Podcast : « Histoire des odeurs et des parfums » 4/4, La fabrique de l’Histoire (France Culture)

Parfums et Religions

Quels sont les liens entre les odeurs, les parfums et les religions? C’est la question que nous posons ce matin à nos invités pour terminer notre semaine dédiée à l’histoire des odeurs et des parfums.

Quatrième et dernier temps de notre semaine consacrée à l’histoire des odeurs et des parfums.

Aujourd’hui nous essayons de mettre en perspective les liens entre les odeurs, les parfums, et les religions, avec trois historiennes.

L’odeur est ce qu’il y a de plus fugace pour l’historien ou l’archéologue. Pourtant il est possible, en croisant une documentation variée et abondante, d’approcher les univers sensibles de l’Antiquité ou du Moyen Âge. En particulier dans le rapport que ces cultures entretenaient au sacré. Les fleurs coupées, le sang du sacrifice animal, la viande grillée sont mentionnés dans les temples de la Grèce antique, tout comme l’huile sainte du baptême chrétien ou les encens du Proche-Orient.

Dans ce débat, nous retraçons l’histoire particulière des liens entre sacré et parfum.

Une émission co-animée par Victor Macé de Lépinay

Intervenants

  • maître de conférences en histoire byzantine à l’université de Paris-Sorbonne
  • Archéologue à l’Université Paris 1 La Sorbonne
  • Maître de conférences à l’Université de Bretagne Sud

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Compte-rendu d’exposition : « Parfums de Chine », Musée Cernuschi, Paris

L’exposition « Parfums de Chine, la culture de l’encens au temps des empereur » se tient actuellement au Musée Cernuschi à Paris jusqu’au 26 août 2018. Elle a été commissionnée par Eric Lefebvre, directeur du musée Cernuschi, et Li Zhongmou, directeur du Musée de Shangaï. Frédéric Obringer, directeur de recherche à l’EHESS, a activement collaboré à la partie scientifique. Enfin, François Demachy, parfumeur de la maison Dior, a réalisé, d’après d’authentiques recettes chinoises, les parfums que l’on peut respirer dans les bornes olfactives.

La scénographie se divise en sept parties qui nous font parcourir plus de deux mille ans d’histoire du parfum en Chine (du IIIe siècle av. J.-C. au XIXe siècle). Cette histoire est très richement illustrée par plus d’une centaine d’objets : brûle-parfums, peintures, œuvres calligraphiques etc. Si une vingtaine de ces objets est issue des collections du musée Cernuschi, les autres ont été prêtés par le musée de Shangai et sont exposés pour la première fois en France. On notera parmi eux des brûle-parfums retrouvés lors de fouilles archéologiques . Le parcours se développe au sein d’une scénographie aérée qui permet de contempler aisément les œuvres.

Vitrine présentant les substances aromatiques

L’exposition s’ouvre sur une contextualisation : outre une frise chronologique qui permettra de se familiariser avec l’histoire de la Chine impériale, l’encens est bien défini comme « tout aromate consommé par combustion ». Ainsi, la première vitrine présente diverses substances aromatiques (herbes, résines, bois, sécrétions animales) que l’on pouvait brûler ou qui entraient dans la composition d’encens et de parfums : encens oliban, styrax, bois d’agalloche, musc, ambre gris, patchouli, Lysimachia foenum-graecum etc. En chinois, c’est le terme xiang, qui signifie littéralement « senteur », qui désigne l’encens.

Brûle-parfums boshan lu

La première salle est consacrée aux pratiques rituelles et profanes de la dynastie des Han (206 av. J.-C. – 220) à celle des Tan’g (618 – 907). L’usage de l’encens est d’abord religieux. Les fumigations évoquent la communication entre la terre et le ciel. Cette analogie est développée à travers la forme des brûle-parfums dits boshan lu qui adoptent la forme d’une montagne. Le bouddhisme, qui s’implante progressivement en Chine, va favoriser l’usage de l’encens en contexte religieux en important la tradition indienne de l’encens. On peut admirer l’estampage d’un bas-relief qui ornait la grotte de Longmen (ca. 494) figurant l’Empereur Xiaowen et l’impératrice douairière présentant brûle-parfum et bâtonnets d’encens au Bouddha. À partir de la période des Six Dynasties (220-581), le commerce à longue distance se développe et les importations de nombreuses substances, dont l’encens oliban (en chinois ruxiang) croissent, permettant notamment le développement de l’usage profane de l’encens. Cet usage est illustré par un brûle-parfum à manche employé dans un contexte domestique.

Boîtes à encens en grès

La deuxième salle s’intéresse au parfum et à la culture lettrée sous les Song et les Huan (Xe – XIVe siècle). Sous la dynastie des Song, la forme des brûle-parfums atteint un haut degré de raffinement, et les formes élaborées à cette période serviront de modèles aux périodes suivantes. C’est également à cette époque que les lettrés adoptent l’usage d’encens dans leur quotidien, servant de modèle de raffinement pour leurs descendants. De nombreux traités médicaux et botaniques rappellent les usages thérapeutiques de ces bonnes odeurs. Les traités sur les parfums témoignent de l’élévation au rang d’art de cette pratique. Outre les brûle-parfums, c’est tout un mobilier en lien avec l’usage de l’encens qui se développe, comme les boîtes à encens et les vases à ustensiles pour l’encens. Dans cette salle, on peut également regarder trois vidéos qui présentent le travail de François Demachy, le regard du chercheur (Frédéric Obringer), et une démonstration de l’usage de l’encens.

Vases à ustensiles à encens

Puis nous passons à la dynastie Ming (XIVe – XVIIe siècle) à laquelle trois salles sont consacrées. Tout d’abord, le studio du lettré rappelle le lien entre usage de l’encens et hommes de lettres. Cette pratique est héritée de la période des Song. L’encens est un attribut du lettré et s’impose comme modèle social. Des peintures représentant des réunions d’hommes de lettres font figurer en bonne place brûle-parfums et ustensiles à encens.

Portrait du grand lettré Ni Zan (1301-1374)

Des brûle-parfums portatifs accompagnaient les lettrés dans leurs déplacements, preuve de leur caractère indispensable. Ensuite, l’encens joue un rôle important dans les dévotions privées. Il participe au culte des ancêtres : le brûle-parfum apparaît ainsi dans la pièce principale. Les fumigations accompagnent la méditation et éloignent les influences néfastes. Enfin, nous sommes conviés dans l’intimité de la chambre et des quartiers privés où l’encens occupe également une place importante pour ses vertus thérapeutiques, pour désodoriser et pour purifier l’espace habité. On parfumait aussi directement ses vêtements en les posant sur une cage sous laquelle on plaçait un brûle-parfum.

Brûle-parfum en forme de chimère luduan, dynastie Ming

Enfin, les deux dernières salles retracent la tradition de l’encens sous les Qing (XVIIe – XXe siècle). L’encens acquiert un statut de bien d’État : il est conservé dans des dépôts impériaux. Il occupe une place importante dans la pharmacopée. Enfin, la dernière salle s’intéresse à l’évolution formelle du brûle-parfum qui témoigne de l’apparition de nouveaux usages. Les porte-encens apparaissent alors que l’usage des bâtonnets à encens se développe.

Porte-encens en forme d’éléphant

On trouve également des objets sculptés dans la matière parfumée, comme l’illustre cette coupe à décor de chrysanthèmes et de rochers sculptée dans du bois d’agalloche. Le parcours s’achève sur une dernière borne olfactive qui est une réinterprétation d’une « Recette de poudre pour parfumer les cheveux » par François Demachy : à la recette originale, il a ajouté des plantes cultivées en Chine.

Ainsi, l’exposition « Parfums de Chine » permet d’aborder tous les aspects des usages de l’encens sur plus de deux millénaires : usages rituels, d’abord, mais aussi médicaux et esthétiques. Ces substances accompagnaient l’élite chinoise dans la vie quotidienne puis dans l’au-delà. Rigoureuse sur le plan scientifique, elle n’en est pas moins accessible à un large public.  L’exposition plaira autant aux passionnés de la Chine qui, à travers l’usage des parfums, découvriront de nouveaux aspects de cette civilisation, qu’aux amateurs de parfums dont les sens seront ravis.

Je vous conseille vivement le catalogue de l’exposition qui retrace en détail cette passionnante histoire à travers de nombreuses illustrations et livre des recettes de parfums.

Vous pouvez également écouter en podcast la ballade sonore de l’exposition avec Eric Lefebvre et Frédéric Obringer dans l’émission « La fabrique de l’Histoire »

 

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Histoire des odeurs et des parfums, « La fabrique de l’Histoire » (France Culture)

La « Fabrique de l’Histoire » consacre cette semaine à l’histoire des odeurs et des parfums

Premier temps de cette semaine dédiée à l’histoire des odeurs et des parfums.

Ce matin en première partie nous parlons des odeurs dans le monde antique, la revue Pallas consacre un dossier dans son dernier numéro aux goûts et odeurs dans l’Antiquité. Nous serons en compagnie de celui qui a coordonné ce dossier, Jean-Christophe Courtil.

En deuxième partie nous parlerons de l’odorat et de sa signification en Occident, avec la chercheuse Brigitte Munier qui a écrit un livre ce sujet.

Mardi 16 avril, l’émission parlera de l’exposition « Parfums de Chine, la culture de l’encens au temps des empereurs » qui se tient actuellement au musée Cernuschi à Paris.

Mercredi 17 avril, l’émission sera dédiée au métier de parfumeur.

Enfin, jeudi 18 avril, le thème sera le lien entre odeurs et parfums et religion.

Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn