Archives de catégorie : Actualités / News

Soutenance HDR Eric Vallet, « Traversées d’Arabie. Essais d’histoire-monde de l’Islam », 28/11/2017, Colegio de Espana, Paris.

Eric Vallet soutiendra publiquement son habilitation à diriger les recherches le mardi 28 novembre à partir de 14h.

Le dossier, intitulé Traversées d’Arabie. Essais d’histoire-monde de l’Islam, comprend un mémoire de synthèse, trois ouvrages collectifs, deux recueils d’article (Pouvoir et pratiques de l’écrit en Islam, Xe-XVe siècle et Échanges et réseaux dans l’océan Indien, VIIIe-XVe siècle), ainsi qu’un mémoire inédit, L’archipel des Arabes. Jalons pour une histoire connectée de l’Arabie VIIe-XIIIe siècle.

Il sera défendu devant un jury composé de :

Anne-Marie Eddé, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, garante

Patrick Boucheron, Collège de France

Françoise Micheau, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Christian Robin, CNRS, Institut de France

Muhammad ‘Abd al-Hamîd Sa‘îd, Université de Sousse

Michel Tuchscherer, Université d’Aix-Marseille

 

Lieu : Colegio de España, Cité internationale universitaire de Paris, 7 E boulevard Jourdan, 75014 Paris (RER Cité Universitaire)

La soutenance sera suivie d’un pot, auquel vous êtes très cordialement invités.

Une confirmation de présence est souhaitée avant le 24 novembre.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Parution : « Human Interaction with the Environment in the Red Sea Selected Papers of Red Sea Project VI »

Human Interaction with the Environment in the Red Sea

Selected Papers of Red Sea Project VI

Edited by Dionisius A. Agius, University of Exeter / King Abdulaziz University, Emad Khalil, Alexandria University, Eleanor Scerri, University of Oxford / Jesus College, and Alun Williams, University of Exeter

Biographical note

Dionisius A. Agius, Ph.D. (1984), University of Toronto, is a Fellow of the British Academy, Professor of Arabic Studies and Islamic Material Culture at the University of Exeter and Distinguished Professor at the King Abdulaziz University, Jeddah. An ethno-linguist, he studies the life of the traditional watercraft, the people of the sea, their folklore and beliefs. Classic Ships of Islam: From Mesopotamia to the Indian Ocean (Brill, 2008) received an Honourable Mention from the Canadian Keith Matthews Prize and was Highly Commended by the British Keith Muckelroy Memorial Award.

Emad Khalil, Ph.D. (2005), University of Southampton, is Professor of Maritime Archaeology at the Alexandria University in Alexandria, Egypt. He is the founder of the Alexandria Centre for Maritime Archaeology & Underwater Cultural Heritage, and the former president of the ICOMOS – International Committee on Underwater Cultural Heritage (ICUCH).

Eleanor Scerri, Ph.D. (2013), University of Southampton, is a British Academy Postdoctoral Fellow in Archaeology at the University of Oxford and a Junior Research Fellow at Jesus College, Oxford. She has published peer-reviewed articles on and conducts extensive fieldwork in the Saharo-Arabian belt, focusing on the archaeology of human evolution. She is the director of the Senegal Prehistory Project.

Alun Williams, Ph.D. (1985), SOAS, London, lectures in medieval history at the University of Exeter. Until 2006 he had a long career as teacher and head teacher in English schools. He has been assistant editor of Al-Masãq – the Journal of the Medieval Mediterranean since 2007. His research focuses on twelfth- and thirteenth-century Iberia, medieval biblical culture and imagery in conflict narratives.

Readership

All interested in the human dimension of the environments of the Red Sea, its history and its past and present ecology.

Table of contents

Contributors’ profiles
Acknowledgements

Introduction
Dionisius A. Agius, Emad Khalil, Alun Williams and Eleanor Scerri

Part One: Environmental perspectives of the Red Sea

1. ‘On the Red Sea the trees are of a remarkable nature’ (Pliny the Elder): The Red Sea
mangroves from the Greco-Roman perspective
Pierre Schneider

2. Extreme Red Sea: Life in the Deep-Sea Anoxic Brine Lakes
André Antunes

3. Biogeographic Provincialism shown by Afro-Arabian Mammals during the Middle
Cenozoic: Climate Change, Red Sea Rifting and Global Eustasy
K. Christopher Beard, Pauline M.C. Coster, Mustafa J. Salem, Yaowalak Chaimanee and Jean-Jacques Jaeger

4. Bridges and barriers: The Late Pleistocene demography of the Saharo-Arabian Belt.
Eleanor M.L. Scerri
5. Weighing the Evidence for Ancient Afro-Arabian Cultural Connections
through Neolithic Rock Art
Sandra L. Olsen
6 THE FARASĀN ARCHIPELAGO IN THE RED SEA CONTEXT DURING ANTIQUITY
Solène MARION DE PROCÉ

PART TWO: From harbours to historical towns

7. Adulis and the sea
Chiara Zazzaro

8. The Maritime context of Mediterranean – Red Sea – Indian Ocean trade Roman era
vessels of the Red Sea – critical review and new data
Anna M. Kotarba-Morley

9. The historic towns of Saudi Arabia’s Red Sea Coast: Tourism Development and
Conservation
Aylin Orbaşlı

10. The Geographical Nature of the Red Sea Area and its Impact on the Material culture:
Case Study: Aqiq port
Ahmed Hussein Abdelrahman Adam

11. Food Globalisation and the Red Sea: new evidence from the ancient ports at Quseir
al-Qadim, Egypt
Marijke van der Veen and Jacob Moralesa

12 Jeddah and the India Trade in the sixteenth century: Arabian contexts and imperial
policy
Andrew C.S. Peacock

13 Ancient Cultural Contact between the Somali Coast and the Arabian Peninsula seen
through a folktale
Abdirachid Mohamed Abdirachid

14 The Potentials of Maritime Archaeology in the Kingdom of Saudi Arabia
Emad Khalil

Index

Source : http://www.brill.com/products/book/human-interaction-environment-red-sea

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Parution : E. Vagnon et E. Vallet (éds.), La fabrique de l’océan Indien.

Description

La fabrique de l’océan Indien. Cartes d’Orient et d’Occident (Antiquité-XVIe siècle)

Publications de la Sorbonne, collection Histoire ancienne et médiévale.

Janvier 2017
372 pages. 39€.

Richement illustré, cet ouvrage invite à un voyage à travers plus de vingt siècles de cartographie, où l’on découvre comment l’océan Indien a été imaginé et représenté, en Orient et en Occident, depuis les premières cartes babyloniennes jusqu’aux planisphères de la fin du XVIe siècle. Il ne se contente pas de décrire l’émergence d’une cartographie moderne à partir des navigations européennes du XVIe siècle ; il considère aussi les savoirs issus des grandes aires de l’Ancien monde, de l’Extrême-Orient à l’Europe, en passant par les mondes de l’Islam, pour croiser les regards et explorer les approches communes qui, au-delà des distances géographiques et culturelles, ont façonné une image progressivement unifi ée de cet espace. Par l’observation des tracés, des noms et des illustrations fi gurant sur de nombreux documents – mappemondes, schémas, cartes régionales, globes et planisphères – construits à plusieurs échelles, le lecteur est ainsi convié à parcourir et découvrir les multiples représentations d’un vaste espace maritime commun à plusieurs cultures.

Sommaire

Conventions

Remerciements

Les auteurs

Préface
Catherine Hofmann

Introduction – La fabrique de l’océan Indien
Emmanuelle Vagnon et Éric Vallet

PREMIÈRE PARTIE – DONNER FORME À L’OCÉAN INDIEN

Prélude – L’Océan vu de la Mésopotamie ancienne
Mustapha Djabellaoui

CHAPITRE 1 – L’océan Indien des Grecs, entre tradition savante et actualité maritime
Didier Marcotte

Focus – Claude Ptolémée, Cosmographia

CHAPITRE 2 – L’océan Indien dans les mappemondes latines (VIIIe-XIVe siècle)
Emmanuelle Vagnon

Focus – Lambert de Saint-Omer, Liber Floridus

CHAPITRE 3 – Formes de l’océan Indien dans la cartographie arabe
Jean-Charles Ducène

Focus – Ibn Hawqal, Kitâb sûrat al-ard

CHAPITRE 4 – La cartographie européenne de l’océan Indien à la Renaissance
Emmanuelle Vagnon

Focus – Mappemonde catalane

Encart – Explorations portugaises et cartographie
Rui Manuel Loureiro

CHAPITRE 5 – Regards est-asiatiques sur l’océan Indien
Hyunhee Park

Focus – Carte Kangnido

DEUXIÈME PARTIE – NOMMER LES RIVAGES ET LES MERS

CHAPITRE 6 – Les noms de l’Océan
Éric Vallet

Focus – Atlas Miller

CHAPITRE 7 – L’Arabie maritime : des rivages familiers ?

Mer Rouge et golfe Persique dans la cartographie, des Grecs aux Arabes
Éric Vallet

Focus – Fra Mauro, Mappemonde

Mer Rouge et golfe Persique dans les cartes occidentales
Emmanuelle Vagnon

CHAPITRE 8 – À la (re)découverte des côtes de l’Afrique orientale

L’Afrique de l’Est et Madagascar dans les sources arabes
Jean-Charles Ducène

Focus – Jan Huygen van Linschoten, Delineatio orarum maritimarum

L’Afrique orientale et le sud-ouest de l’océan Indien dans la cartographie portugaise du XVIe siècle
Thomas Vernet

CHAPITRE 9 – Les rivages de l’Inde dans la cartographie occidentale
Emmanuelle Vagnon

Focus – Diogo Homem, Carte de l’océan Indien dans un atlas nautique

Encart – Temps, espace et direction. Cartes de l’océan Indien en Inde
Lotika Varadarajan

TROISIÈME PARTIE – DESSINER ET ILLUSTRER L’OCÉAN

CHAPITRE 10 – Les espaces insulaires de l’océan Indien entre expérience et imaginaire

Des Grecs aux Arabes, une réinvention cartographique des îles de l’océan Indien
Éric Vallet

Focus – Deniz Atlâsı, « Atlas maritime »

Les îles dans la cartographie portugaise de la Renaissance
Zoltán Biedermann

CHAPITRE 11 – Parcourir l’Océan du regard : routiers et vues de ports

Ibn al-Mujâwir et les premières vues des ports de l’Arabie (XIIIe siècle)
Éric Vallet

Focus – Civitates Orbis Terrarum, Mombaza ; Aden, Arabiae foelicis emporium celeberrimi ; Quiloa ; Cefala

Dom João de Castro et les routiers nautiques portugais
Dejanirah Couto

Les vues portugaises des ports de l’océan Indien
Rui Manuel Loureiro

CHAPITRE 12 – Merveilles de l’océan Indien

Des bateaux sur des cartes : imaginaire ou réalité de l’architecture navale ?
Éric Rieth

Focus – Atlas catalan, Détail de l’océan Indien oriental

Encart – Merveilles et peuples étranges de l’océan Indien : les sources antiques
Pierre Schneider

Les merveilles de l’océan Indien sur les cartes occidentales médiévales
Christine Gadrat-Ouerfelli

Encart – Merveilles de l’océan Indien dans la géographie arabe
Jean-Charles Ducène

Entre cosmographie et cartographie : les merveilles de l’océan Indien dans les cartes persanes et turques
Éric Vallet

Conclusion – L’océan Indien, invention d’un objet cartographique global
Emmanuelle Vagnon et Éric Vallet

Chronologie

Orientation bibliographique

Index

Table des figures

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Parution : Le Yémen, terre d’archéologie, G. Charloux et J. Schiettecatte (Eds.), 2016.

Il y a quarante-cinq ans, le Yémen est sorti d’une longue période de conflits et d’isolement. Dans le domaine culturel, cette renaissance s’est accompagnée d’un important volet archéologique, d’abord centré sur l’époque antique, celle de la civilisation sudarabique, puis rapidement étendu aux périodes préhistorique et islamique.

Cet ouvrage retrace plus de quarante années de recherches archéologiques françaises, coordonnées à partir de 1982 par le Centre français d’Études yéménites, devenu le Centre français d’Archéologie et de Sciences sociales de Sanaa. Bien que brutalement stoppées par les conflits récents, les découvertes effectuées par les nombreuses équipes d’archéologues et d’historiens permettent de retracer les grandes étapes de l’évolution d’un pays légendaire, le pays de la reine de Saba. Cette terre a vu l’émergence de royaumes et de cités dont le développement fut le résultat d’une maîtrise avancée de l’agriculture irriguée et de l’accroissement du commerce caravanier puis maritime des résines aromatiques, des chevaux et du café.

Par la monumentalité de son architecture, le raffinement de ses arts et la fascination qu’exercent ses inscriptions, la civilisation de l’Arabie du Sud apparait désormais bien différente de l’image trompeuse d’une Arabie désertique parcourue par les seuls nomades.

L’ouvrage fait 294 pages au format 28 cmx21 cm

Parution : 2016

ISBN 10 : 2705339395
ISBN 13 : 9782705339395
Pages : 294
Format (mm) : 280×210

Prix public (TTC) : 55.00 €

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Parution : Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale, BEO 64, 2015. Dir. J. Bonnéric

Cette publication est le résultat de la table ronde sur les odeurs en terre d’Islam au Moyen Âge organisée par Julie Bonnéric (14 décembre 2012, Ifpo Beyrouth).

L’approche se veut pluridisciplinaire : historiens, archéologues, anthropologues, linguistes et islamologues discutent ce thème. Outre les intervenants présents à la table ronde, trois contributeurs viennent enrichir l’ouvrage en abordant le champ sémantique des odeurs en hébreu, le rôle de la putréfaction en Andalousie et l’exemple de la prohibition du safran dans les hadith.s.

Pour ma part, j’y parle du rôle de l’archéologie dans la compréhension de l’usage des encens dans le monde islamique entre le VIIIe et le XIIe siècle.

Résumé de l’article :

L’usage des encens, comme l’oliban (lubān), la myrrhe (murr) ou encore le bois d’aloès (ʿūd), est bien renseigné dans les sources écrites, qu’elles soient des oeuvres lexicographiques, des traités de médecine, des récits de géographes ou des oeuvres poétiques et littéraires. Ces sources informent sur les différents emplois de ces substances aromatiques de valeur dans les milieux aisés et de prestige. Les données archéologiques viennent compléter notre connaissance à ce sujet en livrant des informations importantes sur la façon dont ces aromates étaient employés au sein de populations plus modestes pour lesquelles nous ne disposons pas de sources écrites. Différents sites ayant livré des résines ou des brûle-parfums en contexte archéologique sont présentés afin de montrer en quoi leur étude nous renseigne sur les contextes d’utilisation des résines et bois aromatiques : religieux ou profane, riche ou modeste. Enfin, dans le cadre d’une étude anthropologique complète, la vente et l’usage de l’encens seront abordés du point de vue des pratiques actuelles en Oman, région productrice et consommatrice d’oliban.

BEO 64 (2015)

Beyrouth-Damas, Presses de l’Ifpo, 2016
390 p.
ISBN 978-2-35159-800-9
ISSN 0253-1623
38 €

Sur Revues.org : http://beo.revues.org/

Sommaire

In memoriam
  • Souheil Chébat 7
  • Jean-Paul Pascual 13
Dossier thématique : Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale 
  • Liste des contributeurs 19
  • Introduction
    • Entre fragrances et pestilences, étudier les odeurs en terre d’Islam au Moyen Âge, Julie Bonnéric 21
    • L’anthropologie des odeurs : un état des lieux, Joël Candau 43

Exprimer les odeurs

  • Le lexique arabe des odeurs, Bruno Paoli 63
  • Odeurs, souffle et sacré en hébreu classique, décryptage d’un réseau sémantique, Jonas Sibony 99

Les substances odorantes

  • De la pestilence à la fragrance. L’origine de l’ambre gris selon les auteurs arabes, Thierry Buquet 113
  • Une archéologie des odeurs : identifier les encens et leurs usages au Proche et Moyen-Orient (VIIIe-XIIe siècles), Sterenn Le Maguer 135

Le rôle des odeurs

  • Des parfums et des fumées : les parfums à brûler en Islam médiéval, Jean-Charles Ducène 159
  • Fumigations et rituels magiques. Le rôle des encens et fumigations dans la magie arabe médiévale, Jean-Charles Coulon 179
  • Hommes, femmes, parfums et puanteurs dans quelques textes littéraires arabes des IVe/Xe-Ve/XIe siècles, Monica Balda-Tillier 249
  • العفونة في البيطرة الأندلسية بين المفهوم الفلسفي والواقع التجريبي 265
    سعدي شخوم وحياة قنون
Odeurs et sacré
  • Olfactory Visuals: A Case of Saffron Prohibition in Ḥadīṯ Commentary, Atanas Shinikov 227
  • Réflexions sur l’usage des produits odoriférants dans les mosquées au Proche-Orient (Ier/VIIe-VIe/XIIe s.), Julie Bonnéric 293
Varia
  • Le prince al‑Walīd et son bain : itinéraires épigraphiques à Quṣayr ʿAmr, Frédéric Imbert 321
  • La question du  cursus honorum mamelouk au tournant des XIVe‑XVe siècles, Clément Onimus 365

Source : http://www.ifporient.org/node/1799

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Publication : A. Rougeulle (dir.), Sharma : un entrepôt de commerce médieval sur la cote du Hadramawt (Yémen, ca 980-1180)

9781784911942Sharma : un entrepôt de commerce médieval sur la cote du Hadramawt (Yémen, ca 980-1180), sous la direction d’Axelle Rougeulle, Oxford, Archaeopress (British Foundation for the Study of Arabia Monographs ; 17), 2015, ISBN 978-1-78491-194-2

Commander cet ouvrage en ligne

Mentionné par al-Muqaddasī vers 985 puis par al-Idrīsī vers 1150, le port médiéval de Sharma a été découvert en 1996 à l’extrémité du Ra’s Sharma, à 50 km à l’est de la ville d’al-Shiḥr sur la côte du Ḥaḍramawt au Yémen ; il a fait l’objet de quatre campagnes de fouilles en 2001-2005. Ce site unique était en fait un entrepôt de transit, probablement fondé par des marchands iraniens et entièrement consacré au commerce maritime. Il connut un brève période d’activité entre ca 980 et la seconde moitié du XIIe siècle, que l’on peut appeler l’horizon Sharma. Les fouilles ont montré que l’entrepôt avait connu 6 phases chronologiques, qui reflètent étroitement l’évolution politico-économique de la région à cette époque. Le matériel mis au jour représente essentiellement les vestiges de marchandises en transit, petits objets, résines aromatiques, verreries et céramiques ; un tiers du corpus céramique est d’origine locale, produit dans les fours proches de Yaḍghaṭ, le reste est importé, de toutes les régions riveraines de l’océan Indien depuis la Chine jusqu’à l’Afrique orientale. L’étude chrono-typologique de cet ensemble clos apporte des informations précises sur la datation et l’évolution des divers types répertoriés, et l’analyse historique éclaire d’un jour nouveau l’histoire du commerce maritime musulman aux Xe-XIIe siècles.

Le chapitre III/9 présente les résultats d’analyses effectuées sur des résines retrouvées en contexte archéologique. Les produits ont été identifiés comme de l’encens pour une petite portion et comme du copal pour la majeure partie, attestant de liens commerciaux avec l’Afrique orientale.

Sommaire

Introduction (A. Rougeulle), p. 1-8

I. Les occupations préislamiques
I/1. L’occupation préhistorique (R. Crassard, M.-L. Inizan, A. Rougeulle), p. 11-18
I/2. L’occupation sudarabique (J. Schiettecatte), p. 19-27

II. L’entrepôt médiéval
II/1. Présentation générale (A. Rougeulle), p. 31-38
II/2. La lisière sud de la ville et les enceintes méridionales (A. Rougeulle), p. 39-60
II/3. La lisière est de la ville et les enceintes orientales (A. Rougeulle), p. 61-66
II/4. Le quartier sud (A. Rougeulle, A. Joyard), p. 67-100
II/5. Le secteur de la corniche (A. Rougeulle), p. 101-114
II/6. Le quartier nord (A. Rougeulle), p. 115-121
II/7. Le quartier du port (A. Rougeulle), p. 123-134
II/8. Les structures défensives (A. Rougeulle, V. Bernard), p. 135-140
II/9. Les structures d’approvisionnement en eau (A. Rougeulle, V. Bernard), p. 141-142
II/10. Les cimetières (A. Rougeulle), p. 143-144
II/11. Conclusion sur l’occupation médiévale (A. Rougeulle), p. 145-150

III. Le matériel archéologique de l’horizon Sharma
III/1. Présentation (A. Rougeulle), p. 153-156
III/2. Les céramiques non glaçurées (A. Rougeulle, A. Collinet, N. Martin), p. 157-236
III/3. Les céramiques à glaçure (A. Rougeulle), p. 237-275
III/4. La céramique chinoise à Sharma : pour un essai d’étude typo-chronologique et spatiale, (B. Zhao), p. 277-321
III/5. Les verres, (D. Foy), p. 323-367
III/6. La vaisselle et les ustensiles en pierre (A. Rougeulle), p. 369-372
III/7. Les monnaies et les poids (A. Peli), p. 373-374
III/8. Les objets divers (A. Rougeulle), p. 375-394
III/9. Les résines végétales de type copal et encens : caractérisation, exploitation et circuits commerciaux (M. Regert, M. Salque, Th. Devièse, A.-S. Le Hô), p. 395-416
III/10. Analyse carpologique à Sharma : production et circulation des produits végétaux (V. Dabrowski, M. Tengberg, D. Guillemarre, Ch. Bouchaud), p. 417-423

IV. Les réoccupations tardives
IV/1. L’occupation des xiiie/xive siècles (A. Rougeulle, B. Zhao), p. 427-432
IV/2. L’occupation des xviiie/xixe siècles (A. Rougeulle, B. Zhao), p. 433-444

V. Sharma dans son contexte régional et international
V/1. Sharma et sa région (V. Bernard, C. Hardy-Guilbert, A. Rougeulle, J. Schiettecatte), p. 447-466
V/2. Sharma et l’essor du commerce islamique dans l’océan Indien occidental (xe-xiie siècle) (E. Vallet), p. 467-478

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

De l’encens oliban retrouvé dans des tombes en Grande-Bretagne

Un récent article paru dans le Journal of Archaeological Science (n° 53, 2015) rapporte les résultats d’analyses physico-chimiques réalisées sur des résidus organiques provenant de 48 tombes datant de la période romaine tardive (IIIe – IVe siècles) en Grande-Bretagne. Ces analyses avaient pour but de renseigner les aspects pratiques et symboliques des rites funéraires romains et de mettre en lumière la relation qu’entretenait la Grande-Bretagne avec le reste de l’Empire romain.

Procédure et résultats

En tout, 92 échantillons ont été prélevés sur 48 tombes localisées à divers endroits en Grande-Bretagne. Ces échantillons ont fait l’objet d’analyses par chromatographie gazeuse – spectrographie de masse (CG/SM). Les biomarqueurs ont également été étudiés afin de préciser l’origine des résines éventuellement contenues dans ces échantillons. L’analyse des sources textuelles romaines permettait de supposer la présence de résines bien que celles-ci soient invisibles à l’œil nu. En effet, appliquées sur les linceuls couvrant les corps, elles ont été absorbées par les tissus. Néanmoins, ce qu’il reste de ces derniers peut être analysé par GC/SM pour déterminer la présence ou non de diverses huiles ou résines.

Ces analyses ont permis de démontrer la présences de résine de pin (Pinaceae spp.), de résine de pistachier (Pistaceae spp.) et de résine d’encens oliban (Boswellia spp.). Dans certains cas, on avait mélangé de la résine de pin et de la résine de pistachier. Malheureusement, la dégradation trop avancée des échantillons ne permet pas d’identifier plus précisément les espèces.

Pratiques rituelles et aspect social

Cette étude témoigne de l’emploi de résines dans le rite funéraire romain. Celui-ci avait un aspect symbolique puisqu’il signifiait le passage vers l’au-delà. Il possédait aussi un aspect pratique visant à retarder la décomposition du corps grâce aux vertus antibactériennes contenues notamment dans la résine de pin. En outre, cela permettait de masquer les mauvaises odeurs liées à cette même décomposition. Il s’agissait également de préserver le linceul aussi longtemps que possible.

D’autre part, il s’agit de montrer son appartenance sociale en utilisant des produits importés depuis le bassin méditerranéen et donc onéreux. Les échantillons ayant livré ces trois résines proviennent tous de tombes où furent inhumées des personnes de haut rang. Cela est visible à travers différents aspects :

– la qualité des tissus employés, certains étant teints de pourpre, colorant issu d’un coquillage méditerranéen très onéreux ;

– certaines tombes étaient en pierre, voire des mausolées ;

– le matériel associé pouvait être luxueux (bijoux, verre etc.).

La Bretagne : une île intégrée à l’Empire romain

Il apparaît à travers cette découverte que la Bretagne est parfaitement romanisée aux IIIe-IVe siècles. Tout d’abord, ses élites semblent avoir intégrées les rites funéraires romains. Des études similaires sur le continent ont montré l’utilisation de ces mêmes résines dans les rites funéraires. Cela correspond également aux descriptions faites dans les textes contemporains. Les élites de Bretagne sont composées d’indigènes romanisés et de colons romains. Ces derniers semblent avoir réussi à imposer leur mode de vie et leur conception de l’au-delà aux Bretons.

D’autre part, la Bretagne participe pleinement aux échanges commerciaux. En effet, les différentes espèces de pin et surtout les pistachiers et les Boswellia ne croissent pas en Bretagne. Les pistachiers poussent sur le pourtour méditerranéen et au Levant. La résine du Pistachia lentiscus croissant sur l’île de Chios était particulièrement recherchée ainsi que celle du Pistachia terebinthus croissant au Levant. Enfin, l’oliban provient de différentes espèces de Boswellia, la plus connue étant le Boswellia sacra croissant dans le sud de l’Arabie et dans l’actuelle Somalie.  Ces différents produits étaient extrêmement coûteux.

Pratiques païennes ou chrétiennes ?

La période des IIIe-IVe siècles marque, dans l’Empire romain, un tournant religieux et politique important puisque l’Empereur Constantin se convertit peu à peu au christianisme en 312, avant d’en faire la religion d’État. Le paganisme ne fait cependant pas l’objet de persécutions et il est toléré. Les rites funéraires avec embaumement ne sont donc pas mis en question. Ils sont d’ailleurs communs aux pratiques juives et chrétiennes puisque les Évangiles de Marc et de Luc font allusion à l’embaumement de Jésus que les femmes s’apprêtaient à réaliser. Elles ne peuvent néanmoins pas embaumer le corps puisque celui-ci, d’après les textes, a disparu (Mc, 16, 1 et Lc, 24, 1).

Pour conclure, il est intéressant de noter que le commerce de l’encens est encore assez florissant puisque ce produit était encore employé dans les rites funéraires aux IIIe-IVe siècles jusqu’aux confins de l’Empire romain. Si l’on considère, comme Béatrice Caseau (2007, p. 91), que l’encens est largement employé dans les églises romaines dès le Ve siècle, alors il devient difficile de considérer la christianisation de l’Empire romain comme un facteur de régression du commerce de l’encens. Il alors permis d’estimer que le commerce de l’encens n’a jamais cessé et que les causes d’un relatif déclin sont à chercher ailleurs et ne valent que pour une courte période.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Appel à contribution/Call for papers : Histoire et anthropologie des odeurs en islam médiéval (Bulletin d’études orientales 64, 2015)

8249975574_e4de779e3f_nDate limite de soumission : 15 octobre 2014. Publication : automne 2015

Fort de l’intérêt suscité par la table-ronde intitulée Fragrance et pestilence : histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale, organisée le 14 décembre 2012 à Beyrouth par l’Institut Français du Proche-Orient, le Bulletin d’études orientalesconsacre à ce sujet un dossier thématique.

Quoique l’Orient soit traditionnellement considéré comme un monde de senteurs parfumées et épicées, la question du rapport des musulmans aux parfums et aux odeurs n’a à ce jour que peu intéressé les chercheurs. Bien qu’ayant à leur disposition des sources nombreuses et variées, tant matérielles, recueillies à l’occasion de fouilles archéologiques, que textuelles (chroniques, récits géographiques, traités de médecine, œuvres littéraires, etc.), historiens et archéologues se sont le plus souvent contentés de quelques considérations générales, n’évoquant parfums, encens et onguents et n’en soulignant la diversité et la qualité, ainsi que le coût faramineux et les origines lointaines que pour illustrer le raffinement de la société arabo-musulmane médiévale ou son rôle dans les échanges commerciaux.

Ce dossier a pour objectif de mettre à contribution historiens, anthropologues, linguistes, archéologues et spécialistes de droit, de médecine ou de littérature pour dépasser le stade des généralités et des clichés et aborder la question des odeurs en terre d’islam dans ses différentes dimensions, fonctionnelles (légales, médicales, etc.), sociales (vecteurs de séduction, d’intégration ou de discrimination), symboliques (fonctions religieuses ou magiques) et, de manière transversale, linguistiques : comme le souligne Dan Sperber, si les odeurs sont des « symboles par excellence », c’est notamment parce que, dans de nombreuses langues, les outils linguistiques pour les nommer et les décrire sont souvent imprécis et métaphoriques. Mais est-ce le cas de la langue arabe ?

Les propositions d’articles, en français, en arabe ou en anglais, devront être envoyées avant le 15 octobre 2014 aux trois adresses électroniques suivantes : n.meouchy@ifporient.orgbmapaoli@gmail.com et bonneric.julie@gmail.com.

Elles comprendront :

  • le texte de l’article aux formats doc et pdf, dont la présentation devra se conformer aux règles édictées par la charte éditoriale des Presses de l’Ifpo ;
  • la liste des légendes des figures et/ou des planches, dans un (des) fichier(s) séparé(s) ;
  • les illustrations au format tif ou eps ;
  • le résumé de l’article (1000 signes maximum, espaces non compris), en français, en anglais et en arabe ;
  • la biographie de l’auteur (150 signes maximum), en français, en anglais et en arabe.

Les fichiers lourds (illustrations notamment) pourront être envoyés via des plateformes de téléchargement comme Dropbox ou Yousendit.

Si nécessaire, l’auteur fournira la copie des autorisations de reproduction d’illustrations déjà publiées ou de documents inédits.

Les articles proposés seront évalués par le comité éditorial de la revue et une réponse sera donnée aux auteurs avant le 1er mars 2015. La parution du volume est prévue pour l’automne 2015.

Call for papers History and anthropology of odors in medieval islam (Bulletin d’études orientales 64, 2015)

With the interest generated by the roundtable entitled “Good and bad smells : history and anthropology of odors in the land of Islam in medieval times”, held December 14, 2012 in Beirut at the French Institute of the Near East, the Bulletin d’Etudes orientales devotes a part of its forthcoming issue (64, 2015) to this subject.

Although the Orient is traditionally considered a world of fragrant and spicy scents, the question of the relationship of Muslims to perfumes and odors has up to now little interested researchers. Although they have at their disposal numerous and varied sources, both material, collected during archaeological excavations, and textual (chronics, geographical, narrative and medical treatises, literary works, etc.), historians and archaeologists merely contented themselves with a few general considerations, evoking fragrances, incense and ointments and highlighting their diversity and quality, as well as their cost and far origins to illustrate the sophistication of medieval Arab-Muslim society or its role in trade.

With the contribution of historians, anthropologists, linguists, archaeologists and specialists in law, medicine and literature, our goal is to move beyond generalities and stereotypes and to address the issue of odors in the land of Islam in its various dimensions, functional (legal, medical, etc..), social (vectors of seduction, integration or discrimination) and symbolic (religious or magical) and transversely, linguistic: as Dan Sperber points out, if the odors are « symbols par excellence », it is mainly because, in many languages, tools for naming and describing are often vague and metaphorical. Is it also the case in Arabic ?

Proposals, in French, Arabic or English, should be sent before October 15, 2014 to the following email addresses:n.meouchy@ifporient.orgbmapaoli@gmail.com and bonneric.julie@gmail.com.

They will include:

  • The text of the article in doc and pdf formats, complying with the rules laid down by the editorial charter of the Presses de l’Ifpo;
  • The list of figure captions in a separate file;
  • Illustrations in tif or eps format ;
  • The summary of the article (1000 characters maximum, no spaces) in French, English and Arabic;
  • The author’s biography (maximum 150 characters), in French, English and Arabic.

Large files (including illustrations) may be sent via download platforms such as Dropbox or Yousendit.

If necessary, the author will provide a copy of the permission to reproduce published or unpublished illustrations.

Submissions will be evaluated by the periodical’s editorial board and an answer will be given to authors by March 1, 2015. The issue will be published at the fall of 2015.

Source : http://www.ifporient.org/node/1527

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Conférence « Le commerce de l’encens », 9 octobre 2013, Inalco, Paris.

Dans le cadre des conférences organisées par l’Association des Anciens Elèves et Amis des Langues Orientales (AAEALO), je donnerai une conférence d’une heure à l’auditorium de l’Inalco.

Durant le temps qui m’est imparti, je rappellerai brièvement l’histoire de ce commerce qui fit la renommée et la richesse des royaumes sudarabiques. Cependant, nous verrons que cette affirmation repose surtout sur l’étude des sources anciennes grecques et latines. Nous effectuerons un travail critique de ces sources, en rappelant notamment que des auteurs comme Hérodote au Ve siècle av. J.-C., ou Pline l’Ancien au Ier siècle de notre ère, rapportaient des témoignages de seconde main. Ces récits étaient en effet colportés par les marchands d’encens et de myrrhe, qui étaient souvent des intermédiaires. Assimilables à des fables par leur côté fantastique, ils avaient pour objectif de tenir éloignés les curieux et, en insistant sur la rareté et les difficultés liées à la récolte des ces résines, ils permettaient d’en augmenter le prix.

Les études botaniques des arbres à encens et à myrrhe ont non seulement mis fin à ces contes, elles permettent également à l’archéologue de cartographier la répartition actuelle de ces arbres, et d’en déduire par hypothèse la répartition ancienne. Nous présenterons à cette occasion ce que recouvrent en fait les mots « encens » et « myrrhe ». La répartition de ces arbres, les différentes qualités de résine produites nous apportent un éclairage nouveau sur les modalités de ce commerce.

Enfin, nous montrerons que la consommation et la commercialisation de l’encens ne s’arrêtent avec la fin de l’Antiquité. L’encens circule encore de façon importante à la période Islamique. Cela est visible dans des sources de différentes natures. Tout d’abord, dans les sources textuelles qui témoignent de l’usage de l’encens dans des contextes de prestige, ou que ces résines interviennent dans la préparation de médicaments ou de rituels magiques. Ensuite, les sources archéologiques attestent de l’usage de l’encens dans des contextes domestiques au statut social varié, du plus modeste au plus aisé. Les objets réalisés spécifiquement pour brûler de l’encens, les brûle-parfums, sont ainsi fabriqués dans divers matériaux, essentiellement la céramique, la chlorite ou des alliages de cuivre (bronze notamment).

Informations pratiques :

L’affiche ici.

Lieu : Inalco, 65 rue des Grands Moulins – 75013 Paris, Auditorium

Mercredi 9 octobre 2013. Début de la conférence à 18h.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Fragrances et pestilences : histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale

Table ronde organisée par Julie Bonnéric (Ifpo)

14 décembre 2012, Ifpo (Beyrouth), de 9h à 18h

 

Quoique l’Orient soit traditionnellement associé à un monde de senteurs parfumées et épicées, la question des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale a peu intéressé les chercheurs. Lorsqu’ils décrivent le raffinement de cette société médiévale, les historiens évoquent parfums, encens et onguents pour colorer leurs descriptions. Ils en mentionnent la diversité et la qualité, ainsi que leur coût faramineux et leurs origines lointaines. Si de nombreuses sources (chroniques, récits géographiques, traités de médecine, etc.), riches d’informations, sont pourtant disponibles, les analyses précises et argumentées sont rares, voire inexistantes. Ce thème a parfois été abordé par les chercheurs qui, s’appuyant principalement sur des données ethnographiques d’une scientificité relative, établissaient des généralités sur le rapport des Musulmans à l’odeur, au corps, ou au sacré. Cette vision essentialiste paraît insuffisante et une approche réunissant historiens, linguistes, archéologues, spécialistes de droit ou de littérature permettrait sans doute d’y remédier. Des études plus précises et ciblées paraissent l’occasion d’aborder ce thème sous les différentes dimensions qu’il peut revêtir – fonctionnelle, sociale et symbolique. La gestion pratique des odeurs dans les villes médiévales pose sans aucun doute des questions légales et nécessite des aménagements particuliers. Curatifs, les arômes deviennent des outils médicaux dont les propriétés sont détaillées dans les traités de médecine. Vecteurs d’intégration ou de discrimination, les odeurs peuvent en outre revêtir une dimension sociale importante, notamment dans les protocoles liés au souverain.

Instrument de séduction, le parfum en particulier peut être associé à la paresse et à la passivité car il ramollit le corps et l’âme. Enfin, l’odeur peut s’affranchir de son rôle fonctionnel et social pour entrer dans le champ du symbolique et donner à penser autre chose. Le parfum, purificateur, réduit la distance de l’homme au divin. Quoique peu employé dans les édifices religieux – en tout cas relativement à l’époque antique –, le parfum est cependant parfois mentionné comme embaumant les plus saints des monuments musulmans. Ce faisant, il contribue à leur magnification et à leur sacralisation. Les matières odoriférantes peuvent également être convoquées dans les pratiques magiques.

La gestion pratique des odeurs, ainsi que leurs dimensions sociale et religieuse, constituent à ce titre des points d’entrée privilégiés pour une meilleure compréhension des rapports de l’homme à son environnement, aux autres et à soi.

Programme :

9h00 : Accueil

9h30 : Introduction

10h00 : Joël Candau (LAPCOS / Sophia Antipolis)

L’anthropologie des odeurs, un état des lieux

11h00 : Jean-Charles Ducène (EPHE / ULB)

L’usage de l’encens et des parfums à brûler dans le Proche-Orient médiéval

11h45 : Sterenn Le Maguer (Paris I)

Une archéologie des odeurs : l’étude des brûle-parfums et de leurs contextes archéologiques

12h30 : Jean-Charles Coulon (Paris IV)

Fumigations et rituels magiques. Le rôle des encens et fumigations dans la magie arabe médiévale.

14h15 : Pauline Koetschet (Ifao)

Les vertus de la violette. Parfums et odeurs dans la médecine arabe médiévale

15h00 : Monica Balda-Tillier (Ifao)

Les odeurs qui « font le moine » : hommes et odeurs dans la littérature

15h45 : Bruno Paoli (Ifpo)

Le lexique arabe des odeurs

16h30 : Julie Bonnéric (Ifpo / EPHE)

Des mosquées, des bonnes odeurs et du sacré

17h15 : Conclusions et discussion

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

« Frankincense in Oman during the Islamic Period : History and Archaeology of a cultural and commercial good »


Frankincence resin is dried after Boswellia trees found in Ethiopia, Yemen (Hadramawt) and in the Dhofar region of Oman. Famous for the perfume it emits when burned as well as for its therapeutic properties, the use of frankincense is attested from the 3rd millenium BC in Oman, and today frankincense is commonly used to perfume clothes and to welcome guests.

Although frankincense made the wealth and fame of the South Arabian Kingdoms, it has not ceased to be traded after the rise of Islam. This lecture aims to evoke the different uses of frankincense before Islam as well as the regions to which it was exported, then focuses on the history of frankincense during the Islamic period through the presention of the written and archaeological data.

- Sunday, December 2, 2012, at the French-Omani Institute in Muscat, at 7 p.m.


Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

« L’encens en Oman durant la période islamique : histoire et archéologie d’un produit culturel et commercial. »  


L’encens ou oliban est la résine séchée issue des arbres Boswellia que l’on trouve en Ethiopie, au Yémen (Hadramaout) et dans la région du Dhofar en Oman. Réputé pour le parfum qu’il dégage une fois brûlé ainsi que pour ses vertus thérapeutiques, l’usage de l’encens est attesté en Oman dès le 3e millénaire avant notre ère, et encore aujourd’hui il est d’usage de brûler de l’encens pour parfumer ses vêtements et recevoir ses hôtes. Si le commerce de l’encens a fait la richesse et la renommée des royaumes sudarabiques, il n’a pas cessé d’être commercé après l’avènement de l’Islam. Cette conférence aura pour objectif de rappeler quels étaient les usages de l’encens avant l’Islam et les régions vers lesquelles il était exporté, puis de s’attarder sur une histoire de l’encens à la période Islamique à travers une brève présentation des sources écrites et archéologiques.

Au Centre franco-omanais de Mascate le 2 décembre 2012

à 19 heures


 

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Pourquoi une prospection botanique en Oman ?

La prospection botanique en Oman avec Margareta Tengberg (MNHN, Paris) a plusieurs objectifs. Ce travail s’inscrit dans le cadre du programme de recherche EXSUDARCH financé par l’ANR et sera explicité après une brève introduction.

L’encens désigne communément toute substance dégageant une odeur lorsqu’elle est brûlée. Plus précisément, l’encens qui nous intéresse est en fait la résine séchée issue de l’exsudation des arbres à encens ou Boswellia, de la famille des Burséracées, espèce dont la répartition est localisée entre la corne de l’Afrique, la région du Hadramawt au Yémen et le Dhofar en Oman. Il existe une vingtaine d’espèces de Boswellia répertoriées, mais le véritable encensier est le Boswellia sacra Flückiger, 1867, connu également sous le nom de Boswellia carterii Birdwood 1870.

À la fin des années 1970, des recherches botaniques sont menées au Yémen par Théodore Monod. Ces travaux sont impulsés par Jacqueline Pirenne, archéologue et grande spécialiste de l’Arabie du Sud préislamique.

Th. Monod se pose les questions suivantes : « où poussait actuellement – et sans doute où avait poussé dans l’Antiquité Sudarabique – le Boswellia sacra. L’arbre s’est-il raréfié, a-t-il localement disparu ? Où étaient les peuplements ayant alimenté la Route caravanière de l’encens ? ». En effet, à l’époque, l’opinion veut que les encensiers aient disparu.

Après une prospection poussée, Th. Monod publia ses résultats. Il définit quatre régions principales où l’encensier est encore présent et exploité à partir de l’étude de 16 stations. Il a ainsi précisé les hypothèses de distribution des arbres à encens qui, jusqu’alors, reposaient essentiellement sur les descriptions antiques telles que nous les a transmis Pline l’Ancien (Ier s.) notamment. Enfin, Th. Monod proposa des itinéraires par lesquels l’encens avait circulé, en mettant en évidence la multitude des routes qu’empruntaient les marchands depuis les zones de productions, remettant ainsi en question la thèse de la piste unique de l’encens.

Notre problématique et notre démarche sont proches de celle de J. Pirenne et Th. Monod, mais pour la période Islamique. Notre prospection botanique en Oman a trois objectifs. Premièrement, au vu des recherches précédentes, il s’agira de déterminer si oui ou non il existe différents Boswellia en Oman, s’ils se distinguent bien de ceux étudiés au Hadramaout. Dans un second temps, une base d’échantillons sera mise en place afin de déterminer les compositions chimiques de différents arbres à encens. Ces analyses serviront ensuite de référence pour permettre l’identification de résines retrouvées en contexte archéologique, et donc de déterminer leur provenance. Enfin, nous effectuerons un recensement des arbres. Cette mission présente également un but écologique, vu le risque de disparition de ces arbres. Les encensiers sont, en Oman, protégés dans un parc national dont l’accès est réglementé. Ce n’est malheureusement pas le cas partout, et un article récent publié dans le Journal of Applied Ecology met l’accent sur ce risque écologique.

Notre méthodologie est la suivante. Tout d’abord, si nous obtenons les autorisation nécessaires, nous nous efforcerons de réaliser des échantillons d’herbier. Cela pourrait se faire lors des visites de stations, au cours desquelles les arbres seront recensés et décrits. Enfin, des prélèvements de résine seront réalisés sur les arbres et dans les sûqs où les résines sont vendues.

La prospection botanique a donc pour objectif principal l’établissement d’échantillons de références quant à la composition des résines issues de différentes espèces de Boswellia à différents endroits. Ces échantillons permettront, par comparaison des compositions chimiques, d’établir la provenance des résines retrouvées en contexte archéologique, afin de comprendre les modalités de circulation de ces résines.

Sources :

MONOD Th., « Les arbres à encens (Boswellia sacra Flückiger, 1867) dans le Hadramaout (Yémen du Sud) », Bull. Mus. natn. Hist. nat., 4e sér., 1, 1979, section B, n° 3, p. 131-169.

GROENENDIJK P. et al., « Limitations to sustainable frankincense production: blocked regeneration, high adult mortality and declining populations », Journal of Applied Ecology, 49/1, 2012, p. 164-173.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn