Conférence « Le commerce de l’encens », 9 octobre 2013, Inalco, Paris.

Dans le cadre des conférences organisées par l’Association des Anciens Elèves et Amis des Langues Orientales (AAEALO), je donnerai une conférence d’une heure à l’auditorium de l’Inalco.

Durant le temps qui m’est imparti, je rappellerai brièvement l’histoire de ce commerce qui fit la renommée et la richesse des royaumes sudarabiques. Cependant, nous verrons que cette affirmation repose surtout sur l’étude des sources anciennes grecques et latines. Nous effectuerons un travail critique de ces sources, en rappelant notamment que des auteurs comme Hérodote au Ve siècle av. J.-C., ou Pline l’Ancien au Ier siècle de notre ère, rapportaient des témoignages de seconde main. Ces récits étaient en effet colportés par les marchands d’encens et de myrrhe, qui étaient souvent des intermédiaires. Assimilables à des fables par leur côté fantastique, ils avaient pour objectif de tenir éloignés les curieux et, en insistant sur la rareté et les difficultés liées à la récolte des ces résines, ils permettaient d’en augmenter le prix.

Les études botaniques des arbres à encens et à myrrhe ont non seulement mis fin à ces contes, elles permettent également à l’archéologue de cartographier la répartition actuelle de ces arbres, et d’en déduire par hypothèse la répartition ancienne. Nous présenterons à cette occasion ce que recouvrent en fait les mots « encens » et « myrrhe ». La répartition de ces arbres, les différentes qualités de résine produites nous apportent un éclairage nouveau sur les modalités de ce commerce.

Enfin, nous montrerons que la consommation et la commercialisation de l’encens ne s’arrêtent avec la fin de l’Antiquité. L’encens circule encore de façon importante à la période Islamique. Cela est visible dans des sources de différentes natures. Tout d’abord, dans les sources textuelles qui témoignent de l’usage de l’encens dans des contextes de prestige, ou que ces résines interviennent dans la préparation de médicaments ou de rituels magiques. Ensuite, les sources archéologiques attestent de l’usage de l’encens dans des contextes domestiques au statut social varié, du plus modeste au plus aisé. Les objets réalisés spécifiquement pour brûler de l’encens, les brûle-parfums, sont ainsi fabriqués dans divers matériaux, essentiellement la céramique, la chlorite ou des alliages de cuivre (bronze notamment).

Informations pratiques :

L’affiche ici.

Lieu : Inalco, 65 rue des Grands Moulins – 75013 Paris, Auditorium

Mercredi 9 octobre 2013. Début de la conférence à 18h.


Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.