48th Seminar for Arabian Studies (25-27 july 2014, London) : “The trade of aromatics during the Islamic period”

“The trade of aromatics during the Islamic period”

S. Le Maguer, Paris 1 Panthéon-Sorbonne

This paper deals with the incenses that were traded and used in the Islamic world from the 7th to the 16th century. Many researches and publications deal with the Ancient aromatics trade, but only few focuses on this trade during the Islamic period. This paper intends to present the results obtained from a multidisciplinary methodology.

To identify the main substances used as incense, medieval Arabic sources, like the Kitāb al-nabāt written by Al-‘Asma’ī and Abū Ḥanīfa al-Dīnawarī, or Ibn al-Bayṭār’s Jāmiʿ li-mufradāt al-adwiya wa’l-ag̲h̲d̲h̲iya are of great interest. These textual sources are then compared to modern botanical studies and chemical analyses of the substances found in archaeological contexts. This allows us to map the distribution of these materials in order to enlighten the main trade routes across the Indian Ocean and the Arabian Peninsula.

This research offers a new perspective on the commercial relations between the Eastern Mediterranean world and the Indian Ocean through the Arabian Peninsula and its bordering seas in the Medieval Islamic world.

Arabia, aromatics, botany, trade, Medieval Islam.

AVANZINI A., 1998, Profumi d’Arabia, Roma: L’Erma di Bretschneider.

GROOM N., 1981, Frankincense and Myrrh, Beirut: Librairie du Liban.

 

The full program with more exciting lectures can be find here: https://www.thebfsa.org/sites/default/files/SAS%20Draft%20Prog%2014%20v4.pdf

Sterenn LE MAGUER

Doctorante en Archéologie islamique à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Prépare une thèse sur l'évolution du commerce de l'encens dans l'océan Indien du IVe au XVIe siècles.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Appel à contribution/Call for papers : Histoire et anthropologie des odeurs en islam médiéval (Bulletin d’études orientales 64, 2015)

8249975574_e4de779e3f_nDate limite de soumission : 15 octobre 2014. Publication : automne 2015

Fort de l’intérêt suscité par la table-ronde intitulée Fragrance et pestilence : histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale, organisée le 14 décembre 2012 à Beyrouth par l’Institut Français du Proche-Orient, le Bulletin d’études orientalesconsacre à ce sujet un dossier thématique.

Quoique l’Orient soit traditionnellement considéré comme un monde de senteurs parfumées et épicées, la question du rapport des musulmans aux parfums et aux odeurs n’a à ce jour que peu intéressé les chercheurs. Bien qu’ayant à leur disposition des sources nombreuses et variées, tant matérielles, recueillies à l’occasion de fouilles archéologiques, que textuelles (chroniques, récits géographiques, traités de médecine, œuvres littéraires, etc.), historiens et archéologues se sont le plus souvent contentés de quelques considérations générales, n’évoquant parfums, encens et onguents et n’en soulignant la diversité et la qualité, ainsi que le coût faramineux et les origines lointaines que pour illustrer le raffinement de la société arabo-musulmane médiévale ou son rôle dans les échanges commerciaux.

Ce dossier a pour objectif de mettre à contribution historiens, anthropologues, linguistes, archéologues et spécialistes de droit, de médecine ou de littérature pour dépasser le stade des généralités et des clichés et aborder la question des odeurs en terre d’islam dans ses différentes dimensions, fonctionnelles (légales, médicales, etc.), sociales (vecteurs de séduction, d’intégration ou de discrimination), symboliques (fonctions religieuses ou magiques) et, de manière transversale, linguistiques : comme le souligne Dan Sperber, si les odeurs sont des « symboles par excellence », c’est notamment parce que, dans de nombreuses langues, les outils linguistiques pour les nommer et les décrire sont souvent imprécis et métaphoriques. Mais est-ce le cas de la langue arabe ?

Les propositions d’articles, en français, en arabe ou en anglais, devront être envoyées avant le 15 octobre 2014 aux trois adresses électroniques suivantes : n.meouchy@ifporient.orgbmapaoli@gmail.com et bonneric.julie@gmail.com.

Elles comprendront :

  • le texte de l’article aux formats doc et pdf, dont la présentation devra se conformer aux règles édictées par la charte éditoriale des Presses de l’Ifpo ;
  • la liste des légendes des figures et/ou des planches, dans un (des) fichier(s) séparé(s) ;
  • les illustrations au format tif ou eps ;
  • le résumé de l’article (1000 signes maximum, espaces non compris), en français, en anglais et en arabe ;
  • la biographie de l’auteur (150 signes maximum), en français, en anglais et en arabe.

Les fichiers lourds (illustrations notamment) pourront être envoyés via des plateformes de téléchargement comme Dropbox ou Yousendit.

Si nécessaire, l’auteur fournira la copie des autorisations de reproduction d’illustrations déjà publiées ou de documents inédits.

Les articles proposés seront évalués par le comité éditorial de la revue et une réponse sera donnée aux auteurs avant le 1er mars 2015. La parution du volume est prévue pour l’automne 2015.

Call for papers History and anthropology of odors in medieval islam (Bulletin d’études orientales 64, 2015)

With the interest generated by the roundtable entitled “Good and bad smells : history and anthropology of odors in the land of Islam in medieval times”, held December 14, 2012 in Beirut at the French Institute of the Near East, the Bulletin d’Etudes orientales devotes a part of its forthcoming issue (64, 2015) to this subject.

Although the Orient is traditionally considered a world of fragrant and spicy scents, the question of the relationship of Muslims to perfumes and odors has up to now little interested researchers. Although they have at their disposal numerous and varied sources, both material, collected during archaeological excavations, and textual (chronics, geographical, narrative and medical treatises, literary works, etc.), historians and archaeologists merely contented themselves with a few general considerations, evoking fragrances, incense and ointments and highlighting their diversity and quality, as well as their cost and far origins to illustrate the sophistication of medieval Arab-Muslim society or its role in trade.

With the contribution of historians, anthropologists, linguists, archaeologists and specialists in law, medicine and literature, our goal is to move beyond generalities and stereotypes and to address the issue of odors in the land of Islam in its various dimensions, functional (legal, medical, etc..), social (vectors of seduction, integration or discrimination) and symbolic (religious or magical) and transversely, linguistic: as Dan Sperber points out, if the odors are “symbols par excellence”, it is mainly because, in many languages, tools for naming and describing are often vague and metaphorical. Is it also the case in Arabic ?

Proposals, in French, Arabic or English, should be sent before October 15, 2014 to the following email addresses:n.meouchy@ifporient.orgbmapaoli@gmail.com and bonneric.julie@gmail.com.

They will include:

  • The text of the article in doc and pdf formats, complying with the rules laid down by the editorial charter of the Presses de l’Ifpo;
  • The list of figure captions in a separate file;
  • Illustrations in tif or eps format ;
  • The summary of the article (1000 characters maximum, no spaces) in French, English and Arabic;
  • The author’s biography (maximum 150 characters), in French, English and Arabic.

Large files (including illustrations) may be sent via download platforms such as Dropbox or Yousendit.

If necessary, the author will provide a copy of the permission to reproduce published or unpublished illustrations.

Submissions will be evaluated by the periodical’s editorial board and an answer will be given to authors by March 1, 2015. The issue will be published at the fall of 2015.

Source : http://www.ifporient.org/node/1527

Sterenn LE MAGUER

Doctorante en Archéologie islamique à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Prépare une thèse sur l'évolution du commerce de l'encens dans l'océan Indien du IVe au XVIe siècles.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Conférence “Le commerce de l’encens”, 9 octobre 2013, Inalco, Paris.

Dans le cadre des conférences organisées par l’Association des Anciens Elèves et Amis des Langues Orientales (AAEALO), je donnerai une conférence d’une heure à l’auditorium de l’Inalco.

Durant le temps qui m’est imparti, je rappellerai brièvement l’histoire de ce commerce qui fit la renommée et la richesse des royaumes sudarabiques. Cependant, nous verrons que cette affirmation repose surtout sur l’étude des sources anciennes grecques et latines. Nous effectuerons un travail critique de ces sources, en rappelant notamment que des auteurs comme Hérodote au Ve siècle av. J.-C., ou Pline l’Ancien au Ier siècle de notre ère, rapportaient des témoignages de seconde main. Ces récits étaient en effet colportés par les marchands d’encens et de myrrhe, qui étaient souvent des intermédiaires. Assimilables à des fables par leur côté fantastique, ils avaient pour objectif de tenir éloignés les curieux et, en insistant sur la rareté et les difficultés liées à la récolte des ces résines, ils permettaient d’en augmenter le prix.

Les études botaniques des arbres à encens et à myrrhe ont non seulement mis fin à ces contes, elles permettent également à l’archéologue de cartographier la répartition actuelle de ces arbres, et d’en déduire par hypothèse la répartition ancienne. Nous présenterons à cette occasion ce que recouvrent en fait les mots “encens” et “myrrhe”. La répartition de ces arbres, les différentes qualités de résine produites nous apportent un éclairage nouveau sur les modalités de ce commerce.

Enfin, nous montrerons que la consommation et la commercialisation de l’encens ne s’arrêtent avec la fin de l’Antiquité. L’encens circule encore de façon importante à la période Islamique. Cela est visible dans des sources de différentes natures. Tout d’abord, dans les sources textuelles qui témoignent de l’usage de l’encens dans des contextes de prestige, ou que ces résines interviennent dans la préparation de médicaments ou de rituels magiques. Ensuite, les sources archéologiques attestent de l’usage de l’encens dans des contextes domestiques au statut social varié, du plus modeste au plus aisé. Les objets réalisés spécifiquement pour brûler de l’encens, les brûle-parfums, sont ainsi fabriqués dans divers matériaux, essentiellement la céramique, la chlorite ou des alliages de cuivre (bronze notamment).

Informations pratiques :

L’affiche ici.

Lieu : Inalco, 65 rue des Grands Moulins – 75013 Paris, Auditorium

Mercredi 9 octobre 2013. Début de la conférence à 18h.

Sterenn LE MAGUER

Doctorante en Archéologie islamique à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Prépare une thèse sur l'évolution du commerce de l'encens dans l'océan Indien du IVe au XVIe siècles.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

47th Seminar for Arabian Studies Conference, London : “Collecting and analysing frankincense: a pioneering methodology in the study of the frankincense trade”

“Collecting and analysing frankincense: a pioneering methodology in the study of the frankincense trade”

S. Le Maguer (Univ. Paris 1) et M. Tengberg (MNHN)

Poster presented during the 47th Seminar for Arabian Studies Conference held at the British Museum from Friday 26th July to Sunday 28th July 2013.

Abstract:

From January 24th to February the 2nd, we held a wide botanical survey in Oman in the frame of the Exsudarch program that focuses on archaeological fresh and fossils plant exudates and tars (chemistry, manufacture and uses). During this survey, we spent a few days in Dhofar to see the Boswellia sacra, or frankincense tree. Frankincense fresh resin from trees growing in different areas was sampled. These samples will be analysed in order to have references data about the chemical composition of the resin exudates from Boswellia sacra. These data will be compared with the chemical composition of exudates found in archaeological contexts for identification. This study aims to determinate the choice resins that were traded and used. Thus, this poster intends to present this methodology and its result in order to bring a new perspective to the frankincense trade in Ancient and Medieval times.

This poster aims to present an original botany fieldwork and proposes an interesting methodology for archaeologists, in order to redefine the studies concerning frankincense trade in the Arabian Peninsula, whatever the period.

Sterenn LE MAGUER

Doctorante en Archéologie islamique à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Prépare une thèse sur l'évolution du commerce de l'encens dans l'océan Indien du IVe au XVIe siècles.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Une archéologie des odeurs (3/3) : “L’encens aujourd’hui”

La récolte de l’encens joue encore un rôle économique, même si celui-ci est relativement faible. Au Yémen, la récolte est effectuée par des ouvriers somalis. En Oman, les arbres appartiennent à des familles depuis des générations et sont protégés au sein de la réserve naturelle du Dhofar inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. L’arbre est incisé avec un couteau mangeb afin de faire couler la résine, qui, une fois séchée, sera revendue sur les marchés avant d’être brûlée. Ibn Battûta nous donne déjà une description similaire au XIVe siècle lors de sa visite dans le sud de l’Oman, lorsqu’il effectue une halte à khowr Hâsik :

” Ici se trouve l’arbre qui fournit l’encens ; ses feuilles sont minces, et lorsqu’on pratique des incisions dans celles-ci il en dégoutte une liqueur semblable au lait, et qui devient ensuite une gomme ; et c’est là l’encens, qui est très abondant dans ce pays.”

(Voyages, t. II, p. 106)

De plus, l’encens reste un produit important dans la vie sociale. On peut le voir à travers la cérémonie de l’accueil, encore attestée parmi les populations de la péninsule Arabique, en particulier l’Oman, le Yémen et l’Arabie Saoudite.

Al-Masʿūdī rapporte que le calife al-Maʿmūn (r. 198/813-218/833) présidait une conférence de jurisprudence tous les mardis, à laquelle participaient des légistes et autres savants. À la fin du repas, on apportait les brûle-parfums (majāmir) afin que les hôtes du calife en respirent les arômes et se parfument[1]. Le même calife consomma beaucoup d’aromates lors de son mariage avec Būrān b. al-Ḥasan b. Sahl (192/807-271/884) en 210/825, en particulier de l’ambre gris et du bois d’aloès de qualité supérieure venant d’Inde[2].


[1] Kitāb murūj al-ahab, vol. VII, p. 38-39.

[2] Marín 1981, p. 195-198.

 

L’étude de la terminologie actuelle nous aide aussi à comprendre la fonction des différents brûle-parfums. Ainsi, en Oman, on fait la distinction entre le simple majmar, fait en céramique et destiné à brûlé de l’encens, et le mabkharah, qui comprend un brûle-parfum et un ensemble fait de palmes destiné à parfumer les vêtements. Les descriptions détaillées de ces objets sont disponibles ici.

Le mausolée de Bîbî Maryam, Qalhât. (c) S. Le Maguer

Le mausolée de Bîbî Maryam, Qalhât. (c) S. Le Maguer

 

À Qalhât, de l’encens est brûlé pour rendre hommage à Bibi Maryam et obtenir ses faveurs. Généralement, les femmes y implorent la fertilité en effectuant des circumambulations autour du mausolée et en déposant des brûle-parfums dans la crypte.

L’encens est brûlé pour parfumer la maison, mais aussi pour la protéger des djinns.

Il est aussi employé comme remède et se retrouve dans la composition de savons dans le Dhofar.

 

Parfum "Gold Woman" d'Amouage. (c) Amouage 2013.

Parfum “Gold Woman” d’Amouage. (c) Amouage 2013.

Enfin, l’actuel sultan d’Oman a tenu lui-même à ce que soit créé dans son sultanat un parfum de luxe dont les deux ingrédients principaux sont l’encens et la myrrhe. Bien que tout cela soit un peu superficiel, cela témoigne de l’importance que joue l’encens dans l’imaginaire et le désir de cette nation de s’identifier à ce produit dont l’usage est attesté dès le IIIe millénaire av. J.-C.

 

Conclusion

Les données archéologiques complètent les données textuelles concernant les usages de l’encens en apportant des précisions sur les contextes d’utilisation. Suivant le milieu social, la matière dans laquelle est réalisé le brûle-parfum, ainsi que la qualité et l’exotisme de l’encens employé varient.

Ces données, enrichies par des études botaniques et des analyses physico-chimiques, apportent des données précieuses sur les modalités de ce commerce en particulier, et sur les réseaux commerciaux en péninsule Arabique et dans l’océan Indien en général.

Enfin, l’étude de l’encens aujourd’hui montre une certaine continuité dans les pratiques et témoigne de l’importance de l’usage de l’encens à tous les échelons de la société.

En effectuant des aller-retours entre ces données, nous appréhendons ce qui était brûlé, dans quoi, où, et par qui.

Sterenn LE MAGUER

Doctorante en Archéologie islamique à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Prépare une thèse sur l'évolution du commerce de l'encens dans l'océan Indien du IVe au XVIe siècles.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Une archéologie des odeurs (2/3) : “Les résines en contexte archéologique”

Les sites ayant livré de la résine en contexte archéologique

En péninsule Arabique, d’après ce qui a été publié, seuls 3 sites ont livré de la résine en contexte archéologique.

Il s’agit d’abord du site ancien de Qani, l’actuelle Bir ‘Ali située au Yémen. L’encens récolté dans le Dhofar était acheminé depuis Sumhuram par bateau vers les entrepôts de Qani, d’où l’encens repartait vers Shabwa, capitale du royaume de Hadramaout. Des encens brûlés et intacts ont été retrouvés dans des contextes datés entre les Ier et Ve siècles de notre ère, dans ce qui a été interprété comme les entrepôts à encens (Mouton et al. 2008, p. 202).

Vestiges de la ville marchande d'al-Balîd. (c) S. Le Maguer

Vestiges de la ville marchande d’al-Balîd. (c) S. Le Maguer

 

L’autre site est al-Balîd ou Zafâr, qui a donné son nom à la plaine littorale du Dhofar. Les fouilles menées sous l’égide de l’American Foundation for the Study of Man ont d’ailleurs livré environ 50 kg d’encens (Albright 1955, p. 39).

 

Enfin, le site médiéval de Sharma a livré des résines qui ont fait l’objet d’analyses physico-chimiques.

 

 

 

 

Le cas de Sharma

L'anse de Sharma en 2007. (c) S. Le Maguer

L’anse de Sharma en 2007. (c) S. Le Maguer

Le site de Sharma est un ensemble d’entrepôts en fonction entre 980 et 1140 environ. L’étude de la céramique retrouvée lors des fouilles effectuées par Axelle Rougeulle entre 2001 et 2005 a mis au jour de la céramique d’importation en grande quantité. Il s’agit principalement de porcelaines et de grès de la période Sung. Cette production a permis de dater l’occupation du site, et témoigne de la régularité des échanges commerciaux qui se sont maintenus entre cet entrepôt et l’Extrême Orient.

Les fouilles ont par ailleurs livré des morceaux de résine qui ont fait l’objet d’une analyse physico-chimique poussée (Regert et al. 2008). Sharma se situe dans la région d’Al-Shihr, mentionnée dans les sources médiévales comme une région productrice et exportatrice d’encens. Or ces analyses ont révélé que 84% de ces résines sont en fait du copal provenant d’Afrique Orientale (Madagascar).

Ces résultats nous permettent de mettre en évidence l’importance des liens commerciaux entre Sharma et l’Afrique orientale, en lien avec la quantité importante de céramique africaine. De plus, on voit bien que l’exportation de l’encens était l’apanage du port d’Al-Shihr situé à 50 km à l’ouest de Sharma, dans la mesure où ce commerce représentait une source de revenu importante pour le gouverneur de la ville.

Considérant l’intérêt de tels résultats, il convenait de mettre en place des échantillons de références quant à la composition chimique de ces résines, afin d’obtenir des résultats similaires sur d’autres sites. La prospection botanique menée entre les 27-29 janvier 2013 avait pour objectif principal l’établissement d’échantillons de références quand à la composition des résines issues de différentes espèces de Boswellia à différents endroits. Ces échantillons permettront, par comparaison des compositions chimiques, d’établir la provenance des résines retrouvées en contexte archéologique, afin de comprendre les modalités de circulation de ces résines.

Sterenn LE MAGUER

Doctorante en Archéologie islamique à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Prépare une thèse sur l'évolution du commerce de l'encens dans l'océan Indien du IVe au XVIe siècles.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Une archéologie des odeurs (1/3) : “L’étude des brûle-parfums et de leurs contextes archéologiques”

Introduction

L’usage des encens, comme l’oliban (lubān), la myrrhe, le bois d’aloès (ʿūd), est bien renseigné dans les sources écrites, que ce soient des chroniques, des récits de géographes ou des œuvres poétiques et littéraires. Généralement, ces sources nous informent sur les différents emplois de ces substances aromatiques de valeur dans les milieux aisés et de prestige.

Les données archéologiques viennent compléter notre connaissance à ce sujet, en fournissant des données importantes sur la façon dont ces aromates étaient employés au sein de populations pour lesquelles nous ne disposons pas de sources écrites.

Ainsi, les fouilles archéologiques menées à R’as al-Jins en Oman font remonter l’usage de l’encens au IIIe millénaire av. J.-C., dans un contexte d’habitat domestique.

Cet article et les deux prochains qui vont suivre sont issus de la présentation donnée dans le cadre de la table-ronde “Fragrances et pestilences : histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale” qui s’est tenue à l’Ifpo le 14 décembre 2012.

Dans cette première partie, différents sites ayant livré des brûle-parfums en contexte archéologique seront présentés afin de montrer en quoi leur étude nous renseigne sur les contextes d’utilisation des résines et bois aromatiques : religieux ou profane, riche ou modeste.

Dans une seconde partie, je présenterai les sites archéologiques ayant livré des résines, les méthodes d’analyses et les hypothèses que l’on peut formuler grâce à ces données.

Enfin, je m’intéresserai également à la vente et à l’usage de l’encens tels qu’ils sont pratiqués aujourd’hui dans le sud de la péninsule Arabique, région productrice et consommatrice d’oliban.

 

Les brûles-parfums

L’emploi de ces aromates est généralement lié, dans le monde médiéval musulman, à un objet bien spécifique : le brûle-parfum.

Nous définissons par « brûle-parfum » tout support ayant servi à brûler des résines ou des bois aromatiques dans un contexte profane. L’étude typologique des brûle-parfums a permis de mettre en place un fossile directeur, et met la lumière sur des réseaux de diffusion de ces objets, et par là-même de l’encens (Le Maguer 2011).

Les brûle-parfums sont aussi un indicateur du contexte social suivant le matériau dans lequel ils sont réalisés : alliage, chlorite ou céramique. Les brûle-parfums en alliage, généralement le bronze ou le cuivre, étaient coûteux et témoignent de la richesse de leurs propriétaires. La chlorite est, d’après certains auteurs médiévaux, réputée pour ses qualités culinaires. De fait, ce matériau était recherché et plutôt associé à des contextes aisés. Enfin, les brûle-parfums en céramique sont les plus courants et les plus faciles à acquérir.

Les brûle-parfums en bronze

Un premier type de brûle-parfums en bronze relève de techniques et de formes nées dans la Méditerranée ancienne, en particulier le monde romain puis byzantin. On les trouve surtout aux périodes Omeyyades et début de la période Abbasside.

Ce type d’objet a ainsi circulé dès l’époque pré-islamique. Dans une tombe située à Wâdî Ḍuraʾ, au nord-est d’Aden, au Yémen, a été retrouvé un brûle-parfum cylindrique tripode en bronze de 10,5 cm de hauteur. Il est doté d’un couvercle en forme de coupole ajourée et d’un manche horizontal tubulaire orné d’une tête de bélier à l’extrémité. L’objet date des premier ou deuxième siècles de notre ère, et fait parti d’un riche mobilier funéraire accompagnant la dépouille d’un guerrier. L’exécution de cet objet relève de la tradition proche-orientale. Des manches similaires sont attestés sur des palettes à encens en Egypte et en Palestine. Cependant, il s’agit d’un objet de production locale, et non pas importé, comme la plupart des objets en bronze retrouvés sur ce même site pour la même période[1]. Le long manche horizontal et le couvercle perforé seront à nouveau des éléments fondamentaux dans la réalisation des brûle-parfums communs de l’Orient byzantin puis islamique[2].

Brûle-parfum en bronze provenant des fouille de la citadelle d'Amman.

Brûle-parfum en bronze provenant des fouille de la citadelle d’Amman.

Le premier brûle-parfum présenté ici est en bronze, et ses différentes parties (corps, couvercle et manche) ont été forgées séparément. Le réceptacle se présente sous la forme d’un cylindre terminé par un disque formant un collet, sous lequel les trois pieds sont attachés. Le couvercle est en forme de dôme, ajouré par une série d’arches. La partie supérieure du couvercle est percée par trois rectangles et surmonté d’un cabochon. Le manche est un tube en bronze terminé par un protomé de lion, et attaché au réceptacle par trois rivets. Le réceptacle et le couvercle sont gravés de motifs floraux stylisés sur un fond de points. Le fond du réceptacle contenait les restes d’une substance blanche. L’objet est conservé au Musée Archéologique, à ʿAmman (numéro d’inventaire : J. 1660).

Le brûle-parfum d’Amman figure parmi les exceptions, la majorité de ces objets provenant de musées.

Brûle-parfum monumental seldjoukide conservé au Metropolitan Museum of Art.

Brûle-parfum monumental seldjoukide conservé au Metropolitan Museum of Art. (c) Le Maguer.

 

Plus tard, dans l’Iran seldjoukide, on trouve des brûle-parfums zoomorphes, généralement des lions, pouvant atteindre des tailles monumentales comme celui conservé au Metropolitan Museum of Art à New York. Les commanditaires sont le plus souvent des princes ou des gens de cour. Des brûle-parfums de ce type, aux dimensions plus modestes, sont également visibles au Louvre.

 

 

 

 

 


[1] Breton 1993, p. 49-50, Pl. 8, fig. 16 et Pl. 15, fig. 41.

[2] Invernizzi 1997.

 

Les brûle-parfums en chlorite

Le mot chlorite, équivalent dans la littérature francophone au terme « softstone » ou pierre à savon (hajjar as-saboni), est ici employé comme terme générique pour désigner un type de pierres altérées par hydrothermie, riche en magnésium et en talc. La chlorite est une pierre très peu dure (1 à 3 sur l’échelle de Moh), et donc facile à travailler.

Carte localisant les mines de chlorite actives durant la période abbasside. (c) Le Maguer

Carte localisant les mines de chlorite actives durant la période abbasside. (c) Le Maguer

Les mines de chlorite en péninsule Arabique sont localisées à l’ouest, dans une bande montagneuse nord-sud comprise entre le Golfe d’Aqaba et le Najd (Zarins et al. 1979 : 9-12), ainsi que dans les montagnes nord du Yémen (Overstreet et al. 1988 : 392).

Les centres de production d’objets en chlorite se situent dans ces mêmes régions. L’existence d’une production locale est prouvée par la présence d’éléments de taille et de manufacture, l’identification de mines contemporaines avec l’implantation de zones d’habitat, et la comparaison entre les sources géologiques et les produits finis. Wadakh et Ghuraba, dans la région de Ta’if, ont fait l’objet d’une étude qui prouve leur fonction de centres de production pour la période abbasside (Zarins et al. 1980 : 27-28). Ces mines étant localisées de façon bien précise, la chlorite est donc amenée à circuler.

Le commerce de la chlorite est très ancien et remonte au premier millénaire av. J.-C. Il connaît un renouveau sous la période abbasside, en lien avec le transfert du pouvoir de la Syrie vers l’Irak, et la création de la capitale califale à Bagdad, ce qui a pour conséquence directe le développement de routes terrestres entre la Mecque et la Mésopotamie, dont le Darb Zubayda, construit sous le règne du calife Hārūn al-Rashīd (170/786-193/809)[1]. Cette route passe notamment par ou près de centres de production de la chlorite, comme al-Rabadhah, situé à 11 km d’une mine d’extraction de la chlorite[2].


[1] Knudstad 1977, p. 41.

[2] Al-Rashid 1986.

 

Brûle-parfums en chlorite provenant de Suse et conservés au Musée du Louvre. (c) S. Le Maguer.

Brûle-parfums en chlorite provenant de Suse et conservés au Musée du Louvre. (c) S. Le Maguer.

C’est pourquoi nous retrouvons des brûle-parfums en chlorite produit en péninsule Arabique sur des sites tels que Fustat en Egypte, Suse et Sîrâf en Iran dans des proportions très importantes.

Le site de Sīrāf, situé près du village actuel de Tāhirī, s’étend sur la côte iranienne du Golfe Persique[1]. Les fouilles archéologiques dirigées par D. Whitehouse, sous l’égide du British Institute of Persian Studies, se sont déroulées entre 1966 et 1973. Les plus anciennes références sur Sīrāf se trouvent dans les écrits de Ibn al-Faqīh qui vécut au début du IXe siècle, et qui notait déjà le commerce avec l’Inde. Ibn Hawqal, qui écrit au Xe siècle, ajoute que les marchandises transitant par Sīrāf étaient : l’aloès, l’ambre gris, le camphre, des gemmes, le bambou, l’ivoire, l’ébène, le papier, le bois de santal et autres parfums, drogues et épices. Cependant, d’après al-Muqqadasī, la ville est en déclin dès la fin du Xe siècle. En effet la ville subi d’importants dommage suite au tremblement de terre de 366/977, ralentissant considérablement son développement économique.

Le site a livré un abondant matériel en chlorite. Tous les objets en chlorite proviennent de la Période 2 d’occupation du site, soit entre 825-1055 correspondant à l’apogée de la ville de Sīrāf. Les fouilles ont ainsi livré un large éventail de types de brûle-parfums en chlorite.

En effet, chaque type d’objet présent à Sīrāf est bien attesté par ailleurs sur des sites comme Samarra en Irak, Suse en Iran, ‘Aqaba en Jordanie et dans la péninsule Arabique.

Le matériel issu des fouilles de Sīrāf est en grande partie conservé au British Museum. Sur l’ensemble du matériel en chlorite issu des fouilles conservé au BM, 66% des objets proviennent du site F. Il s’agit d’un ensemble de maisons de riches marchands abandonnées à la fin du Xe ou au début du XIe siècle. 83% des brûle-parfums proviennent de ce même site. A l’inverse, le site B, correspondant à la grande Mosquée, n’a livré que 10% du matériel en chlorite, 4% des brûle-parfums mais 18% de la totalité des lampes. Ces données renforcent l’idée d’un usage domestique des brûle-parfums, et montrent bien que les objets en chlorite sont associés à des contextes sociaux aisés.


[1] Whitehouse 1968.

Les brûle-parfums en céramique

10 types différents de brûle-parfums en céramique ont été distingués.

Les brûle-parfums de forme quadrangulaires sont la forme la plus ancienne, et aussi la mieux attestée.

Brûle-parfums en céramique provenant de Suse conservés au Musée du Louvre. (c) Le Maguer.

Brûle-parfums en céramique provenant de Suse conservés au Musée du Louvre. En haut : type C3. En bas à gauche : imitation de type en chlorite. (c) Le Maguer.

La production est cependant variée. On trouve ainsi des formes glaçurées, ou encore des imitations en céramique des brûle-parfums en chlorite. L’une des raisons de ces copies peut être la possibilité d’obtenir à moindre coût un objet originellement onéreux. Cependant, aucune production massive n’est attestée, et ces objets sont finalement rares. Il faut peut-être chercher les raisons ayant motivé cette production ailleurs, pourquoi pas dans le domaine de l’affectif.

La carte de répartition des types en céramique montre leur faible diffusion. Il est intéressant de noter que 85% des brûle-parfums en céramique proviennent du sud de la péninsule Arabique, autrement dit de la région productrice de l’encens, mettant en évidence l’importance de la consommation locale de l’encens. La céramique est un matériau relativement courant, et qui, à moins de l’emploi de techniques ou de décors bien particuliers (comme la glaçure), relève généralement de productions locales.

Le type C3 fait exception, puisqu’il est attesté sur six sites du sud de l’Arabie (al-Shiḥr, Sharma, Yaḍḡaṭ, Athar, Al-Ghulayfiqah et al-Qaraw), qu’il se retrouve jusqu’à Suse, et, sous une forme un peu différente, à ʿAmman. Autrement dit, ce type, produit dès le milieu du VIIIe siècle, aurait circulé depuis le sud de l’Arabie jusqu’aux régions conquises après l’avènement de l’Islam. Cependant, les brûle-parfums du type C3 relèvent aussi de la production locale, comme semble l’attester les différentes couleurs et qualités de pâte. Le site de Yaḍḡaṭ comportait les fours de potiers qui fournissaient al-Shiḥr et Sharma[1]. Ces productions sont caractérisées par une pâte grossière de couleur brun à cœur gris/noir. A Aththar les brûle-parfums sont faits d’une pâte rouge et à Suse d’une pâte fine ou assez fine de couleur chamois.

Brûle-parfum en céramique provenant des fouilles d'Amman. Type C2. (Hardin 1951, pl. III/10).

Brûle-parfum en céramique provenant des fouilles d’Amman. Type C2. (Harding 1951, pl. III/10).

 

Enfin, en ce qui concerne la partie nord, qui regroupe principalement la Syrie-Palestine, on constate que les brûle-parfums en céramique retrouvés sont des occurrences pré-islamiques locales, généralement communes depuis la période perse et ayant pour origine la Mésopotamie. Le type C2 est une production nabatéenne qui ne circule pas au-delà du Levant.


[1] Rougeulle 2007, p. 247.

Sterenn LE MAGUER

Doctorante en Archéologie islamique à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Prépare une thèse sur l'évolution du commerce de l'encens dans l'océan Indien du IVe au XVIe siècles.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

L’encens en Oman : histoire et archéologie d’un produit culturel et commercial

**Ce texte reprend ma lecture donnée lors de la conférence du 2 décembre 2012 au CFO à Mascate**

L’usage de l’encens en Oman revêt une importance toute particulière, puisque ce pays est à la fois consommateur, producteur et importateur de cette résine odorante issue des arbres Boswellia.

Après une brève présentation de l’encens, je m’attacherai à montrer que l’usage et la commercialisation de l’encens sont très anciens en Oman, avant de montrer à travers divers documents (archéologiques et textuels) que le commerce de l’encens continua de jouer un rôle majeur à la période islamique.

 

I-              Définition de l’encens

Résine issue du B. sacra, Yémen. (c) S. Le Maguer

Résine issue du B. sacra, Yémen. (c) S. Le Maguer.

Par encens on entend communément toute substance dégageant une odeur lorsqu’elle est brûlée. Le mot arabe correspondant est lubān. Il désigne en fait la résine séchée issue de l’exsudation des arbres à encens ou Boswellia, de la famille des Burséracées, espèce dont la répartition est localisée entre la corne de l’Afrique, la région du Hadramaout au Yémen et le Dhofar en Oman. Il existe une vingtaine de Boswellia différents répertoriés, mais le véritable encensier est le Boswellia sacra ou Boswellia carteri. C’est seulement en 1887 que l’allemand Flückiger identifie clairement l’arbre à encens poussant au Yémen, et lui donne son nom scientifique. Depuis, quatre espèces principales d’arbre à encens sont connues. Le Boswellia sacra est l’espèce qui pousse dans le sud de l’Arabie (Hadramawt, île de Socotra, Mahra et Dhofar).

 

II-            L’encens avant l’Islam

1)    Usages

Le plus ancien brûle-parfum retrouvé à ce jour est en grès, de forme quadrangulaire quadripode. Il provient des fouilles réalisées à Ra’as al-Jinz, en territoire d’Oman. Ce brûle-parfum présentait de la matière brûlée au fond du réceptacle. L’objet a été retrouvé dans un bâtiment daté du IIIe millénaire av. J.-C. Il s’agit d’un contexte domestique, et non pas religieux ou de prestige. L’objet lui-même est fort simple et sans décor. Ce fait atteste d’un usage de l’encens au sein des couches moins aisées de la population, et d’une consommation locale, et ce dès le IIIe millénaire av. J.-C. Les rapprochements au niveau de la taille et de la forme de ce brûle-parfum avec ceux utilisés traditionnellement pour les résines aromatiques en Arabie jusqu’à nos jours suggère fortement un usage étendu dans les activités quotidiennes domestiques et rituelles.

Pyrées provenant de Khowr Rûrî conservés au musée "The land of Frankincense" à Salalah.

Pyrées provenant de Khowr Rûrî conservés au musée “The land of Frankincense” à Salalah.

L’usage de l’encens à la période préislamique est surtout religieux, comme l’attestent les nombreux pyrées retrouvés dans les temples sudarabiques jusqu’aux 4ème/5ème siècles de notre ère. Ils sont généralement en pierre et présentent des formes variées. Certains sont de forme pyramidale, d’autres cubiques, et on retrouve au niveau de leur décoration des éléments rappelant les décors architecturaux caractéristiques des temples.

 

2)    Le commerce

Dès le milieu du deuxième millénaire avant Jésus-Christ, l’Egypte tente d’exercer un contrôle sur son approvisionnement en encens. Ce fait est attesté à travers les scènes gravées retrouvées à Dar el-Bahari en Egypte, narrant l’expédition ordonnée par la reine Hatshepsout (r. 1490-1468 av. J.-C.) vers le fabuleux « pays de Punt » à la recherche de la précieuse résine. Certains chercheurs ont situé cette région en Arabie du Sud (Yémen), mais les dernières recherches tendent à situer le pays de Punt en Afrique de l’Est, au sud de l’Egypte, sur la côte de la Mer Rouge.

Le site de Khowr Rûrî, l'ancienne Sumhuram.

Le site de Khowr Rûrî, l’ancienne Sumhuram.

Depuis la côte yéménite, nous ne disposons pas des preuves matérielles attestant d’un commerce maritime vers les pays septentrionaux pour des périodes aussi anciennes. Le travail archéologique entrepris plus à l’est sur la côte du Hadramawt et du Dhofar depuis 1996 a révélé les preuves de l’existence de sites côtiers avec des contacts internationaux, dont certains pourraient dater de la Préhistoire. Un réseau portuaire par cabotage semble se mettre en place dès le IVe siècle avant J.-C., relayés par des ports comme Sumhuram (Oman) au Ier s. av. J.-C.

L’encens récolté dans le Dhofar et le Hadramawt était transporté vers le port de Qāniʾ avant d’être exporté vers la Méditerranée. L’empire romain avait une demande importante en encens qui assurait pour une grande part la richesse des royaumes sudarabiques.

Carte de l'"Arabie Heureuse" telle que la voyait les Anciens.

Carte de l’”Arabie Heureuse” telle que la voyait les Anciens.

 

III-          L’encens à la période Islamique

1)    Les usages

Durant la période médiévale, l’encens est principalement utilisé dans un contexte domestique, pour parfumer sa maison ou ses vêtements, ou encore recevoir ses hôtes.

De nombreux brûle-parfums ont été retrouvés dans des contextes archéologiques depuis les premiers temps de l’Islam, et encore aujourd’hui l’encens est brûlé dans des objets aux formes plus ou moins similaires.

Les principaux matériaux employés étaient le métal (bronze ou cuivre), la céramique et la chloritite, pierre tendre que l’on trouve communément en Oman.

Outre la documentation archéologique, nous disposons de sources historiques nous renseignant sur les contextes dans lesquels l’encens était utilisé. Ainsi al-Mas’udî nous décrit les réceptions données par le calife Al-Ma’mun qui faisait apporter des brûles-parfums pour ses hôtes après le repas donné chaque jeudi lors de la conférence de jurisprudence qu’il dirigeait.

Les bienfaits de l’encens étaient vantés par des médecins et pharmaciens comme Yohanna ben Massawayh (m. 857) et Sahlân ibn Kaysân (m. en 990) ou Al-Sûyûtî (m. 1505).

Des textes littéraires, comme les Mille et Une Nuits, nous renseignent sur les usages de l’encens, utilisé principalement dans un contexte domestique, lorsqu’on recevait des hôtes.

 

2)    Commerce de l’encens

Les sources textuelles médiévales témoignent de l’importance du commerce de l’encens durant la période médiévale.

Les vestiges archéologiques du port médiéval de Zafâr. (c) S. Le Maguer

Les vestiges archéologiques du port médiéval de Zafâr. (c) S. Le Maguer

Salalah est la capitale du Dhofar, et la ville a donné son nom à la plaine côtière qui s’étend le long de la côte de l’océan Indien, à environ 850 km de la capitale, Mascate, et 120 km de la frontière avec le Yémen. Les ruines d’al-Balīd se situent à l’est de la ville moderne, et correspondent au port médiéval de Ẓafār.

Marco Polo témoigne du commerce de l’encens blanc, de très bonne qualité, ainsi que du commerce des chevaux vers l’Inde :

« Et encore vous dit que l’encens blanc y naît fort bon, en abondance, et vous décrirai comment il naît. […] En cette cité viennent encore maints beaux destriers d’Arabie, que les marchands portent ensuite avec leurs nefs en Inde, et dont ils font grand profit et grand gain. »

De plus, Marco Polo décrit précisément la récolte de l’encens à Dhofar à la fin du XIIIe siècle :

« Je vous dis qu’il y a des arbres pas bien grands ; ils sont comme petits sapins. On en entaille l’écorce en plusieurs endroits avec des couteaux, et par ces trous s’écoule l’encens, pareil à un liquide ou à une gomme, goutte à goutte, en grande quantité. Il en sort parfois de l’arbre sans entaille à cause de la très grande chaleur qui règne là ; ensuite, cela durcit et forme ainsi l’encens. »

Ces deux activités commerciales assurent la richesse de la ville et de ses marchands. Au XIVe siècle, Ibn Baṭṭūta se rend depuis Ẓafār vers Oman, et c’est là qu’il décrit l’arbre à encens, attestant ainsi de la production et de l’usage de l’encens à Ẓafār au XIVe siècle. Les fouilles menées par Albright ont d’ailleurs livré environ 50 kg d’encens.

Ibn Baṭṭūta témoigne aussi de la récolte de l’encens en Oman au XIVe siècle. Il décrit un arbre dont les feuilles sont minces, et lorsque celui-ci est entaillé, il s’en écoule un liquide semblable au lait qui, en séchant, devient une résine. Ces entailles se font à différents endroits à l’aide d’un couteau ou mangeb, d’où s’écoule une sève épaisse. En s’écoulant, cette résine tombe au pied de l’arbre. Cette sève est laissée séchée à même l’arbre pendant sept à dix jours. On vient alors chercher les morceaux de résine séchée tombés au sol, qui se présentent sous la forme de petites boules transparentes. La récolte se fait généralement durant la saison chaude, c’est-à-dire entre juillet et août, puis les arbres sont laissés au repos durant le reste de l’année. Ces conditions de récolte de l’encens impliquent une saisonnalité du commerce de l’encens.

Au XVIe siècle, les ports de Berbera et de Zaylaʿ en Somalie importent de l’encens du Dhofar, ainsi que du poivre et des vêtements depuis le port d’Aden au Yémen.

 

 

Enfin, l’usage et le commerce de l’encens de nos jours, et la place qu’il tient dans la société omanaise, montrent l’importance de ce produit non seulement en tant que bien commercial mais aussi en tant que produit culturel, élément à part entière de l’identité omanaise.

Sterenn LE MAGUER

Doctorante en Archéologie islamique à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Prépare une thèse sur l'évolution du commerce de l'encens dans l'océan Indien du IVe au XVIe siècles.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Trois sites archéologiques liés au commerce de l’encens en Oman

La prospection botanique que nous avons mené en Oman n’avait pas pour unique but de voir les arbres à encens. Dans ce cadre, nous nous sommes également rendus sur les sites archéologiques identifiés soit comme les vestiges de relais caravaniers, soit comme ports d’exportation de l’encens. Les trois sites principaux qui seront décrits ici sont Shisr, Khowr Rûrî et al-Baleed.

Shisr

Vue GoogleEarth du site de Shisr

Vue GoogleEarth du site de Shisr.

Shisr se situe à moins de 150 km au nord de Salalah, du côté de Wadi Ghadun dans le Nejd. Le site a été découvert au début des années 1990 par Sir Ranulph Fiennes suite à des reconnaissances aériennes. Les vestiges sont constitués d’un dôme en calcaire écroulé qui recouvrait autrefois une source d’eau. Sur ce dôme, une grande enceinte fortifiée de forme trapézoïdale a été édifiée. Le côté sud est le plus étroit et ne mesure que 30 m de long environ. Les côtés est et ouest mesurent 57 m de long et le côté nord 45 m. Ce dernier est doté de 3 tours semi-circulaires. Une autre tour semi-circulaire se trouve sur le mur ouest. Une tour carrée est bien visible sur le mur est, et une autre se dessine sur le mur ouest, suggérant différents états de construction ou des réfections après des dommages possiblement causés par des attaques. Mais la destruction majeure du site est due à la faille de 14 m de haut résultant de l’effondrement du dôme calcaire, creusé par la nappe aquifère située sous la forteresse.

L’occupation du site remonterait à 300 av. J.-C. Le site est réoccupé durant la période Islamique jusqu’au XIVe siècle. Un jeu d’échec datant des XIe – XIIe siècles a été mis au jour. C’est avant tout la présence d’eau qui a fait la richesse du site et c’est pourquoi il était fortifié. Les inventeurs du site se sont empressés d’y voir la mythique cité d’Ubar, mentionnée dans le Coran sous le nom Iram dhât al ‘imâd, la Cité aux mille piliers. Située non loin de la région où poussent les arbres à encens, elle pourrait bien avoir été un relais caravanier sur l’une des nombreuses pistes reliant les zones de production aux zones de consommation de l’encens.

 

Khowr Rûrî/Sumhuram

Vue aérienne du site de Khowr Ruri.

Vue GoogleEarth du site de Khowr Rûrî.

Sumhuram est une ville fortifiée installée sur un éperon rocheux situé dans une lagune ou khowr localisée à 31 km à l’est de Salalah. Le site est d’abord fouillé dans les années 1950 par une équipe de l’American Foundation for the Study of Man (AFSM). Les archéologues découvrent alors une stèle datée du Ier siècle de n. è. et portant la mention “SMHRM” (Sumhuram) : il s’agit du nom de la ville à cette époque. Cette stèle précise également que la ville a été bâtie par Iliazz Yalit I (l’Eleazus mentionné par Stabon), alors roi du Hadramawt depuis sa capitale, Shabwa (la Sabota des Anciens). Les vestiges archéologiques témoignent aussi bien d’échanges intenses avec l’Inde qu’avec le monde méditerranéen : statue indienne du IIe s., nombreuses amphores et céramiques sigillées. Ce site témoigne bien de l’évolution du commerce de l’encens au tournant de l’ère chrétienne. Alors que jusqu’au Ier s. av. J.-C. ce commerce se faisait essentiellement par voie terrestre, le commerce maritime connaît un essor important au Ier siècle de n. è. L’encens récolté dans le Dhofar était entreposé dans différents ports côtiers, dont Sumhuram, avant d’être acheminé vers Qanî’ (Bîr ‘Alî, Yémen), où il était entreposé avant d’être transporté vers Shabwa, d’où les caravanes l’emportaient vers le nord. Le site semble abandonné au Ve siècle, période de troubles intenses au Yémen.

 

Al-Balîd/Zafâr

Enfin, la vivacité du commerce de l’encens durant la période islamique est attestée par la richesse du site d’al-Balîd, où se trouvent les vestiges du port médiéval de Zafâr qui a donné son nom à la région. De nouveau, la découverte du site date des années 1950 dans le cadre des recherches archéologiques menées dans le Dhofar par l’équipe de l’AFSM. Les archéologues mirent au jour environ 49 kg d’encens portant encore les traces des paniers dans lesquels ils se trouvaient et massés sur le sol d’un entrepôt. Les sources textuelles médiévales, arabes ou non, témoignent des activités commerciales de la ville. À la fin du XIIIe siècle, Marco Polo nous informe que “l’encens blanc y naît fort bon, et en abondance”, puis il nous décrit comment il est produit. L’encens n’est pas la seule source de revenus de la cité, et le commerce des chevaux, exportés vers l’Inde, participe également au dynamisme économique : “En cette cité viennent encore maints beaux destriers d’Arabie, que les marchands portent ensuite avec leurs nefs en Inde, et dont ils font grand profit et grand gain.” (Le Devisement du Monde, T. II, p. 497)

Au XIVe siècle, Ibn Battûta se rend depuis Zafâr en Oman, où il décrit l’arbre à encens et la récolte de la précieuse résine.

Les fortifications d'al-Balîd.

Les fortifications de Zafâr.

Ces sources textuelles concordent assez bien avec l’image que nous ont léguée les vestiges archéologiques. La cité était dotée d’une enceinte fortifiée et d’un imposant fort pour se défendre. Les vestiges de la grande mosquée témoignent de la richesse de la ville. Les nombreuses demeures et entrepôts livrent l’image d’une cité marchande dynamique.

Malgré ces fortifications, la ville sera assiégée et prise par les Portugais au début du XVIe siècle.

La Grande Mosquée de Zafâr.

La Grande Mosquée de Zafâr.

Sterenn LE MAGUER

Doctorante en Archéologie islamique à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Prépare une thèse sur l'évolution du commerce de l'encens dans l'océan Indien du IVe au XVIe siècles.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

De l’importance de protéger les arbres à encens

Dans mon premier billet publié sur ce blog, je faisais allusion à la réalité écologique que constitue la disparition des arbres à encens. Durant ma visite dans le Dhofar, j’ai pu constater qu’en effet ces arbres peuvent être menacés de disparition s’ils ne sont pas protégés et entretenus.

En Oman, l’encens et sa source, le Boswellia Sacra, font partie de l’identité même du pays. Cela est visible de façon assez superficielle à travers la création du parfum Amouage, voulue par le Sultan al-Qaboos lui-même, et de façon plus concrète à travers l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO du “Territoire de l’encens”. Cette appellation regroupe trois sites archéologiques en lien avec le commerce de l’encens (sur lesquels je reviendrai), ainsi que la réserve d’arbres à encens située dans le wadi Dawkah.

Wadi Dawkah se situe à environ 40 km au nord de Salalah, à la limite du plateau dominant la plaine de Salalah. La réserve s’étend sur presque 1 km du nord au sud, et sur 340 m de largeur d’est en ouest et compte 5000 arbres. L’image satellite montre bien que les arbres ont été plantés de main d’hommes au sein de la réserve. Les alignements réguliers d’arbres tranchent avec leur répartition naturelle aléatoire au sein du wadi, à l’extérieur de l’enclos.

Vue satellite de la réserve de Wadi Dawkah.

Au sein de la réserve, les arbres  sont gardés et entretenus par un jardinier qui incise régulièrement les arbres afin de récolter la résine qui est vendue au nom du gouvernement omanais. Il réalise des incisions régulièrement, puis il laisse la résine sécher 4 à 5 mois avant de venir la chercher, lorsqu’elle est dure comme de la pierre. Le prix de vente directe de la résine récoltée à Wadi Dawkah est de 20 Rials Omanais le kilogramme, soit environ 40€.

 

 

 

 

 

Les arbres protégés par un grillage évitent ainsi de se faire grignoter par les dromadaires qui passent auprès et se régalent des feuillages. Alors que les arbres protégés dans la réserve montrent un feuillage assez dense, les arbres se trouvant en dehors sont pelés à leur base. Seuls les arbres ayant atteint une hauteur assez élevée échappent à la voracité des dromadaires.

Chameau en train de manger les feuilles de Boswellia. (c) S. Le Maguer.

La reproduction des arbres à encens se fait justement dans leur feuillage. C’est au bout des branches que se trouvent les jeunes feuilles qui donnent des fleurs, qui elles-mêmes donnent ensuite les graines. Si cette partie de l’arbre est trop souvent mangée, alors l’arbre aura non seulement du mal à se régénérer, mais il ne pourra pas non plus se reproduire, mettant en péril la survie de l’espèce.

Fleur d’arbre à encens. (c) S. Le Maguer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il existe une autre réserve située à Mughsayl, à seulement 8 km à l’ouest de Raysut. Cette réserve s’étend sur environ 1 km de long contre le wadi situé en contrebas, dans lequel se trouvent des arbres à encens laissés à leur état naturel. Malheureusement, il n’y avait personne sur le site, et seul un panneau indique que le site appartient à la baladiyya de Salalah.

Enfin, le jardin botanique situé à côté du site d’al Balîd abrite une pépinière remplie d’arbres à encens destinés afin d’être facilement montrés au public avant d’être replantés dans la réserve de Wâdî Dawkah.

Il existe ainsi des sanctuaires pour les Boswellia en Oman, à côté desquels se trouvent encore des arbres à l’état sauvage, souvent non exploités. Si l’encens n’est plus (et de loin) la source principales de revenus en Oman, les Omanais ne sont pas moins attachés à leurs arbres et les autorités ont trouvé le moyen de les valoriser d’une autre façon, en lien avec le développement touristique.

 

 

Sterenn LE MAGUER

Doctorante en Archéologie islamique à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Prépare une thèse sur l'évolution du commerce de l'encens dans l'océan Indien du IVe au XVIe siècles.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Fragrances et pestilences : histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale

Table ronde organisée par Julie Bonnéric (Ifpo)

14 décembre 2012, Ifpo (Beyrouth), de 9h à 18h

 

Quoique l’Orient soit traditionnellement associé à un monde de senteurs parfumées et épicées, la question des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale a peu intéressé les chercheurs. Lorsqu’ils décrivent le raffinement de cette société médiévale, les historiens évoquent parfums, encens et onguents pour colorer leurs descriptions. Ils en mentionnent la diversité et la qualité, ainsi que leur coût faramineux et leurs origines lointaines. Si de nombreuses sources (chroniques, récits géographiques, traités de médecine, etc.), riches d’informations, sont pourtant disponibles, les analyses précises et argumentées sont rares, voire inexistantes. Ce thème a parfois été abordé par les chercheurs qui, s’appuyant principalement sur des données ethnographiques d’une scientificité relative, établissaient des généralités sur le rapport des Musulmans à l’odeur, au corps, ou au sacré. Cette vision essentialiste paraît insuffisante et une approche réunissant historiens, linguistes, archéologues, spécialistes de droit ou de littérature permettrait sans doute d’y remédier. Des études plus précises et ciblées paraissent l’occasion d’aborder ce thème sous les différentes dimensions qu’il peut revêtir – fonctionnelle, sociale et symbolique. La gestion pratique des odeurs dans les villes médiévales pose sans aucun doute des questions légales et nécessite des aménagements particuliers. Curatifs, les arômes deviennent des outils médicaux dont les propriétés sont détaillées dans les traités de médecine. Vecteurs d’intégration ou de discrimination, les odeurs peuvent en outre revêtir une dimension sociale importante, notamment dans les protocoles liés au souverain.

Instrument de séduction, le parfum en particulier peut être associé à la paresse et à la passivité car il ramollit le corps et l’âme. Enfin, l’odeur peut s’affranchir de son rôle fonctionnel et social pour entrer dans le champ du symbolique et donner à penser autre chose. Le parfum, purificateur, réduit la distance de l’homme au divin. Quoique peu employé dans les édifices religieux – en tout cas relativement à l’époque antique –, le parfum est cependant parfois mentionné comme embaumant les plus saints des monuments musulmans. Ce faisant, il contribue à leur magnification et à leur sacralisation. Les matières odoriférantes peuvent également être convoquées dans les pratiques magiques.

La gestion pratique des odeurs, ainsi que leurs dimensions sociale et religieuse, constituent à ce titre des points d’entrée privilégiés pour une meilleure compréhension des rapports de l’homme à son environnement, aux autres et à soi.

Programme :

9h00 : Accueil

9h30 : Introduction

10h00 : Joël Candau (LAPCOS / Sophia Antipolis)

L’anthropologie des odeurs, un état des lieux

11h00 : Jean-Charles Ducène (EPHE / ULB)

L’usage de l’encens et des parfums à brûler dans le Proche-Orient médiéval

11h45 : Sterenn Le Maguer (Paris I)

Une archéologie des odeurs : l’étude des brûle-parfums et de leurs contextes archéologiques

12h30 : Jean-Charles Coulon (Paris IV)

Fumigations et rituels magiques. Le rôle des encens et fumigations dans la magie arabe médiévale.

14h15 : Pauline Koetschet (Ifao)

Les vertus de la violette. Parfums et odeurs dans la médecine arabe médiévale

15h00 : Monica Balda-Tillier (Ifao)

Les odeurs qui « font le moine » : hommes et odeurs dans la littérature

15h45 : Bruno Paoli (Ifpo)

Le lexique arabe des odeurs

16h30 : Julie Bonnéric (Ifpo / EPHE)

Des mosquées, des bonnes odeurs et du sacré

17h15 : Conclusions et discussion

Sterenn LE MAGUER

Doctorante en Archéologie islamique à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Prépare une thèse sur l'évolution du commerce de l'encens dans l'océan Indien du IVe au XVIe siècles.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

“Frankincense in Oman during the Islamic Period : History and Archaeology of a cultural and commercial good”


Frankincence resin is dried after Boswellia trees found in Ethiopia, Yemen (Hadramawt) and in the Dhofar region of Oman. Famous for the perfume it emits when burned as well as for its therapeutic properties, the use of frankincense is attested from the 3rd millenium BC in Oman, and today frankincense is commonly used to perfume clothes and to welcome guests.

Although frankincense made the wealth and fame of the South Arabian Kingdoms, it has not ceased to be traded after the rise of Islam. This lecture aims to evoke the different uses of frankincense before Islam as well as the regions to which it was exported, then focuses on the history of frankincense during the Islamic period through the presention of the written and archaeological data.

- Sunday, December 2, 2012, at the French-Omani Institute in Muscat, at 7 p.m.


Sterenn LE MAGUER

Doctorante en Archéologie islamique à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Prépare une thèse sur l'évolution du commerce de l'encens dans l'océan Indien du IVe au XVIe siècles.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

“L’encens en Oman durant la période islamique : histoire et archéologie d’un produit culturel et commercial.”  


L’encens ou oliban est la résine séchée issue des arbres Boswellia que l’on trouve en Ethiopie, au Yémen (Hadramaout) et dans la région du Dhofar en Oman. Réputé pour le parfum qu’il dégage une fois brûlé ainsi que pour ses vertus thérapeutiques, l’usage de l’encens est attesté en Oman dès le 3e millénaire avant notre ère, et encore aujourd’hui il est d’usage de brûler de l’encens pour parfumer ses vêtements et recevoir ses hôtes. Si le commerce de l’encens a fait la richesse et la renommée des royaumes sudarabiques, il n’a pas cessé d’être commercé après l’avènement de l’Islam. Cette conférence aura pour objectif de rappeler quels étaient les usages de l’encens avant l’Islam et les régions vers lesquelles il était exporté, puis de s’attarder sur une histoire de l’encens à la période Islamique à travers une brève présentation des sources écrites et archéologiques.

Au Centre franco-omanais de Mascate le 2 décembre 2012

à 19 heures


 

Sterenn LE MAGUER

Doctorante en Archéologie islamique à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Prépare une thèse sur l'évolution du commerce de l'encens dans l'océan Indien du IVe au XVIe siècles.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

De l’usage de l’encens en Oman

La baît al-Zubaîr, située dans le vieux port de Mascate, est un musée privé dédié à la culture omanaise. Dans le prospectus de présentation, il est expliqué que ce musée rassemble des objets artisanaux appartenant à la famille al-Zubaîr et couvrant plusieurs siècles d’histoire. On trouve ainsi exposés des petits vases en chlorite datant du l’Âge du Bronze (2ème ou 3ème millénaire av. n.è.).

Le premier bâtiment que l’on visite lorsque l’on rentre est baît al-Bagh (maison du jardin). Après être passé par l’extérieur, nous visitons baît al-‘ûd ou maison principale qui présente du mobilier typique de celui qui décorait les riches maisons de Mascate au début du 20ème siècle, ainsi que des gravures et photographies anciennes, et enfin une collection de monnaies en or et en argent datant de la période abbasside à la période ottomane.

La visite de la première maison, baît al-Bagh nous intéresse tout particulièrement puisque parmi les objets artisanaux caractéristiques en Oman nous retrouvons les objets liés à la conservation et à l’utilisation de l’encens.

Makbât

Jusqu’au début du 20ème siècle, l’encens était conservé dans des petits pots en cuivre de forme cylindrique fermés par un couvercle en forme de dôme pointu, appelés makba (المكبة). L’ensemble est orné d’un décor incisé et martelé.

Ces pots ne servaient pas uniquement à conserver l’oliban (لبان). On y conservait aussi du bois d’aloès (عود), celui-ci pouvant être broyé puis mélangé et brûlé avec l’oliban. Le bukhûr (بخور) de Mascate est un mélange d’encens et de parfums que l’on brûle également dans les brûle-parfums. Salalah produit également son bukhûr. On trouve également la myrrhe (مرّ), et le dhafrân (ظفران) qui étaient brûlés seuls ou associés à d’autres résines, bukhûr ou bois odorants.

 

 

Brûle-parfums en céramique

Ces encens sont ensuite brûlés dans un brûle-parfum (مجمر). Celui-ci est le plus souvent en céramique, et on en produit des formes variées dans le Dhofar. Chez les personnes les plus aisées, on faisait usage de brûle-parfums en argent ciselé et ajouré.

Les braises sont placées dans le réceptacle, puis l’on dispose l’encens sur ces braises pour produire une fumée parfumée. La racine b-kh-r (بخر) renvoie à l’idée de fumée, d’exhalaison, de même que la racine latine « incensum » qui a donné en français encens.

 

 

 

 

Brûle-parfum en argent ajouré

 

Mabkhara pour parfumer les textiles

 

De cette même racine est issue le terme mabkhara (مبخرة) qui désigne une structure faite avec les tiges des feuilles de palmier agencées de façon à former une pyramide sur laquelle des textiles, vêtements, seront posés afin d’être parfumés par les fumées d’encens émanant du majmar disposé sous la structure.

Le mabkhara est donc « le lieu où  l’on fait brûler le parfum ».

 

 

 

 

En seulement deux vitrines, la richesse de l’artisanat et les pratiques liées à l’encens se trouvent ainsi résumées.

Sterenn LE MAGUER

Doctorante en Archéologie islamique à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Prépare une thèse sur l'évolution du commerce de l'encens dans l'océan Indien du IVe au XVIe siècles.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Le bdellium, “la myrrhe des idiots”

Un article paru le 18 octobre 2012 dans le blog “Natural Remedies of Arabia” (http://natrem.wordpress.com/2012/10/18/almost-myrrh/, consulté le 02/11/2012) me donne l’occasion de parler du bdellium ou Commiphora foliacea Sprague. Comme la myrrhe et l’oliban, cette espèce appartient à la famille des Burseracées et, comme les Commiphora, il produit une résine odorante caractéristique lorsque l’on tord une branche de l’arbre.

C. foliacea pousse généralement dans les régions les plus arides du Dhofar (Oman), mais il est également attesté en Inde. L’article de “Natural Remedies of Arabia” liste les nombreux bienfaits de la résine séchée issue de cet arbre : antiseptique, pour combattre l’obésité, les maux de ventre, pris en tisane, elle est réputée purifier le sang et fortifier l’organisme. Le bois est également utilisé pour traiter les infections douloureuses.

La résine exsudée est utilisée comme cire dépilatoire.

Enfin, mélangée à d’autres substances aromatiques comme le musc, le bois de santal ou autres huiles parfumées, les habitants du Dhofar réalisent une pâte pour se laver le corps et les cheveux.

Les auteurs arabes médiévaux décrivent les différents types de cette résine par le terme mukul, et affirment qu’on en trouve aussi bien en Arabie qu’en Inde.

La myrrhe, en tant que produit d’importation vers l’Extrême Orient, représentait une importante source de revenus dans l’Antiquité comme à la période Islamique. L’existence de ce bdellium, moins cher et plus répandu, pouvait représenter une sérieuse concurrence au marché de la myrrhe. Quelle était la différence de prix ? D’ailleurs, on peut légitimement penser que ce produit étant vendu comme de la myrrhe, il coutait à peine moins cher, voire qu’il était aussi onéreux. Les consommateurs de base, peut être moins sensibles à la différence de qualité de ces deux produits, pouvaient aisément être leurrés.

Nous trouvons un parallèle entre ce commerce et celui de l’encens en Chine pour la période des T’ang. La confusion avec des « faux encens » issus d’autres arbres que B. Sacra (localisés en Inde par exemple) est assez récurrente. Cela s’explique par le fait que l’encens était commercialisé par des intermédiaires, qui n’hésitaient sans doute pas à vendre des faux encens provenant d’Inde ou d’Indonésie en le faisant passer pour du vrai. L’oliban se retrouvait ainsi mélangé sur les marchés à des encens de moindre qualité et surtout moins onéreux.  La myrrhe était en Chine surtout appréciée pour ses vertus médicinales et, de fait, connue quasiment exclusivement des apothicaires[1]. Ainsi, mélangée à du vin, elle était administrée pour guérir des blessures causées à l’arme blanche, ou comme analgésique pour se remettre d’une chute de cheval, ou encore pour calmer les douleurs liées à une fausse couche ou après un accouchement. Le terme chinois est une déformation du mot arabe murr, et il est aussi connu sous l’appellation « sang issu de la langue du dragon Man » dans un catalogue du Xsiècle.

Il est donc difficile, à l’heure actuelle, d’appréhender ce que représentait en terme de quantité, le commerce et l’usage de l’un et l’autre. Dans quels  contextes préférait-on utiliser du vrai oliban, et de la myrrhe véritable ? La mise en place de référents quant aux compositions chimiques des unes et des autres de ces résines, suivies de l’analyse physico-chimique des résidus brûlés retrouvés en contexte archéologique, donnerait certainement des éléments de réponse. L’étude en cours concernant les résines d’oliban vont dans ce sens et seront, il faut l’espérer, poursuivies dans l’avenir, afin de mettre la lumière sur les modalités du marché des résines aromatiques pour les périodes ancienne et médiévale.


[1] Schafer 1963, p. 158, n. 28 et p. 171.

 

Sterenn LE MAGUER

Doctorante en Archéologie islamique à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Prépare une thèse sur l'évolution du commerce de l'encens dans l'océan Indien du IVe au XVIe siècles.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Recherches archéologiques en péninsule Arabique


Carnets de recherche