrouve dans des termes de navigation comme « farskakh2 » (ou « parasange ») qui furent transmis à la langue arabe.

"Carte de la Méditerranée", Kitâb al-masâlik wa'l-mamâlik (Livre des routes et des royaumes), al-Istakhrî, Ispahan (?), Iran, 1306-1307. Encre, or, argent et gouache sur papier.
« Carte de la Méditerranée », Kitâb al-masâlik wa’l-mamâlik (Livre des routes et des royaumes), al-Istakhrî, Ispahan (?), Iran, 1306-1307. Encre, or, argent et gouache sur papier.

Le monde islamique s’est illustré dans la cartographie, science héritée des Grecs et notamment de Claude Ptolémée (IIe siècle). Son Traité de Géographie (rédigé vers 125) est la référence en matière de cartographie à l’époque islamique. Il a notamment été traduit par al-Khwârizmî (ca. 780-850). Un exemplaire de cette traduction figure en vitrine. L’œuvre la plus emblématique, présentée en détail ici, est la Géographie d’al-Idrîsî, géographe arabe au service du roi Roger II de Sicile (XIIe siècle).  On voit ensuite apparaître en Europe, à partir du XIIIe siècle, les portulans. Ibn Majid, pilote né vers 1432 et originaire du golfe Arabo-persique, a laissé un traité de navigation important. Plusieurs cartes et ouvrages illustrent le développement des techniques de navigation.

Enfin, le dernier thème abordé, au premier étage, est celui des « Marchandises et convoitises ». Les produits exotiques sont recherchés dès l’Antiquité, ce dont témoigne notamment l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien (mort en 79). Dans cet ouvrage de sciences naturelles, Pline décrit entre autres les épices, aromates, plantes et gemmes appréciés à Rome et importés de régions aussi lointaines que l’Arabie du Sud (encens oliban) ou l’Inde (lapis lazuli). Pour répondre à ces besoins, il a fallu mettre en place des circuits commerciaux sur de longues distances, notamment pour traverser l’océan Indien. Ces circuits se sont développés grâce aux progrès de la navigation présentés juste avant.

Lapis-lazuli, amphre, myrrhe, encens oliban et benjoin.
Lapis-lazuli, amphre, myrrhe, encens oliban et benjoin.

L’espace dédié à ce thème comporte une vitrine centrale contenant des produits emblématiques de ces échanges : encens oliban, camphre, lapis lazuli, gingembre, curcuma, riz, produits tinctoriaux etc. On pourra peut-être regretter l’impossibilité de sentir ces épices et aromates parfois peu connus du grand public bien que, dans le cas de l’encens oliban, son odeur soit familière aux fidèles fréquentant les églises. Enfin, une carte interactive retrace l’évolution des routes commerciales maritimes dans la mer Méditerranée et dans l’océan Indien.

II- Le parcours chronologique

La salle suivante vise à présenter l’évolution du commerce « Des grands empire califaux aux républiques marchandes italiennes (VIIe – XVe siècles) ». C’est sous l’Empire abbasside que le commerce islamique se développe de façon considérable, c’est-à-dire à partir du VIIIe siècle. Le déplacement du pouvoir en Mésopotamie à cette période a favorisé le développement du commerce dans le golfe Arabo-persique, et le port de Bassorah jouait un rôle important.

Coupelle épigraphique aux palmettes digitées, Irak, IXe-Xe s. Décor bleu de cobalt sur glaçure blanche opaque.
Coupelle épigraphique aux palmettes digitées, Irak, IXe-Xe s. Décor bleu de cobalt sur glaçure blanche opaque.

En effet, cette ville marchande était à la fois un important centre de production de la céramique, qui était ensuite exportée, ainsi qu’un port de réception des marchandises, notamment chinoises (parmi celles-ci, on trouvait bien sûr la porcelaine). Le rôle central de la péninsule Arabique est justement rappelé : carrefour entre le monde méditerranéen, l’Afrique et l’Asie, cet espace est au cœur des échanges depuis la plus haute Antiquité, notamment grâce au commerce de l’encens. Si les relations commerciales avec la Chine des T’ang (618-907) sont bien indiquées, rien n’est dit sur le rôle de la ville de Sîrâf, sur la côte iranienne, alors qu’il s’agit, avec Sohar en Oman, d’un des principaux relais entre les mondes musulmans et chinois.

En Méditerranée, les Républiques marchandes concurrencent les marchands orientaux dès le Xe siècle. Les Croisades profitent aux marchands chrétiens qui implantent durablement leurs comptoirs au Levant. Ces conflits sont source d’échanges artistiques et de transfert des techniques. Outre les Vénitiens, on trouve des Génois, des Marseillais ou encore des Catalans.

Pour illustrer les échanges commerciaux maritimes, les vestiges de deux épaves sont présentés. Celle trouvée en 1962 dans la rade d’Agay par Alain Visquis a livré du matériel provenant d’al-Andalus daté entre 929 et 1031.

Miroirs en bronze provenant de l'épave de Belitung. Chine, IXe s.
Miroirs en bronze provenant de l’épave de Belitung. Chine, IXe s.

L’épave de Belitung, retrouvée au large de l’île du même nom, en Indonésie, date du IXe siècle. Il s’agit d’un navire affrété par un marchand arabe revenant de Chine et transportant, entre autres marchandises, des porcelaines et grès chinois qu’il allait probablement revendre à Sohar, à Sîrâf ou à Bassorah.

De nombreux objets, présentés « dans un espace marchand qui rappelle un bazar traditionnel4« , illustrent plus ou moins explicitement ces échanges.

Plat à décor végétal et bol Changsha provenant de l'épave de Belitung. Chine, IXe s.
Plat à décor végétal et bol Changsha provenant de l’épave de Belitung. Chine, IXe s.

Alors que la céramique abbasside est présentée, le lien n’est pas directement fait avec la céramique chinoise, et notamment celle de type « Changsha » qui a pourtant influencé cette production. Ce transfert sera néanmoins explicité plus tard dans l’exposition.

Pièces du jeu d'échec dit de Charlemagne, Trésor de Saint-Denis, Salerne (?), Italie, fin XIe s. Ivoire, traces de dorure et de peinture rouge.
Pièces du jeu d’échec dit de Charlemagne, Trésor de Saint-Denis, Salerne (?), Italie, fin XIe s. Ivoire, traces de dorure et de peinture rouge.

Le jeu d’échecs dit « de Charlemagne » ou des objets fâtimides en cristal de roche illustrent les cadeaux diplomatiques offerts entre souverains. Le rôle central de la Sicile en Méditerranée est évoqué. Les documents de la Genizah du Caire éclairent le rôle des marchands juifs en mer Rouge et dans l’océan Indien.

Brûle-parfum sphérique. Syrie ou Égypte, XVIe-XVIIe s. Laiton et argent gravé.
Brûle-parfum sphérique. Syrie ou Égypte, XVIe-XVIIe s. Laiton et argent gravé.

Enfin, un objet en particulier aurait mérité plus d’explications. Il s’agit d’un brûle-parfum sphérique en alliage de cuivre daté ici des XVIe-XVIIe siècle. Ce type d’objet apparaît dans la Chine des T’ang avant de gagner le monde islamique via l’Iran dès le XIIIe siècle. Ces objets sont produits en Syrie et en Égypte à la période mamlouke, puis ils sont adoptés en Occident où ils sont employés comme chaufferette pour les mains3. Ainsi, cet objet illustre à la fois un transfert artistique et le commerce des aromates entre ces régions.

Un très beau théâtre d’ombres résume les voyages d’Ibn Battûtâ (né vers 1303 à Tanger), voyageur arabe emblématique qui entreprit le hajj et poursuivit son aventure sur terre et sur mer pendant 25 ans.

Le dernier espace se concentre sur « Le temps des expansions (XVe – XVIIe siècles) ».  Il témoigne de la « globalisation des échanges », notamment du fait de l’irruption des flottes portugaises dans l’océan Indien à partir de la toute fin du XVe siècle. Les échanges commerciaux se normalisent.

Plat à décor de barques aux trois grandes voiles rayées, Iznik, Turquie, vers 1700. Céramique siliceuse à décor peint sous glaçure transparente.
Plat à décor de barques aux trois grandes voiles rayées, Iznik, Turquie, vers 1700. Céramique siliceuse à décor peint sous glaçure transparente.

Le matériel présenté illustre surtout le développement de la manufacture à échelle industrielle : céramique ottomane d’Iznik et soieries indiennes de Goa, afin de répondre à une demande toujours croissante de la part des élites ottomanes et européennes.

Deux nouvelles épaves sont présentées. La première a été retrouvée en 1990 au large de l’île de Mljet (Croatie). Il s’agit du « Saint Paul » affrété par des marchands vénitiens au XVIe siècle. La seconde est celle du San Diego échoué vers 1600 au large de Manille. Elle témoigne de la percée des Espagnols dans l’océan Indien depuis le Pacifique et de leur implantation aux Philippines.

Deux vidéos illustrent les échanges dans l’océan Indien et l’empreinte laissée au sein des populations. L’une nous parle des Comores tandis que la seconde évoque Zanzibar. Dans les deux cas, on retrouve des populations dont la tradition culinaire, aussi bien que la langue et les pratiques religieuses ont été marquées par les apports arabes, indiens et africains.

Bataille de Lépante, Vénitie, 1571-1600. Huile sur toile.
Bataille de Lépante, Vénitie, 1571-1600. Huile sur toile.

Enfin, en guise de conclusion, un dernier panneau nous parle des « Prémices d’un nouveau monde ». Quelques dates clés sont fournies (chute de Constantinople, bataille de Lépante en 1571 et création de la Compagnie néerlandaise des Indes en 1602). Trois objets clôturent l’exposition : un tableau représentant la bataille de Lépante, un tissu et un canon. La chute est un peu abrupte, à l’image, peut-être, de la fin de la domination arabo-musulmane sur les mers.

Cette exposition se suit facilement et vise un très large public. Elle est richement illustrée d’objets et de manuscrits. Cependant, certains objets, comme les céramiques, auraient gagné à être accompagnés de plus d’explications. Le voyage sera utilement complété par le catalogue de l’exposition.

Informations pratiques : https://www.imarabe.org/fr/expositions/aventuriers-des-mers


1 A. Avanzini, 2008, A Port in Arabia between Rome and the Indian Ocean (3rd C. BC-5th C. AD), Khor Rori Report 2, Rome, p. 624-625. Témoignage d’après Eudoxe de Cyzique, marin grec qui aurait obtenu ces informations d’un pilote indien.

2 Il s’agit à l’origine d’une unité de mesure terrestre, très utilisée dans la navigation également.

3 J. Mouliérac, 1989, « La collection Marcel Destombes, » dans A. J. Turner (éd.), Astrolabica 5, Paris : Institut du Monde arabe/Société internationale de l’astrolabe, p. 77-126.

4 Dossier de presse « Aventurier des mers », p. 21.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Compte-rendu d’exposition : « Jardins d’Orient », IMA, 19 avr. – 25 sept. 2016

Présentation

L’exposition « Jardins d’Orient. De l’Alhambra au Taj Mahal » se tient actuellement à l’Institut du Monde Arabe à Paris jusqu’au 25 septembre 2016. Agnès Carayon et Sylvie Depondt ont assuré le commissariat de cette exposition.

Parcours muséographique

L’exposition se suit sur deux étages et est complétée à l’extérieur par un jardin éphémère.

Le parcours muséographique se divise en deux parties principales. La première, occupant le premier étage, évoque la gestion de l’eau et l’origine des jardins en Mésopotamie, en particulier ceux de Babylone, source d’inspiration des jardins islamiques. Le deuxième étage évoque les jardins arabo-islamiques de l’Atlantique à l’Inde, des débuts de l’Islam à l’époque contemporaine. Cinq thèmes principaux sont abordés : « Les origines, la grammaire traditionnelle, les usages, la fascination réciproque entre Orient et Occident et le rôle des jardins dans les grandes villes aujourd’hui. »

Les origines

Campement des cavaliers arabes près de Tlemcen, Honré Boze, 1872.
Campement des cavaliers arabes près de Tlemcen, Honoré Boze, 1872.

Le cadre chronologique est très vaste, puisque l’exposition s’ouvre sur les débuts de l’agriculture en Mésopotamie remontant environ au VIIe millénaire av. J.-C. D’emblée, les jardins perses de l’Antiquité divisés en quatre parties sont évoqués. Les oasis sont illustrées de peintures et de photographies du XIXe en Afrique du Nord et des chants d’oiseaux agrémentent la visite.

La Barada à l'entrée de Damas, Félix Bonfils, vers 1880.
La Barada à l’entrée de Damas, Félix Bonfils, vers 1880.
20160421_114657
Vis d’Archimède

Les grands fleuves alimentant en eau ces jardins sont présentés à travers de nombreuses photos du début du XXe siècle. Le visiteur pourra se faire une idée des technologies hydrauliques développées entre les VIIIe et XIIe siècles : norias (roues à eau) et qanât (canaux) qui permettaient d’approvisionner fontaines et jeux d’eau. Le chadouf et le sakieh sont des systèmes d’arrosage anciens, le premier remontant au IIIe millénaire av. J.-C.. Des maquettes permettent de comprendre ces ouvrages techniques. Puis l’on revient aux jardins de Babylone, décrits notamment par Strabon, géographe grec du Ier siècle av. J.-C. Il indiquait comment l’eau y était acheminée par une vis d’Archimède. Une maquette permet d’en comprendre le principe. Le visiteur peut se faire une idée de la grandeur de ces jardins qui ont servi de modèle au jardin islamique grâce à une reconstitution numérique.

La grammaire traditionnelle

L’étage supérieur aborde ainsi le jardin arabo-islamique. Ses principales caractéristique sont présentées : il s’agit d’un lieu clos, structuré par des canaux. Le mot persan « pairidaeza« , désignant d’abord un enclos de chasse puis des lieux de délices, passera dans la langue grecque pour prendre le sens de « Paradis » que nous lui connaissons.

20160421_115757
Le faux canal de fontaine

Les canaux sont organisés géométriquement divisant l’espace en quatre partie, en persan « chahâr bâgh ». Cet agencement s’inspire des jardins de Pasargades et remonte à Cyrus, roi de Perse de 600 à 530 av. J.-C. Un espace octogonal agrémenté d’un bassin en forme d’étoile illustre très à propos le rôle fondamental du kiosque : c’est un lieu ombragé propice aux repas et aux plaisirs. Une fausse allée de fontaine rappelle l’importance de l’eau : elle accueille des éléments décoratifs qui ornaient différents bassins du monde islamique.

Les usages

Les jardins d’al-Andalous illustrent l’importance du jardin dans l’architecture palatiale : lieu de repos et de réceptions somptueuses, il participe également à la manifestation de l’exercice du pouvoir. Les essences d’arbres mentionnées et les chants d’oiseaux évoquent l’odorat et l’ouïe, la vue n’étant pas l’unique sens sollicité.

Jardin de palais dominant un lac et un paysage de collines, Inde, Hyderabad, vers 1750
Jardin de palais dominant un lac et un paysage de collines, Inde, Hyderabad, vers 1750

Les espaces dédiés aux jardins de l’Inde moghole offrent l’occasion d’aborder une autre fonction des jardins dans le cadre de l’architecture funéraire. On pense évidemment au Taj Mahal, et d’autres exemples sont fournis au moyen de miniatures et de plans. L’art du tapis s’est fait l’écho de ce goût pour les jardins : motifs de fleurs et division en quatre parties rappellent ces lieux d’agrément.

La fascination réciproque : Orient et Occident

Dès la Renaissance, le modèle du jardin arabo-islamique est diffusé en Europe via la Sicile et l’Espagne. En outre, les techniques hydrauliques sont également importées d’Orient. Le thème du jardin oriental a inspiré les peintres avant de servir de modèle aux jardins occidentaux au cours du XIXe siècle. La tulipe est censée illustrer ces échanges : symbole de l’Empire ottoman, elle est importée en Europe au XVIe siècle. Cependant, l’engouement qui eut lieu autour de cette fleur en Hollande au XVIIe siècle n’éclaire pas tant l’évolution de l’art du jardin que l’introduction de la spéculation et de l’économie de marché…

Le rôle des jardins dans les grandes villes aujourd’hui

Pavillon du Maroc à l'Exposition universelle de Vincennes 1931.
Pavillon du Maroc à l’Exposition universelle de Vincennes 1931.

Enfin, cette tradition des jardins orientaux a persisté depuis l’époque coloniale jusqu’à nos jours. En effet, les pays du Golfe en particulier connaissent un important développement urbain et cherchent à verdir la ville. Les jardins de Majorelle au Maroc sont présentés au public à travers des photos.

Les visiteurs peuvent ensuite se rendre dans le jardin aménagé par Michel Péna et installé sur le parvis le temps de l’exposition. Celui-ci s’admire depuis le sol où il est possible de déambuler entre les carrés de fleurs odorantes et le canal, et depuis la passerelle offrant notamment le spectacle d’une anamorphose par François Abélanet faisant apparaître une étoile polygonale (photo en Une) lorsqu’on la prend en photographie.

 

La documentation iconographique est très riche et variée : le visiteur peut admirer des photographies, des peintures, de nombreuses miniatures persanes et mogholes, des tapis, des plans de jardin… Il sortira enchanté de cette visite. On pourra néanmoins regretter les allers-retours chronologiques entre la Haute Antiquité et la période Islamique, mais le choix muséographique est plus thématique que véritablement historique.

Des rencontres et débats complètent l’exposition.

Informations pratiques

Quand   Du 19 avril au 25 septembre 2016
   Salles d’expositions et jardin éphémère sur le parvis de l’IMA
Horaires   Du mardi au vendredi de 10h à 18h – Samedi, dimanche et jours fériés (sauf 1er mai) de 10h à 19h. Fermé le lundi.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Compte-rendu d’exposition : « Sensual Delights. Incense Burners and Rosewater Sprinklers from the World of Islam », 20 mars – 6 sept. 2015, Copenhague

L’exposition « Sensual Delights » s’est tenue à la David Collection (Copenhague) du 20 mars au 6 septembre 2015. Elle a été élaborée par Joachim Meyer.

Cette exposition avait deux objectifs : mettre en lumière deux types d’objets (brûle-parfums et aspersoirs à eau de rose) dispersés au sein de la collection et rendre tangible des « substances éthérées » à travers la culture matérielle associée à leur usage. D’où le nom de l’exposition, les sens en question étant non seulement l’odorat mais aussi la vue. L’odorat était mis en valeur, au sein de l’exposition, à travers un présentoir permettant de sentir des substances comme le musc, l’ambre gris, l’encens oliban etc. Onze brûle-parfums et dix-neuf aspersoirs à eau de rose étaient présentés suivant un ordre chronologique. Les vitrines étaient organisées de façon linéaire avec, à gauche les brûle-parfums et à droite les aspersoirs à eau de rose.

Le premier objet présenté est un encensoir en bronze datant des VIIIe/IXe siècles. Circulaire sur pied, il comporte trois anneaux permettant de suspendre l’objet à autant de chaîne afin de balancer l’objet lors du culte. Il porte un décor en bas-relief représentant des scènes de la vie du christ. Cet encensoir a donc une fonction religieuse.

Brûle-parfum cylindrique, bronze, Iran (ca. XIIe - XIIIe s.)
Brûle-parfum cylindrique, bronze, Iran (ca. XIIe – XIIIe s.)

Il s’oppose ainsi, aussi bien du point de vue fonctionnel que morphologique, aux brûle-parfums islamiques qui sont ensuite présentés. Les brûle-parfums en bronze ou en alliage de cuivre, parfois richement ornés d’incrustation en or ou en argent, illustrent le goût des élites.

IMG_0980Les formes étaient variées : récipients cylindriques à sur pieds ou brûle-parfums zoomorphes.

Trois objets portent des inscriptions : deux sont des formules de bénédiction, l’autre indique que l’objet est une donation pieuse.

Deux brûle-parfums, bois et fibre végétale, Yémen (fin XVIIIe s.)
Deux brûle-parfums, bois et fibre végétale, Yémen (fin XVIIIe s.)

Deux brûle-parfums en bois et fibre végétale ont été rapportés du Yémen par Carsten Niebuhr lors de son expédition en Arabie entre 1761 et 1767 (prêt du Musée national du Danemark).

 

Le choix des objets est particulièrement pertinent puisque avec seulement onze objets, huit types différents peuvent être distingués. Le conservateur parvient ainsi à restituer la production des brûle-parfums entre le VIIIe et le XVIIIe siècle dans des régions allant de la Sicile au Yémen en passant par le Levant ou l’Iran.

De la même façon, la présentation des aspersoirs (ou flacons) à eau de rose suit un ordre chronologique. Le premier aspersoir présenté est en bronze et date des Xe-XIe siècle. Il rappelle les productions sassanides en argent des Ve-VIIe siècle. La principale différence réside au niveau du col : celui-ci est désormais plus étroit afin de laisser passer moins de liquide. Cette évolution morphologique indique un usage comme aspersoir et non comme bouteille. Cette forme hémisphérique sur pied et terminée par un col étroit à bec ouvert est représenté par cinq autres exemplaires en métal et un en céramique glaçurée. Les décors sont très variés et le motif en relief de bosses en forme de gouttes rappelle la fonction de l’objet tout en facilitant sa préhension. Un des aspersoirs est en forme d’oiseau qui n’est pas sans rappeler un type de brûle-parfum évoqué supra : il provient d’ailleurs de la même aire géographique, l’Iran-Afghanistan, et de la même période, le XIIe siècle. Les formes des aspersoirs rappellent parfois des productions en verre et parfois ils étaient eux-mêmes réalisés dans ce matériau, bien que dans ce cas leur identification est moins assurée et il pourrait aussi bien s’agir de bouteilles. Les exemples d’aspersoirs originaires d’Inde illustrent le goût des élites indiennes pour les parfums et leur art de vivre, à l’imitation des cours des princes moghols. Les princes ottomans faisaient également un usage libéral de parfums, et deux aspersoirs faits en porcelaine chinoise et rehaussés de métal et de gemmes datent de cette époque. Quatre objets portent des inscriptions de bénédictions. Les aspersoirs présentés dans l’exposition appartenaient à des contextes princiers, à l’image des brûle-parfums exposés. J. Meyer a fait parfaitement dialoguer les deux types d’objets dont les matériaux, les décors, les inscriptions et parfois même la forme se répondent.

En outre, des miniatures conservées à la David Collection viennent illustrer les usages de ces objets dans les cours princières.

Il convient donc de saluer cette exposition qui est la première, à notre connaissance, à s’intéresser aux parfums dans le monde islamique. Si les parfums sont un thème relativement bien exploité pour l’Antiquité, le sujet a été peu étudié en ce qui concerne le monde médiéval musulman. Cette exposition, et le catalogue qui l’accompagne, participe ainsi à la mise en valeur de ce sujet qui concerne à la fois l’histoire de l’art, l’archéologie et l’histoire sociale.

 

Descriptif :

https://www.davidmus.dk/en/current_events/tidligere_saerudstilling/saerudstilling_foraar_2015

Catalogue de l’exposition :

Meyer Joachim, Sensual Delights. Incense Burners and Rosewater Sprinklers from the World of Islam, Copenhague, The David Collection, 2015

80 p. Ill. coul.

Env. 20 €

ISBN : 978-87- 88464-8-4

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Une archéologie des odeurs (3/3) : « L’encens aujourd’hui »

La récolte de l’encens joue encore un rôle économique, même si celui-ci est relativement faible. Au Yémen, la récolte est effectuée par des ouvriers somalis. En Oman, les arbres appartiennent à des familles depuis des générations et sont protégés au sein de la réserve naturelle du Dhofar inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. L’arbre est incisé avec un couteau mangeb afin de faire couler la résine, qui, une fois séchée, sera revendue sur les marchés avant d’être brûlée. Ibn Battûta nous donne déjà une description similaire au XIVe siècle lors de sa visite dans le sud de l’Oman, lorsqu’il effectue une halte à khowr Hâsik :

 » Ici se trouve l’arbre qui fournit l’encens ; ses feuilles sont minces, et lorsqu’on pratique des incisions dans celles-ci il en dégoutte une liqueur semblable au lait, et qui devient ensuite une gomme ; et c’est là l’encens, qui est très abondant dans ce pays. »

(Voyages, t. II, p. 106)

De plus, l’encens reste un produit important dans la vie sociale. On peut le voir à travers la cérémonie de l’accueil, encore attestée parmi les populations de la péninsule Arabique, en particulier l’Oman, le Yémen et l’Arabie Saoudite.

Al-Masʿūdī rapporte que le calife al-Maʿmūn (r. 198/813-218/833) présidait une conférence de jurisprudence tous les mardis, à laquelle participaient des légistes et autres savants. À la fin du repas, on apportait les brûle-parfums (majāmir) afin que les hôtes du calife en respirent les arômes et se parfument[1]. Le même calife consomma beaucoup d’aromates lors de son mariage avec Būrān b. al-Ḥasan b. Sahl (192/807-271/884) en 210/825, en particulier de l’ambre gris et du bois d’aloès de qualité supérieure venant d’Inde[2].


[1] Kitāb murūj al-ahab, vol. VII, p. 38-39.

[2] Marín 1981, p. 195-198.

 

L’étude de la terminologie actuelle nous aide aussi à comprendre la fonction des différents brûle-parfums. Ainsi, en Oman, on fait la distinction entre le simple majmar, fait en céramique et destiné à brûlé de l’encens, et le mabkharah, qui comprend un brûle-parfum et un ensemble fait de palmes destiné à parfumer les vêtements. Les descriptions détaillées de ces objets sont disponibles ici.

Le mausolée de Bîbî Maryam, Qalhât. (c) S. Le Maguer
Le mausolée de Bîbî Maryam, Qalhât. (c) S. Le Maguer

 

À Qalhât, de l’encens est brûlé pour rendre hommage à Bibi Maryam et obtenir ses faveurs. Généralement, les femmes y implorent la fertilité en effectuant des circumambulations autour du mausolée et en déposant des brûle-parfums dans la crypte.

L’encens est brûlé pour parfumer la maison, mais aussi pour la protéger des djinns.

Il est aussi employé comme remède et se retrouve dans la composition de savons dans le Dhofar.

 

Parfum "Gold Woman" d'Amouage. (c) Amouage 2013.
Parfum « Gold Woman » d’Amouage. (c) Amouage 2013.

Enfin, l’actuel sultan d’Oman a tenu lui-même à ce que soit créé dans son sultanat un parfum de luxe dont les deux ingrédients principaux sont l’encens et la myrrhe. Bien que tout cela soit un peu superficiel, cela témoigne de l’importance que joue l’encens dans l’imaginaire et le désir de cette nation de s’identifier à ce produit dont l’usage est attesté dès le IIIe millénaire av. J.-C.

 

Conclusion

Les données archéologiques complètent les données textuelles concernant les usages de l’encens en apportant des précisions sur les contextes d’utilisation. Suivant le milieu social, la matière dans laquelle est réalisé le brûle-parfum, ainsi que la qualité et l’exotisme de l’encens employé varient.

Ces données, enrichies par des études botaniques et des analyses physico-chimiques, apportent des données précieuses sur les modalités de ce commerce en particulier, et sur les réseaux commerciaux en péninsule Arabique et dans l’océan Indien en général.

Enfin, l’étude de l’encens aujourd’hui montre une certaine continuité dans les pratiques et témoigne de l’importance de l’usage de l’encens à tous les échelons de la société.

En effectuant des aller-retours entre ces données, nous appréhendons ce qui était brûlé, dans quoi, où, et par qui.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Une archéologie des odeurs (2/3) : « Les résines en contexte archéologique »

Les sites ayant livré de la résine en contexte archéologique

En péninsule Arabique, d’après ce qui a été publié, seuls 3 sites ont livré de la résine en contexte archéologique.

Il s’agit d’abord du site ancien de Qani, l’actuelle Bir ‘Ali située au Yémen. L’encens récolté dans le Dhofar était acheminé depuis Sumhuram par bateau vers les entrepôts de Qani, d’où l’encens repartait vers Shabwa, capitale du royaume de Hadramaout. Des encens brûlés et intacts ont été retrouvés dans des contextes datés entre les Ier et Ve siècles de notre ère, dans ce qui a été interprété comme les entrepôts à encens (Mouton et al. 2008, p. 202).

Vestiges de la ville marchande d'al-Balîd. (c) S. Le Maguer
Vestiges de la ville marchande d’al-Balîd. (c) S. Le Maguer

 

L’autre site est al-Balîd ou Zafâr, qui a donné son nom à la plaine littorale du Dhofar. Les fouilles menées sous l’égide de l’American Foundation for the Study of Man ont d’ailleurs livré environ 50 kg d’encens (Albright 1955, p. 39).

 

Enfin, le site médiéval de Sharma a livré des résines qui ont fait l’objet d’analyses physico-chimiques.

 

 

 

 

Le cas de Sharma

L'anse de Sharma en 2007. (c) S. Le Maguer
L’anse de Sharma en 2007. (c) S. Le Maguer

Le site de Sharma est un ensemble d’entrepôts en fonction entre 980 et 1140 environ. L’étude de la céramique retrouvée lors des fouilles effectuées par Axelle Rougeulle entre 2001 et 2005 a mis au jour de la céramique d’importation en grande quantité. Il s’agit principalement de porcelaines et de grès de la période Sung. Cette production a permis de dater l’occupation du site, et témoigne de la régularité des échanges commerciaux qui se sont maintenus entre cet entrepôt et l’Extrême Orient.

Les fouilles ont par ailleurs livré des morceaux de résine qui ont fait l’objet d’une analyse physico-chimique poussée (Regert et al. 2008). Sharma se situe dans la région d’Al-Shihr, mentionnée dans les sources médiévales comme une région productrice et exportatrice d’encens. Or ces analyses ont révélé que 84% de ces résines sont en fait du copal provenant d’Afrique Orientale (Madagascar).

Ces résultats nous permettent de mettre en évidence l’importance des liens commerciaux entre Sharma et l’Afrique orientale, en lien avec la quantité importante de céramique africaine. De plus, on voit bien que l’exportation de l’encens était l’apanage du port d’Al-Shihr situé à 50 km à l’ouest de Sharma, dans la mesure où ce commerce représentait une source de revenu importante pour le gouverneur de la ville.

Considérant l’intérêt de tels résultats, il convenait de mettre en place des échantillons de références quant à la composition chimique de ces résines, afin d’obtenir des résultats similaires sur d’autres sites. La prospection botanique menée entre les 27-29 janvier 2013 avait pour objectif principal l’établissement d’échantillons de références quand à la composition des résines issues de différentes espèces de Boswellia à différents endroits. Ces échantillons permettront, par comparaison des compositions chimiques, d’établir la provenance des résines retrouvées en contexte archéologique, afin de comprendre les modalités de circulation de ces résines.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Une archéologie des odeurs (1/3) : « L’étude des brûle-parfums et de leurs contextes archéologiques »

Introduction

L’usage des encens, comme l’oliban (lubān), la myrrhe, le bois d’aloès (ʿūd), est bien renseigné dans les sources écrites, que ce soient des chroniques, des récits de géographes ou des œuvres poétiques et littéraires. Généralement, ces sources nous informent sur les différents emplois de ces substances aromatiques de valeur dans les milieux aisés et de prestige.

Les données archéologiques viennent compléter notre connaissance à ce sujet, en fournissant des données importantes sur la façon dont ces aromates étaient employés au sein de populations pour lesquelles nous ne disposons pas de sources écrites.

Ainsi, les fouilles archéologiques menées à R’as al-Jins en Oman font remonter l’usage de l’encens au IIIe millénaire av. J.-C., dans un contexte d’habitat domestique.

Cet article et les deux prochains qui vont suivre sont issus de la présentation donnée dans le cadre de la table-ronde « Fragrances et pestilences : histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale » qui s’est tenue à l’Ifpo le 14 décembre 2012.

Dans cette première partie, différents sites ayant livré des brûle-parfums en contexte archéologique seront présentés afin de montrer en quoi leur étude nous renseigne sur les contextes d’utilisation des résines et bois aromatiques : religieux ou profane, riche ou modeste.

Dans une seconde partie, je présenterai les sites archéologiques ayant livré des résines, les méthodes d’analyses et les hypothèses que l’on peut formuler grâce à ces données.

Enfin, je m’intéresserai également à la vente et à l’usage de l’encens tels qu’ils sont pratiqués aujourd’hui dans le sud de la péninsule Arabique, région productrice et consommatrice d’oliban.

 

Les brûles-parfums

L’emploi de ces aromates est généralement lié, dans le monde médiéval musulman, à un objet bien spécifique : le brûle-parfum.

Nous définissons par « brûle-parfum » tout support ayant servi à brûler des résines ou des bois aromatiques dans un contexte profane. L’étude typologique des brûle-parfums a permis de mettre en place un fossile directeur, et met la lumière sur des réseaux de diffusion de ces objets, et par là-même de l’encens (Le Maguer 2011).

Les brûle-parfums sont aussi un indicateur du contexte social suivant le matériau dans lequel ils sont réalisés : alliage, chlorite ou céramique. Les brûle-parfums en alliage, généralement le bronze ou le cuivre, étaient coûteux et témoignent de la richesse de leurs propriétaires. La chlorite est, d’après certains auteurs médiévaux, réputée pour ses qualités culinaires. De fait, ce matériau était recherché et plutôt associé à des contextes aisés. Enfin, les brûle-parfums en céramique sont les plus courants et les plus faciles à acquérir.

Les brûle-parfums en bronze

Un premier type de brûle-parfums en bronze relève de techniques et de formes nées dans la Méditerranée ancienne, en particulier le monde romain puis byzantin. On les trouve surtout aux périodes Omeyyades et début de la période Abbasside.

Ce type d’objet a ainsi circulé dès l’époque pré-islamique. Dans une tombe située à Wâdî Ḍuraʾ, au nord-est d’Aden, au Yémen, a été retrouvé un brûle-parfum cylindrique tripode en bronze de 10,5 cm de hauteur. Il est doté d’un couvercle en forme de coupole ajourée et d’un manche horizontal tubulaire orné d’une tête de bélier à l’extrémité. L’objet date des premier ou deuxième siècles de notre ère, et fait parti d’un riche mobilier funéraire accompagnant la dépouille d’un guerrier. L’exécution de cet objet relève de la tradition proche-orientale. Des manches similaires sont attestés sur des palettes à encens en Egypte et en Palestine. Cependant, il s’agit d’un objet de production locale, et non pas importé, comme la plupart des objets en bronze retrouvés sur ce même site pour la même période[1]. Le long manche horizontal et le couvercle perforé seront à nouveau des éléments fondamentaux dans la réalisation des brûle-parfums communs de l’Orient byzantin puis islamique[2].

Brûle-parfum en bronze provenant des fouille de la citadelle d'Amman.
Brûle-parfum en bronze provenant des fouille de la citadelle d’Amman.

Le premier brûle-parfum présenté ici est en bronze, et ses différentes parties (corps, couvercle et manche) ont été forgées séparément. Le réceptacle se présente sous la forme d’un cylindre terminé par un disque formant un collet, sous lequel les trois pieds sont attachés. Le couvercle est en forme de dôme, ajouré par une série d’arches. La partie supérieure du couvercle est percée par trois rectangles et surmonté d’un cabochon. Le manche est un tube en bronze terminé par un protomé de lion, et attaché au réceptacle par trois rivets. Le réceptacle et le couvercle sont gravés de motifs floraux stylisés sur un fond de points. Le fond du réceptacle contenait les restes d’une substance blanche. L’objet est conservé au Musée Archéologique, à ʿAmman (numéro d’inventaire : J. 1660).

Le brûle-parfum d’Amman figure parmi les exceptions, la majorité de ces objets provenant de musées.

Brûle-parfum monumental seldjoukide conservé au Metropolitan Museum of Art.
Brûle-parfum monumental seldjoukide conservé au Metropolitan Museum of Art. (c) Le Maguer.

 

Plus tard, dans l’Iran seldjoukide, on trouve des brûle-parfums zoomorphes, généralement des lions, pouvant atteindre des tailles monumentales comme celui conservé au Metropolitan Museum of Art à New York. Les commanditaires sont le plus souvent des princes ou des gens de cour. Des brûle-parfums de ce type, aux dimensions plus modestes, sont également visibles au Louvre.

 

 

 

 

 


[1] Breton 1993, p. 49-50, Pl. 8, fig. 16 et Pl. 15, fig. 41.

[2] Invernizzi 1997.

 

Les brûle-parfums en chlorite

Le mot chlorite, équivalent dans la littérature francophone au terme « softstone » ou pierre à savon (hajjar as-saboni), est ici employé comme terme générique pour désigner un type de pierres altérées par hydrothermie, riche en magnésium et en talc. La chlorite est une pierre très peu dure (1 à 3 sur l’échelle de Moh), et donc facile à travailler.

Carte localisant les mines de chlorite actives durant la période abbasside. (c) Le Maguer
Carte localisant les mines de chlorite actives durant la période abbasside. (c) Le Maguer

Les mines de chlorite en péninsule Arabique sont localisées à l’ouest, dans une bande montagneuse nord-sud comprise entre le Golfe d’Aqaba et le Najd (Zarins et al. 1979 : 9-12), ainsi que dans les montagnes nord du Yémen (Overstreet et al. 1988 : 392).

Les centres de production d’objets en chlorite se situent dans ces mêmes régions. L’existence d’une production locale est prouvée par la présence d’éléments de taille et de manufacture, l’identification de mines contemporaines avec l’implantation de zones d’habitat, et la comparaison entre les sources géologiques et les produits finis. Wadakh et Ghuraba, dans la région de Ta’if, ont fait l’objet d’une étude qui prouve leur fonction de centres de production pour la période abbasside (Zarins et al. 1980 : 27-28). Ces mines étant localisées de façon bien précise, la chlorite est donc amenée à circuler.

Le commerce de la chlorite est très ancien et remonte au premier millénaire av. J.-C. Il connaît un renouveau sous la période abbasside, en lien avec le transfert du pouvoir de la Syrie vers l’Irak, et la création de la capitale califale à Bagdad, ce qui a pour conséquence directe le développement de routes terrestres entre la Mecque et la Mésopotamie, dont le Darb Zubayda, construit sous le règne du calife Hārūn al-Rashīd (170/786-193/809)[1]. Cette route passe notamment par ou près de centres de production de la chlorite, comme al-Rabadhah, situé à 11 km d’une mine d’extraction de la chlorite[2].


[1] Knudstad 1977, p. 41.

[2] Al-Rashid 1986.

 

Brûle-parfums en chlorite provenant de Suse et conservés au Musée du Louvre. (c) S. Le Maguer.
Brûle-parfums en chlorite provenant de Suse et conservés au Musée du Louvre. (c) S. Le Maguer.

C’est pourquoi nous retrouvons des brûle-parfums en chlorite produit en péninsule Arabique sur des sites tels que Fustat en Egypte, Suse et Sîrâf en Iran dans des proportions très importantes.

Le site de Sīrāf, situé près du village actuel de Tāhirī, s’étend sur la côte iranienne du Golfe Persique[1]. Les fouilles archéologiques dirigées par D. Whitehouse, sous l’égide du British Institute of Persian Studies, se sont déroulées entre 1966 et 1973. Les plus anciennes références sur Sīrāf se trouvent dans les écrits de Ibn al-Faqīh qui vécut au début du IXe siècle, et qui notait déjà le commerce avec l’Inde. Ibn Hawqal, qui écrit au Xe siècle, ajoute que les marchandises transitant par Sīrāf étaient : l’aloès, l’ambre gris, le camphre, des gemmes, le bambou, l’ivoire, l’ébène, le papier, le bois de santal et autres parfums, drogues et épices. Cependant, d’après al-Muqqadasī, la ville est en déclin dès la fin du Xe siècle. En effet la ville subi d’importants dommage suite au tremblement de terre de 366/977, ralentissant considérablement son développement économique.

Le site a livré un abondant matériel en chlorite. Tous les objets en chlorite proviennent de la Période 2 d’occupation du site, soit entre 825-1055 correspondant à l’apogée de la ville de Sīrāf. Les fouilles ont ainsi livré un large éventail de types de brûle-parfums en chlorite.

En effet, chaque type d’objet présent à Sīrāf est bien attesté par ailleurs sur des sites comme Samarra en Irak, Suse en Iran, ‘Aqaba en Jordanie et dans la péninsule Arabique.

Le matériel issu des fouilles de Sīrāf est en grande partie conservé au British Museum. Sur l’ensemble du matériel en chlorite issu des fouilles conservé au BM, 66% des objets proviennent du site F. Il s’agit d’un ensemble de maisons de riches marchands abandonnées à la fin du Xe ou au début du XIe siècle. 83% des brûle-parfums proviennent de ce même site. A l’inverse, le site B, correspondant à la grande Mosquée, n’a livré que 10% du matériel en chlorite, 4% des brûle-parfums mais 18% de la totalité des lampes. Ces données renforcent l’idée d’un usage domestique des brûle-parfums, et montrent bien que les objets en chlorite sont associés à des contextes sociaux aisés.


[1] Whitehouse 1968.

Les brûle-parfums en céramique

10 types différents de brûle-parfums en céramique ont été distingués.

Les brûle-parfums de forme quadrangulaires sont la forme la plus ancienne, et aussi la mieux attestée.

Brûle-parfums en céramique provenant de Suse conservés au Musée du Louvre. (c) Le Maguer.
Brûle-parfums en céramique provenant de Suse conservés au Musée du Louvre. En haut : type C3. En bas à gauche : imitation de type en chlorite. (c) Le Maguer.

La production est cependant variée. On trouve ainsi des formes glaçurées, ou encore des imitations en céramique des brûle-parfums en chlorite. L’une des raisons de ces copies peut être la possibilité d’obtenir à moindre coût un objet originellement onéreux. Cependant, aucune production massive n’est attestée, et ces objets sont finalement rares. Il faut peut-être chercher les raisons ayant motivé cette production ailleurs, pourquoi pas dans le domaine de l’affectif.

La carte de répartition des types en céramique montre leur faible diffusion. Il est intéressant de noter que 85% des brûle-parfums en céramique proviennent du sud de la péninsule Arabique, autrement dit de la région productrice de l’encens, mettant en évidence l’importance de la consommation locale de l’encens. La céramique est un matériau relativement courant, et qui, à moins de l’emploi de techniques ou de décors bien particuliers (comme la glaçure), relève généralement de productions locales.

Le type C3 fait exception, puisqu’il est attesté sur six sites du sud de l’Arabie (al-Shiḥr, Sharma, Yaḍḡaṭ, Athar, Al-Ghulayfiqah et al-Qaraw), qu’il se retrouve jusqu’à Suse, et, sous une forme un peu différente, à ʿAmman. Autrement dit, ce type, produit dès le milieu du VIIIe siècle, aurait circulé depuis le sud de l’Arabie jusqu’aux régions conquises après l’avènement de l’Islam. Cependant, les brûle-parfums du type C3 relèvent aussi de la production locale, comme semble l’attester les différentes couleurs et qualités de pâte. Le site de Yaḍḡaṭ comportait les fours de potiers qui fournissaient al-Shiḥr et Sharma[1]. Ces productions sont caractérisées par une pâte grossière de couleur brun à cœur gris/noir. A Aththar les brûle-parfums sont faits d’une pâte rouge et à Suse d’une pâte fine ou assez fine de couleur chamois.

Brûle-parfum en céramique provenant des fouilles d'Amman. Type C2. (Hardin 1951, pl. III/10).
Brûle-parfum en céramique provenant des fouilles d’Amman. Type C2. (Harding 1951, pl. III/10).

 

Enfin, en ce qui concerne la partie nord, qui regroupe principalement la Syrie-Palestine, on constate que les brûle-parfums en céramique retrouvés sont des occurrences pré-islamiques locales, généralement communes depuis la période perse et ayant pour origine la Mésopotamie. Le type C2 est une production nabatéenne qui ne circule pas au-delà du Levant.


[1] Rougeulle 2007, p. 247.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

L’encens en Oman : histoire et archéologie d’un produit culturel et commercial

**Ce texte reprend ma lecture donnée lors de la conférence du 2 décembre 2012 au CFO à Mascate**

L’usage de l’encens en Oman revêt une importance toute particulière, puisque ce pays est à la fois consommateur, producteur et importateur de cette résine odorante issue des arbres Boswellia.

Après une brève présentation de l’encens, je m’attacherai à montrer que l’usage et la commercialisation de l’encens sont très anciens en Oman, avant de montrer à travers divers documents (archéologiques et textuels) que le commerce de l’encens continua de jouer un rôle majeur à la période islamique.

 

I-              Définition de l’encens

Résine issue du B. sacra, Yémen. (c) S. Le Maguer
Résine issue du B. sacra, Yémen. (c) S. Le Maguer.

Par encens on entend communément toute substance dégageant une odeur lorsqu’elle est brûlée. Le mot arabe correspondant est lubān. Il désigne en fait la résine séchée issue de l’exsudation des arbres à encens ou Boswellia, de la famille des Burséracées, espèce dont la répartition est localisée entre la corne de l’Afrique, la région du Hadramaout au Yémen et le Dhofar en Oman. Il existe une vingtaine de Boswellia différents répertoriés, mais le véritable encensier est le Boswellia sacra ou Boswellia carteri. C’est seulement en 1887 que l’allemand Flückiger identifie clairement l’arbre à encens poussant au Yémen, et lui donne son nom scientifique. Depuis, quatre espèces principales d’arbre à encens sont connues. Le Boswellia sacra est l’espèce qui pousse dans le sud de l’Arabie (Hadramawt, île de Socotra, Mahra et Dhofar).

 

II-            L’encens avant l’Islam

1)    Usages

Le plus ancien brûle-parfum retrouvé à ce jour est en grès, de forme quadrangulaire quadripode. Il provient des fouilles réalisées à Ra’as al-Jinz, en territoire d’Oman. Ce brûle-parfum présentait de la matière brûlée au fond du réceptacle. L’objet a été retrouvé dans un bâtiment daté du IIIe millénaire av. J.-C. Il s’agit d’un contexte domestique, et non pas religieux ou de prestige. L’objet lui-même est fort simple et sans décor. Ce fait atteste d’un usage de l’encens au sein des couches moins aisées de la population, et d’une consommation locale, et ce dès le IIIe millénaire av. J.-C. Les rapprochements au niveau de la taille et de la forme de ce brûle-parfum avec ceux utilisés traditionnellement pour les résines aromatiques en Arabie jusqu’à nos jours suggère fortement un usage étendu dans les activités quotidiennes domestiques et rituelles.

Pyrées provenant de Khowr Rûrî conservés au musée "The land of Frankincense" à Salalah.
Pyrées provenant de Khowr Rûrî conservés au musée « The land of Frankincense » à Salalah.

L’usage de l’encens à la période préislamique est surtout religieux, comme l’attestent les nombreux pyrées retrouvés dans les temples sudarabiques jusqu’aux 4ème/5ème siècles de notre ère. Ils sont généralement en pierre et présentent des formes variées. Certains sont de forme pyramidale, d’autres cubiques, et on retrouve au niveau de leur décoration des éléments rappelant les décors architecturaux caractéristiques des temples.

 

2)    Le commerce

Dès le milieu du deuxième millénaire avant Jésus-Christ, l’Egypte tente d’exercer un contrôle sur son approvisionnement en encens. Ce fait est attesté à travers les scènes gravées retrouvées à Dar el-Bahari en Egypte, narrant l’expédition ordonnée par la reine Hatshepsout (r. 1490-1468 av. J.-C.) vers le fabuleux « pays de Punt » à la recherche de la précieuse résine. Certains chercheurs ont situé cette région en Arabie du Sud (Yémen), mais les dernières recherches tendent à situer le pays de Punt en Afrique de l’Est, au sud de l’Egypte, sur la côte de la Mer Rouge.

Le site de Khowr Rûrî, l'ancienne Sumhuram.
Le site de Khowr Rûrî, l’ancienne Sumhuram.

Depuis la côte yéménite, nous ne disposons pas des preuves matérielles attestant d’un commerce maritime vers les pays septentrionaux pour des périodes aussi anciennes. Le travail archéologique entrepris plus à l’est sur la côte du Hadramawt et du Dhofar depuis 1996 a révélé les preuves de l’existence de sites côtiers avec des contacts internationaux, dont certains pourraient dater de la Préhistoire. Un réseau portuaire par cabotage semble se mettre en place dès le IVe siècle avant J.-C., relayés par des ports comme Sumhuram (Oman) au Ier s. av. J.-C.

L’encens récolté dans le Dhofar et le Hadramawt était transporté vers le port de Qāniʾ avant d’être exporté vers la Méditerranée. L’empire romain avait une demande importante en encens qui assurait pour une grande part la richesse des royaumes sudarabiques.

Carte de l'"Arabie Heureuse" telle que la voyait les Anciens.
Carte de l' »Arabie Heureuse » telle que la voyait les Anciens.

 

III-          L’encens à la période Islamique

1)    Les usages

Durant la période médiévale, l’encens est principalement utilisé dans un contexte domestique, pour parfumer sa maison ou ses vêtements, ou encore recevoir ses hôtes.

De nombreux brûle-parfums ont été retrouvés dans des contextes archéologiques depuis les premiers temps de l’Islam, et encore aujourd’hui l’encens est brûlé dans des objets aux formes plus ou moins similaires.

Les principaux matériaux employés étaient le métal (bronze ou cuivre), la céramique et la chloritite, pierre tendre que l’on trouve communément en Oman.

Outre la documentation archéologique, nous disposons de sources historiques nous renseignant sur les contextes dans lesquels l’encens était utilisé. Ainsi al-Mas’udî nous décrit les réceptions données par le calife Al-Ma’mun qui faisait apporter des brûles-parfums pour ses hôtes après le repas donné chaque jeudi lors de la conférence de jurisprudence qu’il dirigeait.

Les bienfaits de l’encens étaient vantés par des médecins et pharmaciens comme Yohanna ben Massawayh (m. 857) et Sahlân ibn Kaysân (m. en 990) ou Al-Sûyûtî (m. 1505).

Des textes littéraires, comme les Mille et Une Nuits, nous renseignent sur les usages de l’encens, utilisé principalement dans un contexte domestique, lorsqu’on recevait des hôtes.

 

2)    Commerce de l’encens

Les sources textuelles médiévales témoignent de l’importance du commerce de l’encens durant la période médiévale.

Les vestiges archéologiques du port médiéval de Zafâr. (c) S. Le Maguer
Les vestiges archéologiques du port médiéval de Zafâr. (c) S. Le Maguer

Salalah est la capitale du Dhofar, et la ville a donné son nom à la plaine côtière qui s’étend le long de la côte de l’océan Indien, à environ 850 km de la capitale, Mascate, et 120 km de la frontière avec le Yémen. Les ruines d’al-Balīd se situent à l’est de la ville moderne, et correspondent au port médiéval de Ẓafār.

Marco Polo témoigne du commerce de l’encens blanc, de très bonne qualité, ainsi que du commerce des chevaux vers l’Inde :

« Et encore vous dit que l’encens blanc y naît fort bon, en abondance, et vous décrirai comment il naît. […] En cette cité viennent encore maints beaux destriers d’Arabie, que les marchands portent ensuite avec leurs nefs en Inde, et dont ils font grand profit et grand gain. »

De plus, Marco Polo décrit précisément la récolte de l’encens à Dhofar à la fin du XIIIe siècle :

« Je vous dis qu’il y a des arbres pas bien grands ; ils sont comme petits sapins. On en entaille l’écorce en plusieurs endroits avec des couteaux, et par ces trous s’écoule l’encens, pareil à un liquide ou à une gomme, goutte à goutte, en grande quantité. Il en sort parfois de l’arbre sans entaille à cause de la très grande chaleur qui règne là ; ensuite, cela durcit et forme ainsi l’encens. »

Ces deux activités commerciales assurent la richesse de la ville et de ses marchands. Au XIVe siècle, Ibn Baṭṭūta se rend depuis Ẓafār vers Oman, et c’est là qu’il décrit l’arbre à encens, attestant ainsi de la production et de l’usage de l’encens à Ẓafār au XIVe siècle. Les fouilles menées par Albright ont d’ailleurs livré environ 50 kg d’encens.

Ibn Baṭṭūta témoigne aussi de la récolte de l’encens en Oman au XIVe siècle. Il décrit un arbre dont les feuilles sont minces, et lorsque celui-ci est entaillé, il s’en écoule un liquide semblable au lait qui, en séchant, devient une résine. Ces entailles se font à différents endroits à l’aide d’un couteau ou mangeb, d’où s’écoule une sève épaisse. En s’écoulant, cette résine tombe au pied de l’arbre. Cette sève est laissée séchée à même l’arbre pendant sept à dix jours. On vient alors chercher les morceaux de résine séchée tombés au sol, qui se présentent sous la forme de petites boules transparentes. La récolte se fait généralement durant la saison chaude, c’est-à-dire entre juillet et août, puis les arbres sont laissés au repos durant le reste de l’année. Ces conditions de récolte de l’encens impliquent une saisonnalité du commerce de l’encens.

Au XVIe siècle, les ports de Berbera et de Zaylaʿ en Somalie importent de l’encens du Dhofar, ainsi que du poivre et des vêtements depuis le port d’Aden au Yémen.

 

 

Enfin, l’usage et le commerce de l’encens de nos jours, et la place qu’il tient dans la société omanaise, montrent l’importance de ce produit non seulement en tant que bien commercial mais aussi en tant que produit culturel, élément à part entière de l’identité omanaise.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Trois sites archéologiques liés au commerce de l’encens en Oman

La prospection botanique que nous avons mené en Oman n’avait pas pour unique but de voir les arbres à encens. Dans ce cadre, nous nous sommes également rendus sur les sites archéologiques identifiés soit comme les vestiges de relais caravaniers, soit comme ports d’exportation de l’encens. Les trois sites principaux qui seront décrits ici sont Shisr, Khowr Rûrî et al-Baleed.

Shisr

Vue GoogleEarth du site de Shisr
Vue GoogleEarth du site de Shisr.

Shisr se situe à moins de 150 km au nord de Salalah, du côté de Wadi Ghadun dans le Nejd. Le site a été découvert au début des années 1990 par Sir Ranulph Fiennes suite à des reconnaissances aériennes. Les vestiges sont constitués d’un dôme en calcaire écroulé qui recouvrait autrefois une source d’eau. Sur ce dôme, une grande enceinte fortifiée de forme trapézoïdale a été édifiée. Le côté sud est le plus étroit et ne mesure que 30 m de long environ. Les côtés est et ouest mesurent 57 m de long et le côté nord 45 m. Ce dernier est doté de 3 tours semi-circulaires. Une autre tour semi-circulaire se trouve sur le mur ouest. Une tour carrée est bien visible sur le mur est, et une autre se dessine sur le mur ouest, suggérant différents états de construction ou des réfections après des dommages possiblement causés par des attaques. Mais la destruction majeure du site est due à la faille de 14 m de haut résultant de l’effondrement du dôme calcaire, creusé par la nappe aquifère située sous la forteresse.

L’occupation du site remonterait à 300 av. J.-C. Le site est réoccupé durant la période Islamique jusqu’au XIVe siècle. Un jeu d’échec datant des XIe – XIIe siècles a été mis au jour. C’est avant tout la présence d’eau qui a fait la richesse du site et c’est pourquoi il était fortifié. Les inventeurs du site se sont empressés d’y voir la mythique cité d’Ubar, mentionnée dans le Coran sous le nom Iram dhât al ‘imâd, la Cité aux mille piliers. Située non loin de la région où poussent les arbres à encens, elle pourrait bien avoir été un relais caravanier sur l’une des nombreuses pistes reliant les zones de production aux zones de consommation de l’encens.

 

Khowr Rûrî/Sumhuram

Vue aérienne du site de Khowr Ruri.
Vue GoogleEarth du site de Khowr Rûrî.

Sumhuram est une ville fortifiée installée sur un éperon rocheux situé dans une lagune ou khowr localisée à 31 km à l’est de Salalah. Le site est d’abord fouillé dans les années 1950 par une équipe de l’American Foundation for the Study of Man (AFSM). Les archéologues découvrent alors une stèle datée du Ier siècle de n. è. et portant la mention « SMHRM » (Sumhuram) : il s’agit du nom de la ville à cette époque. Cette stèle précise également que la ville a été bâtie par Iliazz Yalit I (l’Eleazus mentionné par Stabon), alors roi du Hadramawt depuis sa capitale, Shabwa (la Sabota des Anciens). Les vestiges archéologiques témoignent aussi bien d’échanges intenses avec l’Inde qu’avec le monde méditerranéen : statue indienne du IIe s., nombreuses amphores et céramiques sigillées. Ce site témoigne bien de l’évolution du commerce de l’encens au tournant de l’ère chrétienne. Alors que jusqu’au Ier s. av. J.-C. ce commerce se faisait essentiellement par voie terrestre, le commerce maritime connaît un essor important au Ier siècle de n. è. L’encens récolté dans le Dhofar était entreposé dans différents ports côtiers, dont Sumhuram, avant d’être acheminé vers Qanî’ (Bîr ‘Alî, Yémen), où il était entreposé avant d’être transporté vers Shabwa, d’où les caravanes l’emportaient vers le nord. Le site semble abandonné au Ve siècle, période de troubles intenses au Yémen.

 

Al-Balîd/Zafâr

Enfin, la vivacité du commerce de l’encens durant la période islamique est attestée par la richesse du site d’al-Balîd, où se trouvent les vestiges du port médiéval de Zafâr qui a donné son nom à la région. De nouveau, la découverte du site date des années 1950 dans le cadre des recherches archéologiques menées dans le Dhofar par l’équipe de l’AFSM. Les archéologues mirent au jour environ 49 kg d’encens portant encore les traces des paniers dans lesquels ils se trouvaient et massés sur le sol d’un entrepôt. Les sources textuelles médiévales, arabes ou non, témoignent des activités commerciales de la ville. À la fin du XIIIe siècle, Marco Polo nous informe que « l’encens blanc y naît fort bon, et en abondance », puis il nous décrit comment il est produit. L’encens n’est pas la seule source de revenus de la cité, et le commerce des chevaux, exportés vers l’Inde, participe également au dynamisme économique : « En cette cité viennent encore maints beaux destriers d’Arabie, que les marchands portent ensuite avec leurs nefs en Inde, et dont ils font grand profit et grand gain. » (Le Devisement du Monde, T. II, p. 497)

Au XIVe siècle, Ibn Battûta se rend depuis Zafâr en Oman, où il décrit l’arbre à encens et la récolte de la précieuse résine.

Les fortifications d'al-Balîd.
Les fortifications de Zafâr.

Ces sources textuelles concordent assez bien avec l’image que nous ont léguée les vestiges archéologiques. La cité était dotée d’une enceinte fortifiée et d’un imposant fort pour se défendre. Les vestiges de la grande mosquée témoignent de la richesse de la ville. Les nombreuses demeures et entrepôts livrent l’image d’une cité marchande dynamique.

Malgré ces fortifications, la ville sera assiégée et prise par les Portugais au début du XVIe siècle.

La Grande Mosquée de Zafâr.
La Grande Mosquée de Zafâr.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

De l’importance de protéger les arbres à encens

Dans mon premier billet publié sur ce blog, je faisais allusion à la réalité écologique que constitue la disparition des arbres à encens. Durant ma visite dans le Dhofar, j’ai pu constater qu’en effet ces arbres peuvent être menacés de disparition s’ils ne sont pas protégés et entretenus.

En Oman, l’encens et sa source, le Boswellia Sacra, font partie de l’identité même du pays. Cela est visible de façon assez superficielle à travers la création du parfum Amouage, voulue par le Sultan al-Qaboos lui-même, et de façon plus concrète à travers l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO du « Territoire de l’encens ». Cette appellation regroupe trois sites archéologiques en lien avec le commerce de l’encens (sur lesquels je reviendrai), ainsi que la réserve d’arbres à encens située dans le wadi Dawkah.

Wadi Dawkah se situe à environ 40 km au nord de Salalah, à la limite du plateau dominant la plaine de Salalah. La réserve s’étend sur presque 1 km du nord au sud, et sur 340 m de largeur d’est en ouest et compte 5000 arbres. L’image satellite montre bien que les arbres ont été plantés de main d’hommes au sein de la réserve. Les alignements réguliers d’arbres tranchent avec leur répartition naturelle aléatoire au sein du wadi, à l’extérieur de l’enclos.

Vue satellite de la réserve de Wadi Dawkah.

Au sein de la réserve, les arbres  sont gardés et entretenus par un jardinier qui incise régulièrement les arbres afin de récolter la résine qui est vendue au nom du gouvernement omanais. Il réalise des incisions régulièrement, puis il laisse la résine sécher 4 à 5 mois avant de venir la chercher, lorsqu’elle est dure comme de la pierre. Le prix de vente directe de la résine récoltée à Wadi Dawkah est de 20 Rials Omanais le kilogramme, soit environ 40€.

 

 

 

 

 

Les arbres protégés par un grillage évitent ainsi de se faire grignoter par les dromadaires qui passent auprès et se régalent des feuillages. Alors que les arbres protégés dans la réserve montrent un feuillage assez dense, les arbres se trouvant en dehors sont pelés à leur base. Seuls les arbres ayant atteint une hauteur assez élevée échappent à la voracité des dromadaires.

Chameau en train de manger les feuilles de Boswellia. (c) S. Le Maguer.

La reproduction des arbres à encens se fait justement dans leur feuillage. C’est au bout des branches que se trouvent les jeunes feuilles qui donnent des fleurs, qui elles-mêmes donnent ensuite les graines. Si cette partie de l’arbre est trop souvent mangée, alors l’arbre aura non seulement du mal à se régénérer, mais il ne pourra pas non plus se reproduire, mettant en péril la survie de l’espèce.

Fleur d’arbre à encens. (c) S. Le Maguer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il existe une autre réserve située à Mughsayl, à seulement 8 km à l’ouest de Raysut. Cette réserve s’étend sur environ 1 km de long contre le wadi situé en contrebas, dans lequel se trouvent des arbres à encens laissés à leur état naturel. Malheureusement, il n’y avait personne sur le site, et seul un panneau indique que le site appartient à la baladiyya de Salalah.

Enfin, le jardin botanique situé à côté du site d’al Balîd abrite une pépinière remplie d’arbres à encens destinés afin d’être facilement montrés au public avant d’être replantés dans la réserve de Wâdî Dawkah.

Il existe ainsi des sanctuaires pour les Boswellia en Oman, à côté desquels se trouvent encore des arbres à l’état sauvage, souvent non exploités. Si l’encens n’est plus (et de loin) la source principales de revenus en Oman, les Omanais ne sont pas moins attachés à leurs arbres et les autorités ont trouvé le moyen de les valoriser d’une autre façon, en lien avec le développement touristique.

 

 

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

De l’usage de l’encens en Oman

La baît al-Zubaîr, située dans le vieux port de Mascate, est un musée privé dédié à la culture omanaise. Dans le prospectus de présentation, il est expliqué que ce musée rassemble des objets artisanaux appartenant à la famille al-Zubaîr et couvrant plusieurs siècles d’histoire. On trouve ainsi exposés des petits vases en chlorite datant du l’Âge du Bronze (2ème ou 3ème millénaire av. n.è.).

Le premier bâtiment que l’on visite lorsque l’on rentre est baît al-Bagh (maison du jardin). Après être passé par l’extérieur, nous visitons baît al-‘ûd ou maison principale qui présente du mobilier typique de celui qui décorait les riches maisons de Mascate au début du 20ème siècle, ainsi que des gravures et photographies anciennes, et enfin une collection de monnaies en or et en argent datant de la période abbasside à la période ottomane.

La visite de la première maison, baît al-Bagh nous intéresse tout particulièrement puisque parmi les objets artisanaux caractéristiques en Oman nous retrouvons les objets liés à la conservation et à l’utilisation de l’encens.

Makbât

Jusqu’au début du 20ème siècle, l’encens était conservé dans des petits pots en cuivre de forme cylindrique fermés par un couvercle en forme de dôme pointu, appelés makba (المكبة). L’ensemble est orné d’un décor incisé et martelé.

Ces pots ne servaient pas uniquement à conserver l’oliban (لبان). On y conservait aussi du bois d’aloès (عود), celui-ci pouvant être broyé puis mélangé et brûlé avec l’oliban. Le bukhûr (بخور) de Mascate est un mélange d’encens et de parfums que l’on brûle également dans les brûle-parfums. Salalah produit également son bukhûr. On trouve également la myrrhe (مرّ), et le dhafrân (ظفران) qui étaient brûlés seuls ou associés à d’autres résines, bukhûr ou bois odorants.

 

 

Brûle-parfums en céramique

Ces encens sont ensuite brûlés dans un brûle-parfum (مجمر). Celui-ci est le plus souvent en céramique, et on en produit des formes variées dans le Dhofar. Chez les personnes les plus aisées, on faisait usage de brûle-parfums en argent ciselé et ajouré.

Les braises sont placées dans le réceptacle, puis l’on dispose l’encens sur ces braises pour produire une fumée parfumée. La racine b-kh-r (بخر) renvoie à l’idée de fumée, d’exhalaison, de même que la racine latine « incensum » qui a donné en français encens.

 

 

 

 

Brûle-parfum en argent ajouré

 

Mabkhara pour parfumer les textiles

 

De cette même racine est issue le terme mabkhara (مبخرة) qui désigne une structure faite avec les tiges des feuilles de palmier agencées de façon à former une pyramide sur laquelle des textiles, vêtements, seront posés afin d’être parfumés par les fumées d’encens émanant du majmar disposé sous la structure.

Le mabkhara est donc « le lieu où  l’on fait brûler le parfum ».

 

 

 

 

En seulement deux vitrines, la richesse de l’artisanat et les pratiques liées à l’encens se trouvent ainsi résumées.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Le bdellium, « la myrrhe des idiots »

Un article paru le 18 octobre 2012 dans le blog « Natural Remedies of Arabia » (http://natrem.wordpress.com/2012/10/18/almost-myrrh/, consulté le 02/11/2012) me donne l’occasion de parler du bdellium ou Commiphora foliacea Sprague. Comme la myrrhe et l’oliban, cette espèce appartient à la famille des Burseracées et, comme les Commiphora, il produit une résine odorante caractéristique lorsque l’on tord une branche de l’arbre.

C. foliacea pousse généralement dans les régions les plus arides du Dhofar (Oman), mais il est également attesté en Inde. L’article de « Natural Remedies of Arabia » liste les nombreux bienfaits de la résine séchée issue de cet arbre : antiseptique, pour combattre l’obésité, les maux de ventre, pris en tisane, elle est réputée purifier le sang et fortifier l’organisme. Le bois est également utilisé pour traiter les infections douloureuses.

La résine exsudée est utilisée comme cire dépilatoire.

Enfin, mélangée à d’autres substances aromatiques comme le musc, le bois de santal ou autres huiles parfumées, les habitants du Dhofar réalisent une pâte pour se laver le corps et les cheveux.

Les auteurs arabes médiévaux décrivent les différents types de cette résine par le terme mukul, et affirment qu’on en trouve aussi bien en Arabie qu’en Inde.

La myrrhe, en tant que produit d’importation vers l’Extrême Orient, représentait une importante source de revenus dans l’Antiquité comme à la période Islamique. L’existence de ce bdellium, moins cher et plus répandu, pouvait représenter une sérieuse concurrence au marché de la myrrhe. Quelle était la différence de prix ? D’ailleurs, on peut légitimement penser que ce produit étant vendu comme de la myrrhe, il coutait à peine moins cher, voire qu’il était aussi onéreux. Les consommateurs de base, peut être moins sensibles à la différence de qualité de ces deux produits, pouvaient aisément être leurrés.

Nous trouvons un parallèle entre ce commerce et celui de l’encens en Chine pour la période des T’ang. La confusion avec des « faux encens » issus d’autres arbres que B. Sacra (localisés en Inde par exemple) est assez récurrente. Cela s’explique par le fait que l’encens était commercialisé par des intermédiaires, qui n’hésitaient sans doute pas à vendre des faux encens provenant d’Inde ou d’Indonésie en le faisant passer pour du vrai. L’oliban se retrouvait ainsi mélangé sur les marchés à des encens de moindre qualité et surtout moins onéreux.  La myrrhe était en Chine surtout appréciée pour ses vertus médicinales et, de fait, connue quasiment exclusivement des apothicaires[1]. Ainsi, mélangée à du vin, elle était administrée pour guérir des blessures causées à l’arme blanche, ou comme analgésique pour se remettre d’une chute de cheval, ou encore pour calmer les douleurs liées à une fausse couche ou après un accouchement. Le terme chinois est une déformation du mot arabe murr, et il est aussi connu sous l’appellation « sang issu de la langue du dragon Man » dans un catalogue du Xsiècle.

Il est donc difficile, à l’heure actuelle, d’appréhender ce que représentait en terme de quantité, le commerce et l’usage de l’un et l’autre. Dans quels  contextes préférait-on utiliser du vrai oliban, et de la myrrhe véritable ? La mise en place de référents quant aux compositions chimiques des unes et des autres de ces résines, suivies de l’analyse physico-chimique des résidus brûlés retrouvés en contexte archéologique, donnerait certainement des éléments de réponse. L’étude en cours concernant les résines d’oliban vont dans ce sens et seront, il faut l’espérer, poursuivies dans l’avenir, afin de mettre la lumière sur les modalités du marché des résines aromatiques pour les périodes ancienne et médiévale.


[1] Schafer 1963, p. 158, n. 28 et p. 171.

 

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Entre syncrétisme artistique et affirmation d’une identité propre : le décor architectural de la Grande Mosquée Sultan al-Qaboos (Mascate) (2/2)

Dans la première partie, j’ai montré comment le décor architectural de la mosquée Sultan al-Qaboos réalise un syncrétisme des éléments les plus caractéristiques de l’art et l’architecture islamiques.

Cependant, dans ce cadre, on y trouve aussi une volonté de se singulariser. Ainsi, dans la galerie sud, une section est consacrée à l’Oman et à la péninsule Arabique avec le thème « sable, myrrhe et argent ». La plaque explicative nous indique que « les décors muraux sont inspirés par les motifs traditionnels que l’on retrouve sur les objets artisanaux réalisés en Oman et dans la péninsule. Cette interprétation contemporaine reflète la diversité des formes et les motifs symboliques fréquemment employés dans l’artisanat tribal : argent, bijouterie, broderies, textiles, art du tissage et tapis. Une variation de décors bordant les niches combine les éléments individuels dans chaque niche et rend hommage à l’esprit créatif de cet art authentique. »

Le choix a donc été fait d’illustrer l’art d’Oman par son artisanat tribal. Dans le titre, il est fait allusion à la myrrhe. En effet, ce n’est pas mentionné dans la notice, mais l’encens et la myrrhe sont bien présents dans ces décors. Ils le sont en reprenant des motifs traditionnels de brûle-parfums

 

Brûle-parfum omanais.
(c) S. Le Maguer 2007

 

Ce brûle-parfum est une production typiquement omanaise. Il s’agit d’un brûle-parfum quadrangulaire reposant sur un socle ajouré, disposant d’une anse et dont chaque angle se termine en merlon, à l’image de l’habitat traditionnel. Il possède un décor peint et incisé. Les couleurs chaudes (brun, rouge et jaune) dominent l’ensemble et sont associées à du bleu et du vert. Le décor se compose de lignes et de points incisés et peints.

 

 

 

 

 

 

Niche évoquant le décor des brûle-parfums.
(c) S. Le Maguer 2012

 

Cette niche évoque le décor des brûle-parfums omanais, dans une version moderne. On retrouve cette prédominance de tons chauds associés au vert et au bleu. Les décors incisés sont représentés par des triangles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ainsi l’Oman est toujours associé à l’encens et à la myrrhe, et ce pays s’identifie lui-même à l’usage et à l’artisanat liés aux effluves de myrrhe et d’encens. De nos jours, on ne trouve plus seulement de l’encens au sûq, mais aussi dans les très modernes malls. On peut s’apercevoir alors de l’importance de ces produits et le soin avec lequel hommes et femmes choisissent les encens qu’ils brûleront chez eux. Enfin, l’encens est aussi la fragrance à la base du parfum « Amouage », parfum de luxe produit en Oman, vendu partout dans la péninsule Arabique.

 

 

 

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Entre syncrétisme artistique et affirmation d’une identité propre : le décor architectural de la Grande Mosquée Sultan al-Qaboos (Mascate) (1/2)

La Grande Mosquée du Sultan al-Qaboos résume à elle seule près de 1400 ans d’art et d’architecture islamiques. Ouverte en 2001, couvrant 40 000 mètres carrés, encadrée de murs et dotée de cinq minarets atteignant 91,5 m de haut et dominant de son dôme doré l’horizon de Mascate, cette mosquée fascine d’abord par ses dimensions.

Le jardin
(c) S. Le Maguer 2012


L’entrée se fait par une petite cour au milieu de laquelle se trouve une fontaine, puis l’on entre dans un jardin avec pelouses, arbres en fleurs et fontaines. Ce type de jardin évoque à la fois l’art des jardins andalous et perses.

 

 

 

 

La salle de prière
(c) S. Le Maguer 2012

 

Nous commençons la visite par la salle de prière secondaire. L’extérieur est ceint d’une galerie dont les voûtes en encorbellement sont ornées d’arabesques sculptées dans la pierre blanche. A l’intérieur, le plafond à caisson est richement décoré. Bien que les portes soient surmontées de vitraux multicolores sertis au plomb qui laissent filtrer une douce lumière, l’éclairage se fait grâce à d’impressionnants luminaires.

 

 

 

 

 

 

L’intérieur de la salle de prière principale
(c) S. Le Maguer 2012

La salle de prière principale est la plus imposante. Elle peut accueillir plus de 6500 fidèles et son dôme s’élève à 50 m de hauteur. Le sol est recouvert d’un tapis réalisé dans le Khorasan mesurant 60 m par 70 m de côtés. Sous le dôme, un lustre comportant 35 chandeliers et fait de cristaux Swarovsky assure l’éclairage de la salle. Mais ce qui nous intéresse dans cette salle, c’est la présence des muqarnas. C’est sans doute l’un des éléments les plus représentatifs de l’architecture islamique. Il est commun de l’Andalousie à l’Asie Centrale. A l’origine, cet élément, appelé trompe d’angle, a une fonction architecturale précise puisqu’il permet à une base carrée de supporter un dôme circulaire. Les muqarnas sont une évolution de ces trompes en un élément purement décoratif. On le trouve aussi parfois dans la littérature sous le terme de « stalactites ». Dans le cas de la mosquée Sultan al-Qaboos, cet élément est utilisé comme élément architectural, mais aussi comme élément décoratif caractéristique de l’art islamique, et il vient décorer le mihrab sur le mur de qibla.

 

Détail d’une trompe d’angle avec muqarnas.
(c) S. Le Maguer 20

 

Le mihrab.
(c) S. Le Maguer 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Iwâns donnant sur les montagnes.
(c) S. Le Maguer 2012

 

Revenons à l’extérieur. La cour principale est doté de plusieurs iwâns. Ces arches, qui fonctionnent généralement par quatre, sont un des éléments caractéristiques de l’architecture sassanide. Le palais de Ctésiphon (Iraq) possède ainsi une cour à quatre iwâns. Cet élément est repris dans l’architecture islamique. On le retrouve le plus souvent dans les cours des mosquées ou des madrasas. Ici, les iwâns sont ouverts et ceux situées au sud ouvrent sur la montagne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, les murs nord et sud possèdent chacun une galerie longue de 240 m. Ces galeries sont divisées en 12 espaces différents. Chaque espace est orné d’un décor mural représentant un type de décor islamique. Nous trouvons ainsi représentés l’art byzantin et des débuts de l’Islam au Levant, l’Égypte et la Mésopotamie, l’art mamelouk,  l’art moghol, l’art ottoman, l’art maghrébin,  Samarcande et l’art timouride, la Perse safavide, deux interprétations contemporaines de l’art de l’Islam, des motifs tribaux du Hedjaz et enfin l’Oman et la péninsule Arabique sous l’intitulé « le sable, la myrrhe et l’argent » qui fera l’objet de la seconde partie de ce billet.

Niche avec décor de mosaïques.
(c) S. Le Maguer 2012

 

Ce décor mural évoque aussi bien les mosaïques couvrant le Dôme du Rocher à Jérusalem, que les murs de la Mosquée des Omeyyades à Damas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Décor de style mamelouk.
(c) S. Le Maguer 2012

Cette niche évoque le décor architectural mamelouk caractérisé par des alternances de pierres de couleurs différentes, que l’on retrouve aussi bien en Égypte, en Syrie et en Turquie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ainsi, la volonté d’inscrire cette mosquée dans la longue tradition de ces lieux de prières s’est traduite dans le programme architectural de ce bâtiment. Cela n’est pas surprenant lorsque l’on sait que vit en Oman une importante minorité baloutche, et que viennent aussi y travailler une nombreuse main d’œuvre immigrée, en particulier indienne et pakistanaise. A travers l’architecture de cette mosquée, chaque musulman, indépendamment de son origine géographique, peut se sentir chez lui dans cette mosquée. Il y retrouvera des décors et des formes qui lui sont familières. Cette volonté d’ouverture est explicité dans l’un des panneaux explicatifs consacré intitulé « Contemplation on the Islamic Theme » : « La virtuosité de l’art Islamique présente une infinité d’expressions par le dessin, sans tenir compte de la provenance ou de l’époque. Il n’y avait pas de frontière dans l’art et l’architecture islamiques ». La mosquée du Sultan al-Qaboos rend, à travers son art, hommage à l’art islamique passé et à celui à venir, toujours fait des rencontres et des voyages de ses artistes et de ses commanditaires.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Les différents usages de l’encens

L’usage domestique de l’encens est attesté en Oman depuis le IIIe millénaire av. n. è. Des fouilles effectuées sur le site de Ra’as al-Jins ont mis au jour un brûle-parfum en grès de forme cubique et reposant sur quatre pieds, qui présente au sein de son réceptacle de la matière brûlée. L’objet aurait été déposé dans un bâtiment entre – 2270 et – 2143 (Cleuziou et Tosi 1997). Il s’agit d’un contexte domestique, et non pas cultuel ou lié au pouvoir. Cette découverte suggère ainsi un usage commun de l’encens pour des périodes anciennes.

Durant l’Antiquité, l’usage de l’encens et de la myrrhe est généralement attesté dans un contexte cultuel. Des autels à encens de tailles variées (de 20 cm de côtés à environ 1 m de haut) ont été retrouvés dans les temples sudarabiques à Shabwa, Raybûn, Marib… Ils étaient employés lors des rites dédiées aux divinités. Les autels de plus petites tailles servaient vraisemblablement dans le cadre de rites domestiques, ou tout simplement pour parfumer la maison. Certains sont gravés avec des noms d’aromates : rand, hadhak, darw et hamkân, nous renseignant ainsi sur les divers aromates que les Anciens du Yémen faisaient brûler.

Hors de la péninsule Arabique, l’encens et la myrrhe sont aussi très recherchés dans le monde méditerranéen, que ce soit par les Egyptiens, les Grecs et les Romains. Ces résines ne sont pas seulement appréciées pour les fumées odorantes qu’elles dégagent, elles sont également recherchées pour confectionner les huiles d’embaumement nécessaires au rite de momification. À Rome, Poppée, épouse de Néron (37 – 68), fut embaumée dans de la myrrhe, et Tacite (Annales, Livre XVI) nous rapporte que des quantités incommensurables d’encens furent brûlées lors de ses funérailles.

L’avènement de l’Islam marque un tournant. L’usage de l’encens ne se fait plus particulièrement dans un contexte religieux, mais plutôt profane. De nombreux brûle-parfums ont été retrouvés pour la période Islamique dans des contextes plus ou moins aisés, mais presque toujours domestiques (Le Maguer 2011). Les sources textuelles nous renseignent aussi sur les usages de l’encens pour cette période. Ainsi  al-Mas’udî nous décrit les réceptions données par le calife Al-Ma’mun qui faisait apporter des brûle-parfums pour ses hôtes après le repas donné chaque jeudi lors de la conférence de jurisprudence qu’il dirigeait.

Enfin, l’encens et la myrrhe sont encore aujourd’hui appréciés dans de nombreux domaines : parfumerie, pharmaceutique… Lorsqu’on se rend dans un pays de la péninsule Arabique, on sera encore accueilli par des fumigations d’encens. Nous sommes donc en présence de pratiques anciennes et bien caractéristiques de la culture arabe en Péninsule.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Pourquoi une prospection botanique en Oman ?

La prospection botanique en Oman avec Margareta Tengberg (MNHN, Paris) a plusieurs objectifs. Ce travail s’inscrit dans le cadre du programme de recherche EXSUDARCH financé par l’ANR et sera explicité après une brève introduction.

L’encens désigne communément toute substance dégageant une odeur lorsqu’elle est brûlée. Plus précisément, l’encens qui nous intéresse est en fait la résine séchée issue de l’exsudation des arbres à encens ou Boswellia, de la famille des Burséracées, espèce dont la répartition est localisée entre la corne de l’Afrique, la région du Hadramawt au Yémen et le Dhofar en Oman. Il existe une vingtaine d’espèces de Boswellia répertoriées, mais le véritable encensier est le Boswellia sacra Flückiger, 1867, connu également sous le nom de Boswellia carterii Birdwood 1870.

À la fin des années 1970, des recherches botaniques sont menées au Yémen par Théodore Monod. Ces travaux sont impulsés par Jacqueline Pirenne, archéologue et grande spécialiste de l’Arabie du Sud préislamique.

Th. Monod se pose les questions suivantes : « où poussait actuellement – et sans doute où avait poussé dans l’Antiquité Sudarabique – le Boswellia sacra. L’arbre s’est-il raréfié, a-t-il localement disparu ? Où étaient les peuplements ayant alimenté la Route caravanière de l’encens ? ». En effet, à l’époque, l’opinion veut que les encensiers aient disparu.

Après une prospection poussée, Th. Monod publia ses résultats. Il définit quatre régions principales où l’encensier est encore présent et exploité à partir de l’étude de 16 stations. Il a ainsi précisé les hypothèses de distribution des arbres à encens qui, jusqu’alors, reposaient essentiellement sur les descriptions antiques telles que nous les a transmis Pline l’Ancien (Ier s.) notamment. Enfin, Th. Monod proposa des itinéraires par lesquels l’encens avait circulé, en mettant en évidence la multitude des routes qu’empruntaient les marchands depuis les zones de productions, remettant ainsi en question la thèse de la piste unique de l’encens.

Notre problématique et notre démarche sont proches de celle de J. Pirenne et Th. Monod, mais pour la période Islamique. Notre prospection botanique en Oman a trois objectifs. Premièrement, au vu des recherches précédentes, il s’agira de déterminer si oui ou non il existe différents Boswellia en Oman, s’ils se distinguent bien de ceux étudiés au Hadramaout. Dans un second temps, une base d’échantillons sera mise en place afin de déterminer les compositions chimiques de différents arbres à encens. Ces analyses serviront ensuite de référence pour permettre l’identification de résines retrouvées en contexte archéologique, et donc de déterminer leur provenance. Enfin, nous effectuerons un recensement des arbres. Cette mission présente également un but écologique, vu le risque de disparition de ces arbres. Les encensiers sont, en Oman, protégés dans un parc national dont l’accès est réglementé. Ce n’est malheureusement pas le cas partout, et un article récent publié dans le Journal of Applied Ecology met l’accent sur ce risque écologique.

Notre méthodologie est la suivante. Tout d’abord, si nous obtenons les autorisation nécessaires, nous nous efforcerons de réaliser des échantillons d’herbier. Cela pourrait se faire lors des visites de stations, au cours desquelles les arbres seront recensés et décrits. Enfin, des prélèvements de résine seront réalisés sur les arbres et dans les sûqs où les résines sont vendues.

La prospection botanique a donc pour objectif principal l’établissement d’échantillons de références quant à la composition des résines issues de différentes espèces de Boswellia à différents endroits. Ces échantillons permettront, par comparaison des compositions chimiques, d’établir la provenance des résines retrouvées en contexte archéologique, afin de comprendre les modalités de circulation de ces résines.

Sources :

MONOD Th., « Les arbres à encens (Boswellia sacra Flückiger, 1867) dans le Hadramaout (Yémen du Sud) », Bull. Mus. natn. Hist. nat., 4e sér., 1, 1979, section B, n° 3, p. 131-169.

GROENENDIJK P. et al., « Limitations to sustainable frankincense production: blocked regeneration, high adult mortality and declining populations », Journal of Applied Ecology, 49/1, 2012, p. 164-173.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn