Les parfums dans l’Orient musulman : usages et produits

** Ce texte est un résumé de ma présentation faite le 8 novembre 2016 à l’EHESS dans le cadre de la journée d’études “Parfums et odeurs” organisée par Frédéric Obringer (CCJ) et Tiziana Leucci  (CEIAS) **

 

L’islam permet un usage libéral des parfums. En effet, d’après la Tradition, le prophète Muḥammad en faisait lui-même un usage très large. Il appréciait être parfumé et réaliser des fumigations à base de résines aromatiques ; son parfum pouvait encore être respiré après son passage et, ce, même la nuit[1].

Les parfums s’employaient sous différentes formes : fumigations (produit pur ou mélanges), huiles ou eaux parfumées.

Nous verrons donc quelle était la place des parfums au sein de la pratique religieuse, puis dans le cadre de la vie quotidienne. L’usage profane des parfums est d’ailleurs documenté à la fois par les sources textuelles et par l’archéologie.

 

Parfum et religieux

Le Coran ne mentionne aucune interdiction envers l’usage des parfums et des aromates. À l’inverse, il décrit le Paradis comme un lieu de délices, un jardin rempli de plantes odorantes, entre autres. Les bonnes odeurs témoignent de la présence divine[2]. Cependant, mis à part cette absence d’interdit, le texte sacré ne nous apprend rien sur les parfums et ne mentionne aucun produit à part le musk (misk), le camphre (kafūr) et l’herbe odorante (rayḥān)[3].

Les ḥadīṯ-s rassemblent la tradition orale au sujet du Prophète Muḥammad : ces récits guident les croyants sur de nombreuses questions touchant aussi bien la pratique religieuse que la vie quotidienne. Ils font autorité en islam, en particulier au sein de la communauté sunnite. De nombreux passages font allusion aux parfums et à leur emploi[4]. Al-Buḫārī (194-256/810-870) est l’un des collecteurs de ḥadīṯ-s les plus respectés. C’est pourquoi les références qu’il fait aux parfums sont d’un grand intérêt puisqu’elles font autorité en la matière. Il en ressort que les parfums sont associés à l’hygiène et aux ablutions. En revanche, d’après un ḥadīṯ rapporté par Muslim b. al-Ḥajjāj (m. 261/875), autre grand collecteur, il n’est pas convenable que les femmes se parfument ni qu’elles réalisent des fumigations avant la prière. Cette interdiction se rapporte sans doute au pouvoir de séduction que peuvent prodiguer les parfums et il semblait inconvenant qu’une femme sorte seule et parfumée.

Concernant les fumigations d’encens, la tradition rapporte que le Prophète appréciait celles à base de bois d’agalloche et de camphre. Cependant, en islam, l’encens n’a pas de rôle liturgique. Si de l’encens est brûlé dans les mosquées ou au cours des mariages, ce n’est qu’en tant que parfum : autrement dit, il ne sert ni d’offrande, ni d’intermédiaire[5].

L’encens joue néanmoins un rôle dans les rituels magiques[6]. Les fumigations entretiennent un rapport avec le surnaturel, notamment à travers la symbolique de la fumée s’élevant évoquant un rapport avec un monde supérieur.

 

L’usage profane des parfums : luxe et volupté

Cet attrait pour les parfums dans l’islam est hérité de la tradition poétique préislamique. Ce thème est également très présent dans les poésies arabes et persanes à l’époque médiévale. Les fragrances sont associées à la femme dont le poète rend une image idéalisée, en décrivant des femmes issues des classes supérieures de la société. La poésie évoque différents aromates provenant de contrées plus lointaines comme le musc (misk) originaire du Tibet, l’ambre gris (ʿanbar) récolté dans l’océan Indien et le bois d’agalloche (ʿūd ) importé depuis l’Asie du Sud-est.

 

La haute société musulmane emploie des parfums luxueux dans le cadre de réceptions. Il s’agit de faire passer un brûle-parfum dans l’assistance afin que chacun respire et se parfume des fumigations. Al-Mas‘ūdī rapporte que le calife al-Ma’mūn (r. 198-218/813-833) présidait une conférence de jurisprudence tous les mardis, à laquelle participaient des légistes et autres savants. À la fin du repas, on apportait les brûle-parfums (majāmir) afin qu’ils respirent les arômes et se parfument[7]. Lors des noces célébrées entre le même al-Ma’mūn et Būrān b. al-Ḥasan b. Sahl (192-271/807-884) en 210/825, de grandes quantités d’ambre gris et de bois d’agalloche venant d’Inde furent consommées[8].

 

L’emploi des encens est généralement lié, dans le monde médiéval musulman, à un objet bien spécifique : le brûle-parfum. Ces objets servent à parfumer la maison et sont employés lors des réceptions. Leur découverte en contexte archéologique atteste que ces objets étaient utilisés dans toutes les couches de la société. Les brûle-parfums sont un indicateur du contexte social suivant le matériau dans lequel ils sont réalisés : alliage de métaux, chlorite ou céramique. Les brûle-parfums en alliage, généralement le bronze ou le cuivre, étaient coûteux et témoignent de la richesse de leurs propriétaires. La chlorite est, d’après certains auteurs médiévaux, réputée pour ses qualités culinaires[9]. De fait, ce matériau était recherché et généralement associé à des contextes aisés. Enfin, les brûle-parfums en céramique sont les plus courants et les plus faciles à acquérir[10].

 

Conclusion

Ainsi, dans le monde médiéval musulman, le parfum est aussi bien associé à la foi et à la pratique religieuse qu’à la volupté et à la richesse. L’emploi de parfum permet de montrer son statut social élevé par l’usage simultané de substances onéreuses et exotiques et d’objets précieux. Cependant, se parfumer, notamment à l’aide de fumigations, est une pratique commune à toutes les couches sociales. Seule l’étude combinée des textes et de la documentation archéologique rend compte de cette diversité.

 

 

[1] H. Lammens, La Mecque à la veille de l’hégire, Mélanges de l’Université Saint-Joseph, Beyrouth, Tome IX, fasc. 3, 1924, p. 298.

[2] D. Jung, An Ethnography of Fragrance. The Perfumery Arts of ‘Adan/Laḥj, 2011, p. 214.

[3] Aussi traduit par “basilic”. Voir par exemple la sourate 76, « L’Homme », v. 5-6 et la sourate 83, « Les Fraudeurs », v. 24-28.

[4] D. Jung, op. cit., p. 216.

[5] J. Bonnéric, « Réflexions sur l’usage des produits odoriférants dans les mosquées au Proche-Orient (Ier/VIIe-VIe/XIIe s.) », in J. Bonnéric, Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale, Bulletin d’Études Orientales 54, 2015, p. 293-317.

[6] J.-Ch. Coulon, « Fumigations et rituels magiques. Le rôle des encens et fumigations dans la magie arabe médiévale », in J. Bonnéric, Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale, Bulletin d’Études Orientales 54, 2015, p. 179-248.

[7] Al-Mas‘ūdī, Les Prairies d’Or. Kitāb Murūj al-ḏahab. Texte établi et traduit par Ch. Barbier de Meynard et A. Pavet de Courteille [révisé par Ch. Pellat], vol. VII, p. 38-39.

[8] M. Marín, « Sobre Būrān y būrāniyya », Al-Qanṭara 2, 1981, p. 195-198.

[9] La chlorite (ou stéatite) est une roche tendre, riche en magnésium et en talc, composée secondairement de minéraux comme la chlorite, la serpentine, la calcite, la dolomite ou la magnésite. On trouve ce matériau en Arabie et en Iran. W. C. Overstreet et al., The Wādī al-Jubah Project. IV : Geological and Archaeological Reconnaissance in the Yemen Arab Republic, 1985, 1988, p. 392 ; H. David-Cuny et J. Azpeita, Failaka Seals Catalogue. Vol. 1 : Al-Khidr, 2012, p. 18.

[10] S. Le Maguer, « Typology of incense-burners of the Islamic period », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 41, 2011, p. 175. Dans cette étude, dix types de brûle-parfums en céramique ont été décrits.

 

 

Sterenn Le Maguer-Gillon

Archéologue, titulaire d'un doctorat (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn