De l’importance de protéger les arbres à encens

Dans mon premier billet publié sur ce blog, je faisais allusion à la réalité écologique que constitue la disparition des arbres à encens. Durant ma visite dans le Dhofar, j’ai pu constater qu’en effet ces arbres peuvent être menacés de disparition s’ils ne sont pas protégés et entretenus.

En Oman, l’encens et sa source, le Boswellia Sacra, font partie de l’identité même du pays. Cela est visible de façon assez superficielle à travers la création du parfum Amouage, voulue par le Sultan al-Qaboos lui-même, et de façon plus concrète à travers l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO du « Territoire de l’encens ». Cette appellation regroupe trois sites archéologiques en lien avec le commerce de l’encens (sur lesquels je reviendrai), ainsi que la réserve d’arbres à encens située dans le wadi Dawkah.

Wadi Dawkah se situe à environ 40 km au nord de Salalah, à la limite du plateau dominant la plaine de Salalah. La réserve s’étend sur presque 1 km du nord au sud, et sur 340 m de largeur d’est en ouest et compte 5000 arbres. L’image satellite montre bien que les arbres ont été plantés de main d’hommes au sein de la réserve. Les alignements réguliers d’arbres tranchent avec leur répartition naturelle aléatoire au sein du wadi, à l’extérieur de l’enclos.

Vue satellite de la réserve de Wadi Dawkah.

Au sein de la réserve, les arbres  sont gardés et entretenus par un jardinier qui incise régulièrement les arbres afin de récolter la résine qui est vendue au nom du gouvernement omanais. Il réalise des incisions régulièrement, puis il laisse la résine sécher 4 à 5 mois avant de venir la chercher, lorsqu’elle est dure comme de la pierre. Le prix de vente directe de la résine récoltée à Wadi Dawkah est de 20 Rials Omanais le kilogramme, soit environ 40€.

 

 

 

 

 

Les arbres protégés par un grillage évitent ainsi de se faire grignoter par les dromadaires qui passent auprès et se régalent des feuillages. Alors que les arbres protégés dans la réserve montrent un feuillage assez dense, les arbres se trouvant en dehors sont pelés à leur base. Seuls les arbres ayant atteint une hauteur assez élevée échappent à la voracité des dromadaires.

Chameau en train de manger les feuilles de Boswellia. (c) S. Le Maguer.

La reproduction des arbres à encens se fait justement dans leur feuillage. C’est au bout des branches que se trouvent les jeunes feuilles qui donnent des fleurs, qui elles-mêmes donnent ensuite les graines. Si cette partie de l’arbre est trop souvent mangée, alors l’arbre aura non seulement du mal à se régénérer, mais il ne pourra pas non plus se reproduire, mettant en péril la survie de l’espèce.

Fleur d’arbre à encens. (c) S. Le Maguer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il existe une autre réserve située à Mughsayl, à seulement 8 km à l’ouest de Raysut. Cette réserve s’étend sur environ 1 km de long contre le wadi situé en contrebas, dans lequel se trouvent des arbres à encens laissés à leur état naturel. Malheureusement, il n’y avait personne sur le site, et seul un panneau indique que le site appartient à la baladiyya de Salalah.

Enfin, le jardin botanique situé à côté du site d’al Balîd abrite une pépinière remplie d’arbres à encens destinés afin d’être facilement montrés au public avant d’être replantés dans la réserve de Wâdî Dawkah.

Il existe ainsi des sanctuaires pour les Boswellia en Oman, à côté desquels se trouvent encore des arbres à l’état sauvage, souvent non exploités. Si l’encens n’est plus (et de loin) la source principales de revenus en Oman, les Omanais ne sont pas moins attachés à leurs arbres et les autorités ont trouvé le moyen de les valoriser d’une autre façon, en lien avec le développement touristique.

 

 


Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.