Trois sites archéologiques liés au commerce de l’encens en Oman

La prospection botanique que nous avons mené en Oman n’avait pas pour unique but de voir les arbres à encens. Dans ce cadre, nous nous sommes également rendus sur les sites archéologiques identifiés soit comme les vestiges de relais caravaniers, soit comme ports d’exportation de l’encens. Les trois sites principaux qui seront décrits ici sont Shisr, Khowr Rûrî et al-Baleed.

Shisr

Vue GoogleEarth du site de Shisr
Vue GoogleEarth du site de Shisr.

Shisr se situe à moins de 150 km au nord de Salalah, du côté de Wadi Ghadun dans le Nejd. Le site a été découvert au début des années 1990 par Sir Ranulph Fiennes suite à des reconnaissances aériennes. Les vestiges sont constitués d’un dôme en calcaire écroulé qui recouvrait autrefois une source d’eau. Sur ce dôme, une grande enceinte fortifiée de forme trapézoïdale a été édifiée. Le côté sud est le plus étroit et ne mesure que 30 m de long environ. Les côtés est et ouest mesurent 57 m de long et le côté nord 45 m. Ce dernier est doté de 3 tours semi-circulaires. Une autre tour semi-circulaire se trouve sur le mur ouest. Une tour carrée est bien visible sur le mur est, et une autre se dessine sur le mur ouest, suggérant différents états de construction ou des réfections après des dommages possiblement causés par des attaques. Mais la destruction majeure du site est due à la faille de 14 m de haut résultant de l’effondrement du dôme calcaire, creusé par la nappe aquifère située sous la forteresse.

L’occupation du site remonterait à 300 av. J.-C. Le site est réoccupé durant la période Islamique jusqu’au XIVe siècle. Un jeu d’échec datant des XIe – XIIe siècles a été mis au jour. C’est avant tout la présence d’eau qui a fait la richesse du site et c’est pourquoi il était fortifié. Les inventeurs du site se sont empressés d’y voir la mythique cité d’Ubar, mentionnée dans le Coran sous le nom Iram dhât al ‘imâd, la Cité aux mille piliers. Située non loin de la région où poussent les arbres à encens, elle pourrait bien avoir été un relais caravanier sur l’une des nombreuses pistes reliant les zones de production aux zones de consommation de l’encens.

 

Khowr Rûrî/Sumhuram

Vue aérienne du site de Khowr Ruri.
Vue GoogleEarth du site de Khowr Rûrî.

Sumhuram est une ville fortifiée installée sur un éperon rocheux situé dans une lagune ou khowr localisée à 31 km à l’est de Salalah. Le site est d’abord fouillé dans les années 1950 par une équipe de l’American Foundation for the Study of Man (AFSM). Les archéologues découvrent alors une stèle datée du Ier siècle de n. è. et portant la mention « SMHRM » (Sumhuram) : il s’agit du nom de la ville à cette époque. Cette stèle précise également que la ville a été bâtie par Iliazz Yalit I (l’Eleazus mentionné par Stabon), alors roi du Hadramawt depuis sa capitale, Shabwa (la Sabota des Anciens). Les vestiges archéologiques témoignent aussi bien d’échanges intenses avec l’Inde qu’avec le monde méditerranéen : statue indienne du IIe s., nombreuses amphores et céramiques sigillées. Ce site témoigne bien de l’évolution du commerce de l’encens au tournant de l’ère chrétienne. Alors que jusqu’au Ier s. av. J.-C. ce commerce se faisait essentiellement par voie terrestre, le commerce maritime connaît un essor important au Ier siècle de n. è. L’encens récolté dans le Dhofar était entreposé dans différents ports côtiers, dont Sumhuram, avant d’être acheminé vers Qanî’ (Bîr ‘Alî, Yémen), où il était entreposé avant d’être transporté vers Shabwa, d’où les caravanes l’emportaient vers le nord. Le site semble abandonné au Ve siècle, période de troubles intenses au Yémen.

 

Al-Balîd/Zafâr

Enfin, la vivacité du commerce de l’encens durant la période islamique est attestée par la richesse du site d’al-Balîd, où se trouvent les vestiges du port médiéval de Zafâr qui a donné son nom à la région. De nouveau, la découverte du site date des années 1950 dans le cadre des recherches archéologiques menées dans le Dhofar par l’équipe de l’AFSM. Les archéologues mirent au jour environ 49 kg d’encens portant encore les traces des paniers dans lesquels ils se trouvaient et massés sur le sol d’un entrepôt. Les sources textuelles médiévales, arabes ou non, témoignent des activités commerciales de la ville. À la fin du XIIIe siècle, Marco Polo nous informe que « l’encens blanc y naît fort bon, et en abondance », puis il nous décrit comment il est produit. L’encens n’est pas la seule source de revenus de la cité, et le commerce des chevaux, exportés vers l’Inde, participe également au dynamisme économique : « En cette cité viennent encore maints beaux destriers d’Arabie, que les marchands portent ensuite avec leurs nefs en Inde, et dont ils font grand profit et grand gain. » (Le Devisement du Monde, T. II, p. 497)

Au XIVe siècle, Ibn Battûta se rend depuis Zafâr en Oman, où il décrit l’arbre à encens et la récolte de la précieuse résine.

Les fortifications d'al-Balîd.
Les fortifications de Zafâr.

Ces sources textuelles concordent assez bien avec l’image que nous ont léguée les vestiges archéologiques. La cité était dotée d’une enceinte fortifiée et d’un imposant fort pour se défendre. Les vestiges de la grande mosquée témoignent de la richesse de la ville. Les nombreuses demeures et entrepôts livrent l’image d’une cité marchande dynamique.

Malgré ces fortifications, la ville sera assiégée et prise par les Portugais au début du XVIe siècle.

La Grande Mosquée de Zafâr.
La Grande Mosquée de Zafâr.

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.