Compte-rendu d’exposition : « Jardins d’Orient », IMA, 19 avr. – 25 sept. 2016

Présentation

L’exposition « Jardins d’Orient. De l’Alhambra au Taj Mahal » se tient actuellement à l’Institut du Monde Arabe à Paris jusqu’au 25 septembre 2016. Agnès Carayon et Sylvie Depondt ont assuré le commissariat de cette exposition.

Parcours muséographique

L’exposition se suit sur deux étages et est complétée à l’extérieur par un jardin éphémère.

Le parcours muséographique se divise en deux parties principales. La première, occupant le premier étage, évoque la gestion de l’eau et l’origine des jardins en Mésopotamie, en particulier ceux de Babylone, source d’inspiration des jardins islamiques. Le deuxième étage évoque les jardins arabo-islamiques de l’Atlantique à l’Inde, des débuts de l’Islam à l’époque contemporaine. Cinq thèmes principaux sont abordés : « Les origines, la grammaire traditionnelle, les usages, la fascination réciproque entre Orient et Occident et le rôle des jardins dans les grandes villes aujourd’hui. »

Les origines

Campement des cavaliers arabes près de Tlemcen, Honré Boze, 1872.
Campement des cavaliers arabes près de Tlemcen, Honoré Boze, 1872.

Le cadre chronologique est très vaste, puisque l’exposition s’ouvre sur les débuts de l’agriculture en Mésopotamie remontant environ au VIIe millénaire av. J.-C. D’emblée, les jardins perses de l’Antiquité divisés en quatre parties sont évoqués. Les oasis sont illustrées de peintures et de photographies du XIXe en Afrique du Nord et des chants d’oiseaux agrémentent la visite.

La Barada à l'entrée de Damas, Félix Bonfils, vers 1880.
La Barada à l’entrée de Damas, Félix Bonfils, vers 1880.
20160421_114657
Vis d’Archimède

Les grands fleuves alimentant en eau ces jardins sont présentés à travers de nombreuses photos du début du XXe siècle. Le visiteur pourra se faire une idée des technologies hydrauliques développées entre les VIIIe et XIIe siècles : norias (roues à eau) et qanât (canaux) qui permettaient d’approvisionner fontaines et jeux d’eau. Le chadouf et le sakieh sont des systèmes d’arrosage anciens, le premier remontant au IIIe millénaire av. J.-C.. Des maquettes permettent de comprendre ces ouvrages techniques. Puis l’on revient aux jardins de Babylone, décrits notamment par Strabon, géographe grec du Ier siècle av. J.-C. Il indiquait comment l’eau y était acheminée par une vis d’Archimède. Une maquette permet d’en comprendre le principe. Le visiteur peut se faire une idée de la grandeur de ces jardins qui ont servi de modèle au jardin islamique grâce à une reconstitution numérique.

La grammaire traditionnelle

L’étage supérieur aborde ainsi le jardin arabo-islamique. Ses principales caractéristique sont présentées : il s’agit d’un lieu clos, structuré par des canaux. Le mot persan « pairidaeza« , désignant d’abord un enclos de chasse puis des lieux de délices, passera dans la langue grecque pour prendre le sens de « Paradis » que nous lui connaissons.

20160421_115757
Le faux canal de fontaine

Les canaux sont organisés géométriquement divisant l’espace en quatre partie, en persan « chahâr bâgh ». Cet agencement s’inspire des jardins de Pasargades et remonte à Cyrus, roi de Perse de 600 à 530 av. J.-C. Un espace octogonal agrémenté d’un bassin en forme d’étoile illustre très à propos le rôle fondamental du kiosque : c’est un lieu ombragé propice aux repas et aux plaisirs. Une fausse allée de fontaine rappelle l’importance de l’eau : elle accueille des éléments décoratifs qui ornaient différents bassins du monde islamique.

Les usages

Les jardins d’al-Andalous illustrent l’importance du jardin dans l’architecture palatiale : lieu de repos et de réceptions somptueuses, il participe également à la manifestation de l’exercice du pouvoir. Les essences d’arbres mentionnées et les chants d’oiseaux évoquent l’odorat et l’ouïe, la vue n’étant pas l’unique sens sollicité.

Jardin de palais dominant un lac et un paysage de collines, Inde, Hyderabad, vers 1750
Jardin de palais dominant un lac et un paysage de collines, Inde, Hyderabad, vers 1750

Les espaces dédiés aux jardins de l’Inde moghole offrent l’occasion d’aborder une autre fonction des jardins dans le cadre de l’architecture funéraire. On pense évidemment au Taj Mahal, et d’autres exemples sont fournis au moyen de miniatures et de plans. L’art du tapis s’est fait l’écho de ce goût pour les jardins : motifs de fleurs et division en quatre parties rappellent ces lieux d’agrément.

La fascination réciproque : Orient et Occident

Dès la Renaissance, le modèle du jardin arabo-islamique est diffusé en Europe via la Sicile et l’Espagne. En outre, les techniques hydrauliques sont également importées d’Orient. Le thème du jardin oriental a inspiré les peintres avant de servir de modèle aux jardins occidentaux au cours du XIXe siècle. La tulipe est censée illustrer ces échanges : symbole de l’Empire ottoman, elle est importée en Europe au XVIe siècle. Cependant, l’engouement qui eut lieu autour de cette fleur en Hollande au XVIIe siècle n’éclaire pas tant l’évolution de l’art du jardin que l’introduction de la spéculation et de l’économie de marché…

Le rôle des jardins dans les grandes villes aujourd’hui

Pavillon du Maroc à l'Exposition universelle de Vincennes 1931.
Pavillon du Maroc à l’Exposition universelle de Vincennes 1931.

Enfin, cette tradition des jardins orientaux a persisté depuis l’époque coloniale jusqu’à nos jours. En effet, les pays du Golfe en particulier connaissent un important développement urbain et cherchent à verdir la ville. Les jardins de Majorelle au Maroc sont présentés au public à travers des photos.

Les visiteurs peuvent ensuite se rendre dans le jardin aménagé par Michel Péna et installé sur le parvis le temps de l’exposition. Celui-ci s’admire depuis le sol où il est possible de déambuler entre les carrés de fleurs odorantes et le canal, et depuis la passerelle offrant notamment le spectacle d’une anamorphose par François Abélanet faisant apparaître une étoile polygonale (photo en Une) lorsqu’on la prend en photographie.

 

La documentation iconographique est très riche et variée : le visiteur peut admirer des photographies, des peintures, de nombreuses miniatures persanes et mogholes, des tapis, des plans de jardin… Il sortira enchanté de cette visite. On pourra néanmoins regretter les allers-retours chronologiques entre la Haute Antiquité et la période Islamique, mais le choix muséographique est plus thématique que véritablement historique.

Des rencontres et débats complètent l’exposition.

Informations pratiques

Quand   Du 19 avril au 25 septembre 2016
   Salles d’expositions et jardin éphémère sur le parvis de l’IMA
Horaires   Du mardi au vendredi de 10h à 18h – Samedi, dimanche et jours fériés (sauf 1er mai) de 10h à 19h. Fermé le lundi.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *