Compte-rendu d’exposition : « Sensual Delights. Incense Burners and Rosewater Sprinklers from the World of Islam », 20 mars – 6 sept. 2015, Copenhague

L’exposition « Sensual Delights » s’est tenue à la David Collection (Copenhague) du 20 mars au 6 septembre 2015. Elle a été élaborée par Joachim Meyer.

Cette exposition avait deux objectifs : mettre en lumière deux types d’objets (brûle-parfums et aspersoirs à eau de rose) dispersés au sein de la collection et rendre tangible des « substances éthérées » à travers la culture matérielle associée à leur usage. D’où le nom de l’exposition, les sens en question étant non seulement l’odorat mais aussi la vue. L’odorat était mis en valeur, au sein de l’exposition, à travers un présentoir permettant de sentir des substances comme le musc, l’ambre gris, l’encens oliban etc. Onze brûle-parfums et dix-neuf aspersoirs à eau de rose étaient présentés suivant un ordre chronologique. Les vitrines étaient organisées de façon linéaire avec, à gauche les brûle-parfums et à droite les aspersoirs à eau de rose.

Le premier objet présenté est un encensoir en bronze datant des VIIIe/IXe siècles. Circulaire sur pied, il comporte trois anneaux permettant de suspendre l’objet à autant de chaîne afin de balancer l’objet lors du culte. Il porte un décor en bas-relief représentant des scènes de la vie du christ. Cet encensoir a donc une fonction religieuse.

Brûle-parfum cylindrique, bronze, Iran (ca. XIIe - XIIIe s.)
Brûle-parfum cylindrique, bronze, Iran (ca. XIIe – XIIIe s.)

Il s’oppose ainsi, aussi bien du point de vue fonctionnel que morphologique, aux brûle-parfums islamiques qui sont ensuite présentés. Les brûle-parfums en bronze ou en alliage de cuivre, parfois richement ornés d’incrustation en or ou en argent, illustrent le goût des élites.

IMG_0980Les formes étaient variées : récipients cylindriques à sur pieds ou brûle-parfums zoomorphes.

Trois objets portent des inscriptions : deux sont des formules de bénédiction, l’autre indique que l’objet est une donation pieuse.

Deux brûle-parfums, bois et fibre végétale, Yémen (fin XVIIIe s.)
Deux brûle-parfums, bois et fibre végétale, Yémen (fin XVIIIe s.)

Deux brûle-parfums en bois et fibre végétale ont été rapportés du Yémen par Carsten Niebuhr lors de son expédition en Arabie entre 1761 et 1767 (prêt du Musée national du Danemark).

 

Le choix des objets est particulièrement pertinent puisque avec seulement onze objets, huit types différents peuvent être distingués. Le conservateur parvient ainsi à restituer la production des brûle-parfums entre le VIIIe et le XVIIIe siècle dans des régions allant de la Sicile au Yémen en passant par le Levant ou l’Iran.

De la même façon, la présentation des aspersoirs (ou flacons) à eau de rose suit un ordre chronologique. Le premier aspersoir présenté est en bronze et date des Xe-XIe siècle. Il rappelle les productions sassanides en argent des Ve-VIIe siècle. La principale différence réside au niveau du col : celui-ci est désormais plus étroit afin de laisser passer moins de liquide. Cette évolution morphologique indique un usage comme aspersoir et non comme bouteille. Cette forme hémisphérique sur pied et terminée par un col étroit à bec ouvert est représenté par cinq autres exemplaires en métal et un en céramique glaçurée. Les décors sont très variés et le motif en relief de bosses en forme de gouttes rappelle la fonction de l’objet tout en facilitant sa préhension. Un des aspersoirs est en forme d’oiseau qui n’est pas sans rappeler un type de brûle-parfum évoqué supra : il provient d’ailleurs de la même aire géographique, l’Iran-Afghanistan, et de la même période, le XIIe siècle. Les formes des aspersoirs rappellent parfois des productions en verre et parfois ils étaient eux-mêmes réalisés dans ce matériau, bien que dans ce cas leur identification est moins assurée et il pourrait aussi bien s’agir de bouteilles. Les exemples d’aspersoirs originaires d’Inde illustrent le goût des élites indiennes pour les parfums et leur art de vivre, à l’imitation des cours des princes moghols. Les princes ottomans faisaient également un usage libéral de parfums, et deux aspersoirs faits en porcelaine chinoise et rehaussés de métal et de gemmes datent de cette époque. Quatre objets portent des inscriptions de bénédictions. Les aspersoirs présentés dans l’exposition appartenaient à des contextes princiers, à l’image des brûle-parfums exposés. J. Meyer a fait parfaitement dialoguer les deux types d’objets dont les matériaux, les décors, les inscriptions et parfois même la forme se répondent.

En outre, des miniatures conservées à la David Collection viennent illustrer les usages de ces objets dans les cours princières.

Il convient donc de saluer cette exposition qui est la première, à notre connaissance, à s’intéresser aux parfums dans le monde islamique. Si les parfums sont un thème relativement bien exploité pour l’Antiquité, le sujet a été peu étudié en ce qui concerne le monde médiéval musulman. Cette exposition, et le catalogue qui l’accompagne, participe ainsi à la mise en valeur de ce sujet qui concerne à la fois l’histoire de l’art, l’archéologie et l’histoire sociale.

 

Descriptif :

https://www.davidmus.dk/en/current_events/tidligere_saerudstilling/saerudstilling_foraar_2015

Catalogue de l’exposition :

Meyer Joachim, Sensual Delights. Incense Burners and Rosewater Sprinklers from the World of Islam, Copenhague, The David Collection, 2015

80 p. Ill. coul.

Env. 20 €

ISBN : 978-87- 88464-8-4


Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

3 réflexions au sujet de « Compte-rendu d’exposition : « Sensual Delights. Incense Burners and Rosewater Sprinklers from the World of Islam », 20 mars – 6 sept. 2015, Copenhague »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *