Compte-rendu d’exposition : « Aventuriers des mers : de Sindbad le Marin à Marco Polo », IMA, 15 nov. 2016 – 26 fév. 2017

L’exposition « Aventuriers des mers : de Sindbad le Marin à Marco Polo » se tient actuellement à l’Institut du Monde Arabe jusqu’au 26 février 2016.

Elle a été réalisée conjointement par l’IMA et le MUCEM.

Commissariat :

Nala Aloudat, chargée de collections et d’expositions
Agnès Carayon, chargée de collections et d’expositions
Vincent Giovannoni, conservateur au MuCEM
Anne Joyard, consultante en art, historienne de l’art

En guise d’invitation au voyage, un boutre omanais, le Nizwa, accueille les visiteurs sur le parvis de l’institut.

À l’intérieur, le parcours muséographique se développe sur deux étages. Il suit un fil thématique au premier étage, puis un fil chronologique s’étendant du VIIe siècle jusqu’à la fin du XVIIe siècle, c’est-à-dire depuis l’essor de l’Islam jusqu’à la fin de la domination arabo-musulmane en mer Méditerranée et dans l’océan Indien. Cette chronologie est parfaitement cohérente et divisée en deux époques principales : du VIIe au XVe siècle, puis du XVe au XVIIe siècle. Le XVe siècle apparaît en effet comme une période de changements importants aussi bien dans la mer Méditerranée (chute de Constantinople en 1453) que dans l’océan Indien (voyage de Vasco de Gama en 1497). L’exposition s’envisage comme « un grand récit maritime à travers les témoignages de voyageurs ».

"Cabine" d'Ibn Jubayr
« Cabine » d’Ibn Jubayr

Les voyageurs ou géographes sont présentés dans des cabines selon le procédé du « Pepper Ghost » apparenté à l’hologramme. Un même acteur narre les parcours d’Ibn Jubayr, de Sindbad le Marin, d’Ibn Majid, de Marco Polo, d’Ibn Battûtâ, de Vasco de Gama et, enfin, de Zheng He.

I – Le parcours thématique

"L'oiseau Rukhkh", Iran ou Deccan, Inde, début du XVIIe s. Encre, gouache et or sur papier.
« L’oiseau Rukhkh », Iran ou Deccan, Inde, début du XVIIe s. Encre, gouache et or sur papier.

L’exposition s’ouvre sur « La mer, étrange et redoutable ». Différents documents illustrent en quoi le vaste océan était source de dangers bien réels, cristallisés par les légendes. L’étendue maritime est aussi perçue comme un espace mystique, comme l’illustrent le mythique oiseau Rukhkh ou le prophète Khwaja Khizr Khan, protecteur des voyageurs et gardien des eaux.

"Le prophète Khwaja Khizr Khan", Miniatures, portraits et modèles d'écriture des Indes, Inde, c. 1760. Gouache, aquarelle, lavis, rehauts d'or et d'argent sur papier.
« Le prophète Khwaja Khizr Khan », Miniatures, portraits et modèles d’écriture des Indes, Inde, c. 1760. Gouache, aquarelle, lavis, rehauts d’or et d’argent sur papier.

Un étendard en forme de tête de poisson rappelle la peur des monstres marins.

2tendard en forme de tête de poisson (Mahi Maratib), Deccan, Inde, XVIIIe s. Alliage de cuivre, dorure, fer, corde.
Étendard en forme de tête de poisson (Mahi Maratib), Deccan, Inde, XVIIIe s. Alliage de cuivre, dorure, fer, corde.

Le récit de Sindbad le Marin illustre les récits merveilleux qu’inspiraient les dangers de la navigation en mer. Le témoignage d’Ibn Jubayr, lettré andalou qui entreprit le hajj en 1184, fournit quant à lui des exemples concrets.

La salle suivante, « Naviguer, une intelligence du monde », présente la façon dont les pilotes ont appris à maîtriser la navigation, et donc la mer. Il est rappelé que le commerce maritime s’effectue durant l’Antiquité selon un système de cabotage, c’est-à-dire de port en port en longeant les côtes. Cependant, les vents de moussons dans l’océan Indien sont maîtrisés par les pilotes dès le IIe siècle av. J.-C1. Le IXe siècle est marqué par le perfectionnement de la navigation arabe.

Instruments de mesure et de navigation.
Instruments de mesure et de navigation.

Des astrolabes, compas et autres instruments de mesure illustrent ces avancées. Cependant, l’apport de la Perse, pourtant considérable, n’est pas évoqué ici. Or les Perses dominent le commerce dans l’océan Indien avant l’arrivée de l’Islam : ils sont installés en Chine et au Yémen, ainsi que sur la côte orientale du golfe Arabo-persique. Cette domination est encore visible du XIIIe au XVe siècle alors que la région est dominée par le royaume perse d’Hormuz. Cet héritage se retrouve dans des termes de navigation comme « farskakh2 » (ou « parasange ») qui furent transmis à la langue arabe.

"Carte de la Méditerranée", Kitâb al-masâlik wa'l-mamâlik (Livre des routes et des royaumes), al-Istakhrî, Ispahan (?), Iran, 1306-1307. Encre, or, argent et gouache sur papier.
« Carte de la Méditerranée », Kitâb al-masâlik wa’l-mamâlik (Livre des routes et des royaumes), al-Istakhrî, Ispahan (?), Iran, 1306-1307. Encre, or, argent et gouache sur papier.

Le monde islamique s’est illustré dans la cartographie, science héritée des Grecs et notamment de Claude Ptolémée (IIe siècle). Son Traité de Géographie (rédigé vers 125) est la référence en matière de cartographie à l’époque islamique. Il a notamment été traduit par al-Khwârizmî (ca. 780-850). Un exemplaire de cette traduction figure en vitrine. L’œuvre la plus emblématique, présentée en détail ici, est la Géographie d’al-Idrîsî, géographe arabe au service du roi Roger II de Sicile (XIIe siècle).  On voit ensuite apparaître en Europe, à partir du XIIIe siècle, les portulans. Ibn Majid, pilote né vers 1432 et originaire du golfe Arabo-persique, a laissé un traité de navigation important. Plusieurs cartes et ouvrages illustrent le développement des techniques de navigation.

Enfin, le dernier thème abordé, au premier étage, est celui des « Marchandises et convoitises ». Les produits exotiques sont recherchés dès l’Antiquité, ce dont témoigne notamment l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien (mort en 79). Dans cet ouvrage de sciences naturelles, Pline décrit entre autres les épices, aromates, plantes et gemmes appréciés à Rome et importés de régions aussi lointaines que l’Arabie du Sud (encens oliban) ou l’Inde (lapis lazuli). Pour répondre à ces besoins, il a fallu mettre en place des circuits commerciaux sur de longues distances, notamment pour traverser l’océan Indien. Ces circuits se sont développés grâce aux progrès de la navigation présentés juste avant.

Lapis-lazuli, amphre, myrrhe, encens oliban et benjoin.
Lapis-lazuli, amphre, myrrhe, encens oliban et benjoin.

L’espace dédié à ce thème comporte une vitrine centrale contenant des produits emblématiques de ces échanges : encens oliban, camphre, lapis lazuli, gingembre, curcuma, riz, produits tinctoriaux etc. On pourra peut-être regretter l’impossibilité de sentir ces épices et aromates parfois peu connus du grand public bien que, dans le cas de l’encens oliban, son odeur soit familière aux fidèles fréquentant les églises. Enfin, une carte interactive retrace l’évolution des routes commerciales maritimes dans la mer Méditerranée et dans l’océan Indien.

II- Le parcours chronologique

La salle suivante vise à présenter l’évolution du commerce « Des grands empire califaux aux républiques marchandes italiennes (VIIe – XVe siècles) ». C’est sous l’Empire abbasside que le commerce islamique se développe de façon considérable, c’est-à-dire à partir du VIIIe siècle. Le déplacement du pouvoir en Mésopotamie à cette période a favorisé le développement du commerce dans le golfe Arabo-persique, et le port de Bassorah jouait un rôle important.

Coupelle épigraphique aux palmettes digitées, Irak, IXe-Xe s. Décor bleu de cobalt sur glaçure blanche opaque.
Coupelle épigraphique aux palmettes digitées, Irak, IXe-Xe s. Décor bleu de cobalt sur glaçure blanche opaque.

En effet, cette ville marchande était à la fois un important centre de production de la céramique, qui était ensuite exportée, ainsi qu’un port de réception des marchandises, notamment chinoises (parmi celles-ci, on trouvait bien sûr la porcelaine). Le rôle central de la péninsule Arabique est justement rappelé : carrefour entre le monde méditerranéen, l’Afrique et l’Asie, cet espace est au cœur des échanges depuis la plus haute Antiquité, notamment grâce au commerce de l’encens. Si les relations commerciales avec la Chine des T’ang (618-907) sont bien indiquées, rien n’est dit sur le rôle de la ville de Sîrâf, sur la côte iranienne, alors qu’il s’agit, avec Sohar en Oman, d’un des principaux relais entre les mondes musulmans et chinois.

En Méditerranée, les Républiques marchandes concurrencent les marchands orientaux dès le Xe siècle. Les Croisades profitent aux marchands chrétiens qui implantent durablement leurs comptoirs au Levant. Ces conflits sont source d’échanges artistiques et de transfert des techniques. Outre les Vénitiens, on trouve des Génois, des Marseillais ou encore des Catalans.

Pour illustrer les échanges commerciaux maritimes, les vestiges de deux épaves sont présentés. Celle trouvée en 1962 dans la rade d’Agay par Alain Visquis a livré du matériel provenant d’al-Andalus daté entre 929 et 1031.

Miroirs en bronze provenant de l'épave de Belitung. Chine, IXe s.
Miroirs en bronze provenant de l’épave de Belitung. Chine, IXe s.

L’épave de Belitung, retrouvée au large de l’île du même nom, en Indonésie, date du IXe siècle. Il s’agit d’un navire affrété par un marchand arabe revenant de Chine et transportant, entre autres marchandises, des porcelaines et grès chinois qu’il allait probablement revendre à Sohar, à Sîrâf ou à Bassorah.

De nombreux objets, présentés « dans un espace marchand qui rappelle un bazar traditionnel4« , illustrent plus ou moins explicitement ces échanges.

Plat à décor végétal et bol Changsha provenant de l'épave de Belitung. Chine, IXe s.
Plat à décor végétal et bol Changsha provenant de l’épave de Belitung. Chine, IXe s.

Alors que la céramique abbasside est présentée, le lien n’est pas directement fait avec la céramique chinoise, et notamment celle de type « Changsha » qui a pourtant influencé cette production. Ce transfert sera néanmoins explicité plus tard dans l’exposition.

Pièces du jeu d'échec dit de Charlemagne, Trésor de Saint-Denis, Salerne (?), Italie, fin XIe s. Ivoire, traces de dorure et de peinture rouge.
Pièces du jeu d’échec dit de Charlemagne, Trésor de Saint-Denis, Salerne (?), Italie, fin XIe s. Ivoire, traces de dorure et de peinture rouge.

Le jeu d’échecs dit « de Charlemagne » ou des objets fâtimides en cristal de roche illustrent les cadeaux diplomatiques offerts entre souverains. Le rôle central de la Sicile en Méditerranée est évoqué. Les documents de la Genizah du Caire éclairent le rôle des marchands juifs en mer Rouge et dans l’océan Indien.

Brûle-parfum sphérique. Syrie ou Égypte, XVIe-XVIIe s. Laiton et argent gravé.
Brûle-parfum sphérique. Syrie ou Égypte, XVIe-XVIIe s. Laiton et argent gravé.

Enfin, un objet en particulier aurait mérité plus d’explications. Il s’agit d’un brûle-parfum sphérique en alliage de cuivre daté ici des XVIe-XVIIe siècle. Ce type d’objet apparaît dans la Chine des T’ang avant de gagner le monde islamique via l’Iran dès le XIIIe siècle. Ces objets sont produits en Syrie et en Égypte à la période mamlouke, puis ils sont adoptés en Occident où ils sont employés comme chaufferette pour les mains3. Ainsi, cet objet illustre à la fois un transfert artistique et le commerce des aromates entre ces régions.

Un très beau théâtre d’ombres résume les voyages d’Ibn Battûtâ (né vers 1303 à Tanger), voyageur arabe emblématique qui entreprit le hajj et poursuivit son aventure sur terre et sur mer pendant 25 ans.

Le dernier espace se concentre sur « Le temps des expansions (XVe – XVIIe siècles) ».  Il témoigne de la « globalisation des échanges », notamment du fait de l’irruption des flottes portugaises dans l’océan Indien à partir de la toute fin du XVe siècle. Les échanges commerciaux se normalisent.

Plat à décor de barques aux trois grandes voiles rayées, Iznik, Turquie, vers 1700. Céramique siliceuse à décor peint sous glaçure transparente.
Plat à décor de barques aux trois grandes voiles rayées, Iznik, Turquie, vers 1700. Céramique siliceuse à décor peint sous glaçure transparente.

Le matériel présenté illustre surtout le développement de la manufacture à échelle industrielle : céramique ottomane d’Iznik et soieries indiennes de Goa, afin de répondre à une demande toujours croissante de la part des élites ottomanes et européennes.

Deux nouvelles épaves sont présentées. La première a été retrouvée en 1990 au large de l’île de Mljet (Croatie). Il s’agit du « Saint Paul » affrété par des marchands vénitiens au XVIe siècle. La seconde est celle du San Diego échoué vers 1600 au large de Manille. Elle témoigne de la percée des Espagnols dans l’océan Indien depuis le Pacifique et de leur implantation aux Philippines.

Deux vidéos illustrent les échanges dans l’océan Indien et l’empreinte laissée au sein des populations. L’une nous parle des Comores tandis que la seconde évoque Zanzibar. Dans les deux cas, on retrouve des populations dont la tradition culinaire, aussi bien que la langue et les pratiques religieuses ont été marquées par les apports arabes, indiens et africains.

Bataille de Lépante, Vénitie, 1571-1600. Huile sur toile.
Bataille de Lépante, Vénitie, 1571-1600. Huile sur toile.

Enfin, en guise de conclusion, un dernier panneau nous parle des « Prémices d’un nouveau monde ». Quelques dates clés sont fournies (chute de Constantinople, bataille de Lépante en 1571 et création de la Compagnie néerlandaise des Indes en 1602). Trois objets clôturent l’exposition : un tableau représentant la bataille de Lépante, un tissu et un canon. La chute est un peu abrupte, à l’image, peut-être, de la fin de la domination arabo-musulmane sur les mers.

Cette exposition se suit facilement et vise un très large public. Elle est richement illustrée d’objets et de manuscrits. Cependant, certains objets, comme les céramiques, auraient gagné à être accompagnés de plus d’explications. Le voyage sera utilement complété par le catalogue de l’exposition.

Informations pratiques : https://www.imarabe.org/fr/expositions/aventuriers-des-mers


1 A. Avanzini, 2008, A Port in Arabia between Rome and the Indian Ocean (3rd C. BC-5th C. AD), Khor Rori Report 2, Rome, p. 624-625. Témoignage d’après Eudoxe de Cyzique, marin grec qui aurait obtenu ces informations d’un pilote indien.

2 Il s’agit à l’origine d’une unité de mesure terrestre, très utilisée dans la navigation également.

3 J. Mouliérac, 1989, « La collection Marcel Destombes, » dans A. J. Turner (éd.), Astrolabica 5, Paris : Institut du Monde arabe/Société internationale de l’astrolabe, p. 77-126.

4 Dossier de presse « Aventurier des mers », p. 21.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Colloque : « Oman dans les sources géographiques, les récits des voyageurs et des orientalistes », Paris, Ambassade du Sultanat d’Oman, 08/11/2016

L’Ambassade du Sultanat d’Oman à Paris a le plaisir de vous inviter au colloque

« Oman dans les sources géographiques, les récits des voyageurs et des orientalistes »

organisé avec le soutien de l’Université de Nizwa et du Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales.

Entre les étendues désertiques de Rub al-Khali et les courants impétueux de la mer d’Arabie, escale incontournable, à l’entrée du golfe Persique, des voyageurs empruntant les routes maritimes reliant l’Inde à l’Arabie, l’Afrique ou l’Europe, l’Oman semble paradoxalement avoir été peu et mal connu des géographes arabes. Sa situation exceptionnelle, à la périphérie du monde arabo-musulman, en a pourtant fait un lieu de rencontres et d’échanges unique, une contrée qui a profondément marqué tous ceux qui s’y sont rendus, comme en attestent les nombreux récits de voyageurs décrivant l’Oman avec des degrés différents de précision et de profondeur, ou encore les vastes correspondances conservées au sein des archives européennes. L’engagement croissant des Européens dans le commerce de l’océan Indien et leur volonté de dominer les contrées qui le jouxtent, puis l’intensification des contacts des Britanniques et des Français avec l’Oman au cours du XIXe siècle ont enfin favorisé la construction d’un savoir académique sur ce pays.

Au cours de cette demi-journée d’études, quatre chercheurs, spécialistes de la péninsule Arabique, tenteront d’ébaucher une réflexion commune sur les regards portés de l’extérieur sur l’Oman, en insistant tout particulièrement sur l’analyse diachronique des informations disponibles, sur l’indispensable croisement des données et sur l’estimation de la valeur historique, scientifique et culturelle des différents types de sources.

-Le colloque aura lieu le mardi 8 novembre 2016 de 09h30 à 12h45 dans les locaux de l’Ambassade, au 50 avenue d’Iéna, 75116 Paris

Programme et invitation en pièce-jointe

-Inscription indispensable sur : paris@mofa.gov.om

-Déjeuner à 12h45

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Journée d’étude : « Parfums et odeurs : une approche pluridisciplinaire », Paris, 8 nov. 2016

La première journée d’études « Parfums et odeurs. Une approche pluridisciplinaire », organisée par le CCJ et le CEIAS, s’inscrit dans le champ relativement nouveau des études culturelles et sociales liées à l’odorat. Nous nous trouvons à la croisée de nombreuses disciplines, comme l’histoire et l’anthropologie des perceptions, des sensibilités, des techniques, des objets naturels et des produits composés, des représentations symboliques, de la circulation des savoirs, des savoir-faire et des marchandises, sans oublier les neurosciences.
Cette première journée d’étude se propose d’aborder ces thèmes dans différentes aires culturelles, en mobilisant et en faisant dialoguer historiens et anthropologues.

Date : 8 novembre 2016

Lieu : Bâtiment « Le France », Salle 638, 190 Avenue de France, 75013 Paris

Livret complet (programme et résumés)

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Appel à communication : « Les sens du rite. Encens et religion dans les sociétés anciennes », Rome, 23-24/06/2017 (limite : 31 oct. 2016)

Appel à communication :

« Les sens du rite. Encens et religion dans les sociétés anciennes »

L’objectif du workshop sera de croiser les approches et les méthodes (archéologie, anthropologie, histoire, philologie, histoire de l’art, histoire des religions), pour cerner le rôle joué par l’encens dans les religions antiques. L’approche comparatiste permettra de dépasser le constat d’une forme d’universalisme des pratiques rituelles : si nous souhaitons interroger les usages et significations de l’encens sur le temps long, c’est aussi pour mieux souligner les éventuelles spécificités propres aux différents contextes historiques et traditions locales.

Argumentaire

La rencontre se propose de mettre au cœur de l’étude un medium rituel bien connu pour la tradition judéo-chrétienne, à savoir l’encens[1]. Cette substance aromatique est devenue un marqueur olfactif de la religion orthodoxe à l’époque byzantine, comme l’a souligné Margaret E. Kenna en 2005, dans un article au titre évocateur : « Why does incense smell religious ? »[2]. Une telle question pourrait s’appliquer aux sociétés polythéistes antiques. En effet, en Mésopotamie, en Grèce ou à Rome, l’un des gestes de dévotion les plus fréquents consistait à offrir/faire brûler des grains d’encens en l’honneur des dieux. Les volutes odorantes montant vers le ciel matérialisaient le lien entre les hommes et les puissances immortelles, contribuant à définir le paysage sensoriel du sanctuaire.

Si plusieurs études ont souligné de façon ponctuelle le rôle de l’encens comme ingrédient du rituel et agent de communication entre les hommes et les dieux, aucune recherche d’envergure n’a encore proposé de comparer les usages et les significations dévolues à l’encens dans les mondes anciens. Or les fonctions qui lui ont été attribuées au cours du temps et suivant les espaces sont multiples et se combinent souvent : agent de purification, signal odorant destiné à appeler la divinité, source de contentement et « nourriture » pour les Immortels,… De plus, les progrès des analyses archéométriques[3] offrent aujourd’hui des données intéressantes qui méritent d’être confrontées aux témoignages littéraires, épigraphiques et iconographiques. Il apparaît clairement que derrière le mot générique « encens », thumiama en grec ou tus en latin, se cachent une large variété de substances odorantes – résines et gommes végétales – destinées à être brûlées.

Au cours des deux journées de la rencontre, l’encens sera envisagé comme un objet historique total. Il s’agira bien évidemment de questionner sa matérialité et les modalités de son insertion dans les différents rites méditerranéens et leur signification, dans la lignée des études de N. Massar et D. Frère[4], mais aussi de considérer les routes et les acteurs de son acheminement[5] et de sa distribution dans les différents espaces. Les valeurs associées aux substances aromatiques désignées par le mot « encens » seront interrogées, dans le sillage des travaux de M. Detienne[6] : qu’est-ce qui leur confère une forme d’efficacité, lors du rituel ? Dans quel type de dispositif prennent-elles place ? La perception de l’encens par les divers participants du rite, divinités, prêtres, auxiliaires, spectateurs, fera l’objet d’une attention toute particulière, en accord avec les problématiques actuellement travaillées par les organisateurs. M. Bradley vient en effet de coordonner un ouvrage sur l’odorat, dont les contributions serviront de cadre de réflexion aux participants de la rencontre[7]. A. Grand-Clément et A.-C. Rendu-Loisel dirigent pour leur part le programme de recherche toulousain Synaesthesia qui place au centre de ses questionnements la polysensorialité dans les pratiques religieuses anciennes, à travers une approche interdisciplinaire et comparée[8]. A. Vincent, enfin, a réfléchi sur la place de la sensorialité (auditive) dans les rituels romains tant dans ses travaux personnels que collectif, au sein du programme Paysages sonores.

L’objectif du workshop sera de croiser les approches et les méthodes (archéologie, anthropologie, histoire, philologie, histoire de l’art, histoire des religions), pour cerner le rôle joué par l’encens dans les religions antiques. L’approche comparatiste permettra de dépasser le constat d’une forme d’universalisme des pratiques rituelles : si nous souhaitons interroger les usages et significations de l’encens sur le temps long, c’est aussi pour mieux souligner les éventuelles spécificités propres aux différents contextes historiques et traditions locales.

Voilà pourquoi nous accueillerons également des contributions émanant de byzantinistes, de spécialistes de l’époque médiévale et des historiens d’autres traditions religieuses, afin de fournir des matériaux comparatistes susceptibles d’éclairer les usages et les valeurs associées à l’encens dans l’Antiquité. L’originalité de la rencontre scientifique résidera aussi dans l’attention portée à la matérialité de l’encens. Le cadre romain devrait offrir l’occasion d’étudier des traditions relatives à l’utilisation de substances aromatiques dans le rite catholique romain. Un atelier expérimental permettra en outre de procéder à la fabrication de mélanges de résines odorantes, afin d’expérimenter directement leurs multiples propriétés sensibles, qui dépassent le registre strictement olfactif. L’atelier pratique sera animé par Amandine Declercq, médiatrice scientifique et membre de l’équipe toulousaine Synaesthesia[9]. Les résultats de la rencontre seront mis à profit lors de l’exposition prévue au Musée Saint-Raymond de Toulouse de novembre 2017 à février 2018, « Rituels grecs, une expérience sensible ».

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Les communications dureront une vingtaine de minutes, et devront être en anglais, italien ou français. Elles devront présenter une recherche originale et inédite, n’ayant pas déjà fait l’objet d’une communication orale importante ou d’une publication scientifique. Un titre provisoire accompagné d’un résumé d’environ 300 mots sont attendus

Date limite : 31 octobre 2016.

La rencontre pourra donner lieu à la publication d’un volume.

Comité d’organisation

  • Mark Bradley, Associate Professor of Ancient History, University of Nottingham
  • Béatrice Caseau, Professeure d’histoire byzantine, Université Paris-Sorbonne
  • Adeline Grand-Clément, Maîtresse de conférences en histoire grecque, Université Toulouse Jean-Jaurès
  • Anne-Caroline Rendu-Loisel, Chercheuse post-doctorante en assyriologie, Université Toulouse Jean-Jaurès
  • Alexandre Vincent, Maître de conférences en histoire romaine, Université de Poitiers

Références

[1] « L’Eternel dit à Moïse: Prends des aromates, du stacté, de l’ongle odorant, du galbanum, et de l’encens pur, en parties égales. » (Exode 30:34).

[2] M.E. Kenna, “Why incense does smell religious? Orthodoxy and the Anthropology of Smell”, Journal of Mediterranean Studies, 15/1, 2005, p. 51-70.

[3] Citons les apports du programme ANR MAGI (2013-2016) http://www.bioarchaeo.net, ou encore la publication récente : J.-P. Brun et X. Fernandez, Parfums antiques. De l’archéologue au chimiste, Silvana Editoriale, 2016.

[4] D. Frère, N. Massar, A. Verbanck-Piérard, Parfums de l’Antiquité : la rose et l’encens en Méditerranée, Morlanwelz, 2008 ; L. Bodiou, D. Frère et V. Mehl (dir.), Parfumsetodeurs dans l’Antiquité, Rennes, 2008.

[5] Cf. D.P.S. Peacock and D.F. Williams, Food for the gods: new light on the ancient incense trade, Oxford, Oxbow Books, 2006.

[6] M. Detienne, Les jardins d’Adonis. La mythologie des aromates en Grèce ancienne, Paris, 1989.

[7] M. Bradley (ed.), Smell and the Ancient Senses, Londres-New York, 2015.

[8] http://synaesthes.hypotheses.org/

[9] Cf. http://lesfeesbottees.com/

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Parution : Le Yémen, terre d’archéologie, G. Charloux et J. Schiettecatte (Eds.), 2016.

Il y a quarante-cinq ans, le Yémen est sorti d’une longue période de conflits et d’isolement. Dans le domaine culturel, cette renaissance s’est accompagnée d’un important volet archéologique, d’abord centré sur l’époque antique, celle de la civilisation sudarabique, puis rapidement étendu aux périodes préhistorique et islamique.

Cet ouvrage retrace plus de quarante années de recherches archéologiques françaises, coordonnées à partir de 1982 par le Centre français d’Études yéménites, devenu le Centre français d’Archéologie et de Sciences sociales de Sanaa. Bien que brutalement stoppées par les conflits récents, les découvertes effectuées par les nombreuses équipes d’archéologues et d’historiens permettent de retracer les grandes étapes de l’évolution d’un pays légendaire, le pays de la reine de Saba. Cette terre a vu l’émergence de royaumes et de cités dont le développement fut le résultat d’une maîtrise avancée de l’agriculture irriguée et de l’accroissement du commerce caravanier puis maritime des résines aromatiques, des chevaux et du café.

Par la monumentalité de son architecture, le raffinement de ses arts et la fascination qu’exercent ses inscriptions, la civilisation de l’Arabie du Sud apparait désormais bien différente de l’image trompeuse d’une Arabie désertique parcourue par les seuls nomades.

L’ouvrage fait 294 pages au format 28 cmx21 cm

Parution : 2016

ISBN 10 : 2705339395
ISBN 13 : 9782705339395
Pages : 294
Format (mm) : 280×210

Prix public (TTC) : 55.00 €

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Compte-rendu d’exposition : « Jardins d’Orient », IMA, 19 avr. – 25 sept. 2016

Présentation

L’exposition « Jardins d’Orient. De l’Alhambra au Taj Mahal » se tient actuellement à l’Institut du Monde Arabe à Paris jusqu’au 25 septembre 2016. Agnès Carayon et Sylvie Depondt ont assuré le commissariat de cette exposition.

Parcours muséographique

L’exposition se suit sur deux étages et est complétée à l’extérieur par un jardin éphémère.

Le parcours muséographique se divise en deux parties principales. La première, occupant le premier étage, évoque la gestion de l’eau et l’origine des jardins en Mésopotamie, en particulier ceux de Babylone, source d’inspiration des jardins islamiques. Le deuxième étage évoque les jardins arabo-islamiques de l’Atlantique à l’Inde, des débuts de l’Islam à l’époque contemporaine. Cinq thèmes principaux sont abordés : « Les origines, la grammaire traditionnelle, les usages, la fascination réciproque entre Orient et Occident et le rôle des jardins dans les grandes villes aujourd’hui. »

Les origines

Campement des cavaliers arabes près de Tlemcen, Honré Boze, 1872.
Campement des cavaliers arabes près de Tlemcen, Honoré Boze, 1872.

Le cadre chronologique est très vaste, puisque l’exposition s’ouvre sur les débuts de l’agriculture en Mésopotamie remontant environ au VIIe millénaire av. J.-C. D’emblée, les jardins perses de l’Antiquité divisés en quatre parties sont évoqués. Les oasis sont illustrées de peintures et de photographies du XIXe en Afrique du Nord et des chants d’oiseaux agrémentent la visite.

La Barada à l'entrée de Damas, Félix Bonfils, vers 1880.
La Barada à l’entrée de Damas, Félix Bonfils, vers 1880.
20160421_114657
Vis d’Archimède

Les grands fleuves alimentant en eau ces jardins sont présentés à travers de nombreuses photos du début du XXe siècle. Le visiteur pourra se faire une idée des technologies hydrauliques développées entre les VIIIe et XIIe siècles : norias (roues à eau) et qanât (canaux) qui permettaient d’approvisionner fontaines et jeux d’eau. Le chadouf et le sakieh sont des systèmes d’arrosage anciens, le premier remontant au IIIe millénaire av. J.-C.. Des maquettes permettent de comprendre ces ouvrages techniques. Puis l’on revient aux jardins de Babylone, décrits notamment par Strabon, géographe grec du Ier siècle av. J.-C. Il indiquait comment l’eau y était acheminée par une vis d’Archimède. Une maquette permet d’en comprendre le principe. Le visiteur peut se faire une idée de la grandeur de ces jardins qui ont servi de modèle au jardin islamique grâce à une reconstitution numérique.

La grammaire traditionnelle

L’étage supérieur aborde ainsi le jardin arabo-islamique. Ses principales caractéristique sont présentées : il s’agit d’un lieu clos, structuré par des canaux. Le mot persan « pairidaeza« , désignant d’abord un enclos de chasse puis des lieux de délices, passera dans la langue grecque pour prendre le sens de « Paradis » que nous lui connaissons.

20160421_115757
Le faux canal de fontaine

Les canaux sont organisés géométriquement divisant l’espace en quatre partie, en persan « chahâr bâgh ». Cet agencement s’inspire des jardins de Pasargades et remonte à Cyrus, roi de Perse de 600 à 530 av. J.-C. Un espace octogonal agrémenté d’un bassin en forme d’étoile illustre très à propos le rôle fondamental du kiosque : c’est un lieu ombragé propice aux repas et aux plaisirs. Une fausse allée de fontaine rappelle l’importance de l’eau : elle accueille des éléments décoratifs qui ornaient différents bassins du monde islamique.

Les usages

Les jardins d’al-Andalous illustrent l’importance du jardin dans l’architecture palatiale : lieu de repos et de réceptions somptueuses, il participe également à la manifestation de l’exercice du pouvoir. Les essences d’arbres mentionnées et les chants d’oiseaux évoquent l’odorat et l’ouïe, la vue n’étant pas l’unique sens sollicité.

Jardin de palais dominant un lac et un paysage de collines, Inde, Hyderabad, vers 1750
Jardin de palais dominant un lac et un paysage de collines, Inde, Hyderabad, vers 1750

Les espaces dédiés aux jardins de l’Inde moghole offrent l’occasion d’aborder une autre fonction des jardins dans le cadre de l’architecture funéraire. On pense évidemment au Taj Mahal, et d’autres exemples sont fournis au moyen de miniatures et de plans. L’art du tapis s’est fait l’écho de ce goût pour les jardins : motifs de fleurs et division en quatre parties rappellent ces lieux d’agrément.

La fascination réciproque : Orient et Occident

Dès la Renaissance, le modèle du jardin arabo-islamique est diffusé en Europe via la Sicile et l’Espagne. En outre, les techniques hydrauliques sont également importées d’Orient. Le thème du jardin oriental a inspiré les peintres avant de servir de modèle aux jardins occidentaux au cours du XIXe siècle. La tulipe est censée illustrer ces échanges : symbole de l’Empire ottoman, elle est importée en Europe au XVIe siècle. Cependant, l’engouement qui eut lieu autour de cette fleur en Hollande au XVIIe siècle n’éclaire pas tant l’évolution de l’art du jardin que l’introduction de la spéculation et de l’économie de marché…

Le rôle des jardins dans les grandes villes aujourd’hui

Pavillon du Maroc à l'Exposition universelle de Vincennes 1931.
Pavillon du Maroc à l’Exposition universelle de Vincennes 1931.

Enfin, cette tradition des jardins orientaux a persisté depuis l’époque coloniale jusqu’à nos jours. En effet, les pays du Golfe en particulier connaissent un important développement urbain et cherchent à verdir la ville. Les jardins de Majorelle au Maroc sont présentés au public à travers des photos.

Les visiteurs peuvent ensuite se rendre dans le jardin aménagé par Michel Péna et installé sur le parvis le temps de l’exposition. Celui-ci s’admire depuis le sol où il est possible de déambuler entre les carrés de fleurs odorantes et le canal, et depuis la passerelle offrant notamment le spectacle d’une anamorphose par François Abélanet faisant apparaître une étoile polygonale (photo en Une) lorsqu’on la prend en photographie.

 

La documentation iconographique est très riche et variée : le visiteur peut admirer des photographies, des peintures, de nombreuses miniatures persanes et mogholes, des tapis, des plans de jardin… Il sortira enchanté de cette visite. On pourra néanmoins regretter les allers-retours chronologiques entre la Haute Antiquité et la période Islamique, mais le choix muséographique est plus thématique que véritablement historique.

Des rencontres et débats complètent l’exposition.

Informations pratiques

Quand   Du 19 avril au 25 septembre 2016
   Salles d’expositions et jardin éphémère sur le parvis de l’IMA
Horaires   Du mardi au vendredi de 10h à 18h – Samedi, dimanche et jours fériés (sauf 1er mai) de 10h à 19h. Fermé le lundi.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Parution : Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale, BEO 64, 2015. Dir. J. Bonnéric

Cette publication est le résultat de la table ronde sur les odeurs en terre d’Islam au Moyen Âge organisée par Julie Bonnéric (14 décembre 2012, Ifpo Beyrouth).

L’approche se veut pluridisciplinaire : historiens, archéologues, anthropologues, linguistes et islamologues discutent ce thème. Outre les intervenants présents à la table ronde, trois contributeurs viennent enrichir l’ouvrage en abordant le champ sémantique des odeurs en hébreu, le rôle de la putréfaction en Andalousie et l’exemple de la prohibition du safran dans les hadith.s.

Pour ma part, j’y parle du rôle de l’archéologie dans la compréhension de l’usage des encens dans le monde islamique entre le VIIIe et le XIIe siècle.

Résumé de l’article :

L’usage des encens, comme l’oliban (lubān), la myrrhe (murr) ou encore le bois d’aloès (ʿūd), est bien renseigné dans les sources écrites, qu’elles soient des oeuvres lexicographiques, des traités de médecine, des récits de géographes ou des oeuvres poétiques et littéraires. Ces sources informent sur les différents emplois de ces substances aromatiques de valeur dans les milieux aisés et de prestige. Les données archéologiques viennent compléter notre connaissance à ce sujet en livrant des informations importantes sur la façon dont ces aromates étaient employés au sein de populations plus modestes pour lesquelles nous ne disposons pas de sources écrites. Différents sites ayant livré des résines ou des brûle-parfums en contexte archéologique sont présentés afin de montrer en quoi leur étude nous renseigne sur les contextes d’utilisation des résines et bois aromatiques : religieux ou profane, riche ou modeste. Enfin, dans le cadre d’une étude anthropologique complète, la vente et l’usage de l’encens seront abordés du point de vue des pratiques actuelles en Oman, région productrice et consommatrice d’oliban.

BEO 64 (2015)

Beyrouth-Damas, Presses de l’Ifpo, 2016
390 p.
ISBN 978-2-35159-800-9
ISSN 0253-1623
38 €

Sur Revues.org : http://beo.revues.org/

Sommaire

In memoriam
  • Souheil Chébat 7
  • Jean-Paul Pascual 13
Dossier thématique : Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale 
  • Liste des contributeurs 19
  • Introduction
    • Entre fragrances et pestilences, étudier les odeurs en terre d’Islam au Moyen Âge, Julie Bonnéric 21
    • L’anthropologie des odeurs : un état des lieux, Joël Candau 43

Exprimer les odeurs

  • Le lexique arabe des odeurs, Bruno Paoli 63
  • Odeurs, souffle et sacré en hébreu classique, décryptage d’un réseau sémantique, Jonas Sibony 99

Les substances odorantes

  • De la pestilence à la fragrance. L’origine de l’ambre gris selon les auteurs arabes, Thierry Buquet 113
  • Une archéologie des odeurs : identifier les encens et leurs usages au Proche et Moyen-Orient (VIIIe-XIIe siècles), Sterenn Le Maguer 135

Le rôle des odeurs

  • Des parfums et des fumées : les parfums à brûler en Islam médiéval, Jean-Charles Ducène 159
  • Fumigations et rituels magiques. Le rôle des encens et fumigations dans la magie arabe médiévale, Jean-Charles Coulon 179
  • Hommes, femmes, parfums et puanteurs dans quelques textes littéraires arabes des IVe/Xe-Ve/XIe siècles, Monica Balda-Tillier 249
  • العفونة في البيطرة الأندلسية بين المفهوم الفلسفي والواقع التجريبي 265
    سعدي شخوم وحياة قنون
Odeurs et sacré
  • Olfactory Visuals: A Case of Saffron Prohibition in Ḥadīṯ Commentary, Atanas Shinikov 227
  • Réflexions sur l’usage des produits odoriférants dans les mosquées au Proche-Orient (Ier/VIIe-VIe/XIIe s.), Julie Bonnéric 293
Varia
  • Le prince al‑Walīd et son bain : itinéraires épigraphiques à Quṣayr ʿAmr, Frédéric Imbert 321
  • La question du  cursus honorum mamelouk au tournant des XIVe‑XVe siècles, Clément Onimus 365

Source : http://www.ifporient.org/node/1799

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Compte-rendu d’exposition : « Sensual Delights. Incense Burners and Rosewater Sprinklers from the World of Islam », 20 mars – 6 sept. 2015, Copenhague

L’exposition « Sensual Delights » s’est tenue à la David Collection (Copenhague) du 20 mars au 6 septembre 2015. Elle a été élaborée par Joachim Meyer.

Cette exposition avait deux objectifs : mettre en lumière deux types d’objets (brûle-parfums et aspersoirs à eau de rose) dispersés au sein de la collection et rendre tangible des « substances éthérées » à travers la culture matérielle associée à leur usage. D’où le nom de l’exposition, les sens en question étant non seulement l’odorat mais aussi la vue. L’odorat était mis en valeur, au sein de l’exposition, à travers un présentoir permettant de sentir des substances comme le musc, l’ambre gris, l’encens oliban etc. Onze brûle-parfums et dix-neuf aspersoirs à eau de rose étaient présentés suivant un ordre chronologique. Les vitrines étaient organisées de façon linéaire avec, à gauche les brûle-parfums et à droite les aspersoirs à eau de rose.

Le premier objet présenté est un encensoir en bronze datant des VIIIe/IXe siècles. Circulaire sur pied, il comporte trois anneaux permettant de suspendre l’objet à autant de chaîne afin de balancer l’objet lors du culte. Il porte un décor en bas-relief représentant des scènes de la vie du christ. Cet encensoir a donc une fonction religieuse.

Brûle-parfum cylindrique, bronze, Iran (ca. XIIe - XIIIe s.)
Brûle-parfum cylindrique, bronze, Iran (ca. XIIe – XIIIe s.)

Il s’oppose ainsi, aussi bien du point de vue fonctionnel que morphologique, aux brûle-parfums islamiques qui sont ensuite présentés. Les brûle-parfums en bronze ou en alliage de cuivre, parfois richement ornés d’incrustation en or ou en argent, illustrent le goût des élites.

IMG_0980Les formes étaient variées : récipients cylindriques à sur pieds ou brûle-parfums zoomorphes.

Trois objets portent des inscriptions : deux sont des formules de bénédiction, l’autre indique que l’objet est une donation pieuse.

Deux brûle-parfums, bois et fibre végétale, Yémen (fin XVIIIe s.)
Deux brûle-parfums, bois et fibre végétale, Yémen (fin XVIIIe s.)

Deux brûle-parfums en bois et fibre végétale ont été rapportés du Yémen par Carsten Niebuhr lors de son expédition en Arabie entre 1761 et 1767 (prêt du Musée national du Danemark).

 

Le choix des objets est particulièrement pertinent puisque avec seulement onze objets, huit types différents peuvent être distingués. Le conservateur parvient ainsi à restituer la production des brûle-parfums entre le VIIIe et le XVIIIe siècle dans des régions allant de la Sicile au Yémen en passant par le Levant ou l’Iran.

De la même façon, la présentation des aspersoirs (ou flacons) à eau de rose suit un ordre chronologique. Le premier aspersoir présenté est en bronze et date des Xe-XIe siècle. Il rappelle les productions sassanides en argent des Ve-VIIe siècle. La principale différence réside au niveau du col : celui-ci est désormais plus étroit afin de laisser passer moins de liquide. Cette évolution morphologique indique un usage comme aspersoir et non comme bouteille. Cette forme hémisphérique sur pied et terminée par un col étroit à bec ouvert est représenté par cinq autres exemplaires en métal et un en céramique glaçurée. Les décors sont très variés et le motif en relief de bosses en forme de gouttes rappelle la fonction de l’objet tout en facilitant sa préhension. Un des aspersoirs est en forme d’oiseau qui n’est pas sans rappeler un type de brûle-parfum évoqué supra : il provient d’ailleurs de la même aire géographique, l’Iran-Afghanistan, et de la même période, le XIIe siècle. Les formes des aspersoirs rappellent parfois des productions en verre et parfois ils étaient eux-mêmes réalisés dans ce matériau, bien que dans ce cas leur identification est moins assurée et il pourrait aussi bien s’agir de bouteilles. Les exemples d’aspersoirs originaires d’Inde illustrent le goût des élites indiennes pour les parfums et leur art de vivre, à l’imitation des cours des princes moghols. Les princes ottomans faisaient également un usage libéral de parfums, et deux aspersoirs faits en porcelaine chinoise et rehaussés de métal et de gemmes datent de cette époque. Quatre objets portent des inscriptions de bénédictions. Les aspersoirs présentés dans l’exposition appartenaient à des contextes princiers, à l’image des brûle-parfums exposés. J. Meyer a fait parfaitement dialoguer les deux types d’objets dont les matériaux, les décors, les inscriptions et parfois même la forme se répondent.

En outre, des miniatures conservées à la David Collection viennent illustrer les usages de ces objets dans les cours princières.

Il convient donc de saluer cette exposition qui est la première, à notre connaissance, à s’intéresser aux parfums dans le monde islamique. Si les parfums sont un thème relativement bien exploité pour l’Antiquité, le sujet a été peu étudié en ce qui concerne le monde médiéval musulman. Cette exposition, et le catalogue qui l’accompagne, participe ainsi à la mise en valeur de ce sujet qui concerne à la fois l’histoire de l’art, l’archéologie et l’histoire sociale.

 

Descriptif :

https://www.davidmus.dk/en/current_events/tidligere_saerudstilling/saerudstilling_foraar_2015

Catalogue de l’exposition :

Meyer Joachim, Sensual Delights. Incense Burners and Rosewater Sprinklers from the World of Islam, Copenhague, The David Collection, 2015

80 p. Ill. coul.

Env. 20 €

ISBN : 978-87- 88464-8-4

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Publication : A. Rougeulle (dir.), Sharma : un entrepôt de commerce médieval sur la cote du Hadramawt (Yémen, ca 980-1180)

9781784911942Sharma : un entrepôt de commerce médieval sur la cote du Hadramawt (Yémen, ca 980-1180), sous la direction d’Axelle Rougeulle, Oxford, Archaeopress (British Foundation for the Study of Arabia Monographs ; 17), 2015, ISBN 978-1-78491-194-2

Commander cet ouvrage en ligne

Mentionné par al-Muqaddasī vers 985 puis par al-Idrīsī vers 1150, le port médiéval de Sharma a été découvert en 1996 à l’extrémité du Ra’s Sharma, à 50 km à l’est de la ville d’al-Shiḥr sur la côte du Ḥaḍramawt au Yémen ; il a fait l’objet de quatre campagnes de fouilles en 2001-2005. Ce site unique était en fait un entrepôt de transit, probablement fondé par des marchands iraniens et entièrement consacré au commerce maritime. Il connut un brève période d’activité entre ca 980 et la seconde moitié du XIIe siècle, que l’on peut appeler l’horizon Sharma. Les fouilles ont montré que l’entrepôt avait connu 6 phases chronologiques, qui reflètent étroitement l’évolution politico-économique de la région à cette époque. Le matériel mis au jour représente essentiellement les vestiges de marchandises en transit, petits objets, résines aromatiques, verreries et céramiques ; un tiers du corpus céramique est d’origine locale, produit dans les fours proches de Yaḍghaṭ, le reste est importé, de toutes les régions riveraines de l’océan Indien depuis la Chine jusqu’à l’Afrique orientale. L’étude chrono-typologique de cet ensemble clos apporte des informations précises sur la datation et l’évolution des divers types répertoriés, et l’analyse historique éclaire d’un jour nouveau l’histoire du commerce maritime musulman aux Xe-XIIe siècles.

Le chapitre III/9 présente les résultats d’analyses effectuées sur des résines retrouvées en contexte archéologique. Les produits ont été identifiés comme de l’encens pour une petite portion et comme du copal pour la majeure partie, attestant de liens commerciaux avec l’Afrique orientale.

Sommaire

Introduction (A. Rougeulle), p. 1-8

I. Les occupations préislamiques
I/1. L’occupation préhistorique (R. Crassard, M.-L. Inizan, A. Rougeulle), p. 11-18
I/2. L’occupation sudarabique (J. Schiettecatte), p. 19-27

II. L’entrepôt médiéval
II/1. Présentation générale (A. Rougeulle), p. 31-38
II/2. La lisière sud de la ville et les enceintes méridionales (A. Rougeulle), p. 39-60
II/3. La lisière est de la ville et les enceintes orientales (A. Rougeulle), p. 61-66
II/4. Le quartier sud (A. Rougeulle, A. Joyard), p. 67-100
II/5. Le secteur de la corniche (A. Rougeulle), p. 101-114
II/6. Le quartier nord (A. Rougeulle), p. 115-121
II/7. Le quartier du port (A. Rougeulle), p. 123-134
II/8. Les structures défensives (A. Rougeulle, V. Bernard), p. 135-140
II/9. Les structures d’approvisionnement en eau (A. Rougeulle, V. Bernard), p. 141-142
II/10. Les cimetières (A. Rougeulle), p. 143-144
II/11. Conclusion sur l’occupation médiévale (A. Rougeulle), p. 145-150

III. Le matériel archéologique de l’horizon Sharma
III/1. Présentation (A. Rougeulle), p. 153-156
III/2. Les céramiques non glaçurées (A. Rougeulle, A. Collinet, N. Martin), p. 157-236
III/3. Les céramiques à glaçure (A. Rougeulle), p. 237-275
III/4. La céramique chinoise à Sharma : pour un essai d’étude typo-chronologique et spatiale, (B. Zhao), p. 277-321
III/5. Les verres, (D. Foy), p. 323-367
III/6. La vaisselle et les ustensiles en pierre (A. Rougeulle), p. 369-372
III/7. Les monnaies et les poids (A. Peli), p. 373-374
III/8. Les objets divers (A. Rougeulle), p. 375-394
III/9. Les résines végétales de type copal et encens : caractérisation, exploitation et circuits commerciaux (M. Regert, M. Salque, Th. Devièse, A.-S. Le Hô), p. 395-416
III/10. Analyse carpologique à Sharma : production et circulation des produits végétaux (V. Dabrowski, M. Tengberg, D. Guillemarre, Ch. Bouchaud), p. 417-423

IV. Les réoccupations tardives
IV/1. L’occupation des xiiie/xive siècles (A. Rougeulle, B. Zhao), p. 427-432
IV/2. L’occupation des xviiie/xixe siècles (A. Rougeulle, B. Zhao), p. 433-444

V. Sharma dans son contexte régional et international
V/1. Sharma et sa région (V. Bernard, C. Hardy-Guilbert, A. Rougeulle, J. Schiettecatte), p. 447-466
V/2. Sharma et l’essor du commerce islamique dans l’océan Indien occidental (xe-xiie siècle) (E. Vallet), p. 467-478

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Conférence A. Le Guérer, « Les parfums qui soignent » [Podcast]

Conférence d’Annick Le Guérer, historienne du parfum, donnée à l’Institut français de la mode

Honorer les dieux, soigner, séduire : les trois fonctions historiques du parfum. Pendant des siècles, les parfums se badigeonnaient et s’avalaient en tant que médicaments. L’odeur était considérée comme un principe actif contre les miasmes. Le XXIe siècle redécouvre les vertus thérapeutiques du parfum, un sens longtemps négligé et sous-estimé car trop « animal »…

Podcast disponible ici : http://plus.franceculture.fr/partenaires/institut-francais-de-la-mode/les-parfums-qui-soignent

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Série de trois conférences : « L’Oman et le commerce de l’encens », Paris, mars 2015

Dans le cadre des conférences organisées par l’Association française des Amis de l’Orient (AFAO), je donnerai un cycle de trois conférences les 3, 10 et 17 mars 2015 intitulé :

L’Oman et le commerce de l’encens

Ces trois conférences auront pour but de faire découvrir l’histoire de l’Oman depuis le Néolithique jusqu’à la période médiévale. Les caractéristiques environnementales et géologiques faisant la spécificité de ce territoire seront d’abord évoquées. Il s’agira ensuite de présenter comment l’Oman a été très tôt impliqué dans les échanges à longue distance. Concernant le commerce, nous nous concentrerons plus particulièrement sur celui de l’encens. En effet, les arbres à encens, Boswellia sacra, croissent dans la région du Dhofar localisée dans le sud du Sultanat d’Oman.

Programme

Oasis et navigateurs : l’Oman du Néolithique à l’Âge du Fer
Mardi 3 mars 2015 à 18h15
L’Oman et la reine de Saba : le commerce de l’encens à l’époque classique
Mardi 10 mars 2015 à 18h15
Au pays de Sindbad : le commerce international dans l’océan Indien à l’époque islamique
Mardi 17 mars 2015 à 18h15

Lieu

Maison de l’Asie, 22 avenue du président Wilson, 75116 Paris.
Salle de conférence, rez-de-chaussée

Métro : Iéna

Renseignements et inscriptions

Programme complet et inscription sur le site de l’AFAO
Pour adhérer à l’AFAO c’est sur cette page.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

De l’encens oliban retrouvé dans des tombes en Grande-Bretagne

Un récent article paru dans le Journal of Archaeological Science (n° 53, 2015) rapporte les résultats d’analyses physico-chimiques réalisées sur des résidus organiques provenant de 48 tombes datant de la période romaine tardive (IIIe – IVe siècles) en Grande-Bretagne. Ces analyses avaient pour but de renseigner les aspects pratiques et symboliques des rites funéraires romains et de mettre en lumière la relation qu’entretenait la Grande-Bretagne avec le reste de l’Empire romain.

Procédure et résultats

En tout, 92 échantillons ont été prélevés sur 48 tombes localisées à divers endroits en Grande-Bretagne. Ces échantillons ont fait l’objet d’analyses par chromatographie gazeuse – spectrographie de masse (CG/SM). Les biomarqueurs ont également été étudiés afin de préciser l’origine des résines éventuellement contenues dans ces échantillons. L’analyse des sources textuelles romaines permettait de supposer la présence de résines bien que celles-ci soient invisibles à l’œil nu. En effet, appliquées sur les linceuls couvrant les corps, elles ont été absorbées par les tissus. Néanmoins, ce qu’il reste de ces derniers peut être analysé par GC/SM pour déterminer la présence ou non de diverses huiles ou résines.

Ces analyses ont permis de démontrer la présences de résine de pin (Pinaceae spp.), de résine de pistachier (Pistaceae spp.) et de résine d’encens oliban (Boswellia spp.). Dans certains cas, on avait mélangé de la résine de pin et de la résine de pistachier. Malheureusement, la dégradation trop avancée des échantillons ne permet pas d’identifier plus précisément les espèces.

Pratiques rituelles et aspect social

Cette étude témoigne de l’emploi de résines dans le rite funéraire romain. Celui-ci avait un aspect symbolique puisqu’il signifiait le passage vers l’au-delà. Il possédait aussi un aspect pratique visant à retarder la décomposition du corps grâce aux vertus antibactériennes contenues notamment dans la résine de pin. En outre, cela permettait de masquer les mauvaises odeurs liées à cette même décomposition. Il s’agissait également de préserver le linceul aussi longtemps que possible.

D’autre part, il s’agit de montrer son appartenance sociale en utilisant des produits importés depuis le bassin méditerranéen et donc onéreux. Les échantillons ayant livré ces trois résines proviennent tous de tombes où furent inhumées des personnes de haut rang. Cela est visible à travers différents aspects :

– la qualité des tissus employés, certains étant teints de pourpre, colorant issu d’un coquillage méditerranéen très onéreux ;

– certaines tombes étaient en pierre, voire des mausolées ;

– le matériel associé pouvait être luxueux (bijoux, verre etc.).

La Bretagne : une île intégrée à l’Empire romain

Il apparaît à travers cette découverte que la Bretagne est parfaitement romanisée aux IIIe-IVe siècles. Tout d’abord, ses élites semblent avoir intégrées les rites funéraires romains. Des études similaires sur le continent ont montré l’utilisation de ces mêmes résines dans les rites funéraires. Cela correspond également aux descriptions faites dans les textes contemporains. Les élites de Bretagne sont composées d’indigènes romanisés et de colons romains. Ces derniers semblent avoir réussi à imposer leur mode de vie et leur conception de l’au-delà aux Bretons.

D’autre part, la Bretagne participe pleinement aux échanges commerciaux. En effet, les différentes espèces de pin et surtout les pistachiers et les Boswellia ne croissent pas en Bretagne. Les pistachiers poussent sur le pourtour méditerranéen et au Levant. La résine du Pistachia lentiscus croissant sur l’île de Chios était particulièrement recherchée ainsi que celle du Pistachia terebinthus croissant au Levant. Enfin, l’oliban provient de différentes espèces de Boswellia, la plus connue étant le Boswellia sacra croissant dans le sud de l’Arabie et dans l’actuelle Somalie.  Ces différents produits étaient extrêmement coûteux.

Pratiques païennes ou chrétiennes ?

La période des IIIe-IVe siècles marque, dans l’Empire romain, un tournant religieux et politique important puisque l’Empereur Constantin se convertit peu à peu au christianisme en 312, avant d’en faire la religion d’État. Le paganisme ne fait cependant pas l’objet de persécutions et il est toléré. Les rites funéraires avec embaumement ne sont donc pas mis en question. Ils sont d’ailleurs communs aux pratiques juives et chrétiennes puisque les Évangiles de Marc et de Luc font allusion à l’embaumement de Jésus que les femmes s’apprêtaient à réaliser. Elles ne peuvent néanmoins pas embaumer le corps puisque celui-ci, d’après les textes, a disparu (Mc, 16, 1 et Lc, 24, 1).

Pour conclure, il est intéressant de noter que le commerce de l’encens est encore assez florissant puisque ce produit était encore employé dans les rites funéraires aux IIIe-IVe siècles jusqu’aux confins de l’Empire romain. Si l’on considère, comme Béatrice Caseau (2007, p. 91), que l’encens est largement employé dans les églises romaines dès le Ve siècle, alors il devient difficile de considérer la christianisation de l’Empire romain comme un facteur de régression du commerce de l’encens. Il alors permis d’estimer que le commerce de l’encens n’a jamais cessé et que les causes d’un relatif déclin sont à chercher ailleurs et ne valent que pour une courte période.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

48th Seminar for Arabian Studies (25-27 july 2014, London) : « The trade of aromatics during the Islamic period »

« The trade of aromatics during the Islamic period »

S. Le Maguer, Paris 1 Panthéon-Sorbonne

This paper deals with the incenses that were traded and used in the Islamic world from the 7th to the 16th century. Many researches and publications deal with the Ancient aromatics trade, but only few focuses on this trade during the Islamic period. This paper intends to present the results obtained from a multidisciplinary methodology.

To identify the main substances used as incense, medieval Arabic sources, like the Kitāb al-nabāt written by Al-‘Asma’ī and Abū Ḥanīfa al-Dīnawarī, or Ibn al-Bayṭār’s Jāmiʿ li-mufradāt al-adwiya wa’l-ag̲h̲d̲h̲iya are of great interest. These textual sources are then compared to modern botanical studies and chemical analyses of the substances found in archaeological contexts. This allows us to map the distribution of these materials in order to enlighten the main trade routes across the Indian Ocean and the Arabian Peninsula.

This research offers a new perspective on the commercial relations between the Eastern Mediterranean world and the Indian Ocean through the Arabian Peninsula and its bordering seas in the Medieval Islamic world.

Arabia, aromatics, botany, trade, Medieval Islam.

AVANZINI A., 1998, Profumi d’Arabia, Roma: L’Erma di Bretschneider.

GROOM N., 1981, Frankincense and Myrrh, Beirut: Librairie du Liban.

 

The full program with more exciting lectures can be find here: https://www.thebfsa.org/sites/default/files/SAS%20Draft%20Prog%2014%20v4.pdf

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Appel à contribution/Call for papers : Histoire et anthropologie des odeurs en islam médiéval (Bulletin d’études orientales 64, 2015)

8249975574_e4de779e3f_nDate limite de soumission : 15 octobre 2014. Publication : automne 2015

Fort de l’intérêt suscité par la table-ronde intitulée Fragrance et pestilence : histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale, organisée le 14 décembre 2012 à Beyrouth par l’Institut Français du Proche-Orient, le Bulletin d’études orientalesconsacre à ce sujet un dossier thématique.

Quoique l’Orient soit traditionnellement considéré comme un monde de senteurs parfumées et épicées, la question du rapport des musulmans aux parfums et aux odeurs n’a à ce jour que peu intéressé les chercheurs. Bien qu’ayant à leur disposition des sources nombreuses et variées, tant matérielles, recueillies à l’occasion de fouilles archéologiques, que textuelles (chroniques, récits géographiques, traités de médecine, œuvres littéraires, etc.), historiens et archéologues se sont le plus souvent contentés de quelques considérations générales, n’évoquant parfums, encens et onguents et n’en soulignant la diversité et la qualité, ainsi que le coût faramineux et les origines lointaines que pour illustrer le raffinement de la société arabo-musulmane médiévale ou son rôle dans les échanges commerciaux.

Ce dossier a pour objectif de mettre à contribution historiens, anthropologues, linguistes, archéologues et spécialistes de droit, de médecine ou de littérature pour dépasser le stade des généralités et des clichés et aborder la question des odeurs en terre d’islam dans ses différentes dimensions, fonctionnelles (légales, médicales, etc.), sociales (vecteurs de séduction, d’intégration ou de discrimination), symboliques (fonctions religieuses ou magiques) et, de manière transversale, linguistiques : comme le souligne Dan Sperber, si les odeurs sont des « symboles par excellence », c’est notamment parce que, dans de nombreuses langues, les outils linguistiques pour les nommer et les décrire sont souvent imprécis et métaphoriques. Mais est-ce le cas de la langue arabe ?

Les propositions d’articles, en français, en arabe ou en anglais, devront être envoyées avant le 15 octobre 2014 aux trois adresses électroniques suivantes : n.meouchy@ifporient.orgbmapaoli@gmail.com et bonneric.julie@gmail.com.

Elles comprendront :

  • le texte de l’article aux formats doc et pdf, dont la présentation devra se conformer aux règles édictées par la charte éditoriale des Presses de l’Ifpo ;
  • la liste des légendes des figures et/ou des planches, dans un (des) fichier(s) séparé(s) ;
  • les illustrations au format tif ou eps ;
  • le résumé de l’article (1000 signes maximum, espaces non compris), en français, en anglais et en arabe ;
  • la biographie de l’auteur (150 signes maximum), en français, en anglais et en arabe.

Les fichiers lourds (illustrations notamment) pourront être envoyés via des plateformes de téléchargement comme Dropbox ou Yousendit.

Si nécessaire, l’auteur fournira la copie des autorisations de reproduction d’illustrations déjà publiées ou de documents inédits.

Les articles proposés seront évalués par le comité éditorial de la revue et une réponse sera donnée aux auteurs avant le 1er mars 2015. La parution du volume est prévue pour l’automne 2015.

Call for papers History and anthropology of odors in medieval islam (Bulletin d’études orientales 64, 2015)

With the interest generated by the roundtable entitled “Good and bad smells : history and anthropology of odors in the land of Islam in medieval times”, held December 14, 2012 in Beirut at the French Institute of the Near East, the Bulletin d’Etudes orientales devotes a part of its forthcoming issue (64, 2015) to this subject.

Although the Orient is traditionally considered a world of fragrant and spicy scents, the question of the relationship of Muslims to perfumes and odors has up to now little interested researchers. Although they have at their disposal numerous and varied sources, both material, collected during archaeological excavations, and textual (chronics, geographical, narrative and medical treatises, literary works, etc.), historians and archaeologists merely contented themselves with a few general considerations, evoking fragrances, incense and ointments and highlighting their diversity and quality, as well as their cost and far origins to illustrate the sophistication of medieval Arab-Muslim society or its role in trade.

With the contribution of historians, anthropologists, linguists, archaeologists and specialists in law, medicine and literature, our goal is to move beyond generalities and stereotypes and to address the issue of odors in the land of Islam in its various dimensions, functional (legal, medical, etc..), social (vectors of seduction, integration or discrimination) and symbolic (religious or magical) and transversely, linguistic: as Dan Sperber points out, if the odors are « symbols par excellence », it is mainly because, in many languages, tools for naming and describing are often vague and metaphorical. Is it also the case in Arabic ?

Proposals, in French, Arabic or English, should be sent before October 15, 2014 to the following email addresses:n.meouchy@ifporient.orgbmapaoli@gmail.com and bonneric.julie@gmail.com.

They will include:

  • The text of the article in doc and pdf formats, complying with the rules laid down by the editorial charter of the Presses de l’Ifpo;
  • The list of figure captions in a separate file;
  • Illustrations in tif or eps format ;
  • The summary of the article (1000 characters maximum, no spaces) in French, English and Arabic;
  • The author’s biography (maximum 150 characters), in French, English and Arabic.

Large files (including illustrations) may be sent via download platforms such as Dropbox or Yousendit.

If necessary, the author will provide a copy of the permission to reproduce published or unpublished illustrations.

Submissions will be evaluated by the periodical’s editorial board and an answer will be given to authors by March 1, 2015. The issue will be published at the fall of 2015.

Source : http://www.ifporient.org/node/1527

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Conférence « Le commerce de l’encens », 9 octobre 2013, Inalco, Paris.

Dans le cadre des conférences organisées par l’Association des Anciens Elèves et Amis des Langues Orientales (AAEALO), je donnerai une conférence d’une heure à l’auditorium de l’Inalco.

Durant le temps qui m’est imparti, je rappellerai brièvement l’histoire de ce commerce qui fit la renommée et la richesse des royaumes sudarabiques. Cependant, nous verrons que cette affirmation repose surtout sur l’étude des sources anciennes grecques et latines. Nous effectuerons un travail critique de ces sources, en rappelant notamment que des auteurs comme Hérodote au Ve siècle av. J.-C., ou Pline l’Ancien au Ier siècle de notre ère, rapportaient des témoignages de seconde main. Ces récits étaient en effet colportés par les marchands d’encens et de myrrhe, qui étaient souvent des intermédiaires. Assimilables à des fables par leur côté fantastique, ils avaient pour objectif de tenir éloignés les curieux et, en insistant sur la rareté et les difficultés liées à la récolte des ces résines, ils permettaient d’en augmenter le prix.

Les études botaniques des arbres à encens et à myrrhe ont non seulement mis fin à ces contes, elles permettent également à l’archéologue de cartographier la répartition actuelle de ces arbres, et d’en déduire par hypothèse la répartition ancienne. Nous présenterons à cette occasion ce que recouvrent en fait les mots « encens » et « myrrhe ». La répartition de ces arbres, les différentes qualités de résine produites nous apportent un éclairage nouveau sur les modalités de ce commerce.

Enfin, nous montrerons que la consommation et la commercialisation de l’encens ne s’arrêtent avec la fin de l’Antiquité. L’encens circule encore de façon importante à la période Islamique. Cela est visible dans des sources de différentes natures. Tout d’abord, dans les sources textuelles qui témoignent de l’usage de l’encens dans des contextes de prestige, ou que ces résines interviennent dans la préparation de médicaments ou de rituels magiques. Ensuite, les sources archéologiques attestent de l’usage de l’encens dans des contextes domestiques au statut social varié, du plus modeste au plus aisé. Les objets réalisés spécifiquement pour brûler de l’encens, les brûle-parfums, sont ainsi fabriqués dans divers matériaux, essentiellement la céramique, la chlorite ou des alliages de cuivre (bronze notamment).

Informations pratiques :

L’affiche ici.

Lieu : Inalco, 65 rue des Grands Moulins – 75013 Paris, Auditorium

Mercredi 9 octobre 2013. Début de la conférence à 18h.

Sterenn LE MAGUER

Docteur en Archéologie islamique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Recherches archéologiques en péninsule Arabique