De l’encens oliban retrouvé dans des tombes en Grande-Bretagne

Un récent article paru dans le Journal of Archaeological Science (n° 53, 2015) rapporte les résultats d’analyses physico-chimiques réalisées sur des résidus organiques provenant de 48 tombes datant de la période romaine tardive (IIIe – IVe siècles) en Grande-Bretagne. Ces analyses avaient pour but de renseigner les aspects pratiques et symboliques des rites funéraires romains et de mettre en lumière la relation qu’entretenait la Grande-Bretagne avec le reste de l’Empire romain.

Procédure et résultats

En tout, 92 échantillons ont été prélevés sur 48 tombes localisées à divers endroits en Grande-Bretagne. Ces échantillons ont fait l’objet d’analyses par chromatographie gazeuse – spectrographie de masse (CG/SM). Les biomarqueurs ont également été étudiés afin de préciser l’origine des résines éventuellement contenues dans ces échantillons. L’analyse des sources textuelles romaines permettait de supposer la présence de résines bien que celles-ci soient invisibles à l’œil nu. En effet, appliquées sur les linceuls couvrant les corps, elles ont été absorbées par les tissus. Néanmoins, ce qu’il reste de ces derniers peut être analysé par GC/SM pour déterminer la présence ou non de diverses huiles ou résines.

Ces analyses ont permis de démontrer la présences de résine de pin (Pinaceae spp.), de résine de pistachier (Pistaceae spp.) et de résine d’encens oliban (Boswellia spp.). Dans certains cas, on avait mélangé de la résine de pin et de la résine de pistachier. Malheureusement, la dégradation trop avancée des échantillons ne permet pas d’identifier plus précisément les espèces.

Pratiques rituelles et aspect social

Cette étude témoigne de l’emploi de résines dans le rite funéraire romain. Celui-ci avait un aspect symbolique puisqu’il signifiait le passage vers l’au-delà. Il possédait aussi un aspect pratique visant à retarder la décomposition du corps grâce aux vertus antibactériennes contenues notamment dans la résine de pin. En outre, cela permettait de masquer les mauvaises odeurs liées à cette même décomposition. Il s’agissait également de préserver le linceul aussi longtemps que possible.

D’autre part, il s’agit de montrer son appartenance sociale en utilisant des produits importés depuis le bassin méditerranéen et donc onéreux. Les échantillons ayant livré ces trois résines proviennent tous de tombes où furent inhumées des personnes de haut rang. Cela est visible à travers différents aspects :

– la qualité des tissus employés, certains étant teints de pourpre, colorant issu d’un coquillage méditerranéen très onéreux ;

– certaines tombes étaient en pierre, voire des mausolées ;

– le matériel associé pouvait être luxueux (bijoux, verre etc.).

La Bretagne : une île intégrée à l’Empire romain

Il apparaît à travers cette découverte que la Bretagne est parfaitement romanisée aux IIIe-IVe siècles. Tout d’abord, ses élites semblent avoir intégrées les rites funéraires romains. Des études similaires sur le continent ont montré l’utilisation de ces mêmes résines dans les rites funéraires. Cela correspond également aux descriptions faites dans les textes contemporains. Les élites de Bretagne sont composées d’indigènes romanisés et de colons romains. Ces derniers semblent avoir réussi à imposer leur mode de vie et leur conception de l’au-delà aux Bretons.

D’autre part, la Bretagne participe pleinement aux échanges commerciaux. En effet, les différentes espèces de pin et surtout les pistachiers et les Boswellia ne croissent pas en Bretagne. Les pistachiers poussent sur le pourtour méditerranéen et au Levant. La résine du Pistachia lentiscus croissant sur l’île de Chios était particulièrement recherchée ainsi que celle du Pistachia terebinthus croissant au Levant. Enfin, l’oliban provient de différentes espèces de Boswellia, la plus connue étant le Boswellia sacra croissant dans le sud de l’Arabie et dans l’actuelle Somalie.  Ces différents produits étaient extrêmement coûteux.

Pratiques païennes ou chrétiennes ?

La période des IIIe-IVe siècles marque, dans l’Empire romain, un tournant religieux et politique important puisque l’Empereur Constantin se convertit peu à peu au christianisme en 312, avant d’en faire la religion d’État. Le paganisme ne fait cependant pas l’objet de persécutions et il est toléré. Les rites funéraires avec embaumement ne sont donc pas mis en question. Ils sont d’ailleurs communs aux pratiques juives et chrétiennes puisque les Évangiles de Marc et de Luc font allusion à l’embaumement de Jésus que les femmes s’apprêtaient à réaliser. Elles ne peuvent néanmoins pas embaumer le corps puisque celui-ci, d’après les textes, a disparu (Mc, 16, 1 et Lc, 24, 1).

Pour conclure, il est intéressant de noter que le commerce de l’encens est encore assez florissant puisque ce produit était encore employé dans les rites funéraires aux IIIe-IVe siècles jusqu’aux confins de l’Empire romain. Si l’on considère, comme Béatrice Caseau (2007, p. 91), que l’encens est largement employé dans les églises romaines dès le Ve siècle, alors il devient difficile de considérer la christianisation de l’Empire romain comme un facteur de régression du commerce de l’encens. Il alors permis d’estimer que le commerce de l’encens n’a jamais cessé et que les causes d’un relatif déclin sont à chercher ailleurs et ne valent que pour une courte période.


Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *