Archives de catégorie : Colloques / séminaires

Colloque « Le poivre, de l’Antiquité à l’époque moderne : un luxe populaire ? », 23-15/11/2017, Paris

Le poivre, de l’Antiquité à l’époque moderne : un luxe populaire ?
Échanges, circulations et usages

Colloque international

Organisation

  • Jean Trinquier, École normale supérieure – PSL/UMR 8546
  • Pierre Schneider, Université d’Artois (Arras)
  • Federico De Romanis, Université « Tor Vergata » (Rome) – invité du labex TransferS

 

Présentation

Le poivre – dont la circulation et le commerce font l’objet du colloque – est un produit phare et un bon marqueur archéologique des échanges. Le poivre a déjà donné lieu à de nombreuses études, mais celles-ci restent le plus souvent segmentées d’un point de vue chronologique et géographique. Prenant comme point de départ la période antique, notre recherche entend s’inscrire dans la longue durée des échanges entre la Chine, l’Inde et secondairement l’Insulinde, et le monde méditerranéen, en multipliant les comparaisons entre les époques. En décloisonnant l’étude du commerce du poivre nous visons à repérer les évolutions et les déplacements significatifs et à faire progresser les connaissances et la réflexion sur des pans encore mal connus de la question. À travers le cas particulier du poivre et dans la continuité de la précédente journée d’études, qui portait sur la perle et l’écaille de tortue, nous souhaitons poursuivre la réflexion que nous avons entamée sur la nature de l’objet de luxe, ainsi que sur les formes et les enjeux du commerce à longue distance.

Programme

JEUDI 23 NOVEMBRE

Introductions

14h-14h30 – Ouverture du colloque
Présentation du cycle Ex Oriente luxuria et introduction générale du colloque

  • Federico de Romanis (Université de Rome « Tor Vergata »), Jean Trinquier (École normale supérieure – PSL/UMR 8546) et Pierre Schneider (Université d’Artois)

 

14h30-15h – Introduction botanique

  • Vladimir Dabrowski (UMR 7209, Sorbonne Universités – Muséum national d’Histoire naturelle – CNRS)

 

Thème 1 : quelques regards sur les sources

  • 15h-15h45 – Pierre Schneider (Université d’Artois), Jean Trinquier (ENS – PSL/UMR 8546) : « Ipse sacrum inrorans patinae piper (Perse, Satires, VI, 21) : le poivre dans les sources latines du début de l’Empire »
  • 15h45-16h30 – Jean-Luc Chevillard (CNRS, UMR7597) : « La richesse qui vient de la montagne : miḷaku (et kaṟi) »poivre« dans les sources tamoules anciennes »
  • 16h30-17h Pause
  • 17h-17h45 – Jean-Charles Ducène (EPHE/IVe section) : « Le poivre dans les sources arabes médiévales : origine et utilisation »

 

 

VENDREDI 24 NOVEMBRE

  • 9h-9h45 – Vladimir Dabroswki (UMR 7209, Sorbonne Universités – Muséum national d’Histoire naturelle – CNRS) : « Le poivre dans tous ses états : l’archéobotanique comme source d’information sur le commerce et la consommation du poivre durant l’Antiquité »

 

Thème 2 : usages et pratiques

  • 9h45-10h30 – Florence Bourbon (ESPE – Université Paris-Sorbonne) : « Usages thérapeutiques du poivre, d’Hippocrate à Galien »
  • 10h30-11h Pause
  • 11h-11h45 – Matthew Adam Cobb (University of Wales Trinity Saint David) : « “Haute cuisine” or staple fare ? Black Pepper’s Role as a Status Marker in the Roman World »
  • 11h45-12h30 – Aïda Kanafani-Zahar (Laboratoire d’anthropologie sociale, CNRS – Collège de France) : « Piment de Jamaïque et poivre noir : usages et représentations dans la culture culinaire libanaise »

 

 

SAMEDI 25 NOVEMBRE

Thème 3 : circuits et échanges

  • 9h-9h45 – Federico de Romanis (Université de Rome « Tor Vergata ») : « Pour une périodisation des importations de poivre de l’Inde méridionale en Méditerranée »
  • 9h45-10h30 – Marie Ménard-Jacob (CERHIO – UMR 6258) : « Le poivre : unique épice de la première compagnie royale des Indes Orientales (1664-1704) »
  • 10h30-11h Pause
  • 11h-11h45 – Dejanira Couto (EPHE/IVe section) : « Dynamiques des pimenteiros : les Portugais et la contrebande du poivre dans l’océan Indien dans la première moitié du XVIe siècle »
  • 11h45-12h30 – Ana Cristina Roque (Université de Lisbonne) : « L’or africain et le poivre indien : les sociétés de l’Afrique du Sud-Est, les Portugais et le commerce du poivre au XVIe siècle »

 

12h30-13h30 Déjeuner

13h30-14h – Conclusions

  • Grant Parker (Université de Stanford)

 

Plus d’informations : http://www.transfers.ens.fr/le-poivre-de-l-antiquite-a-l-epoque-moderne-un-luxe-populaire-echanges?artpage=2-2

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Compte-rendu de la table-ronde « L’encens : le sens du rite. Antiquité et Moyen âge » (05/09/2017)

Le compte-rendu de la table-ronde orgnisée par Béatrice Caseau à la Bibliothèque Boutruche en Sorbonne est disponible sur le carnet de recherche « Synaesthes » :

Les sens du rite: Antiquité et Moyen Âge

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Table-ronde : L’encens : le sens du rite. Antiquité et Moyen Âge

Table-ronde

L’encens: le sens du rite. Antiquité et Moyen âge

Paris, le 5 septembre 2017

Bibliothèque Boutruche

Université Paris-Sorbonne

 

 

14h Introduction B. Caseau

 

14h15 Sébastien Garnier

Identification chimique de Boswellia sp. à travers les temps, une résine utilisée pour les fumigations et le soin du corps des défunts

 

14h 45 Alice Mouton,

Les fonctions de l’encens dans les religions de l’Anatolie hittite.

 

15h15 Dominika Kurek-Chomycz

« Pleasing, appeasing, revealing, concealing, and dangerous : meanings associated with incense in the Hebrew Bible and other Second Temple Jewish literature. »

 

15h45 Sterenn Le Maguer

L’encens dans le monde islamique médiéval (VIIe – XVe siècles) : usages sacrés, usages domestiques

 

16h15 B. Caseau

Chronologie de l’introduction de l’encens dans les églises chrétiennes

 

Discussion finale

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Colloque : « Oman et la navigation maritime dans l’océan Indien », 20/01/2017, Paris, IMA

Un colloque organisé par l’Ambassade du Sultanat d’Oman et l’IMA à l’occasion de l’exposition «Aventuriers des mers». Il présente les recherches les plus récentes mettant en lumière le rôle joué par les Omanais dans le développement de la navigation maritime et le commerce dans l’océan Indien.

La première partie du colloque sera consacrée à l’étude des réseaux bâtis par les navigateurs omanais dans l’océan Indien et leurs premières confrontations en mer avec les nations européennes. La seconde s’intéressera davantage à l’héritage scientifique préservé dans les traités d’Ahmad ibn Mâdjid, navigateur d’origine omanaise, rédigés au xve siècle.

Les faveurs de la géographie

La situation géographique d’Oman au sud-est de la péninsule Arabique, ses côtes étendues ouvertes sur l’océan Indien et des possibilités de mouillage confortable ont permis à ce pays, au fil des millénaires, de se développer en tant que nation maritime. Les moussons ont raccourci les distances et rapproché les Omanais des populations des rivages africains, indiens ou encore chinois, leur permettant de développer un commerce florissant, une ouverture d’esprit et une tolérance envers l’autre.

Une nécessité : la maîtrise des mers

Ces contacts transocéaniques n’auraient jamais été possibles sans la maîtrise de cet espace maritime et sans connaissances dans les domaines de la géographie et des techniques de navigation. Le mythe décrivant les Arabes comme une nation terrestre, un peuple du désert, a été mis à mal par les premières études sur les traités de navigation arabes faites par Gabriel Ferrand il y a déjà un siècle. Ces études ont été ensuite prolongées par celles de nombreux orientalistes, tels que Th. Shumovski, J. Sauvaget, G.F. Hourani, G.R. Tibbets, I. Khory. La fin du xxe et le début du xxie siècle ont été marqués par l’émergence des Indian Ocean Studies en tant que champ de recherche à part entière et par la montée d’un grand nombre de projets de recherches consacrés à l’étude des contacts dans la région de l’océan Indien.

Programme

– Sous réserve de modifications –

Chaque intervention, d’une durée de 20 à 25 minutes,
sera suivie d’une session de questions-réponses de 5 à 10 minutes.
9h45 – 10h00

Accueil des participants et du public
10h00 – 10h05

Allocution de bienvenue

Humaid al-Maani, Ambassadeur du Sultanat d’Oman à Paris
10h05 – 10h10

Allocution de bienvenue

Jack Lang, Président de l’Institut du monde arabe
10h10 – 10h20

Introduction

Olga Andriyanova, doctorante, IMAF, BULAC
10h20 – 10h55

Oman et l’Arabie dans les réseaux anciens du commerce de l’océan Indien (jusqu’au XVe siècle)

Philippe Beaujard, CNRS
10h55 – 11h30

L’Oman et l’océan Indien médiéval : pratique et savoir

Jean-Charles Ducène, EPHE

11h30 – 11h40         

Pause

11h40 – 12h15          

Aspects de la guerre maritime : le Portugal, le Oman et les puissances européennes au XVIIe siècle

Dejanirah Couto, EPHE
12h15 – 12h50  

Oman et la fondation de l’astronomie nautique

François Bellec, Académie de Marine

12h50 – 13h00     

Conclusion et mot de clôture

Olga Andriyanova

Les intervenants

☼ Philippe Beaujard

Anthropologue et historien, directeur de recherche émérite du CNRS, spécialiste de l’histoire de l’océan Indien avant le xvie siècle et des globalisations anciennes de l’Ancien Monde. Il a notamment publié Les Mondes de l’océan Indien (Armand Colin, 2012, 2 volumes) et plusieurs ouvrages d’anthropologie sur Madagascar. Il a également participé à des programmes tels que le projet ANR MeDIan « Les sociétés méditerranéennes et l’océan Indien » ou le projet « Sealinks – Bridging Continents Across the Sea. Multi-disciplinary perspectives on the prehistoric emergence of long-distance maritime contacts » (dir. N. Boivin, Oxford, R. Allaby, Warwick University, D. Fuller, UC London).
☼ Jean-Charles Ducène

Directeur d’études à la Section des sciences historiques et philologiques de l’EPHE (Paris), spécialiste de la géographie et des sciences naturelles arabes médiévales, il a édité, traduit et étudié un grand nombre de textes arabes médiévaux. Il est aussi coauteur de l’ouvrage collectif La Fabrique de l’océan Indien (dir. Emmanuelle Vagnon et Eric Vallet, Publications de la Sorbonne, 2017). J.-Ch. Ducène a participé au projet ANR MeDIan « Les sociétés méditerranéennes et l’océan Indien ». Il est responsable de la section « Geography » du Museum of History of Islamic Sciences, Halban (Oman).
☼ Dejanirah Couto

Maître de conférences habilitée à diriger des recherches à la Section des sciences historiques et philologiques de l’EPHE (Paris), elle s’intéresse surtout aux relations politiques entre les Portugais, les Ottomans, les Arabes et les Indiens au début de l’époque moderne, ainsi qu’à l’histoire maritime et l’archéologie nautique. Elle est l’auteur de nombreuses publications sur l’histoire interculturelle, la diplomatie, la cartographie, la guerre maritime, les villes portuaires, les réseaux de renseignements et de commerce dans l’océan Indien. Chercheure associée de l’IFEA-Istanbul et vice-présidente de l’International Association of Maritime Studies fondée par l’Université Piri Reis (Istanbul) en 2012, elle fait partie de plusieurs projets nationaux et internationaux consacrés à l’histoire politique et maritime et à la cartographie (notamment le projet de l’ANR MeDIan « Les sociétés méditerranéennes et les mondes de l’océan Indien »).
☼ François Bellec

Contre-amiral, écrivain et peintre, directeur du Musée National de la Marine de 1980 à 1998, membre et ancien président de l’Académie de Marine et vice-président de la Société de Géographie, il a publié une vingtaine d’ouvrages sur l’histoire des relations entre les hommes et la mer, dont le premier tome de l’Histoire universelle de la navigation (éd. J.-P. de Monza, 2016) qui rend hommage entre autres aux maîtres omanais de la navigation.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Colloque : « L’espace habité en Dâr al-Islâm », Paris, INHA, 15-17/12/2016

Le colloque international « L’espace habité en Dâr al-Islâm » se tiendra du 15 au 17 décembre 2016 à l’INHA (Paris).

Il réunira une vingtaine de chercheurs issus de différentes disciplines (archéologie, histoire de l’art, archéobotanique, archéozoologie…) autour du thème de l’habitat dans le monde islamique. Outre les présentations orales, cinq posters seront présentés.

L’affiche est visible ici.

Pour consulter les résumer des interventions et des posters : brochure

a4_rv_coul_programme-cai-paris_page_1 a4_rv_coul_programme-cai-paris_page_2

Les organisateurs :

Pr Alastair Northedge (Université Paris 1)

Dr Sterenn Le Maguer (chercheur associé CEFAS/Laboratoire « Islam médiéval »)

Apolline Vernet (doctorante Paris 1)

Pour toute demande d’information : colloque.archeologie.islamique@gmail.com

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Colloque : « Oman dans les sources géographiques, les récits des voyageurs et des orientalistes », Paris, Ambassade du Sultanat d’Oman, 08/11/2016

L’Ambassade du Sultanat d’Oman à Paris a le plaisir de vous inviter au colloque

« Oman dans les sources géographiques, les récits des voyageurs et des orientalistes »

organisé avec le soutien de l’Université de Nizwa et du Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales.

Entre les étendues désertiques de Rub al-Khali et les courants impétueux de la mer d’Arabie, escale incontournable, à l’entrée du golfe Persique, des voyageurs empruntant les routes maritimes reliant l’Inde à l’Arabie, l’Afrique ou l’Europe, l’Oman semble paradoxalement avoir été peu et mal connu des géographes arabes. Sa situation exceptionnelle, à la périphérie du monde arabo-musulman, en a pourtant fait un lieu de rencontres et d’échanges unique, une contrée qui a profondément marqué tous ceux qui s’y sont rendus, comme en attestent les nombreux récits de voyageurs décrivant l’Oman avec des degrés différents de précision et de profondeur, ou encore les vastes correspondances conservées au sein des archives européennes. L’engagement croissant des Européens dans le commerce de l’océan Indien et leur volonté de dominer les contrées qui le jouxtent, puis l’intensification des contacts des Britanniques et des Français avec l’Oman au cours du XIXe siècle ont enfin favorisé la construction d’un savoir académique sur ce pays.

Au cours de cette demi-journée d’études, quatre chercheurs, spécialistes de la péninsule Arabique, tenteront d’ébaucher une réflexion commune sur les regards portés de l’extérieur sur l’Oman, en insistant tout particulièrement sur l’analyse diachronique des informations disponibles, sur l’indispensable croisement des données et sur l’estimation de la valeur historique, scientifique et culturelle des différents types de sources.

-Le colloque aura lieu le mardi 8 novembre 2016 de 09h30 à 12h45 dans les locaux de l’Ambassade, au 50 avenue d’Iéna, 75116 Paris

Programme et invitation en pièce-jointe

-Inscription indispensable sur : paris@mofa.gov.om

-Déjeuner à 12h45

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Journée d’étude : « Parfums et odeurs : une approche pluridisciplinaire », Paris, 8 nov. 2016

La première journée d’études « Parfums et odeurs. Une approche pluridisciplinaire », organisée par le CCJ et le CEIAS, s’inscrit dans le champ relativement nouveau des études culturelles et sociales liées à l’odorat. Nous nous trouvons à la croisée de nombreuses disciplines, comme l’histoire et l’anthropologie des perceptions, des sensibilités, des techniques, des objets naturels et des produits composés, des représentations symboliques, de la circulation des savoirs, des savoir-faire et des marchandises, sans oublier les neurosciences.
Cette première journée d’étude se propose d’aborder ces thèmes dans différentes aires culturelles, en mobilisant et en faisant dialoguer historiens et anthropologues.

Date : 8 novembre 2016

Lieu : Bâtiment « Le France », Salle 638, 190 Avenue de France, 75013 Paris

Livret complet (programme et résumés)

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Appel à communication : « Les sens du rite. Encens et religion dans les sociétés anciennes », Rome, 23-24/06/2017 (limite : 31 oct. 2016)

Appel à communication :

« Les sens du rite. Encens et religion dans les sociétés anciennes »

L’objectif du workshop sera de croiser les approches et les méthodes (archéologie, anthropologie, histoire, philologie, histoire de l’art, histoire des religions), pour cerner le rôle joué par l’encens dans les religions antiques. L’approche comparatiste permettra de dépasser le constat d’une forme d’universalisme des pratiques rituelles : si nous souhaitons interroger les usages et significations de l’encens sur le temps long, c’est aussi pour mieux souligner les éventuelles spécificités propres aux différents contextes historiques et traditions locales.

Argumentaire

La rencontre se propose de mettre au cœur de l’étude un medium rituel bien connu pour la tradition judéo-chrétienne, à savoir l’encens[1]. Cette substance aromatique est devenue un marqueur olfactif de la religion orthodoxe à l’époque byzantine, comme l’a souligné Margaret E. Kenna en 2005, dans un article au titre évocateur : « Why does incense smell religious ? »[2]. Une telle question pourrait s’appliquer aux sociétés polythéistes antiques. En effet, en Mésopotamie, en Grèce ou à Rome, l’un des gestes de dévotion les plus fréquents consistait à offrir/faire brûler des grains d’encens en l’honneur des dieux. Les volutes odorantes montant vers le ciel matérialisaient le lien entre les hommes et les puissances immortelles, contribuant à définir le paysage sensoriel du sanctuaire.

Si plusieurs études ont souligné de façon ponctuelle le rôle de l’encens comme ingrédient du rituel et agent de communication entre les hommes et les dieux, aucune recherche d’envergure n’a encore proposé de comparer les usages et les significations dévolues à l’encens dans les mondes anciens. Or les fonctions qui lui ont été attribuées au cours du temps et suivant les espaces sont multiples et se combinent souvent : agent de purification, signal odorant destiné à appeler la divinité, source de contentement et « nourriture » pour les Immortels,… De plus, les progrès des analyses archéométriques[3] offrent aujourd’hui des données intéressantes qui méritent d’être confrontées aux témoignages littéraires, épigraphiques et iconographiques. Il apparaît clairement que derrière le mot générique « encens », thumiama en grec ou tus en latin, se cachent une large variété de substances odorantes – résines et gommes végétales – destinées à être brûlées.

Au cours des deux journées de la rencontre, l’encens sera envisagé comme un objet historique total. Il s’agira bien évidemment de questionner sa matérialité et les modalités de son insertion dans les différents rites méditerranéens et leur signification, dans la lignée des études de N. Massar et D. Frère[4], mais aussi de considérer les routes et les acteurs de son acheminement[5] et de sa distribution dans les différents espaces. Les valeurs associées aux substances aromatiques désignées par le mot « encens » seront interrogées, dans le sillage des travaux de M. Detienne[6] : qu’est-ce qui leur confère une forme d’efficacité, lors du rituel ? Dans quel type de dispositif prennent-elles place ? La perception de l’encens par les divers participants du rite, divinités, prêtres, auxiliaires, spectateurs, fera l’objet d’une attention toute particulière, en accord avec les problématiques actuellement travaillées par les organisateurs. M. Bradley vient en effet de coordonner un ouvrage sur l’odorat, dont les contributions serviront de cadre de réflexion aux participants de la rencontre[7]. A. Grand-Clément et A.-C. Rendu-Loisel dirigent pour leur part le programme de recherche toulousain Synaesthesia qui place au centre de ses questionnements la polysensorialité dans les pratiques religieuses anciennes, à travers une approche interdisciplinaire et comparée[8]. A. Vincent, enfin, a réfléchi sur la place de la sensorialité (auditive) dans les rituels romains tant dans ses travaux personnels que collectif, au sein du programme Paysages sonores.

L’objectif du workshop sera de croiser les approches et les méthodes (archéologie, anthropologie, histoire, philologie, histoire de l’art, histoire des religions), pour cerner le rôle joué par l’encens dans les religions antiques. L’approche comparatiste permettra de dépasser le constat d’une forme d’universalisme des pratiques rituelles : si nous souhaitons interroger les usages et significations de l’encens sur le temps long, c’est aussi pour mieux souligner les éventuelles spécificités propres aux différents contextes historiques et traditions locales.

Voilà pourquoi nous accueillerons également des contributions émanant de byzantinistes, de spécialistes de l’époque médiévale et des historiens d’autres traditions religieuses, afin de fournir des matériaux comparatistes susceptibles d’éclairer les usages et les valeurs associées à l’encens dans l’Antiquité. L’originalité de la rencontre scientifique résidera aussi dans l’attention portée à la matérialité de l’encens. Le cadre romain devrait offrir l’occasion d’étudier des traditions relatives à l’utilisation de substances aromatiques dans le rite catholique romain. Un atelier expérimental permettra en outre de procéder à la fabrication de mélanges de résines odorantes, afin d’expérimenter directement leurs multiples propriétés sensibles, qui dépassent le registre strictement olfactif. L’atelier pratique sera animé par Amandine Declercq, médiatrice scientifique et membre de l’équipe toulousaine Synaesthesia[9]. Les résultats de la rencontre seront mis à profit lors de l’exposition prévue au Musée Saint-Raymond de Toulouse de novembre 2017 à février 2018, « Rituels grecs, une expérience sensible ».

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Les communications dureront une vingtaine de minutes, et devront être en anglais, italien ou français. Elles devront présenter une recherche originale et inédite, n’ayant pas déjà fait l’objet d’une communication orale importante ou d’une publication scientifique. Un titre provisoire accompagné d’un résumé d’environ 300 mots sont attendus

Date limite : 31 octobre 2016.

La rencontre pourra donner lieu à la publication d’un volume.

Comité d’organisation

  • Mark Bradley, Associate Professor of Ancient History, University of Nottingham
  • Béatrice Caseau, Professeure d’histoire byzantine, Université Paris-Sorbonne
  • Adeline Grand-Clément, Maîtresse de conférences en histoire grecque, Université Toulouse Jean-Jaurès
  • Anne-Caroline Rendu-Loisel, Chercheuse post-doctorante en assyriologie, Université Toulouse Jean-Jaurès
  • Alexandre Vincent, Maître de conférences en histoire romaine, Université de Poitiers

Références

[1] « L’Eternel dit à Moïse: Prends des aromates, du stacté, de l’ongle odorant, du galbanum, et de l’encens pur, en parties égales. » (Exode 30:34).

[2] M.E. Kenna, “Why incense does smell religious? Orthodoxy and the Anthropology of Smell”, Journal of Mediterranean Studies, 15/1, 2005, p. 51-70.

[3] Citons les apports du programme ANR MAGI (2013-2016) http://www.bioarchaeo.net, ou encore la publication récente : J.-P. Brun et X. Fernandez, Parfums antiques. De l’archéologue au chimiste, Silvana Editoriale, 2016.

[4] D. Frère, N. Massar, A. Verbanck-Piérard, Parfums de l’Antiquité : la rose et l’encens en Méditerranée, Morlanwelz, 2008 ; L. Bodiou, D. Frère et V. Mehl (dir.), Parfumsetodeurs dans l’Antiquité, Rennes, 2008.

[5] Cf. D.P.S. Peacock and D.F. Williams, Food for the gods: new light on the ancient incense trade, Oxford, Oxbow Books, 2006.

[6] M. Detienne, Les jardins d’Adonis. La mythologie des aromates en Grèce ancienne, Paris, 1989.

[7] M. Bradley (ed.), Smell and the Ancient Senses, Londres-New York, 2015.

[8] http://synaesthes.hypotheses.org/

[9] Cf. http://lesfeesbottees.com/

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Série de trois conférences : « L’Oman et le commerce de l’encens », Paris, mars 2015

Dans le cadre des conférences organisées par l’Association française des Amis de l’Orient (AFAO), je donnerai un cycle de trois conférences les 3, 10 et 17 mars 2015 intitulé :

L’Oman et le commerce de l’encens

Ces trois conférences auront pour but de faire découvrir l’histoire de l’Oman depuis le Néolithique jusqu’à la période médiévale. Les caractéristiques environnementales et géologiques faisant la spécificité de ce territoire seront d’abord évoquées. Il s’agira ensuite de présenter comment l’Oman a été très tôt impliqué dans les échanges à longue distance. Concernant le commerce, nous nous concentrerons plus particulièrement sur celui de l’encens. En effet, les arbres à encens, Boswellia sacra, croissent dans la région du Dhofar localisée dans le sud du Sultanat d’Oman.

Programme

Oasis et navigateurs : l’Oman du Néolithique à l’Âge du Fer
Mardi 3 mars 2015 à 18h15
L’Oman et la reine de Saba : le commerce de l’encens à l’époque classique
Mardi 10 mars 2015 à 18h15
Au pays de Sindbad : le commerce international dans l’océan Indien à l’époque islamique
Mardi 17 mars 2015 à 18h15

Lieu

Maison de l’Asie, 22 avenue du président Wilson, 75116 Paris.
Salle de conférence, rez-de-chaussée

Métro : Iéna

Renseignements et inscriptions

Programme complet et inscription sur le site de l’AFAO
Pour adhérer à l’AFAO c’est sur cette page.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

48th Seminar for Arabian Studies (25-27 july 2014, London) : « The trade of aromatics during the Islamic period »

« The trade of aromatics during the Islamic period »

S. Le Maguer, Paris 1 Panthéon-Sorbonne

This paper deals with the incenses that were traded and used in the Islamic world from the 7th to the 16th century. Many researches and publications deal with the Ancient aromatics trade, but only few focuses on this trade during the Islamic period. This paper intends to present the results obtained from a multidisciplinary methodology.

To identify the main substances used as incense, medieval Arabic sources, like the Kitāb al-nabāt written by Al-‘Asma’ī and Abū Ḥanīfa al-Dīnawarī, or Ibn al-Bayṭār’s Jāmiʿ li-mufradāt al-adwiya wa’l-ag̲h̲d̲h̲iya are of great interest. These textual sources are then compared to modern botanical studies and chemical analyses of the substances found in archaeological contexts. This allows us to map the distribution of these materials in order to enlighten the main trade routes across the Indian Ocean and the Arabian Peninsula.

This research offers a new perspective on the commercial relations between the Eastern Mediterranean world and the Indian Ocean through the Arabian Peninsula and its bordering seas in the Medieval Islamic world.

Arabia, aromatics, botany, trade, Medieval Islam.

AVANZINI A., 1998, Profumi d’Arabia, Roma: L’Erma di Bretschneider.

GROOM N., 1981, Frankincense and Myrrh, Beirut: Librairie du Liban.

 

The full program with more exciting lectures can be find here: https://www.thebfsa.org/sites/default/files/SAS%20Draft%20Prog%2014%20v4.pdf

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Conférence « Le commerce de l’encens », 9 octobre 2013, Inalco, Paris.

Dans le cadre des conférences organisées par l’Association des Anciens Elèves et Amis des Langues Orientales (AAEALO), je donnerai une conférence d’une heure à l’auditorium de l’Inalco.

Durant le temps qui m’est imparti, je rappellerai brièvement l’histoire de ce commerce qui fit la renommée et la richesse des royaumes sudarabiques. Cependant, nous verrons que cette affirmation repose surtout sur l’étude des sources anciennes grecques et latines. Nous effectuerons un travail critique de ces sources, en rappelant notamment que des auteurs comme Hérodote au Ve siècle av. J.-C., ou Pline l’Ancien au Ier siècle de notre ère, rapportaient des témoignages de seconde main. Ces récits étaient en effet colportés par les marchands d’encens et de myrrhe, qui étaient souvent des intermédiaires. Assimilables à des fables par leur côté fantastique, ils avaient pour objectif de tenir éloignés les curieux et, en insistant sur la rareté et les difficultés liées à la récolte des ces résines, ils permettaient d’en augmenter le prix.

Les études botaniques des arbres à encens et à myrrhe ont non seulement mis fin à ces contes, elles permettent également à l’archéologue de cartographier la répartition actuelle de ces arbres, et d’en déduire par hypothèse la répartition ancienne. Nous présenterons à cette occasion ce que recouvrent en fait les mots « encens » et « myrrhe ». La répartition de ces arbres, les différentes qualités de résine produites nous apportent un éclairage nouveau sur les modalités de ce commerce.

Enfin, nous montrerons que la consommation et la commercialisation de l’encens ne s’arrêtent avec la fin de l’Antiquité. L’encens circule encore de façon importante à la période Islamique. Cela est visible dans des sources de différentes natures. Tout d’abord, dans les sources textuelles qui témoignent de l’usage de l’encens dans des contextes de prestige, ou que ces résines interviennent dans la préparation de médicaments ou de rituels magiques. Ensuite, les sources archéologiques attestent de l’usage de l’encens dans des contextes domestiques au statut social varié, du plus modeste au plus aisé. Les objets réalisés spécifiquement pour brûler de l’encens, les brûle-parfums, sont ainsi fabriqués dans divers matériaux, essentiellement la céramique, la chlorite ou des alliages de cuivre (bronze notamment).

Informations pratiques :

L’affiche ici.

Lieu : Inalco, 65 rue des Grands Moulins – 75013 Paris, Auditorium

Mercredi 9 octobre 2013. Début de la conférence à 18h.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

47th Seminar for Arabian Studies Conference, London : « Collecting and analysing frankincense: a pioneering methodology in the study of the frankincense trade »

« Collecting and analysing frankincense: a pioneering methodology in the study of the frankincense trade »

S. Le Maguer (Univ. Paris 1) et M. Tengberg (MNHN)

Poster presented during the 47th Seminar for Arabian Studies Conference held at the British Museum from Friday 26th July to Sunday 28th July 2013.

Abstract:

From January 24th to February the 2nd, we held a wide botanical survey in Oman in the frame of the Exsudarch program that focuses on archaeological fresh and fossils plant exudates and tars (chemistry, manufacture and uses). During this survey, we spent a few days in Dhofar to see the Boswellia sacra, or frankincense tree. Frankincense fresh resin from trees growing in different areas was sampled. These samples will be analysed in order to have references data about the chemical composition of the resin exudates from Boswellia sacra. These data will be compared with the chemical composition of exudates found in archaeological contexts for identification. This study aims to determinate the choice resins that were traded and used. Thus, this poster intends to present this methodology and its result in order to bring a new perspective to the frankincense trade in Ancient and Medieval times.

This poster aims to present an original botany fieldwork and proposes an interesting methodology for archaeologists, in order to redefine the studies concerning frankincense trade in the Arabian Peninsula, whatever the period.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Fragrances et pestilences : histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale

Table ronde organisée par Julie Bonnéric (Ifpo)

14 décembre 2012, Ifpo (Beyrouth), de 9h à 18h

 

Quoique l’Orient soit traditionnellement associé à un monde de senteurs parfumées et épicées, la question des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale a peu intéressé les chercheurs. Lorsqu’ils décrivent le raffinement de cette société médiévale, les historiens évoquent parfums, encens et onguents pour colorer leurs descriptions. Ils en mentionnent la diversité et la qualité, ainsi que leur coût faramineux et leurs origines lointaines. Si de nombreuses sources (chroniques, récits géographiques, traités de médecine, etc.), riches d’informations, sont pourtant disponibles, les analyses précises et argumentées sont rares, voire inexistantes. Ce thème a parfois été abordé par les chercheurs qui, s’appuyant principalement sur des données ethnographiques d’une scientificité relative, établissaient des généralités sur le rapport des Musulmans à l’odeur, au corps, ou au sacré. Cette vision essentialiste paraît insuffisante et une approche réunissant historiens, linguistes, archéologues, spécialistes de droit ou de littérature permettrait sans doute d’y remédier. Des études plus précises et ciblées paraissent l’occasion d’aborder ce thème sous les différentes dimensions qu’il peut revêtir – fonctionnelle, sociale et symbolique. La gestion pratique des odeurs dans les villes médiévales pose sans aucun doute des questions légales et nécessite des aménagements particuliers. Curatifs, les arômes deviennent des outils médicaux dont les propriétés sont détaillées dans les traités de médecine. Vecteurs d’intégration ou de discrimination, les odeurs peuvent en outre revêtir une dimension sociale importante, notamment dans les protocoles liés au souverain.

Instrument de séduction, le parfum en particulier peut être associé à la paresse et à la passivité car il ramollit le corps et l’âme. Enfin, l’odeur peut s’affranchir de son rôle fonctionnel et social pour entrer dans le champ du symbolique et donner à penser autre chose. Le parfum, purificateur, réduit la distance de l’homme au divin. Quoique peu employé dans les édifices religieux – en tout cas relativement à l’époque antique –, le parfum est cependant parfois mentionné comme embaumant les plus saints des monuments musulmans. Ce faisant, il contribue à leur magnification et à leur sacralisation. Les matières odoriférantes peuvent également être convoquées dans les pratiques magiques.

La gestion pratique des odeurs, ainsi que leurs dimensions sociale et religieuse, constituent à ce titre des points d’entrée privilégiés pour une meilleure compréhension des rapports de l’homme à son environnement, aux autres et à soi.

Programme :

9h00 : Accueil

9h30 : Introduction

10h00 : Joël Candau (LAPCOS / Sophia Antipolis)

L’anthropologie des odeurs, un état des lieux

11h00 : Jean-Charles Ducène (EPHE / ULB)

L’usage de l’encens et des parfums à brûler dans le Proche-Orient médiéval

11h45 : Sterenn Le Maguer (Paris I)

Une archéologie des odeurs : l’étude des brûle-parfums et de leurs contextes archéologiques

12h30 : Jean-Charles Coulon (Paris IV)

Fumigations et rituels magiques. Le rôle des encens et fumigations dans la magie arabe médiévale.

14h15 : Pauline Koetschet (Ifao)

Les vertus de la violette. Parfums et odeurs dans la médecine arabe médiévale

15h00 : Monica Balda-Tillier (Ifao)

Les odeurs qui « font le moine » : hommes et odeurs dans la littérature

15h45 : Bruno Paoli (Ifpo)

Le lexique arabe des odeurs

16h30 : Julie Bonnéric (Ifpo / EPHE)

Des mosquées, des bonnes odeurs et du sacré

17h15 : Conclusions et discussion

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

« Frankincense in Oman during the Islamic Period : History and Archaeology of a cultural and commercial good »


Frankincence resin is dried after Boswellia trees found in Ethiopia, Yemen (Hadramawt) and in the Dhofar region of Oman. Famous for the perfume it emits when burned as well as for its therapeutic properties, the use of frankincense is attested from the 3rd millenium BC in Oman, and today frankincense is commonly used to perfume clothes and to welcome guests.

Although frankincense made the wealth and fame of the South Arabian Kingdoms, it has not ceased to be traded after the rise of Islam. This lecture aims to evoke the different uses of frankincense before Islam as well as the regions to which it was exported, then focuses on the history of frankincense during the Islamic period through the presention of the written and archaeological data.

- Sunday, December 2, 2012, at the French-Omani Institute in Muscat, at 7 p.m.


Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

« L’encens en Oman durant la période islamique : histoire et archéologie d’un produit culturel et commercial. »  


L’encens ou oliban est la résine séchée issue des arbres Boswellia que l’on trouve en Ethiopie, au Yémen (Hadramaout) et dans la région du Dhofar en Oman. Réputé pour le parfum qu’il dégage une fois brûlé ainsi que pour ses vertus thérapeutiques, l’usage de l’encens est attesté en Oman dès le 3e millénaire avant notre ère, et encore aujourd’hui il est d’usage de brûler de l’encens pour parfumer ses vêtements et recevoir ses hôtes. Si le commerce de l’encens a fait la richesse et la renommée des royaumes sudarabiques, il n’a pas cessé d’être commercé après l’avènement de l’Islam. Cette conférence aura pour objectif de rappeler quels étaient les usages de l’encens avant l’Islam et les régions vers lesquelles il était exporté, puis de s’attarder sur une histoire de l’encens à la période Islamique à travers une brève présentation des sources écrites et archéologiques.

Au Centre franco-omanais de Mascate le 2 décembre 2012

à 19 heures


 

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn