Compte-rendu d’exposition : « Aventuriers des mers : de Sindbad le Marin à Marco Polo », IMA, 15 nov. 2016 – 26 fév. 2017

L’exposition « Aventuriers des mers : de Sindbad le Marin à Marco Polo » se tient actuellement à l’Institut du Monde Arabe jusqu’au 26 février 2016.

Elle a été réalisée conjointement par l’IMA et le MUCEM.

Commissariat :

Nala Aloudat, chargée de collections et d’expositions
Agnès Carayon, chargée de collections et d’expositions
Vincent Giovannoni, conservateur au MuCEM
Anne Joyard, consultante en art, historienne de l’art

En guise d’invitation au voyage, un boutre omanais, le Nizwa, accueille les visiteurs sur le parvis de l’institut.

À l’intérieur, le parcours muséographique se développe sur deux étages. Il suit un fil thématique au premier étage, puis un fil chronologique s’étendant du VIIe siècle jusqu’à la fin du XVIIe siècle, c’est-à-dire depuis l’essor de l’Islam jusqu’à la fin de la domination arabo-musulmane en mer Méditerranée et dans l’océan Indien. Cette chronologie est parfaitement cohérente et divisée en deux époques principales : du VIIe au XVe siècle, puis du XVe au XVIIe siècle. Le XVe siècle apparaît en effet comme une période de changements importants aussi bien dans la mer Méditerranée (chute de Constantinople en 1453) que dans l’océan Indien (voyage de Vasco de Gama en 1497). L’exposition s’envisage comme « un grand récit maritime à travers les témoignages de voyageurs ».

"Cabine" d'Ibn Jubayr
« Cabine » d’Ibn Jubayr

Les voyageurs ou géographes sont présentés dans des cabines selon le procédé du « Pepper Ghost » apparenté à l’hologramme. Un même acteur narre les parcours d’Ibn Jubayr, de Sindbad le Marin, d’Ibn Majid, de Marco Polo, d’Ibn Battûtâ, de Vasco de Gama et, enfin, de Zheng He.

I – Le parcours thématique

"L'oiseau Rukhkh", Iran ou Deccan, Inde, début du XVIIe s. Encre, gouache et or sur papier.
« L’oiseau Rukhkh », Iran ou Deccan, Inde, début du XVIIe s. Encre, gouache et or sur papier.

L’exposition s’ouvre sur « La mer, étrange et redoutable ». Différents documents illustrent en quoi le vaste océan était source de dangers bien réels, cristallisés par les légendes. L’étendue maritime est aussi perçue comme un espace mystique, comme l’illustrent le mythique oiseau Rukhkh ou le prophète Khwaja Khizr Khan, protecteur des voyageurs et gardien des eaux.

"Le prophète Khwaja Khizr Khan", Miniatures, portraits et modèles d'écriture des Indes, Inde, c. 1760. Gouache, aquarelle, lavis, rehauts d'or et d'argent sur papier.
« Le prophète Khwaja Khizr Khan », Miniatures, portraits et modèles d’écriture des Indes, Inde, c. 1760. Gouache, aquarelle, lavis, rehauts d’or et d’argent sur papier.

Un étendard en forme de tête de poisson rappelle la peur des monstres marins.

2tendard en forme de tête de poisson (Mahi Maratib), Deccan, Inde, XVIIIe s. Alliage de cuivre, dorure, fer, corde.
Étendard en forme de tête de poisson (Mahi Maratib), Deccan, Inde, XVIIIe s. Alliage de cuivre, dorure, fer, corde.

Le récit de Sindbad le Marin illustre les récits merveilleux qu’inspiraient les dangers de la navigation en mer. Le témoignage d’Ibn Jubayr, lettré andalou qui entreprit le hajj en 1184, fournit quant à lui des exemples concrets.

La salle suivante, « Naviguer, une intelligence du monde », présente la façon dont les pilotes ont appris à maîtriser la navigation, et donc la mer. Il est rappelé que le commerce maritime s’effectue durant l’Antiquité selon un système de cabotage, c’est-à-dire de port en port en longeant les côtes. Cependant, les vents de moussons dans l’océan Indien sont maîtrisés par les pilotes dès le IIe siècle av. J.-C1. Le IXe siècle est marqué par le perfectionnement de la navigation arabe.

Instruments de mesure et de navigation.
Instruments de mesure et de navigation.

Des astrolabes, compas et autres instruments de mesure illustrent ces avancées. Cependant, l’apport de la Perse, pourtant considérable, n’est pas évoqué ici. Or les Perses dominent le commerce dans l’océan Indien avant l’arrivée de l’Islam : ils sont installés en Chine et au Yémen, ainsi que sur la côte orientale du golfe Arabo-persique. Cette domination est encore visible du XIIIe au XVe siècle alors que la région est dominée par le royaume perse d’Hormuz. Cet héritage se retrouve dans des termes de navigation comme « farskakh2 » (ou « parasange ») qui furent transmis à la langue arabe.

"Carte de la Méditerranée", Kitâb al-masâlik wa'l-mamâlik (Livre des routes et des royaumes), al-Istakhrî, Ispahan (?), Iran, 1306-1307. Encre, or, argent et gouache sur papier.
« Carte de la Méditerranée », Kitâb al-masâlik wa’l-mamâlik (Livre des routes et des royaumes), al-Istakhrî, Ispahan (?), Iran, 1306-1307. Encre, or, argent et gouache sur papier.

Le monde islamique s’est illustré dans la cartographie, science héritée des Grecs et notamment de Claude Ptolémée (IIe siècle). Son Traité de Géographie (rédigé vers 125) est la référence en matière de cartographie à l’époque islamique. Il a notamment été traduit par al-Khwârizmî (ca. 780-850). Un exemplaire de cette traduction figure en vitrine. L’œuvre la plus emblématique, présentée en détail ici, est la Géographie d’al-Idrîsî, géographe arabe au service du roi Roger II de Sicile (XIIe siècle).  On voit ensuite apparaître en Europe, à partir du XIIIe siècle, les portulans. Ibn Majid, pilote né vers 1432 et originaire du golfe Arabo-persique, a laissé un traité de navigation important. Plusieurs cartes et ouvrages illustrent le développement des techniques de navigation.

Enfin, le dernier thème abordé, au premier étage, est celui des « Marchandises et convoitises ». Les produits exotiques sont recherchés dès l’Antiquité, ce dont témoigne notamment l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien (mort en 79). Dans cet ouvrage de sciences naturelles, Pline décrit entre autres les épices, aromates, plantes et gemmes appréciés à Rome et importés de régions aussi lointaines que l’Arabie du Sud (encens oliban) ou l’Inde (lapis lazuli). Pour répondre à ces besoins, il a fallu mettre en place des circuits commerciaux sur de longues distances, notamment pour traverser l’océan Indien. Ces circuits se sont développés grâce aux progrès de la navigation présentés juste avant.

Lapis-lazuli, amphre, myrrhe, encens oliban et benjoin.
Lapis-lazuli, amphre, myrrhe, encens oliban et benjoin.

L’espace dédié à ce thème comporte une vitrine centrale contenant des produits emblématiques de ces échanges : encens oliban, camphre, lapis lazuli, gingembre, curcuma, riz, produits tinctoriaux etc. On pourra peut-être regretter l’impossibilité de sentir ces épices et aromates parfois peu connus du grand public bien que, dans le cas de l’encens oliban, son odeur soit familière aux fidèles fréquentant les églises. Enfin, une carte interactive retrace l’évolution des routes commerciales maritimes dans la mer Méditerranée et dans l’océan Indien.

II- Le parcours chronologique

La salle suivante vise à présenter l’évolution du commerce « Des grands empire califaux aux républiques marchandes italiennes (VIIe – XVe siècles) ». C’est sous l’Empire abbasside que le commerce islamique se développe de façon considérable, c’est-à-dire à partir du VIIIe siècle. Le déplacement du pouvoir en Mésopotamie à cette période a favorisé le développement du commerce dans le golfe Arabo-persique, et le port de Bassorah jouait un rôle important.

Coupelle épigraphique aux palmettes digitées, Irak, IXe-Xe s. Décor bleu de cobalt sur glaçure blanche opaque.
Coupelle épigraphique aux palmettes digitées, Irak, IXe-Xe s. Décor bleu de cobalt sur glaçure blanche opaque.

En effet, cette ville marchande était à la fois un important centre de production de la céramique, qui était ensuite exportée, ainsi qu’un port de réception des marchandises, notamment chinoises (parmi celles-ci, on trouvait bien sûr la porcelaine). Le rôle central de la péninsule Arabique est justement rappelé : carrefour entre le monde méditerranéen, l’Afrique et l’Asie, cet espace est au cœur des échanges depuis la plus haute Antiquité, notamment grâce au commerce de l’encens. Si les relations commerciales avec la Chine des T’ang (618-907) sont bien indiquées, rien n’est dit sur le rôle de la ville de Sîrâf, sur la côte iranienne, alors qu’il s’agit, avec Sohar en Oman, d’un des principaux relais entre les mondes musulmans et chinois.

En Méditerranée, les Républiques marchandes concurrencent les marchands orientaux dès le Xe siècle. Les Croisades profitent aux marchands chrétiens qui implantent durablement leurs comptoirs au Levant. Ces conflits sont source d’échanges artistiques et de transfert des techniques. Outre les Vénitiens, on trouve des Génois, des Marseillais ou encore des Catalans.

Pour illustrer les échanges commerciaux maritimes, les vestiges de deux épaves sont présentés. Celle trouvée en 1962 dans la rade d’Agay par Alain Visquis a livré du matériel provenant d’al-Andalus daté entre 929 et 1031.

Miroirs en bronze provenant de l'épave de Belitung. Chine, IXe s.
Miroirs en bronze provenant de l’épave de Belitung. Chine, IXe s.

L’épave de Belitung, retrouvée au large de l’île du même nom, en Indonésie, date du IXe siècle. Il s’agit d’un navire affrété par un marchand arabe revenant de Chine et transportant, entre autres marchandises, des porcelaines et grès chinois qu’il allait probablement revendre à Sohar, à Sîrâf ou à Bassorah.

De nombreux objets, présentés « dans un espace marchand qui rappelle un bazar traditionnel4« , illustrent plus ou moins explicitement ces échanges.

Plat à décor végétal et bol Changsha provenant de l'épave de Belitung. Chine, IXe s.
Plat à décor végétal et bol Changsha provenant de l’épave de Belitung. Chine, IXe s.

Alors que la céramique abbasside est présentée, le lien n’est pas directement fait avec la céramique chinoise, et notamment celle de type « Changsha » qui a pourtant influencé cette production. Ce transfert sera néanmoins explicité plus tard dans l’exposition.

Pièces du jeu d'échec dit de Charlemagne, Trésor de Saint-Denis, Salerne (?), Italie, fin XIe s. Ivoire, traces de dorure et de peinture rouge.
Pièces du jeu d’échec dit de Charlemagne, Trésor de Saint-Denis, Salerne (?), Italie, fin XIe s. Ivoire, traces de dorure et de peinture rouge.

Le jeu d’échecs dit « de Charlemagne » ou des objets fâtimides en cristal de roche illustrent les cadeaux diplomatiques offerts entre souverains. Le rôle central de la Sicile en Méditerranée est évoqué. Les documents de la Genizah du Caire éclairent le rôle des marchands juifs en mer Rouge et dans l’océan Indien.

Brûle-parfum sphérique. Syrie ou Égypte, XVIe-XVIIe s. Laiton et argent gravé.
Brûle-parfum sphérique. Syrie ou Égypte, XVIe-XVIIe s. Laiton et argent gravé.

Enfin, un objet en particulier aurait mérité plus d’explications. Il s’agit d’un brûle-parfum sphérique en alliage de cuivre daté ici des XVIe-XVIIe siècle. Ce type d’objet apparaît dans la Chine des T’ang avant de gagner le monde islamique via l’Iran dès le XIIIe siècle. Ces objets sont produits en Syrie et en Égypte à la période mamlouke, puis ils sont adoptés en Occident où ils sont employés comme chaufferette pour les mains3. Ainsi, cet objet illustre à la fois un transfert artistique et le commerce des aromates entre ces régions.

Un très beau théâtre d’ombres résume les voyages d’Ibn Battûtâ (né vers 1303 à Tanger), voyageur arabe emblématique qui entreprit le hajj et poursuivit son aventure sur terre et sur mer pendant 25 ans.

Le dernier espace se concentre sur « Le temps des expansions (XVe – XVIIe siècles) ».  Il témoigne de la « globalisation des échanges », notamment du fait de l’irruption des flottes portugaises dans l’océan Indien à partir de la toute fin du XVe siècle. Les échanges commerciaux se normalisent.

Plat à décor de barques aux trois grandes voiles rayées, Iznik, Turquie, vers 1700. Céramique siliceuse à décor peint sous glaçure transparente.
Plat à décor de barques aux trois grandes voiles rayées, Iznik, Turquie, vers 1700. Céramique siliceuse à décor peint sous glaçure transparente.

Le matériel présenté illustre surtout le développement de la manufacture à échelle industrielle : céramique ottomane d’Iznik et soieries indiennes de Goa, afin de répondre à une demande toujours croissante de la part des élites ottomanes et européennes.

Deux nouvelles épaves sont présentées. La première a été retrouvée en 1990 au large de l’île de Mljet (Croatie). Il s’agit du « Saint Paul » affrété par des marchands vénitiens au XVIe siècle. La seconde est celle du San Diego échoué vers 1600 au large de Manille. Elle témoigne de la percée des Espagnols dans l’océan Indien depuis le Pacifique et de leur implantation aux Philippines.

Deux vidéos illustrent les échanges dans l’océan Indien et l’empreinte laissée au sein des populations. L’une nous parle des Comores tandis que la seconde évoque Zanzibar. Dans les deux cas, on retrouve des populations dont la tradition culinaire, aussi bien que la langue et les pratiques religieuses ont été marquées par les apports arabes, indiens et africains.

Bataille de Lépante, Vénitie, 1571-1600. Huile sur toile.
Bataille de Lépante, Vénitie, 1571-1600. Huile sur toile.

Enfin, en guise de conclusion, un dernier panneau nous parle des « Prémices d’un nouveau monde ». Quelques dates clés sont fournies (chute de Constantinople, bataille de Lépante en 1571 et création de la Compagnie néerlandaise des Indes en 1602). Trois objets clôturent l’exposition : un tableau représentant la bataille de Lépante, un tissu et un canon. La chute est un peu abrupte, à l’image, peut-être, de la fin de la domination arabo-musulmane sur les mers.

Cette exposition se suit facilement et vise un très large public. Elle est richement illustrée d’objets et de manuscrits. Cependant, certains objets, comme les céramiques, auraient gagné à être accompagnés de plus d’explications. Le voyage sera utilement complété par le catalogue de l’exposition.

Informations pratiques : https://www.imarabe.org/fr/expositions/aventuriers-des-mers


1 A. Avanzini, 2008, A Port in Arabia between Rome and the Indian Ocean (3rd C. BC-5th C. AD), Khor Rori Report 2, Rome, p. 624-625. Témoignage d’après Eudoxe de Cyzique, marin grec qui aurait obtenu ces informations d’un pilote indien.

2 Il s’agit à l’origine d’une unité de mesure terrestre, très utilisée dans la navigation également.

3 J. Mouliérac, 1989, « La collection Marcel Destombes, » dans A. J. Turner (éd.), Astrolabica 5, Paris : Institut du Monde arabe/Société internationale de l’astrolabe, p. 77-126.

4 Dossier de presse « Aventurier des mers », p. 21.


Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *