Focus sur… le ‘ûd (“oud”)

Le ‘ûd, traduit par bois d’agalloche, bois d’aigle, bois d’agar ou, à tort, bois d’aloès, est un composant très recherché en parfumerie, et il est même un argument marketing visant une clientèle avide de parfums orientaux, en particulier la clientèle des pays du Golfe.

Mais d’où vient le ‘ûd ? Que signifie originellement ce mot arabe ? Comment a-t-il circulé depuis l’Asie du Sud-est d’où il est originaire vers le monde arabo-musulman ?

“Du bois nommé aloès”, (attribué à) Johannes von Cuba, Le jardin de santé translaté de latin en françoys ,1539, f° XIIIv, BnF, Gallica.fr.

Qu’est-ce que le ‘ûd ?

Le ‘ûd (prononcé “oud” en français) est un mot arabe signifiant bois, et ce même mot désigne également l’instrument de musique utilisé dans la musique arabe équivalent au luth. Le nom arabe complet de l’agalloche est d’ailleurs « ‘ūd al-buḫūr », ce qui signifie « bois à fumigations », bien qu’il apparaisse plus généralement dans la langue arabe sous sa forme raccourcie, « ʿūd »[1].

Ce bois parfumé a pourtant une origine peu engageante, puisqu’il résulte de la pourriture de différentes espèces d’arbres du genre Aquilaria, produite par un champignon ou une bactérie. Cette infection agit sur le bois et une réaction chimique s’opère ayant pour résultat de le rendre très odorant. Ce bois malade est prélevé puis vendu soit sous forme de copeaux pour être brûlé, soit sous forme d’huile utilisée comme parfum. Son odeur forte et amère est très caractéristique.  Ces arbres croissent en Asie du Sud-Est, depuis les piémonts de l’Himalaya jusqu’à l’île de Bornéo.  L’espèce la plus répandue sur le marché est Aquilaria crassna, native de la péninsule Indochinoise (Laos, Cambodge, Thaïlande et Vietnam).

Le ‘ûd dans les textes antiques et médiévaux

Le ‘ûd ou bois d’agalloche est parfois confondu avec l’aloès (ou aloe), une plante succulente, et certains font remonter l’usage de ce parfum au Proche-Orient dès l’époque du roi Salomon, c’est-à-dire le VIIIe s. av. n.è. Cette confusion est liée à des problèmes de traduction. En réalité, le ‘ûd correspond au terme grec άγάλοχον (agálochon), qui a donné le mot “agalloche”. Ce bois odorant n’est pas connu en Méditerranée avant le tournant de l’ère chrétienne.

Pierre Pomet, Traité general des drogues, ou il est parlé des plantes, des animaux, des mineraux, ou de leurs parties, et generalement de toutes les marchandises simples, ou composées, que les marchands droguistes et espiciers doivent ordinairement avoir et peuvent vendre dans leurs boutiques et magazins, Paris, ca. 1698-99.

Le ‘ûd est ainsi décrit au Ier siècle par Dioscoride comme « le bois indien que l’on apporte de l’Inde et de l’Arabie ». Il confond ici fournisseur et lieu de production, car ce bois se trouve uniquement en Asie du Sud-Est. Dioscoride stipule également qu’il est utilisé comme encens[2].

C’est grâce à la poésie arabe que nous apprenons que le bois d’agalloche, ʿūd en arabe, est très prisé et ce même avant l’avènement de l’islam. Imru’ al-Qays (m. c. 550) est l’un des poètes préislamiques les plus connus et son œuvre influença grandement les poètes de l’Islam[3]. Il doit notamment sa notoriété à la composition d’une mu‘allaqā (grande ode). Dans un autre de ses poèmes, il dresse une liste des parfums de luxe :

« Femmes innocentes à l’abri, dans la protection et le confort, ornées de corindon et de délicats ornements d’or ciselé

Et l’arôme du séné dans un coffret ḥimyarite, dotées de frottements de musc âcre

Et du bān et du fort parfum de l’agalloche indien, du laurier, du storax, et de l’encens parfumé[4]. »

Au IXe s., Ibn Māsawayh, médecin et traducteur chrétien de la cour abbasside, le fait figurer parmi les cinq aromates principaux (al-’uṣūl), en précisant que le meilleur est celui dit « mandalī », que l’on trouve en Inde, dans la région de Sofāla, et que le ʿūd est utile en médecine[5]. Ibn Kaysān inscrit également le bois d’agalloche au nombre des aromates principaux, et il distingue six qualités différentes : l’indien, le qāqollī, le sanfī, le qahārī, le bankālī et le ashbāh. Ibn Sīnā (Avicenne, 980-1037) préconise aussi l’emploi du ʿūd  en médecine, ajoutant que l’on reconnaît le ʿūd de bonne qualité lorsqu’il tombe directement dans l’eau, celui qui surnage étant de moins bonne qualité[6]. Toujours d’après Ibn Sīnā, le ʿūd serait « constitué par les racines d’un arbre que l’on détache et que l’on enterre jusqu’à ce que le bois se putréfie et qu’il ne reste que de l’agalloche pur[7]. » Cette description est assez proche de la réalité, et Ibn Sīnā devait être bien informé.

Ibn Faḍl Allāh al-ʿUmarī, Masālik al-abṣār fī mamālik al-amṣār, XIVe s., f° 249v, BnF, Gallica.fr.

Comment était-il commercialisé ?

Les premières mentions du ‘ûd sont contemporaines de l’essor du commerce maritime dans l’océan Indien. Les marchands arabes et perses rapportent d’Extrême Orient de nombreux parfums et épices, dont le ‘ûd.

Les géographes arabes témoignent de ces exportations. Ainsi, Al-Iṣṭaḫrī, qui écrit peu avant 338/950, indique que les marchandises transitant par Sīrāf, port situé sur la rive iranienne du golfe Persique, étaient : le bois d’agalloche (ʿūd), l’ambre gris (ʿanbar), le camphre (kāfūr), des gemmes, le bambou, l’ivoire, l’ébène, le papier, le bois de santal et autres parfums, drogues et épices[8].

Le ‘ûd est donc principalement commercialisé par voie maritime depuis les rives orientales de l’océan Indien jusqu’au golfe Persique et jusqu’à la mer Rouge. Il est ensuite redistribué depuis les ports d’Egypte, en particulier Alexandrie, ou du Liban, avant d’atteindre l’Europe grâce aux marchands gênois, vénitiens et catalans.

D’hier à aujourd’hui : un parfum qui célèbre la sensualité

Le bois d’agalloche se réfère généralement, dans la poésie persane, à la complexité de l’amour. Cette métaphore se retrouve dans les vers suivants de Rūmī (1207 – 1273) :

« I was burned down like ‘ūd by your love,

Not even a node or a complex remained in me. »

« The ‘ūd was nodular all over and full of complexes,

To open its way to annihilation, it opened all its complexes[9]. »

Dans les pays du Golfe, les fumigations de ‘ûd sont employées pour se parfumer et pour accueillir ses invités suivant les principes de l’hospitalité. L’huile parfumée tirée du bois d’agalloche est également très prisée, aussi bien par les hommes que par les femmes. C’est un produit luxueux vendu en petites fioles.

Le ‘ûd est également très apprécié en Occident. En 2002, la maison Yves Saint Laurent lance sont parfum “M7”, à base de ‘ûd, ce qui lui permet de s’installer dans le marché moyen oriental. La maison Dior propose également un “Oud Ispahan” à forte résonance orientale. De nombreuses maisons de niche ont également lancées leur parfum à base de ‘ûd, comme Serge Lutens ou L’Artisan parfumeur.

De plus, des boutiques de parfumeurs originaires d’Arabie saoudite (Abdul Samad Al-Qurashi, Arabian ‘Ûd) sont bien implantées dans de grandes métropoles européennes comme Londres ou Paris.

[1] Whitehouse 1968, p. 3.

[2] Sbath 1937, p. 13.

[3] Il est notamment considéré comme le créateur de la qasīda, forme classique de la poésie arabe (S. Boustani, « Imru’ al-Qays b. Ḥujr », EI2).

[4] Dīwān Abū Ḏu’ayb al-Huḏalī, p. 181-182, ligne 12-13 ; cité par King 2008, p. 184.

[5] En 2007, lors de notre séjour au Yémen, l’ancien mudīr al-mudīriyya d’al-Šiḥr assurait également que le meilleur ‘ūd tombait directement au fond de l’eau.

[6] Ibn al-Bayṭār, T. III, p. 484.

[7] Ibn al-Bayṭār, T. II, p. 484. Ibn al-Bayṭār cite Dioscoride I, 21.

[8] Ibn al-Bayṭār, T. I, p. 97.

[9] Dīvān-e Ṣā’eb Tabrīzī ; cité par Grami 2013, p. 40. Nous reproduisons ici la traduction en anglais de B. Grami.

 

Sterenn Le Maguer

Archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et du commerce dans l'océan Indien, vacataire à l'Institut catholique de Paris, chercheure associée au CEFREPA.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.