Focus sur… les « blattes de Byzance »

Qu’est-ce que les « Blattes de Byzance », aussi appelées « Unguis odoratus » dans les sources latines, « aẓfār al-ṭīb » en arabe ?

   

Les Blattes de Byzance, ou Unguis odoratus, sont un aromate d’origine animale. En effet, cette expression désigne l’opercule de mollusques que l’on trouve dans la mer Rouge, dans l’océan Indien et dans le Golfe appelés néogastropodes[1]. Les Blattes de Byzance sont soit employées seules comme encens, soit elles entraient dans la composition de parfums comme fixateur et stabilisant[2]. Leur usage est connu à travers les documents cunéiformes dès la période babylonienne ancienne (XIXe – XVIe siècles av. J.-C.) où elles apparaissent sous le nom de ṣupur tâmti[3].

[1] H. Nawata a identifié trois espèces consommées et commercialisées en mer Rouge après une étude ethnographique réalisée à al-Rīḥ (l’ancienne Bāḍi‘) située à environ 210 km au sud de Port Soudan. Celles-ci sont : Chicoreus virgineus, Lambis truncata et Strombus tricornis. La dernière est la plus appréciée et la plus onéreuse. En 1997, 40 g coûtaient environ 4000 £ soudanises (8 $), ce qui est en fait un produit de luxe pour la population éthiopienne. Il affirme l’existence de mollusques exploités pour leur opercule au Yémen et dans le Golfe sans pouvoir identifier les espèces (Nawata 1997, p. 314-315). Concernant la vaste région de l’océan Indien, J. McHugh explique que la ou les espèces de mollusque(s) dont l’opercule est utilisé ne sont pas clairement identifiées, notamment parce qu’il est impossible de reconnaître une espèce à partir de sa seule opercule (McHugh 2013, p. 54-55).

[2] Nawata 1997, p. 319.

[3] Jursa 2009, p. 154.


Planche faisant figurer deux opercules de mollusque ou Blattes de Byzance (Fig. 3 et 4, respectivement en bas et en haut au centre). Extrait du Thesaurus imaginum piscium testaceorum, 1771. Source : NYPL Digital Gallery, [en ligne] http://digitalgallery.nypl.org/, consulté le 17/10/18

Cet opercule est désigné en arabe par l’expression « aẓfār al-ṭīb ». Ce produit est notamment décrit par le médecin et traducteur chrétien nestorien Ibn Māsawayh (ca. 160-242H/777-857) en tant qu’aromate afāwīh (c’est-à-dire « secondaire ») et par le botaniste et pharmacologue andalous Ibn al-Bayṭār (VIIe H/XIIIe s.)[1]. Le géographe syrien Yāqūt (574 ou 575-626H/1179-1229) rapporte que ce produit était importé depuis l’Éthiopie et notamment depuis Bāḍi‘ (identifié avec la ville moderne d’al-Rīḥ située à 210 km au sud de Port Soudan)[2].

Aujourd’hui, on trouve encore cet opercule sur les marchés des pays de la péninsule Arabique et de la Corne de l’Afrique.

[1] Ibn al-Bayṭār, T. I, p. 95-96.

[2] Yāqūt, I, p. 324.


Bibliographie :

Sources :


Ibn al-Bayṭār, Traité des simples (Jāmi‘ li-mufradāt al-adwiyya wa’l-aġḏiyya). Traduction établie par L. Leclerc, 3 tomes, Paris : Imprimerie Nationale, 1877-1883.


Ibn Māsawayh, Yūhanā, Kitāb jawāhir al-ṭīb al-mufrada.  Texte établi et partiellement traduit par P. Sbath, « Traité sur les substances simples aromatiques par Yahanna Ben Massawaïh », Bulletin de l’Institut d’Égypte XIX, 1937, p. 5-27.

Yāqūt al-Rūmī, Šihāb al-Dīn Abū ‘Abd Allāh Ya‘qūb, Mu‘jam al-buldān. Texte édité par F. Wüstenfeld, 5 volumes, Beyrouth : Dar Sadir – Dar Bayrut, 1955-1957.

Études : 

JURSA (M.), 2009, « Die Kralle des Meeres und andere Aromata », in Arnold (W.), Jursa (M.), Müller (W. W.) et Procházka (S.) dir. Philologisches und Historisches zwischen Anatolien und Sokotra. Analecta Semitica In Memoriam Alexander Sima, Wiesbaden : Harrassowitz Verlag, p. 147-180.

McHUGH (J.) 2013, « Blattes de Byzance in India: Mollusk Opercula and the History of Perfumery », Journal of the Royal Asiatic Society 23/1, p. 53-67.

NAWATA (H.), 1997, « An Exported Item from Bāḍi‘ on the Western Red Sea Coast in the Eighth Century: Historical and Ethnographical Studies on Operculum as Incense and Perfume », in Fukui (K.), Kurimoto (E.) et Shigeta (M.) éds. Ethiopia in Broader Perspective: Papers of the XIIIth International Conference of Ethiopia Studies, Kyoto, 12-17 December 1997, vol. 1, Kyoto : Shokado Book Sellers, p. 307-325.

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn