De l’usage de l’encens en Oman

La baît al-Zubaîr, située dans le vieux port de Mascate, est un musée privé dédié à la culture omanaise. Dans le prospectus de présentation, il est expliqué que ce musée rassemble des objets artisanaux appartenant à la famille al-Zubaîr et couvrant plusieurs siècles d’histoire. On trouve ainsi exposés des petits vases en chlorite datant du l’Âge du Bronze (2ème ou 3ème millénaire av. n.è.).

Le premier bâtiment que l’on visite lorsque l’on rentre est baît al-Bagh (maison du jardin). Après être passé par l’extérieur, nous visitons baît al-‘ûd ou maison principale qui présente du mobilier typique de celui qui décorait les riches maisons de Mascate au début du 20ème siècle, ainsi que des gravures et photographies anciennes, et enfin une collection de monnaies en or et en argent datant de la période abbasside à la période ottomane.

La visite de la première maison, baît al-Bagh nous intéresse tout particulièrement puisque parmi les objets artisanaux caractéristiques en Oman nous retrouvons les objets liés à la conservation et à l’utilisation de l’encens.

Makbât

Jusqu’au début du 20ème siècle, l’encens était conservé dans des petits pots en cuivre de forme cylindrique fermée par un couvercle en forme de dôme pointu, appelés makba (المكبة). L’ensemble est orné d’un décor incisé et martelé.

Ces pots ne servaient pas uniquement à conserver l’oliban (لبان). On y conservait aussi du bois d’aloès (عود), celui-ci pouvant être broyé puis mélangé et brûlé avec l’oliban. Le bukhûr (بخور) de Mascate est un mélange d’encens et de parfums que l’on brûle également dans les brûle-parfums. Salalah produit également son bukhûr. On trouve également la myrrhe (مرّ), et le dhafrân (ظفران) qui étaient brûlés seuls ou associés à d’autres résines, bukhûr ou bois odorants.

 

 

Brûle-parfums en céramique

Ces encens sont ensuite brûlés dans un brûle-parfum (مجمر). Celui-ci est le plus souvent en céramique, et on en produit des formes variées dans le Dhofar. Chez les personnes les plus aisées, on faisait usage de brûle-parfums en argent ciselé et ajouré.

Les braises sont placées dans le réceptacle, puis l’on dispose l’encens sur ces braises pour produire une fumée parfumée. La racine b-kh-r (بخر) renvoie à l’idée de fumée, d’exhalaison, de même que la racine latine « incensum » qui a donné en français encens.

 

 

 

 

Brûle-parfum en argent ajouré

 

Mabkhara pour parfumer les textiles

 

De cette même racine est issue le terme mabkhara (مبخرة) qui désigne une structure faite avec les tiges des feuilles de palmier agencées de façon à former une pyramide sur laquelle des textiles, vêtements, seront posés afin d’être parfumés par les fumées d’encens émanant du majmar disposé la structure.

Le mabkhara est donc « le lieu où  l’on fait brûler le parfum ».

 

 

 

 

En seulement deux vitrines, la richesse de l’artisanat et les pratiques liées à l’encens se trouvent ainsi résumées.


Sterenn LE MAGUER

Doctorante en Archéologie islamique à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Prépare une thèse sur l'évolution du commerce de l'encens dans l'océan Indien du IVe au XVIe siècles.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

One thought on “De l’usage de l’encens en Oman”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">