Tous les articles par Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

Les parfums dans l’Orient musulman : usages et produits

** Ce texte est un résumé de ma présentation faite le 8 novembre 2016 à l’EHESS dans le cadre de la journée d’études « Parfums et odeurs » organisée par Frédéric Obringer (CCJ) et Tiziana Leucci  (CEIAS) **

 

L’islam permet un usage libéral des parfums. En effet, d’après la Tradition, le prophète Muḥammad en faisait lui-même un usage très large. Il appréciait être parfumé et réaliser des fumigations à base de résines aromatiques ; son parfum pouvait encore être respiré après son passage et, ce, même la nuit[1].

Les parfums s’employaient sous différentes formes : fumigations (produit pur ou mélanges), huiles ou eaux parfumées.

Nous verrons donc quelle était la place des parfums au sein de la pratique religieuse, puis dans le cadre de la vie quotidienne. L’usage profane des parfums est d’ailleurs documenté à la fois par les sources textuelles et par l’archéologie.

 

Parfum et religieux

Le Coran ne mentionne aucune interdiction envers l’usage des parfums et des aromates. À l’inverse, il décrit le Paradis comme un lieu de délices, un jardin rempli de plantes odorantes, entre autres. Les bonnes odeurs témoignent de la présence divine[2]. Cependant, mis à part cette absence d’interdit, le texte sacré ne nous apprend rien sur les parfums et ne mentionne aucun produit à part le musk (misk), le camphre (kafūr) et l’herbe odorante (rayḥān)[3].

Les ḥadīṯ-s rassemblent la tradition orale au sujet du Prophète Muḥammad : ces récits guident les croyants sur de nombreuses questions touchant aussi bien la pratique religieuse que la vie quotidienne. Ils font autorité en islam, en particulier au sein de la communauté sunnite. De nombreux passages font allusion aux parfums et à leur emploi[4]. Al-Buḫārī (194-256/810-870) est l’un des collecteurs de ḥadīṯ-s les plus respectés. C’est pourquoi les références qu’il fait aux parfums sont d’un grand intérêt puisqu’elles font autorité en la matière. Il en ressort que les parfums sont associés à l’hygiène et aux ablutions. En revanche, d’après un ḥadīṯ rapporté par Muslim b. al-Ḥajjāj (m. 261/875), autre grand collecteur, il n’est pas convenable que les femmes se parfument ni qu’elles réalisent des fumigations avant la prière. Cette interdiction se rapporte sans doute au pouvoir de séduction que peuvent prodiguer les parfums et il semblait inconvenant qu’une femme sorte seule et parfumée.

Concernant les fumigations d’encens, la tradition rapporte que le Prophète appréciait celles à base de bois d’agalloche et de camphre. Cependant, en islam, l’encens n’a pas de rôle liturgique. Si de l’encens est brûlé dans les mosquées ou au cours des mariages, ce n’est qu’en tant que parfum : autrement dit, il ne sert ni d’offrande, ni d’intermédiaire[5].

L’encens joue néanmoins un rôle dans les rituels magiques[6]. Les fumigations entretiennent un rapport avec le surnaturel, notamment à travers la symbolique de la fumée s’élevant évoquant un rapport avec un monde supérieur.

 

L’usage profane des parfums : luxe et volupté

Cet attrait pour les parfums dans l’islam est hérité de la tradition poétique préislamique. Ce thème est également très présent dans les poésies arabes et persanes à l’époque médiévale. Les fragrances sont associées à la femme dont le poète rend une image idéalisée, en décrivant des femmes issues des classes supérieures de la société. La poésie évoque différents aromates provenant de contrées plus lointaines comme le musc (misk) originaire du Tibet, l’ambre gris (ʿanbar) récolté dans l’océan Indien et le bois d’agalloche (ʿūd ) importé depuis l’Asie du Sud-est.

 

La haute société musulmane emploie des parfums luxueux dans le cadre de réceptions. Il s’agit de faire passer un brûle-parfum dans l’assistance afin que chacun respire et se parfume des fumigations. Al-Mas‘ūdī rapporte que le calife al-Ma’mūn (r. 198-218/813-833) présidait une conférence de jurisprudence tous les mardis, à laquelle participaient des légistes et autres savants. À la fin du repas, on apportait les brûle-parfums (majāmir) afin qu’ils respirent les arômes et se parfument[7]. Lors des noces célébrées entre le même al-Ma’mūn et Būrān b. al-Ḥasan b. Sahl (192-271/807-884) en 210/825, de grandes quantités d’ambre gris et de bois d’agalloche venant d’Inde furent consommées[8].

 

L’emploi des encens est généralement lié, dans le monde médiéval musulman, à un objet bien spécifique : le brûle-parfum. Ces objets servent à parfumer la maison et sont employés lors des réceptions. Leur découverte en contexte archéologique atteste que ces objets étaient utilisés dans toutes les couches de la société. Les brûle-parfums sont un indicateur du contexte social suivant le matériau dans lequel ils sont réalisés : alliage de métaux, chlorite ou céramique. Les brûle-parfums en alliage, généralement le bronze ou le cuivre, étaient coûteux et témoignent de la richesse de leurs propriétaires. La chlorite est, d’après certains auteurs médiévaux, réputée pour ses qualités culinaires[9]. De fait, ce matériau était recherché et généralement associé à des contextes aisés. Enfin, les brûle-parfums en céramique sont les plus courants et les plus faciles à acquérir[10].

 

Conclusion

Ainsi, dans le monde médiéval musulman, le parfum est aussi bien associé à la foi et à la pratique religieuse qu’à la volupté et à la richesse. L’emploi de parfum permet de montrer son statut social élevé par l’usage simultané de substances onéreuses et exotiques et d’objets précieux. Cependant, se parfumer, notamment à l’aide de fumigations, est une pratique commune à toutes les couches sociales. Seule l’étude combinée des textes et de la documentation archéologique rend compte de cette diversité.

 

 

[1] H. Lammens, La Mecque à la veille de l’hégire, Mélanges de l’Université Saint-Joseph, Beyrouth, Tome IX, fasc. 3, 1924, p. 298.

[2] D. Jung, An Ethnography of Fragrance. The Perfumery Arts of ‘Adan/Laḥj, 2011, p. 214.

[3] Aussi traduit par « basilic ». Voir par exemple la sourate 76, « L’Homme », v. 5-6 et la sourate 83, « Les Fraudeurs », v. 24-28.

[4] D. Jung, op. cit., p. 216.

[5] J. Bonnéric, « Réflexions sur l’usage des produits odoriférants dans les mosquées au Proche-Orient (Ier/VIIe-VIe/XIIe s.) », in J. Bonnéric, Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale, Bulletin d’Études Orientales 54, 2015, p. 293-317.

[6] J.-Ch. Coulon, « Fumigations et rituels magiques. Le rôle des encens et fumigations dans la magie arabe médiévale », in J. Bonnéric, Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale, Bulletin d’Études Orientales 54, 2015, p. 179-248.

[7] Al-Mas‘ūdī, Les Prairies d’Or. Kitāb Murūj al-ḏahab. Texte établi et traduit par Ch. Barbier de Meynard et A. Pavet de Courteille [révisé par Ch. Pellat], vol. VII, p. 38-39.

[8] M. Marín, « Sobre Būrān y būrāniyya », Al-Qanṭara 2, 1981, p. 195-198.

[9] La chlorite (ou stéatite) est une roche tendre, riche en magnésium et en talc, composée secondairement de minéraux comme la chlorite, la serpentine, la calcite, la dolomite ou la magnésite. On trouve ce matériau en Arabie et en Iran. W. C. Overstreet et al., The Wādī al-Jubah Project. IV : Geological and Archaeological Reconnaissance in the Yemen Arab Republic, 1985, 1988, p. 392 ; H. David-Cuny et J. Azpeita, Failaka Seals Catalogue. Vol. 1 : Al-Khidr, 2012, p. 18.

[10] S. Le Maguer, « Typology of incense-burners of the Islamic period », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 41, 2011, p. 175. Dans cette étude, dix types de brûle-parfums en céramique ont été décrits.

 

 

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Publication : revue « Pount »

Dans le numéro 12 de la revue Pount, Cahiers d’études sur la Corne de l’Afrique et l’Arabie du Sud, vous pourrez lire un article de Jean-François Breton, archéologue spécialiste du Yémen antique, sur les encensiers d’Éthiopie. Sommaire et bon de commande en lien : P12 Présentation et bon de commande

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Nouveau carnet de recherche dédié à l’olfaction

Présentation

« Ce carnet recense l’actualité de la recherche en arts et en sciences humaines consacrée aux odeurs et à l’odorat. Il vise à renforcer le réseau pluridisciplinaire des chercheur·se·s impliqué·e·s dans le domaine des smell studies en diffusant des appels à contribution, des présentations de groupes de recherche, des positions de thèse, des comptes rendus, des annonces de colloques, conférences, soutenances, publications, etc. »

https://olfaction.hypotheses.org

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Séminaire « Routes de l’Orient »

Centre de recherche et d’études « Histoire et sociétés »
Séminaire doctoral 2018-2019
Maison de la Recherche – Salle I-0-05 – Ouvert aux étudiants de licence

Routes de l’Orient

Programme :

Mercredi 5 décembre – 17 h. – 18h. 30 : Pierre Schneider (Arras)
Grecs et Romains sur les routes de l’océan Indien
Mercredi 16 janvier – 17 h. – 18h. 30 : Sterenn Le Maguer (Paris)
Les routes de l’encens et de la myrrhe de l’Antiquité à la période abbasside
Mercredi 6 février – 17 h. – 18h. 30 : Alain Provost (Arras)
Le voyageur et le conquérant : Alexandre le Grand et Marco Polo
Mercredi 20 mars – 17 h. – 18h. 30 : Ana Roques (Lisbonne – sous réserves)
Echanges culturels dans l’océan Indien : Portugal et Mozambique
Mercredi 3 avril– 17 h. – 18h. 30 : Stéphane Callens (Arras)
« One belt, one road » : la Chine et les « nouvelles routes de la soie »


Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Focus sur… l’ambre gris

L’ambre gris est une concrétion morbide du cachalot. Pendant longtemps, on trouvait cette substance échouée sur les rives de l’océan Indien, dans le sud de l’Arabie et sur les côtes de l’Afrique orientale en particulier. Son origine étant inconnue, elle a suscitée de nombreuses légendes, augmentant encore sa valeur. Si l’ambre gris n’est plus entouré de mystères, il reste un produit très recherché en parfumerie.

Ibn Māsawayh place l’ambre gris (‘anbar) parmi les cinq aromates principaux (al-’uṣūl), juste après le musc. Il est le premier à expliquer que l’ambre gris est une concrétion intestinale du cachalot et il donne plusieurs origines possibles :

« L’ambre, dit-on, est une plante qui pousse au fond de la mer ; d’autres disent qu’il est l’excrément d’un animal qui vit dans la mer ; d’autres pensent qu’il est formé des écumes de la mer.[1]»

Jusqu’alors, la provenance de l’ambre gris restait un mystère, et les connaissances à son sujet reposaient sur le récit du marchand Sulaymān,qui se situe en 851[2]. Ibn Māsawayh distingue quatre sortes d’ambre gris, qui sont selon lui les meilleures, suivant leur qualité et leur provenance. On trouve d’abord « al-salāhṭī », employé dans la confection de parfums, notamment la ġāliyya. « Al-qāqollī », moins bon que le premier, « sert à humidifier les vapeurs ». Ces deux premières espèces proviennent de la province de Sofala en Inde.  « Al-mind » est le moins bon de toutes les espèces, et le meilleur de cette espèce est « al-šiḥrī », que l’on trouve dans la ville du même nom, « bon comme onguent ». Une autre espèce d’al-mind, « al-zinjī », tient son nom de sa couleur noire. Il est inférieur en parfum au šiḥrī. Les espèces d’al-mind proviennent des côtes sud de l’Arabie, du Dhofar à Aden, sauf al-zinjī qui provient des côtes éthiopiennes. Enfin as-samakī « existe dans la mer » (sans plus de précision sur son origine), « a une mauvaise odeur » et ne sert qu’à « frelater l’ambre de bonne qualité »[3].

 Ibn Kaysān reprend pratiquement la même division des espèces d’ambre gris. On retrouve l’ambre al-šiḥrī, placé en première position, puis viennent al-salahtī et al-zinjī[4]. Il ajoute également que l’ambre gris peut avantageusement remplacer la ġālīa, un parfum composé de différentes substances et très onéreux[5].

L’ambre gris (ʿanbar) est également évoqué par Ibn al-Bayṭār. Utilisé, entre autres, pour réaliser des fumigations, l’auteur rapporte qu’il est considéré comme « le roi des parfums »[6].


[1] Sbath 1937, p. 8.

[2] Voyage du marchand arabe Sulayman en Inde et en Chine…, p. 22-23.

[3]Sbath 1937, p. 7-8 pour la traduction française, et p. 11-12 pour le texte en arabe.

[4] Sbath 1944, p. 191. 

[5] Sbath 1944, p. 193.

[6]Ibn al-Bayṭār, T. II, p. 469-470.

Pour une description plus complète de l’ambre gris, voir l’article de Thierry Buquet, « De la pestilence à la fragrance. L’origine de l’ambre gris selon les auteurs arabes », dans Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale (dir. J. Bonnéric), BEO 64, 2015, p. 113-134.

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Focus sur… les « blattes de Byzance »

Qu’est-ce que les « Blattes de Byzance », aussi appelées « Unguis odoratus » dans les sources latines, « aẓfār al-ṭīb » en arabe ?

   

Les Blattes de Byzance, ou Unguis odoratus, sont un aromate d’origine animale. En effet, cette expression désigne l’opercule de mollusques que l’on trouve dans la mer Rouge, dans l’océan Indien et dans le Golfe appelés néogastropodes[1]. Les Blattes de Byzance sont soit employées seules comme encens, soit elles entraient dans la composition de parfums comme fixateur et stabilisant[2]. Leur usage est connu à travers les documents cunéiformes dès la période babylonienne ancienne (XIXe – XVIe siècles av. J.-C.) où elles apparaissent sous le nom de ṣupur tâmti[3].

[1] H. Nawata a identifié trois espèces consommées et commercialisées en mer Rouge après une étude ethnographique réalisée à al-Rīḥ (l’ancienne Bāḍi‘) située à environ 210 km au sud de Port Soudan. Celles-ci sont : Chicoreus virgineus, Lambis truncata et Strombus tricornis. La dernière est la plus appréciée et la plus onéreuse. En 1997, 40 g coûtaient environ 4000 £ soudanises (8 $), ce qui est en fait un produit de luxe pour la population éthiopienne. Il affirme l’existence de mollusques exploités pour leur opercule au Yémen et dans le Golfe sans pouvoir identifier les espèces (Nawata 1997, p. 314-315). Concernant la vaste région de l’océan Indien, J. McHugh explique que la ou les espèces de mollusque(s) dont l’opercule est utilisé ne sont pas clairement identifiées, notamment parce qu’il est impossible de reconnaître une espèce à partir de sa seule opercule (McHugh 2013, p. 54-55).

[2] Nawata 1997, p. 319.

[3] Jursa 2009, p. 154.


Planche faisant figurer deux opercules de mollusque ou Blattes de Byzance (Fig. 3 et 4, respectivement en bas et en haut au centre). Extrait du Thesaurus imaginum piscium testaceorum, 1771. Source : NYPL Digital Gallery, [en ligne] http://digitalgallery.nypl.org/, consulté le 17/10/18

Cet opercule est désigné en arabe par l’expression « aẓfār al-ṭīb ». Ce produit est notamment décrit par le médecin et traducteur chrétien nestorien Ibn Māsawayh (ca. 160-242H/777-857) en tant qu’aromate afāwīh (c’est-à-dire « secondaire ») et par le botaniste et pharmacologue andalous Ibn al-Bayṭār (VIIe H/XIIIe s.)[1]. Le géographe syrien Yāqūt (574 ou 575-626H/1179-1229) rapporte que ce produit était importé depuis l’Éthiopie et notamment depuis Bāḍi‘ (identifié avec la ville moderne d’al-Rīḥ située à 210 km au sud de Port Soudan)[2].

Aujourd’hui, on trouve encore cet opercule sur les marchés des pays de la péninsule Arabique et de la Corne de l’Afrique.

[1] Ibn al-Bayṭār, T. I, p. 95-96.

[2] Yāqūt, I, p. 324.


Bibliographie :

Sources :


Ibn al-Bayṭār, Traité des simples (Jāmi‘ li-mufradāt al-adwiyya wa’l-aġḏiyya). Traduction établie par L. Leclerc, 3 tomes, Paris : Imprimerie Nationale, 1877-1883.


Ibn Māsawayh, Yūhanā, Kitāb jawāhir al-ṭīb al-mufrada.  Texte établi et partiellement traduit par P. Sbath, « Traité sur les substances simples aromatiques par Yahanna Ben Massawaïh », Bulletin de l’Institut d’Égypte XIX, 1937, p. 5-27.

Yāqūt al-Rūmī, Šihāb al-Dīn Abū ‘Abd Allāh Ya‘qūb, Mu‘jam al-buldān. Texte édité par F. Wüstenfeld, 5 volumes, Beyrouth : Dar Sadir – Dar Bayrut, 1955-1957.

Études : 

JURSA (M.), 2009, « Die Kralle des Meeres und andere Aromata », in Arnold (W.), Jursa (M.), Müller (W. W.) et Procházka (S.) dir. Philologisches und Historisches zwischen Anatolien und Sokotra. Analecta Semitica In Memoriam Alexander Sima, Wiesbaden : Harrassowitz Verlag, p. 147-180.

McHUGH (J.) 2013, « Blattes de Byzance in India: Mollusk Opercula and the History of Perfumery », Journal of the Royal Asiatic Society 23/1, p. 53-67.

NAWATA (H.), 1997, « An Exported Item from Bāḍi‘ on the Western Red Sea Coast in the Eighth Century: Historical and Ethnographical Studies on Operculum as Incense and Perfume », in Fukui (K.), Kurimoto (E.) et Shigeta (M.) éds. Ethiopia in Broader Perspective: Papers of the XIIIth International Conference of Ethiopia Studies, Kyoto, 12-17 December 1997, vol. 1, Kyoto : Shokado Book Sellers, p. 307-325.

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Podcast : « Histoire des odeurs et des parfums » 4/4, La fabrique de l’Histoire (France Culture)

Parfums et Religions

Quels sont les liens entre les odeurs, les parfums et les religions? C’est la question que nous posons ce matin à nos invités pour terminer notre semaine dédiée à l’histoire des odeurs et des parfums.

Quatrième et dernier temps de notre semaine consacrée à l’histoire des odeurs et des parfums.

Aujourd’hui nous essayons de mettre en perspective les liens entre les odeurs, les parfums, et les religions, avec trois historiennes.

L’odeur est ce qu’il y a de plus fugace pour l’historien ou l’archéologue. Pourtant il est possible, en croisant une documentation variée et abondante, d’approcher les univers sensibles de l’Antiquité ou du Moyen Âge. En particulier dans le rapport que ces cultures entretenaient au sacré. Les fleurs coupées, le sang du sacrifice animal, la viande grillée sont mentionnés dans les temples de la Grèce antique, tout comme l’huile sainte du baptême chrétien ou les encens du Proche-Orient.

Dans ce débat, nous retraçons l’histoire particulière des liens entre sacré et parfum.

Une émission co-animée par Victor Macé de Lépinay

Intervenants

  • maître de conférences en histoire byzantine à l’université de Paris-Sorbonne
  • Archéologue à l’Université Paris 1 La Sorbonne
  • Maître de conférences à l’Université de Bretagne Sud

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Compte-rendu d’exposition : « Parfums de Chine », Musée Cernuschi, Paris

L’exposition « Parfums de Chine, la culture de l’encens au temps des empereur » se tient actuellement au Musée Cernuschi à Paris jusqu’au 26 août 2018. Elle a été commissionnée par Eric Lefebvre, directeur du musée Cernuschi, et Li Zhongmou, directeur du Musée de Shangaï. Frédéric Obringer, directeur de recherche à l’EHESS, a activement collaboré à la partie scientifique. Enfin, François Demachy, parfumeur de la maison Dior, a réalisé, d’après d’authentiques recettes chinoises, les parfums que l’on peut respirer dans les bornes olfactives.

La scénographie se divise en sept parties qui nous font parcourir plus de deux mille ans d’histoire du parfum en Chine (du IIIe siècle av. J.-C. au XIXe siècle). Cette histoire est très richement illustrée par plus d’une centaine d’objets : brûle-parfums, peintures, œuvres calligraphiques etc. Si une vingtaine de ces objets est issue des collections du musée Cernuschi, les autres ont été prêtés par le musée de Shangai et sont exposés pour la première fois en France. On notera parmi eux des brûle-parfums retrouvés lors de fouilles archéologiques . Le parcours se développe au sein d’une scénographie aérée qui permet de contempler aisément les œuvres.

Vitrine présentant les substances aromatiques

L’exposition s’ouvre sur une contextualisation : outre une frise chronologique qui permettra de se familiariser avec l’histoire de la Chine impériale, l’encens est bien défini comme « tout aromate consommé par combustion ». Ainsi, la première vitrine présente diverses substances aromatiques (herbes, résines, bois, sécrétions animales) que l’on pouvait brûler ou qui entraient dans la composition d’encens et de parfums : encens oliban, styrax, bois d’agalloche, musc, ambre gris, patchouli, Lysimachia foenum-graecum etc. En chinois, c’est le terme xiang, qui signifie littéralement « senteur », qui désigne l’encens.

Brûle-parfums boshan lu

La première salle est consacrée aux pratiques rituelles et profanes de la dynastie des Han (206 av. J.-C. – 220) à celle des Tan’g (618 – 907). L’usage de l’encens est d’abord religieux. Les fumigations évoquent la communication entre la terre et le ciel. Cette analogie est développée à travers la forme des brûle-parfums dits boshan lu qui adoptent la forme d’une montagne. Le bouddhisme, qui s’implante progressivement en Chine, va favoriser l’usage de l’encens en contexte religieux en important la tradition indienne de l’encens. On peut admirer l’estampage d’un bas-relief qui ornait la grotte de Longmen (ca. 494) figurant l’Empereur Xiaowen et l’impératrice douairière présentant brûle-parfum et bâtonnets d’encens au Bouddha. À partir de la période des Six Dynasties (220-581), le commerce à longue distance se développe et les importations de nombreuses substances, dont l’encens oliban (en chinois ruxiang) croissent, permettant notamment le développement de l’usage profane de l’encens. Cet usage est illustré par un brûle-parfum à manche employé dans un contexte domestique.

Boîtes à encens en grès

La deuxième salle s’intéresse au parfum et à la culture lettrée sous les Song et les Huan (Xe – XIVe siècle). Sous la dynastie des Song, la forme des brûle-parfums atteint un haut degré de raffinement, et les formes élaborées à cette période serviront de modèles aux périodes suivantes. C’est également à cette époque que les lettrés adoptent l’usage d’encens dans leur quotidien, servant de modèle de raffinement pour leurs descendants. De nombreux traités médicaux et botaniques rappellent les usages thérapeutiques de ces bonnes odeurs. Les traités sur les parfums témoignent de l’élévation au rang d’art de cette pratique. Outre les brûle-parfums, c’est tout un mobilier en lien avec l’usage de l’encens qui se développe, comme les boîtes à encens et les vases à ustensiles pour l’encens. Dans cette salle, on peut également regarder trois vidéos qui présentent le travail de François Demachy, le regard du chercheur (Frédéric Obringer), et une démonstration de l’usage de l’encens.

Vases à ustensiles à encens

Puis nous passons à la dynastie Ming (XIVe – XVIIe siècle) à laquelle trois salles sont consacrées. Tout d’abord, le studio du lettré rappelle le lien entre usage de l’encens et hommes de lettres. Cette pratique est héritée de la période des Song. L’encens est un attribut du lettré et s’impose comme modèle social. Des peintures représentant des réunions d’hommes de lettres font figurer en bonne place brûle-parfums et ustensiles à encens.

Portrait du grand lettré Ni Zan (1301-1374)

Des brûle-parfums portatifs accompagnaient les lettrés dans leurs déplacements, preuve de leur caractère indispensable. Ensuite, l’encens joue un rôle important dans les dévotions privées. Il participe au culte des ancêtres : le brûle-parfum apparaît ainsi dans la pièce principale. Les fumigations accompagnent la méditation et éloignent les influences néfastes. Enfin, nous sommes conviés dans l’intimité de la chambre et des quartiers privés où l’encens occupe également une place importante pour ses vertus thérapeutiques, pour désodoriser et pour purifier l’espace habité. On parfumait aussi directement ses vêtements en les posant sur une cage sous laquelle on plaçait un brûle-parfum.

Brûle-parfum en forme de chimère luduan, dynastie Ming

Enfin, les deux dernières salles retracent la tradition de l’encens sous les Qing (XVIIe – XXe siècle). L’encens acquiert un statut de bien d’État : il est conservé dans des dépôts impériaux. Il occupe une place importante dans la pharmacopée. Enfin, la dernière salle s’intéresse à l’évolution formelle du brûle-parfum qui témoigne de l’apparition de nouveaux usages. Les porte-encens apparaissent alors que l’usage des bâtonnets à encens se développe.

Porte-encens en forme d’éléphant

On trouve également des objets sculptés dans la matière parfumée, comme l’illustre cette coupe à décor de chrysanthèmes et de rochers sculptée dans du bois d’agalloche. Le parcours s’achève sur une dernière borne olfactive qui est une réinterprétation d’une « Recette de poudre pour parfumer les cheveux » par François Demachy : à la recette originale, il a ajouté des plantes cultivées en Chine.

Ainsi, l’exposition « Parfums de Chine » permet d’aborder tous les aspects des usages de l’encens sur plus de deux millénaires : usages rituels, d’abord, mais aussi médicaux et esthétiques. Ces substances accompagnaient l’élite chinoise dans la vie quotidienne puis dans l’au-delà. Rigoureuse sur le plan scientifique, elle n’en est pas moins accessible à un large public.  L’exposition plaira autant aux passionnés de la Chine qui, à travers l’usage des parfums, découvriront de nouveaux aspects de cette civilisation, qu’aux amateurs de parfums dont les sens seront ravis.

Je vous conseille vivement le catalogue de l’exposition qui retrace en détail cette passionnante histoire à travers de nombreuses illustrations et livre des recettes de parfums.

Vous pouvez également écouter en podcast la ballade sonore de l’exposition avec Eric Lefebvre et Frédéric Obringer dans l’émission « La fabrique de l’Histoire »

 

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Histoire des odeurs et des parfums, « La fabrique de l’Histoire » (France Culture)

La « Fabrique de l’Histoire » consacre cette semaine à l’histoire des odeurs et des parfums

Premier temps de cette semaine dédiée à l’histoire des odeurs et des parfums.

Ce matin en première partie nous parlons des odeurs dans le monde antique, la revue Pallas consacre un dossier dans son dernier numéro aux goûts et odeurs dans l’Antiquité. Nous serons en compagnie de celui qui a coordonné ce dossier, Jean-Christophe Courtil.

En deuxième partie nous parlerons de l’odorat et de sa signification en Occident, avec la chercheuse Brigitte Munier qui a écrit un livre ce sujet.

Mardi 16 avril, l’émission parlera de l’exposition « Parfums de Chine, la culture de l’encens au temps des empereurs » qui se tient actuellement au musée Cernuschi à Paris.

Mercredi 17 avril, l’émission sera dédiée au métier de parfumeur.

Enfin, jeudi 18 avril, le thème sera le lien entre odeurs et parfums et religion.

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Exposition : « Parfums de Chine », Musée Cernuschi, Paris, 9 mars – 26 août 2018

Cette exposition au sujet inédit propose un voyage à travers la civilisation chinoise depuis le IIIe siècle avant notre ère jusqu’au XIXe siècle. Doté d’une symbolique qui s’enrichit au fil du temps, le parfum permet d’aborder de nombreux aspects de la culture chinoise. Depuis sa signification dans les pratiques rituelles jusqu’à son association à l’art de vivre des lettrés, l’encens a en effet suscité une richesse de productions artistiques et littéraires.
Des brûle-parfums aux tables à encens, l’histoire du parfum en Chine permet d’aborder les plus brillantes créations, et ce à travers une grande diversité de matières et de médiums allant de la céramique au laque, de la peinture à la calligraphie.

L’exposition présentera en particulier un ensemble de peintures signées de grands noms, comme Chen Hongshou ou Qiu Ying, mettant en scène belles dames, ermites et lettrés dans leur rapport à l’encens, qu’il soit associé à la toilette, à la méditation ou au rituel.

Source : http://www.cernuschi.paris.fr/fr/expositions/parfums-de-chine

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Colloque « Le poivre, de l’Antiquité à l’époque moderne : un luxe populaire ? », 23-15/11/2017, Paris

Le poivre, de l’Antiquité à l’époque moderne : un luxe populaire ?
Échanges, circulations et usages

Colloque international

Organisation

  • Jean Trinquier, École normale supérieure – PSL/UMR 8546
  • Pierre Schneider, Université d’Artois (Arras)
  • Federico De Romanis, Université « Tor Vergata » (Rome) – invité du labex TransferS

 

Présentation

Le poivre – dont la circulation et le commerce font l’objet du colloque – est un produit phare et un bon marqueur archéologique des échanges. Le poivre a déjà donné lieu à de nombreuses études, mais celles-ci restent le plus souvent segmentées d’un point de vue chronologique et géographique. Prenant comme point de départ la période antique, notre recherche entend s’inscrire dans la longue durée des échanges entre la Chine, l’Inde et secondairement l’Insulinde, et le monde méditerranéen, en multipliant les comparaisons entre les époques. En décloisonnant l’étude du commerce du poivre nous visons à repérer les évolutions et les déplacements significatifs et à faire progresser les connaissances et la réflexion sur des pans encore mal connus de la question. À travers le cas particulier du poivre et dans la continuité de la précédente journée d’études, qui portait sur la perle et l’écaille de tortue, nous souhaitons poursuivre la réflexion que nous avons entamée sur la nature de l’objet de luxe, ainsi que sur les formes et les enjeux du commerce à longue distance.

Programme

JEUDI 23 NOVEMBRE

Introductions

14h-14h30 – Ouverture du colloque
Présentation du cycle Ex Oriente luxuria et introduction générale du colloque

  • Federico de Romanis (Université de Rome « Tor Vergata »), Jean Trinquier (École normale supérieure – PSL/UMR 8546) et Pierre Schneider (Université d’Artois)

 

14h30-15h – Introduction botanique

  • Vladimir Dabrowski (UMR 7209, Sorbonne Universités – Muséum national d’Histoire naturelle – CNRS)

 

Thème 1 : quelques regards sur les sources

  • 15h-15h45 – Pierre Schneider (Université d’Artois), Jean Trinquier (ENS – PSL/UMR 8546) : « Ipse sacrum inrorans patinae piper (Perse, Satires, VI, 21) : le poivre dans les sources latines du début de l’Empire »
  • 15h45-16h30 – Jean-Luc Chevillard (CNRS, UMR7597) : « La richesse qui vient de la montagne : miḷaku (et kaṟi) »poivre« dans les sources tamoules anciennes »
  • 16h30-17h Pause
  • 17h-17h45 – Jean-Charles Ducène (EPHE/IVe section) : « Le poivre dans les sources arabes médiévales : origine et utilisation »

 

 

VENDREDI 24 NOVEMBRE

  • 9h-9h45 – Vladimir Dabroswki (UMR 7209, Sorbonne Universités – Muséum national d’Histoire naturelle – CNRS) : « Le poivre dans tous ses états : l’archéobotanique comme source d’information sur le commerce et la consommation du poivre durant l’Antiquité »

 

Thème 2 : usages et pratiques

  • 9h45-10h30 – Florence Bourbon (ESPE – Université Paris-Sorbonne) : « Usages thérapeutiques du poivre, d’Hippocrate à Galien »
  • 10h30-11h Pause
  • 11h-11h45 – Matthew Adam Cobb (University of Wales Trinity Saint David) : « “Haute cuisine” or staple fare ? Black Pepper’s Role as a Status Marker in the Roman World »
  • 11h45-12h30 – Aïda Kanafani-Zahar (Laboratoire d’anthropologie sociale, CNRS – Collège de France) : « Piment de Jamaïque et poivre noir : usages et représentations dans la culture culinaire libanaise »

 

 

SAMEDI 25 NOVEMBRE

Thème 3 : circuits et échanges

  • 9h-9h45 – Federico de Romanis (Université de Rome « Tor Vergata ») : « Pour une périodisation des importations de poivre de l’Inde méridionale en Méditerranée »
  • 9h45-10h30 – Marie Ménard-Jacob (CERHIO – UMR 6258) : « Le poivre : unique épice de la première compagnie royale des Indes Orientales (1664-1704) »
  • 10h30-11h Pause
  • 11h-11h45 – Dejanira Couto (EPHE/IVe section) : « Dynamiques des pimenteiros : les Portugais et la contrebande du poivre dans l’océan Indien dans la première moitié du XVIe siècle »
  • 11h45-12h30 – Ana Cristina Roque (Université de Lisbonne) : « L’or africain et le poivre indien : les sociétés de l’Afrique du Sud-Est, les Portugais et le commerce du poivre au XVIe siècle »

 

12h30-13h30 Déjeuner

13h30-14h – Conclusions

  • Grant Parker (Université de Stanford)

 

Plus d’informations : http://www.transfers.ens.fr/le-poivre-de-l-antiquite-a-l-epoque-moderne-un-luxe-populaire-echanges?artpage=2-2

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Soutenance HDR Eric Vallet, « Traversées d’Arabie. Essais d’histoire-monde de l’Islam », 28/11/2017, Colegio de Espana, Paris.

Eric Vallet soutiendra publiquement son habilitation à diriger les recherches le mardi 28 novembre à partir de 14h.

Le dossier, intitulé Traversées d’Arabie. Essais d’histoire-monde de l’Islam, comprend un mémoire de synthèse, trois ouvrages collectifs, deux recueils d’article (Pouvoir et pratiques de l’écrit en Islam, Xe-XVe siècle et Échanges et réseaux dans l’océan Indien, VIIIe-XVe siècle), ainsi qu’un mémoire inédit, L’archipel des Arabes. Jalons pour une histoire connectée de l’Arabie VIIe-XIIIe siècle.

Il sera défendu devant un jury composé de :

Anne-Marie Eddé, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, garante

Patrick Boucheron, Collège de France

Françoise Micheau, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Christian Robin, CNRS, Institut de France

Muhammad ‘Abd al-Hamîd Sa‘îd, Université de Sousse

Michel Tuchscherer, Université d’Aix-Marseille

 

Lieu : Colegio de España, Cité internationale universitaire de Paris, 7 E boulevard Jourdan, 75014 Paris (RER Cité Universitaire)

La soutenance sera suivie d’un pot, auquel vous êtes très cordialement invités.

Une confirmation de présence est souhaitée avant le 24 novembre.

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Compte-rendu de la table-ronde « L’encens : le sens du rite. Antiquité et Moyen âge » (05/09/2017)

Le compte-rendu de la table-ronde orgnisée par Béatrice Caseau à la Bibliothèque Boutruche en Sorbonne est disponible sur le carnet de recherche « Synaesthes » :

Les sens du rite: Antiquité et Moyen Âge

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Table-ronde : L’encens : le sens du rite. Antiquité et Moyen Âge

Table-ronde

L’encens: le sens du rite. Antiquité et Moyen âge

Paris, le 5 septembre 2017

Bibliothèque Boutruche

Université Paris-Sorbonne

 

 

14h Introduction B. Caseau

 

14h15 Sébastien Garnier

Identification chimique de Boswellia sp. à travers les temps, une résine utilisée pour les fumigations et le soin du corps des défunts

 

14h 45 Alice Mouton,

Les fonctions de l’encens dans les religions de l’Anatolie hittite.

 

15h15 Dominika Kurek-Chomycz

« Pleasing, appeasing, revealing, concealing, and dangerous : meanings associated with incense in the Hebrew Bible and other Second Temple Jewish literature. »

 

15h45 Sterenn Le Maguer

L’encens dans le monde islamique médiéval (VIIe – XVe siècles) : usages sacrés, usages domestiques

 

16h15 B. Caseau

Chronologie de l’introduction de l’encens dans les églises chrétiennes

 

Discussion finale

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Parution : « Human Interaction with the Environment in the Red Sea Selected Papers of Red Sea Project VI »

Human Interaction with the Environment in the Red Sea

Selected Papers of Red Sea Project VI

Edited by Dionisius A. Agius, University of Exeter / King Abdulaziz University, Emad Khalil, Alexandria University, Eleanor Scerri, University of Oxford / Jesus College, and Alun Williams, University of Exeter

Biographical note

Dionisius A. Agius, Ph.D. (1984), University of Toronto, is a Fellow of the British Academy, Professor of Arabic Studies and Islamic Material Culture at the University of Exeter and Distinguished Professor at the King Abdulaziz University, Jeddah. An ethno-linguist, he studies the life of the traditional watercraft, the people of the sea, their folklore and beliefs. Classic Ships of Islam: From Mesopotamia to the Indian Ocean (Brill, 2008) received an Honourable Mention from the Canadian Keith Matthews Prize and was Highly Commended by the British Keith Muckelroy Memorial Award.

Emad Khalil, Ph.D. (2005), University of Southampton, is Professor of Maritime Archaeology at the Alexandria University in Alexandria, Egypt. He is the founder of the Alexandria Centre for Maritime Archaeology & Underwater Cultural Heritage, and the former president of the ICOMOS – International Committee on Underwater Cultural Heritage (ICUCH).

Eleanor Scerri, Ph.D. (2013), University of Southampton, is a British Academy Postdoctoral Fellow in Archaeology at the University of Oxford and a Junior Research Fellow at Jesus College, Oxford. She has published peer-reviewed articles on and conducts extensive fieldwork in the Saharo-Arabian belt, focusing on the archaeology of human evolution. She is the director of the Senegal Prehistory Project.

Alun Williams, Ph.D. (1985), SOAS, London, lectures in medieval history at the University of Exeter. Until 2006 he had a long career as teacher and head teacher in English schools. He has been assistant editor of Al-Masãq – the Journal of the Medieval Mediterranean since 2007. His research focuses on twelfth- and thirteenth-century Iberia, medieval biblical culture and imagery in conflict narratives.

Readership

All interested in the human dimension of the environments of the Red Sea, its history and its past and present ecology.

Table of contents

Contributors’ profiles
Acknowledgements

Introduction
Dionisius A. Agius, Emad Khalil, Alun Williams and Eleanor Scerri

Part One: Environmental perspectives of the Red Sea

1. ‘On the Red Sea the trees are of a remarkable nature’ (Pliny the Elder): The Red Sea
mangroves from the Greco-Roman perspective
Pierre Schneider

2. Extreme Red Sea: Life in the Deep-Sea Anoxic Brine Lakes
André Antunes

3. Biogeographic Provincialism shown by Afro-Arabian Mammals during the Middle
Cenozoic: Climate Change, Red Sea Rifting and Global Eustasy
K. Christopher Beard, Pauline M.C. Coster, Mustafa J. Salem, Yaowalak Chaimanee and Jean-Jacques Jaeger

4. Bridges and barriers: The Late Pleistocene demography of the Saharo-Arabian Belt.
Eleanor M.L. Scerri
5. Weighing the Evidence for Ancient Afro-Arabian Cultural Connections
through Neolithic Rock Art
Sandra L. Olsen
6 THE FARASĀN ARCHIPELAGO IN THE RED SEA CONTEXT DURING ANTIQUITY
Solène MARION DE PROCÉ

PART TWO: From harbours to historical towns

7. Adulis and the sea
Chiara Zazzaro

8. The Maritime context of Mediterranean – Red Sea – Indian Ocean trade Roman era
vessels of the Red Sea – critical review and new data
Anna M. Kotarba-Morley

9. The historic towns of Saudi Arabia’s Red Sea Coast: Tourism Development and
Conservation
Aylin Orbaşlı

10. The Geographical Nature of the Red Sea Area and its Impact on the Material culture:
Case Study: Aqiq port
Ahmed Hussein Abdelrahman Adam

11. Food Globalisation and the Red Sea: new evidence from the ancient ports at Quseir
al-Qadim, Egypt
Marijke van der Veen and Jacob Moralesa

12 Jeddah and the India Trade in the sixteenth century: Arabian contexts and imperial
policy
Andrew C.S. Peacock

13 Ancient Cultural Contact between the Somali Coast and the Arabian Peninsula seen
through a folktale
Abdirachid Mohamed Abdirachid

14 The Potentials of Maritime Archaeology in the Kingdom of Saudi Arabia
Emad Khalil

Index

Source : http://www.brill.com/products/book/human-interaction-environment-red-sea

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn