Les différents usages de l’encens

L’usage domestique de l’encens est attesté en Oman depuis le IIIe millénaire av. n. è. Des fouilles effectuées sur le site de Ra’as al-Jins ont mis au jour un brûle-parfum en grès de forme cubique et reposant sur quatre pieds, qui présente au sein de son réceptacle de la matière brûlée. L’objet aurait été déposé dans un bâtiment entre – 2270 et – 2143 (Cleuziou et Tosi 1997). Il s’agit d’un contexte domestique, et non pas cultuel ou lié au pouvoir. Cette découverte suggère ainsi un usage commun de l’encens pour des périodes anciennes.

Durant l’Antiquité, l’usage de l’encens et de la myrrhe est généralement attesté dans un contexte cultuel. Des autels à encens de tailles variées (de 20 cm de côtés à environ 1 m de haut) ont été retrouvés dans les temples sudarabiques à Shabwa, Raybûn, Marib… Ils étaient employés lors des rites dédiées aux divinités. Les autels de plus petites tailles servaient vraisemblablement dans le cadre de rites domestiques, ou tout simplement pour parfumer la maison. Certains sont gravés avec des noms d’aromates : rand, hadhak, darw et hamkân, nous renseignant ainsi sur les divers aromates que les Anciens du Yémen faisaient brûler.

Hors de la péninsule Arabique, l’encens et la myrrhe sont aussi très recherchés dans le monde méditerranéen, que ce soit par les Egyptiens, les Grecs et les Romains. Ces résines ne sont pas seulement appréciées pour les fumées odorantes qu’elles dégagent, elles sont également recherchées pour confectionner les huiles d’embaumement nécessaires au rite de momification. À Rome, Poppée, épouse de Néron (37 – 68), fut embaumée dans de la myrrhe, et Tacite (Annales, Livre XVI) nous rapporte que des quantités incommensurables d’encens furent brûlées lors de ses funérailles.

L’avènement de l’Islam marque un tournant. L’usage de l’encens ne se fait plus particulièrement dans un contexte religieux, mais plutôt profane. De nombreux brûle-parfums ont été retrouvés pour la période Islamique dans des contextes plus ou moins aisés, mais presque toujours domestiques (Le Maguer 2011). Les sources textuelles nous renseignent aussi sur les usages de l’encens pour cette période. Ainsi  al-Mas’udî nous décrit les réceptions données par le calife Al-Ma’mun qui faisait apporter des brûle-parfums pour ses hôtes après le repas donné chaque jeudi lors de la conférence de jurisprudence qu’il dirigeait.

Enfin, l’encens et la myrrhe sont encore aujourd’hui appréciés dans de nombreux domaines : parfumerie, pharmaceutique… Lorsqu’on se rend dans un pays de la péninsule Arabique, on sera encore accueilli par des fumigations d’encens. Nous sommes donc en présence de pratiques anciennes et bien caractéristiques de la culture arabe en Péninsule.

Sterenn Le Maguer

Archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et du commerce dans l'océan Indien, vacataire à l'Institut catholique de Paris, chercheure associée au CEFREPA.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.