L’encens en Oman : histoire et archéologie d’un produit culturel et commercial

**Ce texte reprend ma lecture donnée lors de la conférence du 2 décembre 2012 au CFO à Mascate**

L’usage de l’encens en Oman revêt une importance toute particulière, puisque ce pays est à la fois consommateur, producteur et importateur de cette résine odorante issue des arbres Boswellia.

Après une brève présentation de l’encens, je m’attacherai à montrer que l’usage et la commercialisation de l’encens sont très anciens en Oman, avant de montrer à travers divers documents (archéologiques et textuels) que le commerce de l’encens continua de jouer un rôle majeur à la période islamique.

 

I-              Définition de l’encens

Résine issue du B. sacra, Yémen. (c) S. Le Maguer

Résine issue du B. sacra, Yémen. (c) S. Le Maguer.

Par encens on entend communément toute substance dégageant une odeur lorsqu’elle est brûlée. Le mot arabe correspondant est lubān. Il désigne en fait la résine séchée issue de l’exsudation des arbres à encens ou Boswellia, de la famille des Burséracées, espèce dont la répartition est localisée entre la corne de l’Afrique, la région du Hadramaout au Yémen et le Dhofar en Oman. Il existe une vingtaine de Boswellia différents répertoriés, mais le véritable encensier est le Boswellia sacra ou Boswellia carteri. C’est seulement en 1887 que l’allemand Flückiger identifie clairement l’arbre à encens poussant au Yémen, et lui donne son nom scientifique. Depuis, quatre espèces principales d’arbre à encens sont connues. Le Boswellia sacra est l’espèce qui pousse dans le sud de l’Arabie (Hadramawt, île de Socotra, Mahra et Dhofar).

 

II-            L’encens avant l’Islam

1)    Usages

Le plus ancien brûle-parfum retrouvé à ce jour est en grès, de forme quadrangulaire quadripode. Il provient des fouilles réalisées à Ra’as al-Jinz, en territoire d’Oman. Ce brûle-parfum présentait de la matière brûlée au fond du réceptacle. L’objet a été retrouvé dans un bâtiment daté du IIIe millénaire av. J.-C. Il s’agit d’un contexte domestique, et non pas religieux ou de prestige. L’objet lui-même est fort simple et sans décor. Ce fait atteste d’un usage de l’encens au sein des couches moins aisées de la population, et d’une consommation locale, et ce dès le IIIe millénaire av. J.-C. Les rapprochements au niveau de la taille et de la forme de ce brûle-parfum avec ceux utilisés traditionnellement pour les résines aromatiques en Arabie jusqu’à nos jours suggère fortement un usage étendu dans les activités quotidiennes domestiques et rituelles.

Pyrées provenant de Khowr Rûrî conservés au musée "The land of Frankincense" à Salalah.

Pyrées provenant de Khowr Rûrî conservés au musée "The land of Frankincense" à Salalah.

L’usage de l’encens à la période préislamique est surtout religieux, comme l’attestent les nombreux pyrées retrouvés dans les temples sudarabiques jusqu’aux 4ème/5ème siècles de notre ère. Ils sont généralement en pierre et présentent des formes variées. Certains sont de forme pyramidale, d’autres cubiques, et on retrouve au niveau de leur décoration des éléments rappelant les décors architecturaux caractéristiques des temples.

 

2)    Le commerce

Dès le milieu du deuxième millénaire avant Jésus-Christ, l’Egypte tente d’exercer un contrôle sur son approvisionnement en encens. Ce fait est attesté à travers les scènes gravées retrouvées à Dar el-Bahari en Egypte, narrant l’expédition ordonnée par la reine Hatshepsout (r. 1490-1468 av. J.-C.) vers le fabuleux « pays de Punt » à la recherche de la précieuse résine. Certains chercheurs ont situé cette région en Arabie du Sud (Yémen), mais les dernières recherches tendent à situer le pays de Punt en Afrique de l’Est, au sud de l’Egypte, sur la côte de la Mer Rouge.

Le site de Khowr Rûrî, l'ancienne Sumhuram.

Le site de Khowr Rûrî, l'ancienne Sumhuram.

Depuis la côte yéménite, nous ne disposons pas des preuves matérielles attestant d’un commerce maritime vers les pays septentrionaux pour des périodes aussi anciennes. Le travail archéologique entrepris plus à l’est sur la côte du Hadramawt et du Dhofar depuis 1996 a révélé les preuves de l’existence de sites côtiers avec des contacts internationaux, dont certains pourraient dater de la Préhistoire. Un réseau portuaire par cabotage semble se mettre en place dès le IVe siècle avant J.-C., relayés par des ports comme Sumhuram (Oman) au Ier s. av. J.-C.

L’encens récolté dans le Dhofar et le Hadramawt était transporté vers le port de Qāniʾ avant d’être exporté vers la Méditerranée. L’empire romain avait une demande importante en encens qui assurait pour une grande part la richesse des royaumes sudarabiques.

Carte de l'"Arabie Heureuse" telle que la voyait les Anciens.

Carte de l'"Arabie Heureuse" telle que la voyait les Anciens.

 

III-          L’encens à la période Islamique

1)    Les usages

Durant la période médiévale, l’encens est principalement utilisé dans un contexte domestique, pour parfumer sa maison ou ses vêtements, ou encore recevoir ses hôtes.

De nombreux brûle-parfums ont été retrouvés dans des contextes archéologiques depuis les premiers temps de l’Islam, et encore aujourd’hui l’encens est brûlé dans des objets aux formes plus ou moins similaires.

Les principaux matériaux employés étaient le métal (bronze ou cuivre), la céramique et la chloritite, pierre tendre que l’on trouve communément en Oman.

Outre la documentation archéologique, nous disposons de sources historiques nous renseignant sur les contextes dans lesquels l’encens était utilisé. Ainsi al-Mas’udî nous décrit les réceptions données par le calife Al-Ma’mun qui faisait apporter des brûles-parfums pour ses hôtes après le repas donné chaque jeudi lors de la conférence de jurisprudence qu’il dirigeait.

Les bienfaits de l’encens étaient vantés par des médecins et pharmaciens comme Yohanna ben Massawayh (m. 857) et Sahlân ibn Kaysân (m. en 990) ou Al-Sûyûtî (m. 1505).

Des textes littéraires, comme les Mille et Une Nuits, nous renseignent sur les usages de l’encens, utilisé principalement dans un contexte domestique, lorsqu’on recevait des hôtes.

 

2)    Commerce de l’encens

Les sources textuelles médiévales témoignent de l’importance du commerce de l’encens durant la période médiévale.

Les vestiges archéologiques du port médiéval de Zafâr. (c) S. Le Maguer

Les vestiges archéologiques du port médiéval de Zafâr. (c) S. Le Maguer

Salalah est la capitale du Dhofar, et la ville a donné son nom à la plaine côtière qui s’étend le long de la côte de l’océan Indien, à environ 850 km de la capitale, Mascate, et 120 km de la frontière avec le Yémen. Les ruines d’al-Balīd se situent à l’est de la ville moderne, et correspondent au port médiéval de Ẓafār.

Marco Polo témoigne du commerce de l’encens blanc, de très bonne qualité, ainsi que du commerce des chevaux vers l’Inde :

« Et encore vous dit que l’encens blanc y naît fort bon, en abondance, et vous décrirai comment il naît. […] En cette cité viennent encore maints beaux destriers d’Arabie, que les marchands portent ensuite avec leurs nefs en Inde, et dont ils font grand profit et grand gain. »

De plus, Marco Polo décrit précisément la récolte de l’encens à Dhofar à la fin du XIIIe siècle :

« Je vous dis qu’il y a des arbres pas bien grands ; ils sont comme petits sapins. On en entaille l’écorce en plusieurs endroits avec des couteaux, et par ces trous s’écoule l’encens, pareil à un liquide ou à une gomme, goutte à goutte, en grande quantité. Il en sort parfois de l’arbre sans entaille à cause de la très grande chaleur qui règne là ; ensuite, cela durcit et forme ainsi l’encens. »

Ces deux activités commerciales assurent la richesse de la ville et de ses marchands. Au XIVe siècle, Ibn Baṭṭūta se rend depuis Ẓafār vers Oman, et c’est là qu’il décrit l’arbre à encens, attestant ainsi de la production et de l’usage de l’encens à Ẓafār au XIVe siècle. Les fouilles menées par Albright ont d’ailleurs livré environ 50 kg d’encens.

Ibn Baṭṭūta témoigne aussi de la récolte de l’encens en Oman au XIVe siècle. Il décrit un arbre dont les feuilles sont minces, et lorsque celui-ci est entaillé, il s’en écoule un liquide semblable au lait qui, en séchant, devient une résine. Ces entailles se font à différents endroits à l’aide d’un couteau ou mangeb, d’où s’écoule une sève épaisse. En s’écoulant, cette résine tombe au pied de l’arbre. Cette sève est laissée séchée à même l’arbre pendant sept à dix jours. On vient alors chercher les morceaux de résine séchée tombés au sol, qui se présentent sous la forme de petites boules transparentes. La récolte se fait généralement durant la saison chaude, c’est-à-dire entre juillet et août, puis les arbres sont laissés au repos durant le reste de l’année. Ces conditions de récolte de l’encens impliquent une saisonnalité du commerce de l’encens.

Au XVIe siècle, les ports de Berbera et de Zaylaʿ en Somalie importent de l’encens du Dhofar, ainsi que du poivre et des vêtements depuis le port d’Aden au Yémen.

 

 

Enfin, l’usage et le commerce de l’encens de nos jours, et la place qu’il tient dans la société omanaise, montrent l’importance de ce produit non seulement en tant que bien commercial mais aussi en tant que produit culturel, élément à part entière de l’identité omanaise.


Sterenn LE MAGUER

Doctorante en Archéologie islamique à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Prépare une thèse sur l'évolution du commerce de l'encens dans l'océan Indien du IVe au XVIe siècles.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Une réflexion sur “ L’encens en Oman : histoire et archéologie d’un produit culturel et commercial ”

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L'équipe d'Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">