Focus sur… l’ambre gris

L’ambre gris est une concrétion morbide du cachalot. Pendant longtemps, on trouvait cette substance échouée sur les rives de l’océan Indien, dans le sud de l’Arabie et sur les côtes de l’Afrique orientale en particulier. Son origine étant inconnue, elle a suscitée de nombreuses légendes, augmentant encore sa valeur. Si l’ambre gris n’est plus entouré de mystères, il reste un produit très recherché en parfumerie.

Ibn Māsawayh place l’ambre gris (‘anbar) parmi les cinq aromates principaux (al-’uṣūl), juste après le musc. Il est le premier à expliquer que l’ambre gris est une concrétion intestinale du cachalot et il donne plusieurs origines possibles :

« L’ambre, dit-on, est une plante qui pousse au fond de la mer ; d’autres disent qu’il est l’excrément d’un animal qui vit dans la mer ; d’autres pensent qu’il est formé des écumes de la mer.[1]»

Jusqu’alors, la provenance de l’ambre gris restait un mystère, et les connaissances à son sujet reposaient sur le récit du marchand Sulaymān,qui se situe en 851[2]. Ibn Māsawayh distingue quatre sortes d’ambre gris, qui sont selon lui les meilleures, suivant leur qualité et leur provenance. On trouve d’abord « al-salāhṭī », employé dans la confection de parfums, notamment la ġāliyya. « Al-qāqollī », moins bon que le premier, « sert à humidifier les vapeurs ». Ces deux premières espèces proviennent de la province de Sofala en Inde.  « Al-mind » est le moins bon de toutes les espèces, et le meilleur de cette espèce est « al-šiḥrī », que l’on trouve dans la ville du même nom, « bon comme onguent ». Une autre espèce d’al-mind, « al-zinjī », tient son nom de sa couleur noire. Il est inférieur en parfum au šiḥrī. Les espèces d’al-mind proviennent des côtes sud de l’Arabie, du Dhofar à Aden, sauf al-zinjī qui provient des côtes éthiopiennes. Enfin as-samakī « existe dans la mer » (sans plus de précision sur son origine), « a une mauvaise odeur » et ne sert qu’à « frelater l’ambre de bonne qualité »[3].

 Ibn Kaysān reprend pratiquement la même division des espèces d’ambre gris. On retrouve l’ambre al-šiḥrī, placé en première position, puis viennent al-salahtī et al-zinjī[4]. Il ajoute également que l’ambre gris peut avantageusement remplacer la ġālīa, un parfum composé de différentes substances et très onéreux[5].

L’ambre gris (ʿanbar) est également évoqué par Ibn al-Bayṭār. Utilisé, entre autres, pour réaliser des fumigations, l’auteur rapporte qu’il est considéré comme « le roi des parfums »[6].


[1] Sbath 1937, p. 8.

[2] Voyage du marchand arabe Sulayman en Inde et en Chine…, p. 22-23.

[3]Sbath 1937, p. 7-8 pour la traduction française, et p. 11-12 pour le texte en arabe.

[4] Sbath 1944, p. 191. 

[5] Sbath 1944, p. 193.

[6]Ibn al-Bayṭār, T. II, p. 469-470.

Pour une description plus complète de l’ambre gris, voir l’article de Thierry Buquet, « De la pestilence à la fragrance. L’origine de l’ambre gris selon les auteurs arabes », dans Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale (dir. J. Bonnéric), BEO 64, 2015, p. 113-134.


Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.